AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782918698364
48 pages
Editions Invenit (16/10/2012)
3.94/5   8 notes
Résumé :
Pour La Liberté guidant le peuple peinte par Delacroix en 1830, figurant au patrimoine national et symbole d’un républicanisme romantique, Michel Quint imagine un récit à suspense, une mise en scène shakespearienne où la rue devient théâtre.
Nous partons à la rencontre d’Eugénie, à qui l’auteur prête ce destin de demoiselle Liberté et attribue l’histoire de ces Trois Glorieuses souvent méconnues. Nous accompagnons le peintre et son modèle parmi les barricade... >Voir plus
Que lire après Mademoiselle LibertéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
"Le peuple souverain s'avance! Droit sur nous à travers le vernis de l'oeuvre."
Dominé par la liberté, femme aux seins dénudés arborant le drapeau bleu blanc rouge sur un socle de cadavres, tel est le tableau de Delacroix (intitulé "La Liberté guidant le peuple"), hautement romantique.
Le peintre (coloriste et novateur) tient son inspiration de faits véridiques s'étant déroulés lors des Trois Glorieuses (27,28 et 29 juillet, où la révolution de 1830 renversa Charles X).
Voilà la trame de Mademoiselle Liberté, symbole de la République, dont Michel Quint a retrouvé les origines pour nous offrir ce court roman historique.
Delacroix se trouvait près des insurgés lorsque Eugénie, pauvre fille du nord ambitieuse passée du statut de Cosette à celui d'actrice sensuelle et chanteuse "à la voix de Piaf", après s'être réfugiée dans le théâtre du Vaudeville se retrouve au sein de "héros improvisés" avec "le saint frusquin à l'air" (à noter que ce récit est ponctué de formules imagées familières qui le relèvent d'une pointe d'humour: ex: Charles X "cagot fini") Mademoiselle Liberté prendra corps, par la suite, sous le pinceau de Delacroix qui immortalisera cet instant en prenant Eugénie pour modèle. A noter que
Victor Hugo, a pioché lui aussi plusieurs personnages (de Les Misérables) dans les Trois Glorieuses .
Facile à lire ce mini-roman est une page d'histoire incontournable puisque "le sang des petits a coulé" en faveur de Louis Philippe.
Bonnet blanc blanc bonnet mais où est donc passé le bonnet phrygien ?
A noter que Michel Quint, attiré par les thèmes historiques, a écrit Effroyables jardins (relatifs à la résistance durant la deuxième guerre mondiale).
Commenter  J’apprécie          160
Michel Quint nous présente de façon originale cette peinture assez connue et classique d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple. Il donne vie aux personnages de la toile, plus particulièrement la figure féminine centrale, la rendant un peu plus familière à nos yeux et la dépouillant de son caractère purement symbolique. Elle devient jeune femme, actrice, sorte de Causette débraillée et rebelle. L'auteur nous conte l'histoire de cette "prise de vue" sur le vif par le talentueux peintre, ce moment d'Histoire par l'histoire de cette demoiselle.
La plume est truculente, rythmée, très agréable, pleine de cette gouaille qui colle parfaitement à celle de cette jeune demoiselle et à la période révolutionnaire. Elle nous entraîne d'un seul mouvement, comme le bras de la Liberté, et nous arrivons rapidement au terme de ce court récit, juste là pour nous illustré cette peinture, renversant un peu les codes habituels : ce n'est plus la couverture qui illustre le récit, mais le récit qui se met au service de cette peinture si célèbre.
À découvrir, avec ce titre ou un autre de la même collection.
Commenter  J’apprécie          110
Derrière ce texte, existe toute une collection, fondée comme son nom l'indique sur le principe de l'ekphrasis – la description d'une oeuvre d'art enchâssée dans un récit. A divers auteurs, un tableau célèbre ou plus confidentiel est ainsi confié, pour être mis en scène et raconté.

Ici, Michel Quint se penche sur la Liberté guidant le peuple de Delacroix. Assez typique de ces oeuvres trop connues, étudiées à l'école et visuellement rabâchées, qu'on finit par ne plus vraiment voir, croyant trop bien les connaître. Par ce petit texte, il nous offre pourtant sur elle un regard rénové, ravivé.
Rien de bien révolutionnaire dans l'histoire de l'Art, sans doute, quand l'auteur souligne les jeux de construction et de couleurs qui donnent sa force au tableau, lorsqu'il rappelle le contexte historique qui lui a donné naissance. Mais pour cela même, il joue d'une plume à la vivacité délicieuse, dont la voix s'accorde remarquablement au ton de l'image – entre celle du gamin des faubourgs et celle du héros romantique, lorsque les deux se rencontrent et s'unissent dans un même but.
Et surtout – là réside la véritable originalité et le plus grand intérêt du texte – Michel Quint ne nous rouvre les yeux sur l'oeuvre que pour mieux nous entraîner en elle, en recréant son histoire. Celle d'une gamine du peuple, assez volontaire pour refuser un destin sordide, assez belle et chanceuse pour y parvenir. Tirée des cuisines du Procope par Eugène Arago, elle devient figurante au théâtre du Vaudeville avant d'attirer l'oeil de Delacroix... et d'être entraînée à ses côtés dans la brève épopée des Trois Glorieuses. de nous entraîner à notre tour de l'atelier à la rue, de la rue à la barricade... et de la barricade à l'atelier, où l'histoire se recrée en légende. Cette légende que l'imagination de l'écrivain réinvente à son tour, pour le plus grand plaisir du lecteur.
Mon seul regret est que le récit soit si court : la verve de l'auteur autant que l'ampleur du sujet m'auraient donné envie de prolonger l'aventure bien plus loin.

Un grand merci à Babelio pour m'avoir permis de découvrir ce joli texte, agrémenté d'une édition soigneuse et élégante, qui me donne envie de découvrir tant les autres oeuvres de Michel Quint, que les autres publications des éditions invenit.
Lien : http://ys-melmoth.livejourna..
Commenter  J’apprécie          50
Je trouve l'idée de la collection vraiment bonne ! Il s'agit d'un tableau connu et reconnu, expliqué et détaillé dans les moindre détails des dizaines et des dizaines de fois et pourtant on apporte ici un nouveau point de vue. une nouvelle histoire ! un point que j'ai beaucoup apprécié, c'est le fait que le tableau soit présent en différents endroits dans la livre, ce qui permet de s'y référer rapidement tout en suivant le texte !

Michel Quint se sert ici du tableau La liberté guidant le peuple de Delacroix et réinterprète l'histoire des personnages.
l'idée est donc bonne mais j'ai eu vraiment du mal à rentrer dans le livre, et comme il ne fait qu'un quarantaine de pages, si vous ne parvenez pas à rentrer tout de suite dedans, vous arriver à la fin sans avoir capté grand chose !
Autant j'aime l'histoire de france, autant le 19 ème siècle n'est pas une période que je connais et que j'apprécie. du coup, je ne connais pas ou peu le contexte du tableau, et contrairement à d'autres, je ne l'ai jamais étudié à l'école. du coup je ne sais pas de qui s'est vraiment inspiré Delacroix et je ne sais pas s'il y a de la réalité dans le récit de Michel Quint. Je crois que c'est cela qui fait que je n'ai pas accroché. Peut être que dans une période où j'aurai eu un peu plus de temps à y consacrer, j'aurai pu simplement lire une ou deux analyse du tableau sur internet. Je pense que ma lecture aurait été bien différente.

je pense donc le relire, dans quelques mois, quand j'en saurai plus sur ce tableau.

Commenter  J’apprécie          20
Babelio Masse critique m'a souvent offert d'excellentes lectures que je n'aurai surement pas lues dans l'absolu et que je ne regrette pas du tout d'avoir découvertes. Celle ci rejoint le club des lectures appréciées même si j'aurai aimé que le roman fasse plus de pages, en effet 48 pages c'est avalé drôlement vite d'autant plus que l'histoire s'y prêtait vraiment.
Comment raconter une histoire à partir d'un tableau très connu, en effet "La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix est une très belle toile qu'on peut admirer au Louvre devant laquelle je suis passée souvent mais dont je n'aurai pas eu l'idée d imaginer l'histoire et Michel Quint l'a fait et très bien fait.
Dans ce très court roman on suit l'existence d'Eugénie, son parcours de la misère du Nord sa région natale jusqu'au théâtre où elle brûlera les planches puis dans la révolte des journées historiques des 3 glorieuses et la chute de Charles X . Delacroix se servira d'elle comme modèle de plusieurs de ses tableaux mais c'est dans le rôle de cette liberté dénudée qu'elle sera la plus célèbre.
Ce roman nous fait revivre une période de l'histoire de France, nous offre une vision différente et intéressante de ce tableau et nous livre par petites touches la vie du peuple sous le règne de Charles X.
L'écriture de Michel Quint est vraiment magnifique, j'avais déjà pu l'apprécier dans Effroyables jardins mais j'ai été complètement sous le charme de cette puissance associée à une fluidité énorme.. auxquelles s'ajoutent des pointes d'humour qui ne gâchent rien.
Non vraiment le seul reproche que je ferai à ce roman c'est sa brièveté j'en aurai bien pris une tranche en plus. Je pense que l'auteur aurait pu davantage nous présenter les personnages en les développant un peu plus mais ce n'était surement pas le but du livre qui était essentiellement celui de nous présenter ce tableau d'une façon originale et différente.

Un grand merci à Babelio-Masse Critique et aux Editions Invenit pour ce partenariat bien agréable.
Lien : http://delcyfaro.blogspot.fr..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Alors Eugénie brandit son drapeau, lève son fusil, ça fait que son bustier de fortune lui fait faux bond, qu’elle a le saint frusquin à l’air et galvanise la brigade qui enlève la barricade dans l’élan et bascule dans le camp des suppôts du pouvoir. C’est cet instant que peint Delacroix dans ce qu’il appelle d’abord La Barricade puis Scènes de barricade. Il est le Capa des Trois Glorieuses, celui qui saisit au vol la mort d’un républicain, fauché fusil au poing. Un des premiers correspondants de guerre civile.
Commenter  J’apprécie          311
-Petite...! Petite...!
Et elle fuit le noctambule,parce qu'elle n'est plus une oie blanche, qu'elle sait bien ce qu'on peut attendre de son corps,et qu'elle doit se garder tout le jour de la promiscuité des cuisines et des mains d'homme.
Commenter  J’apprécie          70
Les révoltes et révolutions en tous genres, personne ne les aime autant que nous, Français. Nous sommes des spécialistes de la conquête de la liberté,des références,même si nous n'avons plus le monopole mondial de l'insurrection.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Michel Quint (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Quint
Michel Quint vous présente son ouvrage "La Printanière" aux éditions Serge Safran éditeur.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2648663/michel-quint-la-printaniere
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (17) Voir plus



Quiz Voir plus

Savez-vous la vérité sur l'affaire Harry Quebert ?

Que sont Harry et Marcus ?

père et fils
frères
amis
collègues de travail

24 questions
2482 lecteurs ont répondu
Thème : La Vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël DickerCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..