AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782268059761
183 pages
Éditeur : Les Editions du Rocher (26/10/2006)
3.9/5   5 notes
Résumé :

Exercices de mémoire, exercices d'amour pour des cours patients, en marge du temps. Des enfants s'inventent une cité de sucre dans un cimetière, un laveur de vitre funambule attend l'orage, un éboueur, depuis son beau navire, s'imagine uneidylle africaine ; dans un jardin ouvrier, les cendres d'une lettre brûlée se mêlent aux fleurs d'un cerisier, les passagers d'un bus se croisent et s'accompagnent dans leur solitude, l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
isanne
  21 août 2020
J'aime beaucoup les recueils de nouvelles et il m'arrive souvent d'en lire parallèlement à une lecture de roman. "Concertina" restera l'un de mes recueils préférés, je ne suis pas certaine de le ranger sur son étagère, afin de relire quelques pages, comme pour retrouver un ami ou une existence qui m'habite désormais.

Les nouvelles très courtes - quelques pages seulement, moins de dix (sauf une), qui constituent ce livre sont autant de récits de vie, autant de malheurs de vie, autant de récits d'exil. Tous sont bouleversants, racontant ces êtres souvent cabossés, déboussolés et qui se raccrochent à une présence ancienne, un être cher, un visage entre-aperçu ou quelques notes de musiques entendues, un élément de leur environnement comme point d'ancrage dans une vie trop éparpillée afin de ne pas sombrer. Ce sont des récits de solitude, d'exclusion, de nostalgie. Des récits qui nous font voyager aux côtés d'enfants, d'adolescents perdus, d'émigrés, de gitans, au sein des villes ou en campagne. C'est cosmopolite géographiquement, socialement et humainement et c'est ce qui fait la richesse de ce recueil.
Le paysage et la nature urbaine ou rurale sont des personnages à part entière de chaque récit comme pour confirmer que l'Homme n'existe qu'en regard de ce qui l'entoure.

J'avais déjà découvert l'écriture de Paola Pigani avec un autre de ses livres, auparavant, et la poésie qui y habite m'avait époustouflée et c'est le même sentiment que j'ai eu en lisant les pages de ces nouvelles, sentiment multiplié par autant de morceaux de vies que j'emporte désormais dans ma tête.

Ne passez pas à côté de ce merveilleux recueil si vous appréciez le genre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          306

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
isanneisanne   17 août 2020
(...) j'ai vécu une enfance très sensitive à travers les champs et les forêts, au milieu d'une famille nombreuse.
Mais j'ai aussi fait l'apprentissage du silence et de la contemplation avec mon aïeule d'origine slovène, au bord des chemins avec deux ou trois chèvres. Elle emportait toujours un livre avec elle. Je me souviens du mystère des pages tournées dans le grésillement de l'été. Ma grand -mère lisait... je ne savais pas quoi, alors... Le silence devenait vivant sur son visage absorbé par la lecture, elle s'absentait, laissant entre nous un espace salutaire pour écarquiller mon enfance et me laisser au bord de ce désir ; lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
isanneisanne   15 août 2020
Toute la matinée, au boulot, des maux de tête à n'en plus finir. De long en large, en travers, elle a pu souffler dix minutes dans la salle du personnel, prendre un cachet effervescent dans le sac à main, regarder lentement s'évanouir l'aspirine dans le verre sérigraphié à l'effigie de Petit Ours Brun.
Ses yeux ses sont fixés un instant sur les petites bulles à hauteur de la brouette rouge dessinée sur la paroi. Aux pieds de l'ours, un seau, une pelle et sa casquette bleue. Tout un univers en technicolor dans un verre à moutarde. Un bonheur gratuit ou presque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          117
isanneisanne   19 août 2020
De lui à elle, n'avait eu lieu que la caresse de cette musique. Comme une eau claire, elle longeait les carreaux des fenêtres, ses cahiers, les gouttières de zinc, venait mourir entre ses doigts, sur sa nuque, dans ses cheveux qu'elle tordait nerveusement. A travers les rideaux de pluie, les longues journées grises et immuables, ces quelques notes de musique étaient son pain blanc, son lait d'orgeat. Elle les attendait derrière une fenêtre pour les relier à un pan du ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
isanneisanne   12 août 2020
Pour mes bégaiements, ma mère non plus n'avait rien pu. A l'école, écouter me prenait toute l'énergie. Pour le reste, déjà, je m'arrangeais avec les oiseaux, plus forts que les choses à prononcer. Le silence déployé comme leurs ailes me suffisait et je jubilais au plus secret de mon coeur en écoutant leurs piaillements fous. Le plus souvent, j'avais du mal à tenir en place, je me tordais sans cesse. Mes mains surtout dansaient , ce que ma voix m'interdisait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
isanneisanne   10 août 2020
Aujourd'hui, je ne peux pas m'empêcher de regarder le ciel. Pourtant il y a toujours ces grands câbles tendus qui mordent la vue que j'en ai et la "concertina", cette volute de fer barbelé, enroulée tout autour. Quand je vois ces fils tendus, nus et noirs, je voudrais y accrocher du linge. Les chemises de Grand-Père, immenses, elles étaient. Elles me revenaient en pleine figure quand je me cachais derrière. Cette odeur de savon de Marseille et de drap mouillé, je ne l'ai jamais retrouvée. Toujours rien à ces foutus fils et ça grince, ça grince...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Paola Pigani (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paola Pigani
- "Les formes du visible. Une anthropologie de la figuration", Philippe Descola, Seuil (https://www.librest.com/livres/les-formes-du-visible--une-anthropologie-de-la-figuration-philippe-descola_0-7430583_9782021476989.html?ctx=490ec2b2fb5aab7f33cef3ccdcdeecb8)  - "Et ils dansaient le dimanche", Paola Pigani, Liana Levi (https://www.librest.com/livres/et-ils-dansaient-le-dimanche-paola-pigani_0-7438033_9791034904303.html?ctx=0f7754a98222801860e7781792cb8b2c)  - "L'anarchiste qui s'appelait comme moi", Pablo Martin Sanchez, Zulma & La Contre Allée (https://www.librest.com/livres/l-anarchiste-qui-s-appelait-comme-moi-pablo-martin-sanchez_0-7455913_9791038700529.html?ctx=754bef7b54ab5a67f7192fca7360cb51)  - "Troll", Eirikur Orn Norddahl, Métailié (https://www.librest.com/livres/troll-eirikur-orn-norodahl_0-7430703_9791022611480.html)
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre