AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Sabatier (Autre)Michel Autrand (Éditeur scientifique)
ISBN : 2253035602
Éditeur : Le Livre de Poche (01/11/1984)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1686 notes)
Résumé :
Poil de Carotte a beau se taillader les joues pour qu'elles rosissent, personne ne l'embrasse.
Mme Lepic n'aime pas son petit dernier aux cheveux roux. «Tout le monde ne peut pas être orphelin», se répète Poil de Carotte, et il nous livre ses idées personnelles, «ainsi nommées parce qu'il faut les garder pour soin. Ni la générosité ni la sincérité ne paient dans le monde des adultes. Il faut ruser.
L'existence de Poil de Carotte est un enfer dont il ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  15 mars 2014
Jules renard nous fait vivre quelques moments bouleversants de son enfance à travers le petit garçon nommé François devenu poil de carotte à cause de ses cheveux roux et des taches qui couvrent sa peau. Il est le plus jeune de la famille Lepic. En tout cas, c'était à l'écran que je m'étais familiarisé avec poil de Carotte. A l'époque c'était le côté comique qui faisait l'affaire, on se marrait bien des ruses à répétitions de Poil de carotte. ce n'est qu'en lisant le livre original qu'on prend conscience du traumatisme auquel Poil de carotte est victime.
Poil de carotte, le benjamin de la famille Lepic, au lieu de mériter plus d'attention étant le plus petit, est le plus rejeté, le mal aimé, c'est à lui que reviennent les claques lorsque rien ne va dans la maison. Tous ses actes sont réprimandés. Il n'a aucun droit de dire non sur quoi que ce soit peut lui demander d'exécuter tout membre de la famille, en premier lieu sa mère. Même s'il faut accomplir certaines taches dans l'obscurité, ce qui est une grande épreuve pour tout enfant à qui le lueur sombre effraie toujours, son grand-frère et sa grande soeur peuvent désister mais pas lui le plus petit.est obligé d'affronter les fantômes. Bien d'injustices persécutent l'enfance de Poil de Carotte qu'il développe en lui très vite une barrière de défense et de responsabilité contre l'environnement, il conçoit les choses à sa manière, il devient désagréable au monde tel qu'il l'est envers lui...
Un livre destiné aux enfants mais c'est une bonne étude sur la psychologie infantile!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          621
araucaria
  23 juillet 2013
Un très grand classique qui évoque le désamour, voire la haine, d'une mère pour son fils. Un sujet difficile, longtemps tabou puisqu'on fait l'éloge de l'amour maternel. Un livre bien écrit pour tout public, pas seulement les enfants auxquels cet ouvrage était plutôt destiné.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          690
Gwen21
  16 février 2017
Poil-de-Carotte est le surnom de François Lepic, fils puîné d'une famille de petits bourgeois (ou de paysans enrichis) vivant à la campagne. Roux et couvert de tâches de son, Poil-de-Carotte est élevé "à la rude", comme on l'était au XIXème siècle dans nos campagnes. Comme un instinct de survie, il a développé le sens de la malice et la ruse que l'on prête habituellement au renard, cet autre rouquin.
Les parties de chasse et de pêche, les jeux (parfois stupides) avec son frère aîné et sa soeur, les cours en pension, les bêtises et les facéties constituent le quotidien de cet émule de Tom Sawyer. Souvent rudoyé par sa mère, protégé par son père, choyé par son parrain, Poil-de-Carotte va son bout de chemin, entre rires et larmes.
On a souvent tendance à rapprocher cette oeuvre majeure de Jules Renard du roman autobiographique d'Hervé Bazin, "Vipère au poing". Mais pour ma part, je ne leur trouve pas tant de ressemblances que cela et Mme Lepic n'incarne pas dans mon esprit une autre Folcoche, ni Poil-de-Carotte un autre Brasse-Brouillon. J'ai même trouvé pas mal de tendresse dans de nombreux chapitres (le récit se découpe en saynètes thématiques assez courtes) et si violence il y a, pour moi elle découle surtout d'un mode d'éducation complètement dépassé aujourd'hui ; et si maltraitance il y a, je la vois plutôt dirigée contre les bêtes par Poil-de-Carotte lui-même qui ne ménage ni les animaux domestiques ni les animaux sauvages. Certains passages pourront ainsi choquer les enfants d'aujourd'hui, c'est pourquoi il est vraiment important de resituer ce roman dans son contexte.

Challenge Petit Bac 2016 - 2017
Challenge XIXème siècle 2017
Challenge MULTI-DÉFIS 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          483
sabine59
  20 janvier 2016

Poil de carotte, un surnom imagé qui pourrait prêter à sourire...Il se change en rictus lorsqu'on a lu ce livre.
Jules Renard nous présente son enfance dans une chronique amère et ironique, il se met comme Jules Vallès dans " L'enfant" à distance en utilisant la troisième personne mais je trouve que cela rend les souvenirs encore plus terribles. Par contre, cette désignation froide " Madame Lepic" ( un nom symbolique pour une femme qui ne fonctionne qu'à l'agressivité et la méchanceté !) représente bien la volonté de tenir au loin la mère, son désamour, sa cruauté.
Des scènes de la vie dans une ferme du Nivernais, au 19ème siècle, cadre de l'enfance de l'auteur, nous sont restituées très justement, dans leur rudesse et leur authenticité.Mais à chaque fois, la mère est là pour imposer sa loi injuste et ses coups à son plus jeune enfant, le souffre-douleur, alors que l'aîné, Félix, et Ernestine, la soeur, sont épargnés des corvées et des sorties dans le noir. Cette maltraitance nous prend au corps, nous indigne.Et ce qui est encore plus poignant, c'est cet amour inconditionnel, cet élan du coeur que l'enfant témoigne à un père absent, lointain, et qui ne répond pas à ses attentes affectives.
Quelle puissante résilience il aura fallu à l'auteur pour se sortir de cet enfer ! L'écriture de ce qui a été lui aura peut -être permis de se libérer en partie de ses souffrances.Mais je pense qu'on ne guérit jamais vraiment d'une enfance douloureuse. Les plaies restent ouvertes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          472
isajulia
  25 mars 2013
Pauvre Poil de Carotte...Ce livre fend le coeur,j'ai du mal avec la violence psychologique et là je trouve qu'elle atteint son pinacle! Amplement inspiré de l'enfance de Jules Renard,le récit nous montre que le destin joue parfois de bien mauvais tours selon le contexte familial dans lequel on tombe.Même si dans l'histoire Poil de Carotte maltraite de petits animaux,je pense qu'il se venge à sa manière de ce qu'il subit sous son toit.Une mère telle qu'elle est décrite dans le livre n'est même pas digne de ce qualificatif.C'est une lecture révoltante,qui donne matière à s'insurger sur les traitements que les enfants subissaient à l'époque (et même encore maintenant,sauf qu'avant c'était caché et dans les us et coutumes).Je le conseillerai aux jeunes qui pensent que la vie est injuste,ça leur permettrait de comprendre que même quand c'est pas juste c'est pas si mal que ça.
Pour ceux qui l'ont lu ou veulent le découvrir c'est un classique du genre que l'on ne peut ignorer.
Commenter  J’apprécie          480
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   30 mai 2010
— Je parie, dit madame Lepic, qu’Honorine a encore oublié de fermer les poules.

C’est vrai. On peut s’en assurer par la fenêtre. Là-bas, tout au fond de la grande cour, le petit toit aux poules découpe, dans la nuit, le carré noir de sa porte ouverte.

— Félix, si tu allais les fermer ? dit madame Lepic à l’aîné de ses trois enfants.

— Je ne suis pas ici pour m’occuper des poules, dit Félix, garçon pâle, indolent et poltron.

— Et toi, Ernestine ?

— Oh ! Moi, maman, j’aurais trop peur !

Grand frère Félix et sœur Ernestine lèvent à peine la tête pour répondre. Ils lisent, très intéressés, les coudes sur la table, presque front contre front.

— Dieu, que je suis bête ! Dit madame Lepic. Je n’y pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules ! Elle donne ce petit nom d’amour à son dernier né, parce qu’il a les cheveux roux et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité :

— Mais, maman, j’ai peur aussi, moi.

— Comment ? Répond madame Lepic, un grand gars comme toi ! C’est pour rire. Dépêchez-vous, s’il te plaît !

— On le connaît ; il est hardi comme un bouc, dit sa sœur Ernestine.

— Il ne craint rien ni personne, dit Félix, son grand frère.

Ces compliments enorgueillissent Poil de Carotte, et, honteux d’en être indigne, il lutte déjà contre sa couardise. Pour l’encourager définitivement, sa mère lui promet une gifle.

— Au moins, éclairez-moi, dit-il.

Madame Lepic hausse les épaules, Félix sourit avec mépris. Seule pitoyable, Ernestine prend une bougie et accompagne petit frère jusqu’au bout du corridor.

— Je t’attendrai là, dit-elle.

Mais elle s’enfuit tout de suite, terrifiée, parce qu’un fort coup de vent fait vaciller la lumière et l’éteint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
araucariaaraucaria   04 avril 2014
Poil de Carotte n'aime pas les amis de la maison. Ils le dérangent, lui prennent son lit et l'obligent à coucher avec sa mère. Or, si le jour il possède tous les défauts, la nuit il a principalement celui de ronfler. Il ronfle exprès, sans aucun doute.
La grande chambre, glaciale même en août, contient deux lits. L'un est celui de M. Lepic, et dans l'autre Poil de Carotte va reposer, à côté de sa mère, au fond.
Avant de s'endormir, il toussoute sous le drap, pour déblayer sa gorge. Mais peut-être ronfle-t-il du nez? Il fait souffler en douceur ses narines afin de s'assurer qu'elles ne sont pas bouchées. Il s'exerce à ne point respirer trop fort.
Mais dès qu'il dort, il ronfle. C'est comme une passion.
Aussitôt, Mme Lepic le pince entre deux ongles, jusqu'au sang, dans le plus gras d'une fesse. Elle a fait choix de ce moyen.
Le cri de Poil de Carotte réveille brusquement M. Lepic, qui demande :
- Qu'est-ce que tu as?
- Il a le cauchemar, dit Mme Lepic.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
kathykathy   05 août 2011
"Lettres choisies"
De Poil de Carotte à M. Lepic
- Mon cher papa,
J'apprends que tu dois aller à Paris. Je partage la joie que tu auras en visitant la capitale que je voudrais connaître et où je serai de coeur avec toi. Je conçois que mes travaux scolaires m'interdisent ce voyage, mais je profite de l'occasion pour te demander si tu ne pourrais pas m'acheter un ou deux livres. Au fond, ils se valent. Toutefois, je désire spécialement la "Henriade", par François-Marie-Arouet dit Voltaire et la "Nouvelle Héloïse" par Jean-Jacques Rousseau. Si tu me les rapportes (les livres ne coûtent rien à Paris), je te jure que le maître d'étude ne me les confisquera jamais.

Réponse de M. Lepic
-Mon cher Poil de Carotte,
Les écrivains dont tu me parles étaient des hommes comme toi et moi. Ce qu'ils ont fait, tu peux le faire. Ecris des livres, tu les liras ensuite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
marina53marina53   13 mai 2012
Pour moi, dit-il, les titres de famille ne signifient rien. Ainsi, papa, tu sais comme je t'aime! or, je t'aime, non parce que tu es mon père; je t'aime parce que tu es mon ami. En effet, tu n'as aucun mérite à être mon père, mais je regarde ton amitié comme une haute faveur que tu ne me dois pas et que tu m'accordes généreusement.
Commenter  J’apprécie          290
gouelangouelan   21 novembre 2016
De chevet à chevet, les chuchotements se croisent, et des lèvres en mouvement monte, par tout le dortoir, un bruissement confus, où, de temps en temps, se distingue le sifflement bref d'une consonne.
C'est sourd, continu, agaçant à la fin, et il semble vraiment que tous ces babils, invisibles et remuants comme des souris, s'occupent à grignoter du silence.
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Jules Renard (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Renard

Le théâtre de Jules Renard, présenté par le comédien François Morel. Quatrième partie
Le comédien François Morel nous présente Jules Renard comme un auteur d'aujourd'hui. le livre Théâtre de Jules Renard est paru aux éditions Omnibus. À l'occasion de la parution du Théâtre de Jules Renard, les éditions Omnibus vous font gagner 15 exemplaires du livre et 15 CD du spectacle de Patrice Fay : "J'ai le cœur plein de feuilles mortes". Nous vous invitons à participer sur www.omnibus.tm.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jules Renard

Quel est le titre du célèbre roman autobiographique de Jules Renard ?

Fleur de cactus
Cœur d’artichaut
Peau de banane
Poil de carotte

10 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Jules RenardCréer un quiz sur ce livre
. .