AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226143112
78 pages
Éditeur : Albin Michel (19/11/2003)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 114 notes)
Résumé :
'Gros Dégueulasse' est une série de bandes dessinées humoristiques de Reiser.
Le personnage principal, Gros Dégueulasse, est un homme sale, corpulent, répugnant, habillé d'un seul slip crasseux, surdimensionné, avec une tache jaune devant, une tache marron derrière, les testicules qui dépassent et fumant perpétuellement une cigarette.
Les strips de la BD montrent habituellement Gros Dégueulasse rencontrant des gens et leur parlant de n'importe quoi, a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  31 octobre 2013
Le gros dégueulasse est un personnage emblématique de Reiser, un peu à la façon du beauf de Cabu.
Il est juste innommable. C'est un crado, lubrique, fainéant, emmerdeur, misogyne, envieux, fouteur de merde, moqueur, cynique, volontiers donneur de leçons, asocial, grivois, ... faut-il que je poursuive la liste ?
Mais, étonnamment, il a un petit côté attachant, car il n'est pas dupe de sa situation. Il ne se fait aucune illusion, il sait ce qu'il est. Ça donne un petit côté doux-amer à l'humour car finalement c'est un peu un rire sur la viscérale injustice du monde.
Bien sûr, il ne fait rien pour s'arranger, mais quand bien même il ferait des efforts, il resterait un looser auprès de ces dames, il resterait moche et sans attrait, d'où, peut-être ce choix de se laisser aller complètement à ses plus bas instincts.
Finalement, je trouve que Reiser y est plutôt moins caustique qu'à son habitude, comme s'il avait, d'une certaine façon, pris un peu en affection son gros dégueulasse, même s'il ne cache en rien la misère de sa situation, sa solitude et sa boîte de cassoulet au couvercle tranchant qui peut susciter des idées morbides...
Gros Dégueulasse, c'est peut-être, tout compte fait, une bonne porte d'entrée pour découvrir l'univers de Reiser et rire un bon coup au passage, du moins c'est mon avis, lui non plus pas très propre sur lui, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          694
Malavella
  17 novembre 2020
C'est avec Reiser que j'ai appris à apprécier la satire française et l'humour de Charlie Hebdo. J'étais jeune, cela n'allait pas tout seul. Mais jeune ou pas, il faut souvent faire un effort pour rentrer dans l'humour d'une nouvelle culture. J'ai dû lire, relire, re-relire, être dégoutée, reprendre ce livre (et d'autres de Reiser), feuilleter jusqu'à ce que mon cerveau ait absorbé, fait les connections, a vu clair. Et alors la fête pouvait commencer.

Le Gros Dégueulasse a été le dernier livre que j'ai eu du mal à apprécier. Comme les bourgeois, je le trouvais vraiment trop dégueulasse ! Mais là aussi, j'ai repris le livre en mains maintes fois. Jusqu'au jour où le Gros Dégueulasse est devenu mon meilleur ami, celui qui me comprenait et que je comprenais, et qui m'a montré comment on pouvait rire des gens bien. Mais... il y a la dernière page, éloquente et bien triste.
Pourquoi les bourgeois ne peuvent-ils jamais rigoler avec ses blagues et ses farces ? Pourquoi ne font-ils jamais rien pour que sa vie soit améliorée ? Au lieu de venir en aide ou de montrer de la compréhension, ils veulent qu'on les laisse tranquilles dans leur train-train de vie de tous les jours, très banale, ils veulent fermer les yeux pour tout ce qui ne va pas bien. Comme c'est hypocrite ! Comme les blaugues et les farces du Gros Dégueulasse sont bien méritées ! Comme je suis contente qu'il a fait ça !
En plus, ce n'est pas qu'il ne peut rien faire. Il est expert en imagination, humour, farces et blagues. Il sait faire rire les enfants, il s'entend avec eux, il est bon au baby-sitting. Et quand il fait des dialogues intelligents avec les bourgeois(es), ils restent sans réponse à ses raisonnements, hors du commun mais logiques.
Il a des capacités, il est intelligent, pourtant il n'a pas sa place dans cette société.
Quant aux dessins, j'aime bien le style, ces quelques traits laissent beaucoup de place à l'imagination tout en montrant bien la situation, et ont la capacité de vous montrer tout un monde, des caractères de personnages, de décors, en quelques traits seulement.
Quand j'ai bien pu comprendre Reiser, j'ai fait un travail sur lui et ses livres pour mon cours de bande dessinée (études de bibliothécaire).
J'ai eu une note très élevée, bien sûr. Un grand merci posthume, Reiser.
Reiser est mort. Ses livres, ses personnages, sont vivants, ils ont leur place dans beaucoup de bibliothèques, comme dans la mienne, et ils sont dans ma tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
lilimarylene
  08 février 2012
Gros dégueulasse, c'est un type solitaire, qui se promène dans la rue avec comme seul attribut vestimentaire un slip tout crado, jaune devant, marron derrière. Conscient de son manque de sex-appeal, il adore provoquer les petits bourgeois, que ce soit de façon directe et vulgaire (avec des pets bien gras ou des mains baladeuses) ou de façon plus fine et souvent non dénuée de bon sens (avec des phrases bien senties). Derrière cet ignoble bonhomme dérangeant se cache aussi un personnage infiniment seul et misérable. Une bande-dessinée à l'humour corrosif, avec un goût un peu triste aussi, finalement.

Cette bande-dessinée date un peu (1982 !)...alors comment diable suis-je tombée dessus, me direz-vous ?! Grâce à un couple d'amis qui m'a montré le film tiré de la BD, logiquement intitulé lui aussi Gros dégueulasse (voir le descriptif du film ici)... le film est un bon vieux nanar qui n'est pas révolutionnaire, mais amuse quand même si on aime l'humour un peu crado et noir (à noter : on y aperçoit l'acteur qui joue Raymond dans Scènes de ménage sur M6, avec quelques années en moins). En tout cas, il se trouve que ma bibliothèque possède la BD, et par curiosité, j'ai voulu voir ce que ça donnait. Et en fait, je me suis rendu compte que le film est vraiment très proche de l'original, pour ne pas dire fidèlement identique ! Ce qui déstabilise dans le film, c'est qu'il n'y a pas de "vrai" scénario, et qu'il est découpé en petites scénettes...et je comprends mieux pourquoi, puisque la BD est elle-même découpée en gags d'une ou plusieurs pages. Même la fin, curieusement tragique, est respectée. C'est d'ailleurs cette fin qui donne une drôle d'impression au spectateur à l'issue du film, puisqu'on passe de l'humour potache, scato et léger à un arrière-fond plus noir, plus triste, plus pathétique. Une bande dessinée qui s'adresse donc à un public "averti", mais qui ne se limite pas à son premier niveau de lecture. L'auteur reste en tout cas un grand nom de la BD, avec son humour si particulier et ses réflexions sur la société.
Lien : http://surlestracesduchat.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
RobertB
  09 décembre 2019
Gros dégueulasse, c'est probablement le livre le plus connu, sinon le meilleur d'un type, Jean-Marc Reiser, mort d'un cancer imparable à 42 ans. On peut se demander ce qui serait advenu de cet homme si le temps lui avait été laissé de poursuivre durablement son oeuvre, tant il semblait encore loin de son apogée créatrice. J'en veux pour preuve l'organisation de son propre enterrement, un monument dans son genre, au cours duquel, notamment, les femmes devaient se présenter en porte jarretelles - et sans culotte- ! Un gars exceptionnel, je vous dis....
Commenter  J’apprécie          70
JLM56
  24 mars 2012
HILARANT à la lecture et les re re lectures
Une grande démonstration sur la fraîcheur des kiwis poilus de gros dégueulasse par rapport à ceux de l'étal d'une maraîchère
un remède contre les coups de blues
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   31 octobre 2013
J'aime bien péter dans les ascenseurs... Des pets doux, lents, feutrés et silencieux... ceux qui durent le plus longtemps. C'est drôle, j'ai remarqué que souvent, les gens devinent que c'est moi. Sont malins les gens, hein ? J'aime surtout péter seul, en compagnie d'une ravissante créature et m'éclipser très vite à l'étage suivant, juste avant qu'un cadre plein d'avenir, avec une classe folle prenne le relais. Le REGARD qu'on vous lance dans ces moments-là, on ne l'oublie pas !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
MalavellaMalavella   23 novembre 2020
(Une femme arrive)
- Salut, fausse blonde !
(Le Gros Dégueulasse se fait engueuler)
- Salut, fausse blonde !
(Le Gros Dégueulasse se fait engueuler)
- Salut, fausse blonde !
Un homme: - C'est pas comme ça que vous allez en mettre une dans votre lit!...
GD: Je sais. Mais, comme de toute façon, c'est foutu d'avance...
Salut, fausse blonde !
Là, j'ai quand même une chance sur un million de tomber sur la VRAIE blonde...
(Le Gros Dégueulasse se fait engueuler)
... qui me montrera sa chatte pour me prouver que j'avais tort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilimarylenelilimarylene   08 février 2012
"Vous revoilà encore avec votre grand slip ? Vous écoeurez tout le quartier ! Vous n'avez pas autre chose à vous mettre ? Si encore il était propre !"
Commenter  J’apprécie          80
MalavellaMalavella   17 novembre 2020
Y a des jours où j'aurais envie d'être accueulli chez moi par une petite femme...
Jolie, gaie, douce, qui m'aurait préparé un petit repas
Avec des enfants qui joueraient sur mes genoux
Nom de dieu ! C'est la déprime !
Faut réagir ! VITE !
(il sonne à une porte)
- Qu'est-ce que c'est ?
- Pardon madame, vous n'auriez pas une couche sale à me prêter ?
- Des couches sales ? J'ai que ça ! Et je vous la donne
BHEUE !
Quelle HORREUR !
AH ça va meiux ! (avec plaisir, il va manger et se sert un verre)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fraxinusfraxinus   01 février 2018
Les gens heureux me font chier!
Commenter  J’apprécie          70

Video de Jean-Marc Reiser (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marc Reiser

Spécial 40e : je me souviens de... Reiser
Pour renouer avec la mémoire de 40 ans de Festival, une série de films courts de Benoît Peeters sur une musique originale de Bruno Letort en hommage aux auteurs lauréats du Grand Prix. Ici Reiser, Grand Prix 1978.
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16613 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre