AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782072727481
400 pages
Gallimard (14/09/2017)
4/5   4 notes
Résumé :
Le gang paradoxal a explosé. De retour du Laos où elle est allée chercher Liwayway, la fillette qu'elle était à l'âge de quatre ans lorsque des miliciens ont abattu ses parents, Silver est immédiatement dirigée par le commissaire Lacroix sur une enquête qui implique un groupe radical rouge-brun et le site Shoot To Kill, listant des personnalités à abattre et élaboré par Antoine Marquez, théoricien du chaos social. Wolf, son coéquipier à la Brigade criminelle et alte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
NigraFolia
  08 mars 2018
Il est des romans où le moment de la lecture a de l'importance. Où il faut savoir être en accord avec le livre. Avec Minuit à Contre-Jour, paru l'année dernière, Gallimard shoote dans sa collection Série Noire pour nous servir un très grand thriller. Il m'a fallu attendre pour être mûr, pour être apte à le déguster comme on savoure un grand cru.
Car Minuit à Contre-Jour clôt un triptyque hors du commun. C'est un nouveau souffle sur le roman noir. Ambitieux et glaçant. C'est sans aucun doute, le tome le plus abouti pour ce qui est de l'écriture. Et Dieu sait que mon attente était forte. C'est sans conteste pour cela que cette chronique sera plus longue qu'habituellement.
S'il est du tempérament inné de l'homme de vouloir dominer la Nature plutôt que d'être dominé, nous évoluons dans un monde fait de perception et parfois d'illusion. Et nous ne voulons voir que ce qui nous sied…
Pour entrer dans l'univers de Sébastien Raizer, il faut à mon sens commencer par le début. Il s'agit d'un véritable parcours quasi initiatique. La lecture de Minuit à Contre-Jour est exigeante, car ce roman est empreint de mythologie et bien entendu d'une belle once de philosophie japonaise [je vous renvoie par ailleurs au Petit éloge du zen du même Sébastien]. Au-delà de cela, ce thriller pose une oeuvre forte tournant au de l'humanité et de l'inclinaison qu'a l'homme à se détruire. La technologie devient alors un médium pour atteindre son écroulement, pour accélérer sa dislocation. A travers l'intelligence artificielle, les nanotechs, la société reprogramme sa politique, engendre des antagonismes sociétaux, des mouvements sociaux. Aussi, L'alignement des équinoxes et Sagittarius sont à lire préalablement pour comprendre, pour s'immerger dans les voies prises par Wolf, Silver, Diane et Karen. C'est impératif sans quoi le lecteur sera désorienté plus que de raison.
Lecteur, boucle ta ceinture ! Cale-toi dans ton fauteuil ! Il est grand temps de charger ton Desert Eagle. Garde-le à portée de main. Face à toi, il y a du lourd ! L'auteur est sans pitié. Quand on pénètre dans une trilogie pareille, on n'en ressort pas indemne.
Revenons brièvement à la situation de départ. Hors de question de déflorer l'histoire mais il faut tout de même faire le point sur le gang paradoxal dans sa quête sur la neurotoxique créée par la Vipère. le gang a littéralement explosé. Linh Schmidt, alias Silver est pilotée par le commissaire Lacroix / BigJim - toujours obsédé par l'idée de récupérer une neurotoxine hallucinogène jouant que les perceptions sensorielles - sur une enquête qui implique un groupe radical. Cela l'amène à un site listant des personnalités à abattre créé par Antoine Marquez, le théoricien du chaos social, Shoot To Kill. Si Silver progresse tant bien que mal, aux côtés de Liwayway, le souvenir de la fillette qu'elle était, de son côté, Wolf / Luc Hackman, son alter ego et coéquipier, est plongé dans un coma profond suite à une overdose de la neurotoxine. Wolf est perdu dans un univers fait de néant, baladé au son des mélodies de l'alignement des équinoxes. Pour aller jusqu'au bout, comme Wolf, Silver va devoir progresser plus encore dans les mondes interlopes car la vipère, Diane - son archange noire, Karen - la fille samouraï, ont poussé les frontières de la réalité vers un monde de silicium. Pas la peine d'en dire davantage ; le reste c'est à prendre dans tes mirettes. Il te revient, lecteur de choisir ou non de plonger.
Dit comme cela, Minuit à Contre-Jour fait frémir. Mais le jeu en vaut la chandelle.
Je me répète pour ceux qui ont lu mes précédentes chroniques, mais on touche du doigt des univers variés mais concomitants. Ceux de William S. Burroughs à travers ses romans hallucinés, Philip K. Dick, seigneur es-science-fiction, uchronie et anticipation et Maurice G. Dantec, concepteur d'un cyber-polar. Je l'avais déjà écrit. Je persiste et signe des deux mains.
Au fait, pourquoi diable Sébastien Raizer n'a pas de lettre intercalée entre son nom et son prénom ??
Avec les deux premiers opus, le lecteur que je suis a appris le lâché-prise, à me faire porter par les mots, l'histoire et le parcours des héros. Pourtant je suis à nouveau secoué par Sébastien Raizer qui me perd, non qui m'emmène sur des voies parallèles. Il y prend un malin plaisir. Là on je cherche la symétrie, l'harmonie, il livre un terreau en forme de capharnaüm. Pourtant je me laisse porter dans ce chaos ordonné, qui autour de moi, voit la montée d'une société arrangée, harmonisée ( ?) et régentée par la science, se trouve des thèmes comme la manipulation mentale, les notions de réalité et quelques théories du complot. En d'autres termes, une terrifiante idée de la virtualité. La prochaine évolution de l'humanité ?
Bref Minuit à Contre-Jour est un thriller qui transcende la réalité, certains diraient trans-réaliste. On y oscille entre deux mondes au gré de quelques inclinaisons cyber-punk. Les vérités se méritent. Elles sont dissimulées. Pour les voir, il convient de se laisser porter et de suivre Silver et Wolf. Il me faut les voir se déconstruire pour se re-bâtir une vision pure, pour regarder derrière l'image. Je deviens un lecteur soumis aux effets de la neurotoxique.
Minuit à Contre-Jour transcende le royaume des apparences. C'est joyeusement perturbant. Deux réalités s'associent. Les suggestions foisonnent. Seul le poète est capable de déchirer les mystères du monde. Et pour se faire, il lui faut rompre avec les certitudes de notre monde.
Mais si j'évoque ici le symbolisme qui a toute sa place dans cet ouvrage, il ne faut pas oublier ce qui construit un roman noir. Ce thriller est fort, vigoureux. Il a sa dose d'adrénaline. Ça castagne dur, ça se court après. Les flingues sont chargés à bloc. C'est violent et mis en musique par une bande son qui a toujours son importance. Elle grince parfois et distille des rifts de métal et des mélopées au gré des pages.
Les personnages sont plus marqués. Raizer dessine leur psychologie, il la grave en profondeur. On s'y attache vraiment. Mais la force vient aussi de la qualité d'écriture. Par-delà l'histoire de ce triptyque, les mots, la phraséologie de Sébastien aspire littéralement le lecteur. Cela se dévore avec une vraie jouissance.
Rares sont les romans qui troublent mes sensations. Sébastien donne un coup de fouet au roman noir. Il le hisse à un niveau rarement atteint ces derniers temps. Offrir au lecteur de regarder derrière le réel. Appelle cela lever le voile, transcender, ou bien prendre du recul. de toute manière, c'est bien d'une projection dans une analyse sans concession de l'humanité et de sa vision occidentale de ses évolutions sociale et technologique affamées, qu'il s'agit.
Et cela est aussi terrifiant que bon.

Lien : https://nigrafoliablog.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
yvesChe
  22 février 2019
Sébastien Raizer livre, avec « Minuit à contre-jour », l'ultime volet de sa trilogie consacrée à l'alignement des équinoxes, série captivante au sein de laquelle s'agitent les enjeux contemporains et ceux de demain. Même si le ton flirte avec celui du roman noir, cet ouvrage ne cache pas une prédilection pour l'anticipation et la science-fiction, car les lecteurs découvrent assez rapidement que les challenges d'aujourd'hui auront l'une ou l'autre incidence dans le futur. Malgré une action prenante de bout en bout, il est probable que certains d'entre eux se perdront un peu en se retrouvant face à des personnages aux motivations extrêmes. Pêle-mêle, ce roman nous met en présence d'individus jusqu'au-boutistes. Il y a le commissaire Lacroix, chargé d'élucider une affaire qui implique un groupuscule radical, son coéquipier Wolf plongé dans le coma suite à une overdose, Marquez qui (via un site du Dark Net) liste une série de personnalités à abattre et Silver qui tente de remonter à ses origines, avant qu'un gang n'ait été chargé d'assassiner ses parents. Ouvrage du trans-réalisme, cette épaisse saga joue avec la tension, opte pour des retournements totalement imprévisibles et décrypte notre société en ne la présentant pas sous son meilleur visage. de l'étrange, du suspense et de la métaphysique constituent une bonne dose d'ingrédients qui jouent avec les nerfs et qui deviennent addictifs. J'ai bien aimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2017
Toutes ses réalités possibles se dispersaient comme des galaxies de particules primordiales qui tentaient de survivre au Big Bang.
Ensuite, il n'y eut plus rien.
Ni le vide, ni le plein.
Le néant absolu, parfait et inconscient.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 octobre 2017
La seconde suivante, il se demandait comment on pouvait ignorer que le futur était déjà advenu. Qu'il advenait sans cesse. Que la conception, la représentation et l'usage du monde s'étaient insensiblement mués en des myriades de fantasmes préformés, présuggérés et instables, amalgamés en une même veine de transréalisme, sans horizon ni temporalité, sans verticalité ni frontière.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Sébastien Raizer (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sébastien Raizer
Découvrez l'entretien de Sébastien Raizer, qui raconte le processus créatif qui l'a poussé à écrire “Mécanique Mort”, son dernier roman, paru à la Série Noire. C'est depuis son pays d'adoption, le Japon, que l'auteur nous donne les grands noms qui l'ont inspiré pour inventer cette histoire singulière et glaçante. « Il y a deux grands phares qui ont guidé l'écriture de "Mécanique mort", deux sources d'énergie absolue, c'est Dostoïevski et Joy Division. Et le coeur du roman, c'est ces personnages qui sont à la recherche vitale d'une humanité authentique. » *** Résumé : Après trois ans passés en Asie, Dimitri Gallois revient à Thionville, afin de se recueillir sur les tombes de son père et de son frère pour apaiser son âme tourmentée. Mais ce retour réveille de vieilles haines et provoque un regain de violence entre des clans ennemis qui avaient conclu une paix toute relative.
Vengeance, trafic de drogue, opium de synthèse, banquier corrompu, mafia albanaise et ‘Ndrangheta, Dimitri va-t-il réussir à échapper à cette terrifiante mécanique de mort ?
*** Extraits « “Mécanique mort”, c'est une société entière en crise profonde, avec une zone grise grandissante entre légalité et illégalité, société criminelle et organisation officielle. Et pour moi, vu du Japon, “Mécanique mort” c'est la pleine vibration de ce qu'on appelle le temps présent. Ce présent à perpétuité qui produit de façon frénétique et qui ne pense absolument pas, qui est toxique et nihiliste. » . « L'histoire de Dimitri Gallois est son besoin absolu de faire la paix avec lui-même et avec son passé. »
*** Découvrez le livre https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Serie-Noire/Mecanique-mort
+ Lire la suite
autres livres classés : intelligence artificielleVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Monstres de la mythologie grecque

Je suis une créature hybride, mi-homme mi-cheval.

Le Minotaure
Le Centaure
La Cavale
La Manticore

12 questions
2902 lecteurs ont répondu
Thèmes : monstre , mythologie grecque , créatures mythologiques , mythologie , mythesCréer un quiz sur ce livre