AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Corto Maltese tome 11 sur 16
EAN : 9782203344013
96 pages
Casterman (30/11/-1)
4.02/5   105 notes
Résumé :
Suisse, 1924. Invité par son ami Steiner à une rencontre d'alchimistes, Corto Maltese se perd encore dans ses lectures initiatiques. Plongé en plein songe, il devra, entre danse macabre et procès diabolique, découvrir la source de la vie éternelle : le saint Graal !
Aventurier élégant et ironique, Corto Maltese - amoureux de sa liberté et des femmes - traverse le monde, toujours en quête d'un trésor caché, d'un ami à sauver... ou d'une cause perdue à défendre... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 105 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

En Suisse, celle où se donnent rendez-vous magie, astrologie, légendes, sans parler des traditions religieuses et ésotériques, Corto Maltese est invité en 1924 par son ami le professeur Jeremiah Steiner à une rencontre d'alchimistes. Sur le chemin du Tessin alors qu'ils vont retrouver le célèbre écrivain Hermann Hesse, à la pension Morphée, la lecture de Perceval plonge Corto dans un rêve où il lui faut découvrir la source de l'éternelle jeunesse : le Saint Graal...

Probablement en hommage au pays qu'il a choisi pour y finir sa vie, au début des Helvétiques Hugo Pratt présente la Suisse et ses origines à travers ses différents cantons. Une forme d'introduction, que j'ai trouvée aussi surprenante qu'intéressante, au voyage onirique de Corto Maltese parmi les légendes revisitées du Graal et du folklore médiéval européen. Pour le lecteur un voyage dans un monde érudit — avec de multiples référénces littéraires et iconographiques — qui ne manque ni d'humour ni de fantaisie.

Hugo Pratt a dit parlant des Helvétiques : « j'ai fait une histoire complètement farfelue, mais j'avais envie de me raconter cette fable et de témoigner de toutes ces choses qui ont été importantes pour moi. Encore une fois, c'est un hommage à tout ce monde qui m'a accompagné, à ces auteurs qui, parfois, ne sont pas très connus mais qui m'ont aidé à vivre. J'avais comme une dette envers eux. »

Commenter  J’apprécie          643

Corto Maltese Les Helvétiques... Ou l'histoire d'un marin perdu en Suisse... et puis ailleurs aussi...

Alors bon je ne vais pas ni présenter Corto, ni présenter Hugo Pratt, je crois que de nos jours tout le monde connaît, pour une raison ou pour une autre, même de loin... Enfin j'espère. Vu que quand même ils sont devenus des références dans le monde de la bd ( qu'on aime ou pas d'ailleurs, là chacun fait comme y veut)..

Perso j'aime, et cet album est un de mes préféré, sans doute... Et ce n'est pas par celui-là que j'ai rencontré Corto ( souvent quand on aime vraiment, c'est coup de foudre avec le premier.. là non pour plein de raisons, et la première celle de l'âge.. genre découvrir la ballade la mer salée à 8 ans, j'aimais bien mais je comprenais pas tout...)

Avec les Helvétiques, j'étais grande ado, et comme beaucoup d'ados, j'étais romantique, me croyais un brin sorcière ( une optique de carrière qui ne me déplaisait pas..) et je me retrouve avec cette histoire entre les mains.

Une histoire à la lisière, comme souvent avec Corto, une histoire d'ailleurs, mais là est le sujet premier...

La lisière du monde du rêve et de la réalité. Ou quand les êtres de l'ailleurs et de l'autre côté viennent nous faire des révélations dans les songes..

Une histoire pleine de symboles, pleine d'idées, pleine de danses et pleine d'humour.. d'amour aussi. Même si l'amour et Corto c'est un peu compliqué... vu que pour moi il est la représentation de l'amoureux contrarié. Il le dit lui même ( je ne sais plus si c'est dans ce tome là) "Je suis amoureux de l'amour".. l'idée de l'amour, l'idée du début de l'amour... il est comme Agripine au final, ou comme tous les ados romantiques..

Dans les Helvétiques, il est question de pureté, de quête du Grall, de fleur alchimique, de passages et peut-importe où il nous mènent...

C'est un album tendre, tendre comme les couleurs de l'aquarelle, de la Suisse, et de l'amitié.. on retrouve Steiner, le savant alcoolique qui se perdait à Paramaribo à la pension de madame Java...

Il question aussi de ce que l'on traîne, de ce côté sombre qui est en chacun de nous, et qui va peut-être nous empêcher d'arriver à la fin de la quête, et au final quelle qu'elle soit...

Corto n'a pas peur, il n'a peur de rien, il ne juge jamais ( non aucun souvenir de jugement de la part de Corto dans ses albums).. il fait avec, ou ne fait pas, il passe.. Et puis c'est un pirate, il ne faut pas l'oublier.

Et là le pirate des mers salées, des trains russes, des guerres turques, et des recherches de trésors... se perd en Suisse et se retrouve confronté à lui même en rêve, à ses choix, à ses désirs, à son passé... il ne lutte pas, il regarde tout cela avec un regard détaché, amusé....

Après tout ce n'est qu'un rêve.. Non?...

Commenter  J’apprécie          70

Tout d'abord, précisons que j'ai lu une version couleur. Etant fan de Corto en noir et blanc, cela ne m'a pas gêné, en fait. C'est la Suisse, les jaunes dominent, avec les vert prairie, les ocres... C'est paisible... dans le visuel.

Les Helvétiques, c'est un tome intérieur, ésotérique, bourré de symboles et de références. Pratt alternait souvent les tomes. Il ne mélangeait pas les scènes action/réflexion au sein d'un même tome. Il consacrait plutôt un tome à 100% l'aventure ou 100% à l'ésotérisme (une exception, d'après mes souvenirs est le tome consacré à Venise).

Corto accompagne un vieil ami, Steiner, versé dans l'alchimie et la kabbale, en Suisse pour un congrès à Sion. Ils font un détour chez Herman Hesse. C'est là que Corto fait un rêve largement empreint d'éléments issus de la réalité. Il va plonger dans une quête existentielle où il boira à la fontaine de jouvence dans le Saint Graal... II sera ensuite jugé par un tribunal composé de tortionnaires et autres visionnaires, parmi lesquels on a Gilles de Rais ou Jeanne d'Arc... mais aussi l'inévitable Raspoutine, son meilleur ennemi juré.

Les tomes ésotériques sont souvent un peu longuets, inégaux et forcément lassants... Ici, ce n'est pas le cas, il y a une tension, un sens du récit, un fil rouge qui attire le lecteur et le captive. Evidemment la présence de Raspoutine y est pour quelque chose. Ainsi que la très bonne introduction, très éclairée, illustrée de magnifiques photos du Valais. Signée d'un certain Steiner, elle permet une meilleure compréhension du tome. Un bon Corto.

Commenter  J’apprécie          80

Le marin maltais, reclus sur les rives du lac Léman, accompagne son ami Steiner dans le Tessin pour y rencontrer l'écrivain allemand Herman Hesse. Arrivé à Montagnola, Corto est accueilli par un jeune garçon à l'âge incertain, dont le nom provient à la fois d'une nouvelle de Hesse et du cycle arthurien, Klingsor. Mais, en fait de Suisse, Corto Maltese voyage surtout au pays des rêves et des légendes, car le pays des Helvètes se révèle être un carrefour entre mythes celtiques et germaniques : d'un côté Arthur et Galaad ; de l'autre, les Nibelungen.

Dans cette quête fantasque sinon farfelue, le pirate maltais croise la mort, des fées qui vivent la tête en bas, un bouc luciférien, un gorille aux airs de King Kong, un chevalier châtré et même ... son plus vieil ami et ennemi, Raspoutine. Et, pour avoir bu l'eau à la fontaine de jouvence dans un calice qui est le Graal, Corto est même jugé par un tribunal de personnages historiques, fous et parfois maléfiques. La peine encourue est de rester prisonnier du rêve : mais le monde onirique échoue dans sa tâche, et Corto peut retrouver Steiner.

Oubliées les grandes pages de l'histoire comme décors, adieu les pérégrinations d'un marin solitaire dans les tourments de son époque. Les Helvétiques évoquent davantage Pratt que Corto, dont on apprend si peu. L'Histoire n'est jamais loin évidemment, et elle se fait ici littéraire et intellectuelle. Corto croit avoir affaire à un pays sans légendes ni imagination. Hugo Pratt le détrompe. Pour ce faire, il convoque, pour leur rendre hommage, de grandes figures intellectuelles qui l'ont aidé dans sa construction en tant qu'auteur : Hesse, von Eschenbach, Paracelse ... Pour autant, l'auteur ne se départit pas de son humour, qui se ressent particulièrement dans l'attitude de Corto Maltese (ainsi lorsqu'il passe sur l'épée, servant de pont, pour aller au château) ou dans les situations qu'il rencontre (le Graal enchaîné pour ne pas être volé). Onirique, Les Helvétiques est, par essence, un album tendre et intellectuellement (assez) exigeant. En cela il est réellement représentatif de la série.

Commenter  J’apprécie          50

Corto Mlaltesse, j'adore...en noir et blanc, à l'encre de Chine.. normal pour un marin.qui lève l'ancre pour des trésors qu'il trouve et qu'il s'empresse de perdre. Corto; Cyrano moderne..Son courage et son aura séduisent les femmes qui croisent son chemin elles mêmes belles dans leurs félures

J'ai eu un peu de mal à entrer dans son univers dont le rythme est si singulier, un peu comme dans le Tao, pas de début pas de fin, un éternel recommencement. Ces histoires regorgent d'actions mais ces aventures ne semblent être dessinées que pour servir de faire valoir à ces paysages étirés

J'ai un faible pour cet épisode encore plus onirique que les autres (même en version colorisée proposée dans la bibliothèque babelio...) même en Suisse les aventures de Corto nous donnent l'impression d'être ailleurs dans un hamac

Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
BulledEncre
23 juillet 2019
« Les Helvétiques » sont en vérité un testament littéraire que l’on lit et relit avec bonheurs avec des références iconographiques et littéraires omniprésentes tout au long des planches de cet album étonnant.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Sceneario
23 novembre 2015
Une aventure insolite qui nous fait voyager, mais qui peut surprendre certains lecteurs de Corto Maltese.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (5) Ajouter une citation

La Suisse passe pour être un pays paisible, avec des vaches qui donnent tantôt du lait, tantôt du chocolat, selon la couleur de leur robe. C'est aussi la forteresse de la finance ; son armée est constituée de soldats qui restent à la maison ; il y a de belles jeunes filles sportives qui n'ont pas droit à certains droits, dans des parties reculées du pays ; et les parents mettent des pommes sur la tête de leur fils ; c'est aussi le pays des saint-bernard qui se promènent avec un tonnelet d'eau-de-vie autour du cou ; la Suisse dispose aussi d'une sélection nationale de football qui brille par sa discrétion ; et elle est la pourvoyeuse d'une espère de lansquenet pour la garde du pape.

Commenter  J’apprécie          10

Le sommeil est un grand voleur.

Commenter  J’apprécie          230

J'ai parcouru sa "Philosophie saga" et son traité d'alchimie "Archidokes". Mais son maître, l'abbé bénédictin Trithemus de PRAGUE et son élève Cornellius AGRIPPA m'intéressent bien plus avec leur traité "Veterum Sepurum Sigilla" sur la magie.

Commenter  J’apprécie          10

La seconde : acheter pour Erica (15 ans), la fille du vigneron VARNAS, une belle robe rose de Thuringe.

Commenter  J’apprécie          10

Mais c'est une histoire pour enfants...

-Et quel mal à cel?Tu n'as jamais été enfant?

- Si...il y a très longtemps...

Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Hugo Pratt (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hugo Pratt
D'une révolte naît l'utopie. D'un rêve, le cauchemar...
Le Bounty est un navire de la Royal Navy chargé de ramener de Polynésie des plants d'arbres fruitiers destinés à nourrir les esclaves des colonies antillaises. Sur le trajet du retour, après cinq mois d'escale à Tahiti, une mutinerie éclate, menée par le second Fletcher Christian. La majorité des marins fidèles au capitaine Bligh est abandonnée avec ce dernier à bord d'une chaloupe. le bateau est désormais aux mains d'une poignée de révoltés…
Comment la construction d'une société idyllique a-t-elle pu se transformer en enfer ? En retraçant l'authentique parcours des célèbres révoltés du Bounty, les auteurs confrontent mythe hollywoodien et réalité, et proposent leur vérité à travers un récit haletant, entre roman d'aventure, thriller tropical et récit des origines. Découvrez l'adaptation en bande dessinée du récit-enquête de Sébastien Laurier La Bounty à Pitcairn (prix du livre insulaire 2017), illustrée par le naturalisme expressif de Gyula Németh, qui doit autant à l'énergie lâchée de Christophe Blain qu'à l'exotisme poétique de Hugo Pratt.
https://www.glenat.com/24x32-glenat-bd/pitcairn-lile-des-revoltes-du-bounty-tome-01-9782344034255
+ Lire la suite
autres livres classés : suisseVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Hugo Pratt, vous connaissez ?

De quel nationalité était Hugo Pratt ?

Syldave
Italien
Argentin
Belge

10 questions
61 lecteurs ont répondu
Thème : Hugo PrattCréer un quiz sur ce livre