AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742730540
Éditeur : Actes Sud (03/01/2001)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Il suffirait de presque rien pour que les personnages de Claude Pujade-Renaud soient aussi heureux qu'ils en ont l'air. Encore faudrait-il que les mots soient leurs alliés, qu'ils signifient exactement la même chose pour tout le monde.

Au lieu de quoi ils se dérobent, laissent entre eux et le réel un vide qui devient l'espace du malaise, du malentendu, parfois du malheur.

De ce recueil de nouvelles sourd une mélodie douce-amère, teint... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
brigittelascombe
  21 février 2012
Récompensée par plusieurs prix (dont le Goncourt des lycéens 1994 pour Belle-mère), la nouvelliste et essayiste Claude Pujade-Renaud signe avec L'enfant précoce(titre de l'une des 14 nouvelles) un recueil de nouvelles jouant avec les mots d'une façon très psychanalytique.
Des thèmes différents mais tournant autour d'un traumatisme(inceste,enfance malheureuse,séparation,blocage corporel,rituel,fausse-couche,origines,souvenirs de guerre,maladie,failles,enterrement,amours interdites,passé) qui ressurgit et franchit la porte ouverte de l'inconscient lors d'une ambiance particulière. La clef d'accés est un patois, un langage à part,un lapsus,une appellation à la sonorité particulière,un blocage,une interprétation,un délire,une consonnance étrangère,un délire,un double sens,une invention,un pluriel,une dédicace...
Parle-t-on le même langage? Les conflits se basent-ils sur les non-dits?Peut-on à travers mots retrouver le bonheur (ou le malheur volontairement oublié) ?
Des nouvelles douces-amères, en demi-teintes comme ces tableaux pointillistes où la lumière sourd à travers un univers fragmenté.
Intéressant et joliment écrit par une excellente manieuse de mots (maux?)!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
elodiepompey
  18 mars 2017
Auteur : Claude Pujade Renaud
Je ne connaissais pas cette auteure. Elle a pourtant de nombreux prix littéraires.
Du même auteur: Belle mère (1994)/ le sas de l'absence (1998)
Genre: nouvelles
Ici, il y a 14 nouvelles. le recueil est assez fin.
La couverture ne m'a pas du tout attiré. Par contre, le titre m'a interpelé "Au lecteur précoce", nouvelle des dernières pages (comme si on gardait le meilleur pour la fin). La construction est intéressante puisque cet ouvrage commence par "Mourir à petite pluie" et se termine par la précocité. Est-ce à dire qu'ici on fait le tour de la vie?
Ces nouvelles sont une promenade dans le quotidien. Les personnages sont peu brossés, parce qu'ils sont courants (leur physique importe peu).
Dans ce quotidien, il y a les secrets qui nous font "mourir à petite pluie" (ça change de mourir à petit feu!). L'humidité gagne le coeur, se met aux bords des yeux, alors on ferme les volets. On espère une "halte" ou un "passage".
Parmi toutes les dédicaces que peut faire un écrivain, combien prennent-elles sens? Un jour Gérard en fait une pour une femme enceinte. Il a écrit "pour le lecteur précoce" et cela tissera un lien de paternité avec le futur lecteur de son livre.
J'ai beaucoup aimé "Lustrum" car cette nouvelle est amusante. Des parents discutent dans le noir de la soirée où a été conçu leur fils. Ils ont une image très nette d'un lustre témoin de leurs ébats. Sébastien ayant tout entendu va mettre des lustres à s'en remettre!
L'ensemble du recueil est agréable, avec quelques pointes d'humour. Les tableaux de vie sont fidèles, mais pas inoubliables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Colchik
  09 septembre 2017
Nouvelle rencontre avec Claude Pujade-Renaud, mais cette fois-ci autour d'un recueil de 14 nouvelles. Je ne me montre guère enthousiaste. C'est une affaire de style, comme un vêtement qui ne m'irait pas. Et je conçois qu'il aille tout à fait à quelqu'un d'autre. Je trouve son écriture à la fois sèche et précieuse, retenue de l'intérieur et exposée de l'extérieur avec des jolis mots choisis. Cette boiterie me gêne, cela ne s'explique pas.
Quant au sujet des nouvelles, nous retrouvons le thème de l'inceste :  Mourir à petite pluie et Mamanmatante. Un inceste presque par inadvertance, nulle perversité, juste une aimantation des corps plus forte que les interdits, dans un flou qui meurtrit les âmes sans vraiment les mettre en danger.
La mémoire et le passé traversent d'autres nouvelles : la mémoire d'enfance avec Une odeur à fréchin, Une Halte, Lustrum, Poterne des peupliers et le poids du passé avec l'enjeu de la transmission dans No Pasará et Sennen Sennen. La culpabilité et le passé douloureux se conjuguent dans La Grenade, mais aussi Poterne des peupliers. Seule la dernière nouvelle, Au lecteur précoce, clôt le recueil sur une note d'optimisme alors qu'auparavant une petite musique triste et désabusée nous a accompagnés de page en page. Plus que des histoires, Claude Pujade-Renaud nous raconte des blessures jamais refermées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
anne_le_bruit_des_vagues
  08 avril 2014
14 récits relatent une quête de bonheur chez des hommes blessés par une enfance souvent mal vécue, parfois même à la lisière de la folie.
Vous dire que j'ai aimé chacune de ces nouvelles serait faux. J'ai tout d'abord adoré le titre de l'ouvrage, qui était comme une invitation. Et puis, d'une écriture incisive, sans dérobade, l'auteur a su m'imposer son style, provoquer de vrais pincements au coeur.
Oui, quelques-uns de ces récits ont su faire basculer mon imaginaire.
D'autres m'ont beaucoup dérangée.
Commenter  J’apprécie          00
keisha
  15 novembre 2013
De courtes nouvelles écrites dans un français superbe, fluide et lumineux.
De la première, Mourir à petite pluie, et son éblouissante évocation de la côte normande, jusqu'à la dernière, Au lecteur précoce, et un auteur piégé dans un salon du livre. Claude Pujade-Renaud a enseigné la danse et l'expression corporelle, et j'oserais dire, c'est un compliment, que cela se sent à lire ses nouvelles.
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   20 février 2012
Adolescent, Fabien déclarait: On meurt à petite pluie ici, un jour je vivrai sur les bords de la Méditerranée.Tu es fou,rétorquait Aline,ici c'est chez nous,et toi qui aimes tant explorer la grève lorsque les vagues se retirent,collectionner des galets aux formes étranges! Oui,lorsque j'étais gosse,plus maintenant...Fabien avait tenu bon:après ses études d'ingénieur,il était parti travailler en Grèce,avait épousé Adamandia,la Crétoise à l'épaisse chevelure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   20 février 2012
Ne craignez-vous pas que, avec le Web,l'écrivain traditionnel n'appartienne à une espèce en voie de disparition,obsolète du moins? (sans doute,sans doute,néanmoins je m'agrippe aux mots-quelques mots-,je m'agrippe afin de respirer,résister,survivre,tandis que,m'explique-t-on,prolifère,tentaculaire,une immense toile d'araignée).
Commenter  J’apprécie          30
brigittelascombebrigittelascombe   20 février 2012
Judith m'a plaqué parce que j'ai lâché maman!" juste au moment où je me lâchais en elle. Ca m'étais déjà arrivé,pas avec une fille,avec un cheval.Il s'était emballé brusquement,j'avais crié,pareil,je devais avoir douze ou treize ans,les copains s'étaient foutus de moi:Vincent appelle sa mère!
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   20 février 2012
Le cadeau n'est pas destiné à un enfant mais à un homme de trente-six ans.Autrefois il n'a connu ni les Noëls en famille ni cet ours qui permet de traverser la nuit,compagnon de lit et partenaire des rêves.Elle a décidé de lui en offrir un.
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   20 février 2012
Adamandia s'émerveille de ces couleurs et de cette lumière fluides sur la mer et le ciel.Elle hésite,semble consulter un dictionnaire intérieur:Opale et nacre,murmure-t-elle.Son regard dérive vers les remous des eaux au pied du rempart crayeux.Elle tâtonne à nouveau: Ah,ça y est,j'ai retrouvé le mot,céladon!Oui,c'est cela,nacre,opale et céladon.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Claude Pujade-Renaud (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Pujade-Renaud
Le 7 mars 2013, François Busnel reçoit :
Benoîte Groult, Ainsi soit Olympe de Gouges Alix de Saint-André, Garde tes larmes pour plus tard, à propos de Françoise Giroud, Histoire d'une femme libre : un manuscrit retrouvé par Alix de Saint-André à l'IMEC et publié par cet écrivaine à titre posthume. Andreï Makine, Une femme aimée Claude Pujade-Renaud, Dans l'ombre de la lumière
La Grande Librairie

France 5 #LGLf5
-- François Busnel propose en direct chaque jeudi à 20h35 sur France 5, un magazine qui suit de près l'actualité littéraire avec pour seul mot d'ordre, le plaisir.
Retrouvez toutes les informations sur les invités et leur actualité sur notre site : http://www.france5.fr/la-grande-librairie Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour suivre notre actualité : https://www.facebook.com/pages/La-Grande-Librairie/512305502130115 https://twitter.com/GrandeLibrairie Et réagissez en direct pendant l?émission avec le hashtag #LGLf5.
+ Lire la suite
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1033 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre