AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020094525
Éditeur : Seuil (01/01/1987)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 60 notes)
Résumé :
Un livre serré, dense, subtil.
Un livre très " propre ", a-t-on envie d'écrire. Son sujet : les définitions, les repères, les techniques de la propreté corporelle entre Moyen Age et XXe siècle. Sa thèse : qu'il ne faut pas confondre le renforcement de l'exigence de propreté, toujours plus insistante à partir du XVIe siècle, avec les pratiques qui aujourd'hui ont charge d'assurer la netteté du corps [...]. Mais le livre est plus que cela.
Il s'appuie, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Musardise
  16 septembre 2015
J'ai appréhendé pour la première fois les travaux de Georges Vigarello par le biais de conférences en ligne, comme ce fut également le cas pour Michel Pastoureau. Enthousiasmée par ses interventions, j'avais donc l'intention depuis un moment de lire un de ses essais. le propre et le sale, un des ses ouvrages emblématiques et devenu un classique depuis sa parution en 1987, paraissait tout indiqué pour commencer, d'autant qu'une édition augmentée de nombreux documents iconographiques a été publiée assez récemment, en 2013.
Ici, Georges Vigarello nous confronte avec, non seulement, l'évolution des pratiques d'hygiène corporelles du Moyen-âge à la fin du XIXème siècle, mais aussi avec l'évolution des représentations de la propreté, et donc de ses critères. Et le message passe clairement : la propreté, c'est avant tout une question d'imaginaire, y compris lorsqu'on pratique une approche scientifique du sujet et que l'on découvre, comme au XIXème siècle, microbes, bactéries et autres monstruosités invisibles.
Le style a parfois été qualifié de pompeux ; je ne suis pas franchement d'accord. On a là un ouvrage érudit, écrit par un historien qui s'exprime particulièrement bien, et c'est tant mieux, car ce n'est pas toujours le cas. Et on ne peut pas non plus reprocher à l'auteur de multiplier les références aux sources, essentielles. Certes, il n'est pas toujours très alléchant de lire à la suite plusieurs comptes-rendus d'inventaire post-mortem, avec le nombre de chemises que possédait le défunt. Mais on imagine mal Vigarello écrire : "Il existe des sources qui attestent de ceci ou cela, mais je n'entrerai pas dans le détail et je ne les citerai donc pas, pour ne pas ennuyer mon lectorat." Bien entendu, c'est pour cette méthode qu'opterait un... voyons, qui pourrais-je nommer ? Un Michel Onfray, disais-je, qui, lui, ne s'encombre pas de scrupules pourvu qu'il parvienne à séduire un très large public. Mais ce serait légèrement contraire à la démarche d'historien de Georges Vigarello (ah ben oui, c'est facile de taper sur Onfray, je sais bien)...
En revanche, le rythme est franchement lent. On comprend bien que Vigarello ait à coeur de bien faire comprendre ce qui différencie fondamentalement les représentations du propre et du sale à travers les siècles, mais il en devient répétitif. C'est le côté un peu pénible de son essai. C'est cependant compensé par un travail assez remarquable sur un sujet passionnant et qui m'a pourtant, je l'avoue, légèrement laissée sur ma faim. J'aurais aimé savoir comment on était passé d'une société romaine où la fréquentation des bains publics est normale, à une société médiévale où l'usage de l'eau est proscrit pour la pratique hygiénique corporelle. Il me semble que les épidémies de pestes et la réputation sulfureuse des étuves n'expliquent pas tout. D'ailleurs, c'est quelque chose de récurrent : si l'on suit très bien l'évolution des pratiques et des représentations de la propreté dans la société, on comprend parfois difficilement comment les glissements se sont opérés, car notre Georges Vigarello ne l'explique pas toujours.
Pour finir, j'ajouterai qu'un glossaire recensant des mots ou expressions comme "humeurs" ou "lois somptuaires" n'aurait pas été inutile. C'est un détail, mais qui pourrait faciliter la lecture de cet essai dont, je le répète, le sujet est passionnant et pour lequel un travail extrêmement intelligent et minutieux a été effectué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
allezvousfairelire
  05 février 2015
Un livre très bien fait, accessible à tous, excellemment documenté et mené. Seul défaut de l'écriture de l'auteur, une tendance à revenir sur ses pas et donc à se répéter, mais c'est commun à de nombreux chercheurs. Une lecture enrichissante.
Pour un résumé studieux et une légère mise en perspective :
Georges Vigarello interroge et bouscule les conceptions communes sur la propreté des siècles passés, ou plutôt leur saleté. Il s'attaque ainsi à des préjugés répandus par les représentations erronées d'âges sombres comportant tous les vices, mais aussi selon ses propres dires, colportés par « une tradition historiographique [qui] tente depuis longtemps [d']assurer [l'erreur d'assimiler la pratique du bain et des étuves à une pratique de propreté, et de faire de sa disparition un recul de l'hygiène] ». Il entend donc corriger des fautes d'interprétation qui servent et sont servies par des a priori culturels profondément ancrés dans les mentalités.
En effet, tout son ouvrage est sous-tendu par l'idée que la propreté, quand bien même elle serait mise en oeuvre par des procédés différents de nos ablutions modernes, n'est pas absente de ces sociétés du Moyen Âge et De La Renaissance. Pour ce faire il étudie les pratiques de l'hygiène à la lumière de la conception du corps, dont les attributs de force et de malléabilité, de public et d'intimité, sont très variables selon les époques. Il étudie également les pratiques de l'hygiène en regard de la perception de l'eau, qui passe d'un terrain de jeux à celui du mélange des fluides et des humeurs, avant d'être celui de la purification, longtemps attribuée à l'air, et notamment à l'air chaud. Il étudie, en outre, l'aspect social de la propreté, qui n'est un terme que tardivement intégré au vocabulaire ordinaire.
Il s'attache ainsi à démontrer que la toilette et l'exigence de propreté se sont déplacés sur le terrain des sensibilités, passant progressivement d'une exigence visuelle et olfactive à un ressenti personnel de la peau ; il démontre combien les normes et les codes sociaux se sont intériorisés avec le temps.
Ainsi la « science de la culture » mise en oeuvre dans le propre et le sale tient de la prise en compte de tous les pans de l'époque permettant d'éclairer les pratiques de la propreté : c'est la culture au sens large telle que voulant définir une société entière, dans ses aspects les plus organiques comme les plus intimes, qui est ici utilisée comme outil d'interprétation. Les lois et règlements édictés ; les témoignages privés de voyageurs, nobles, moines, prédicateurs ; les restructurations architecturales urbaines ; les procès ; les publications de presse généraliste ou spécialisée sont autant d'éléments qui permettent à la culture de s'auto-éclairer, dans un retour sur elle-même.
SUR LES SOURCES
Les sources auxquelles Vigarello fait appel permettent une visualisation technique et concrète des mécanismes et habitudes passées. Parmi elles, on trouve des sources officielles. Mais on trouve en grande majorité des préceptes de santé et de bonnes moeurs, et, plus tard, des extraits de l'encyclopédie, des Hygiènes des familles et populaires (p. 210 par ex.).
Vigarello use également de l'histoire matérielle en étudiant les listes des « riches inventaires du Moyen Âge », et très fréquemment, des éléments d'architecture, d'aménagement urbain et de plomberie viennent renseigner son propos.
Les sources de l'auteur rendent cependant principalement compte des perceptions des élites, ce qu'il prend régulièrement la peine de rappeler. Ainsi, les témoignages privés sur lesquels il s'appuie sont souvent ceux de la noblesse ou a minima d'une population éduquée. de même, les sources issues de la culture artistique (peinture et littérature) éclairent les milieux dont ils sont issus, souvent nobles ou bourgeois. Il en va de même pour les anecdotes historiques. Cela ne signifie pas que l'angle de recherche adopté est vicié, mais le ressenti de la masse par rapport aux exigences de propreté est rendu par le biais des sources légales, ou organisationnelles d'une part, et par le spectre potentiellement déformant de la population « haute » d'autre part. L'étonnement d'une part de la population quant aux us d'un autre groupe social est tout aussi instructif sur les moeurs de l'époque.
Les sources les plus directes sur le ressenti populaire sont finalement la presse, et quelques témoignages d'enfance. La presse généraliste et spécialisée donne des éléments sur ce qui se faisait en venant proscrire et prescrire, en réaction aux usages. Les témoignages d'enfance, comme celui de Dürer (p. 40) donne une idée en l'occurrence, de la vermine qui pouvait accompagner la population partout.
SUR LA RELATIVITE CULTURELLE
Vigarello prend des précautions d'interprétation lorsque les sources sont trop peu nombreuses et peu fiables pour en tirer des conclusions, comme sur la question, fin XVIe, de la régularité du lavage du linge. Les conjectures sont présentées comme telles, les sources ne sont pas sur-interprétées.
Cela participe de son effort constant qui consiste à insister sur la relativité culturelle. S'il corrige notre vision de l'absence supposée de propreté médiévale, il prend soin de nous montrer, à l'opposé, les encouragements alarmistes des hygiénistes à tout récurer avec soin, qui ont conduit à nos habitudes d'hygiène d'aujourd'hui, où l'on lave tout à grande eau même sans saleté visible. Les préceptes d'hygiènes apparus alors ne sont pas stricto sensu nécessaires, mais le mal est fait, car l'imaginaire des populations s'est déjà peuplé de petits « monstres » : c'est cet imaginaire collectif que Vigarello pointe du doigt comme source, encore aujourd'hui, de nos pratiques de propreté, comme en témoigne aussi (c'est mon ajout, mais cette citation en rappelle d'autres de Vigarello) Pagnol :
« Il faut dire qu'à cette époque, les microbes étaient tout neufs, puisque le grand Pasteur venait à peine de les inventer, et [ma mère] les imaginait comme de très petits tigres, prêts à nous dévorer par l'intérieur. »
Ainsi Vigarello parvient-il à son objectif de retracer un « itinéraire » de l'histoire de la propreté, le long duquel s'accumulent des contraintes tandis qu'en disparaissent d'autres, et le long duquel, surtout, s'affinent progressivement les sensibilités, et la perception du corps, toujours trouble, qui est au coeur de cette étude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
barjabulette
  07 juillet 2015
Un peu de déception, en ce qui me concerne , pour cet ouvrage de Vigarello.
J'attendais un livre très précis quant à l'évolution de nos us et coutumes en terme sanitaire. J'imaginais des anecdotes, un peu d'humour . . . Un peu le style de Beaucarnot lorsqu'il nous parle de nos ancêtres.
Rien de tout cela ici. Si le livre reste, certes, fort intéressant et très instructif, le style est extrêmement lourd, pompeux ( voire pompant). du coup, il semble assez indigeste et, bien qu' on ait envie d' en achever la lecture, celle-ci se révèle ardue et fort fastidieuse.
Pourtant, c'est amusant, ce me semble, d'en apprendre un peu plus sur nos pratiques ancestrales, se rendre compte que l'usage des douches date d'à peine un siècle, que l'avènement de cet usage se situe à l'armée . . Plein de détails instructifs malheureusement raconté dans un style qui handicape la qualité de l'ouvrage.
Dommage.
Commenter  J’apprécie          90
lutinielle
  21 août 2012
Édifiant de voir comme nos propres meurs paraitront étranges à nos descendants ! Facile à lire, instructif sans être ennuyeux ou pompeux, c'est un très bon ouvrage d'ethnologie historique.
Commenter  J’apprécie          80
dgwickert
  15 avril 2016
Georges Vigarello est un homme passionnant !
Philosophe et enseignant d'EPS, il a utilisé ces deux disciplines pour, sur plusieurs ouvrages, écrire sur le corps en donnant du sens.
Ici, en gros, j'ai découvert pourquoi les gens se lavaient en France au moyen age, puis s'en abstinrent jusqu'en 1800. C'est une lecture passionnante, et pour un "essai", une recherche, c'est un défi bien relevé !
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MusardiseMusardise   06 septembre 2015
La propreté n'est donc plus la même une fois qu'est évoqué l'univers microbien. Le thème des défenses s'est brusquement accentué. Le regard s'est déplacé. Des objets se sont constitués et des causalités jusque-là inédites se sont imposées. Corpuscule invisible, le microbe a bouleversé les repères, au-delà de la crasse elle-même. Et ce bouleversement a d'autant plus d'importance qu'il est "efficace" : les infections post-opératoires diminuent largement lorsqu'à la fin du XIXème siècle les chirurgiens officient avec des gants stériles et non plus avec leurs mains nues. De même que diminuent statistiquement les cas de diphtérie lorsque sont mieux compris les modes de communication par contact qui entretiennent le mal. Des preuves s'affichent. Une ostentation même affleure : "Les maladies épidémiques sont la conséquence de l'ignorance et la punition de l'incurie des peuples et des individus." L'objectivation du microbe renforce le discours positiviste de la fin du XIXème siècle : la propreté n'est-elle pas, pour la première fois, l'objet d'un véritable travail expérimental ? Vérifications, calculs, évaluations statistiques de la présence microbienne.

Le thème, pourtant, ne saurait se limiter au seul fonctionnement de la preuve. Cette propreté savante comporte elle-même ses versants imaginaires.

Quatrième partie - L'eau qui protège
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MusardiseMusardise   26 août 2015
Commence alors un recensement de ces emplacements et de leurs "brouillards purulents", auquel s'ajoute la liaison insistante entre la puanteur et la malpropreté, celle des espaces et des corps. Mais pas des espaces et des corps nobles ou bourgeois : les lieux soupçonnés sont d'abord ceux où s'accumulent les pauvres, et les corps sont ceux que le linge ne protège pas toujours. C'est le peuple qui est d'abord concerné. De ces recensements et des normes qui les sous-tendent naissent insensiblement après 1780 les prémices d'une "hygiène publique", amorçant par moments ce que le XIXème siècle va développer. Évoquer la propreté, c'est opposer aux "négligences" populaires, aux puanteurs urbaines, aux promiscuités incontrôlées. Da,s les années 1780, la critique n'est plus cantonnée à l'artifice des aristocrates : de sont bientôt les pratiques du peuple qui sont réprouvées comme elles ne l'avaient jamais été.

Troisième partie - De l'eau qui pénètre le corps à celle qui renforce
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MusardiseMusardise   14 septembre 2015
Encore faut-il, pour engager cette même histoire, faire taire nos propres points de repère : reconnaître une propreté dans des conduites aujourd'hui oubliées. La toilette "sèche" du courtisan par exemple, frottant son visage avec un linge blanc au lieu de le laver, répond à une norme de netteté tout à fait "raisonnée" au XVIIème siècle. Elle est réfléchie, légitimée. Alors qu'elle n'aurait guère de sens aujourd'hui : sensations et explications ont changé. C'est cette sensibilité perdue qui est à retrouver.

Introduction
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MusardiseMusardise   23 août 2015
La propreté se dit de la forme autant que de la "blancheur". Elle qualifie aussi bien la silhouette que la matière. Elle confirme ce double critère que seul le temps dénouera : assimilation de la netteté au visible et désignation par là-même d'une distinction.

Deuxième partie - Le linge qui lave
Commenter  J’apprécie          150
gorjussgorjuss   22 septembre 2012
Cette histoire est celle du polissage de la conduite, celle d'un accroissement de l'espace privé ou de l'autocontrainte : soins de soi à soi, travail toujours plus serré entre l'intime et le social. Plus globalement, cette histoire est celle du poids progressif de la culture sur le monde des sensations immédiates. Elle traduit l'extension de leur spectre.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Georges Vigarello (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Vigarello
Georges Vigarello - La Robe, une histoire culturelle du Moyen-Âge à aujourd'hui
Dans la catégorie : Soins de la personneVoir plus
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Costume et apparence personnelle>Soins de la personne (11)
autres livres classés : hygièneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1086 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre