AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2954832827
Éditeur : Éditions Luciférines (20/02/2016)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Huit personnes très différentes se réveillent dans une maison sans fenêtres. Il n’existe qu’une seule issue, et pour sortir il faut posséder le code. L’un des prisonniers est l’organisateur de l’expérience. Il est le seul à connaître la combinaison. Mais pour débloquer la porte, il faut être deux, et deux seulement. Le but du jeu ? Éliminer les innocents pour rester avec le plus susceptible d’être un psychopathe. Quand la logique est inversée, les règles classiques ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Rubinowy
  10 mars 2016

Pour son premier roman, l'auteur Julia Richard tape fort. J'ai la suprême intuition que ce roman ne va pas passer inaperçu, et va faire parler de lui. Tant mieux.
Huit personnes ligotées sur leurs chaises autour d'une table, sont réveillées brutalement par une décharge électrique. Après avoir enlevées leurs liens, elles s'aperçoivent très vite qu'elles sont enfermées dans une maison sans fenêtres. Les prisonniers apprennent par une voix "off " que parmi ces personnes se trouve "le loup", et seul le loup à le code qui débloquera la porte de sortie, et en plus pour débloquer la porte vers la liberté il faut être deux ...seulement deux.
Le but du jeu et d'éliminer ses adversaires ....
" Jusqu'au ou irez vous pour récupérer le code sans devenir la cible ? "
Mathieu jeune ingénieur, Charles retraité de l'armée, Jenna jeune étudiante surdouée de 17 ans, Pierre architecte, Fabien interne en médecine, Lise psychiatre, Kim sans profession, Roxanne chasseuse de tètes junior dans une boite de recrutement. L'auteur nous fait partager les pensées de chaque protagoniste qui ont à ce point précis du livre rien en commun mis à part être enfermé dans une maison sans fenêtre et être affubler d'un appareil de haute technologie sur leur poitrine relié à leur cœur, de la manière de Iron Man.
Les questions tombent ; que faisons-nous la, pourquoi nous , qui est le "loup", est-ce que l'on nous voit , y a-t-il des cameras ? ...Autant de question qui peuvent déstabiliser, même les plus clair voyant d'entre nous.
Quand huit personnes se retrouvent confrontées à un univers hostile, les colères, les névroses, les frustrations trop longtemps refoulées de ces êtres trouvent leurs propres chemins. L'ambiance est anxiogène, et oppressante. La violence bien ancrée sur ses deux pattes ne laissera aucune place à la compassion, et au" bon sens"
l'auteur connait bien ses contemporains et mets le doigt sur une chose essentiel à mes yeux ; quelles sont les valeurs fondamentales qui font de nous des êtres humains ?
"Faites vos jeux" un huit clos machiavélique , un fascisant triller psychologique . Je vous mets au défi de trouver le loup .
J'espère que mon humble avis vous donnera envie de découvrir ce premier roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
stokely
  13 mai 2016
Je suis très mitigée par cette lecture car plusieurs point m'ont gênés, tout d'abord le nombre de coquilles dans l'ouvrage ou le manque de relecture c'est selon les points de vues.
Le quatrième de couverture m'avait pourtant vraiment tapé à l'oeil dix personnes qui se retrouvent dans une maison, seul deux pourront en sortir "le loup" et un "candidat". Ma lecture a plutôt bien démarré le livre alternant le point de vue des différents personnages. Et puis il y a des parties étranges des personnages qui nous narrent le récit alors qu'ils sont mort (avec des exemples comme ils ont déplacé mon cadavre).
On découvre cependant des liens entre certains personnages nous envoyant sur de fausses pistes mais qui ne sont pas exploitées suffisamment pour garder le lecteur en haleine et faire de ce livre un page-turner.

La force de ses romans sont normalement la fin qui fait toute la compréhension du roman est ici elle est clairement bâclée.
Ce fût tout de même une découverte pour ma part de l'auteur Julia Richard. Un grand merci à Babelio et aux Editions les Luciférines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
doc_naud
  09 mai 2016
La claque !
Pour son premier roman, Julia Richard nous offre un livre à la réalisation impeccable, tant au niveau de la construction des personnages et de l'intrigue que de la mise en scène. Même si l'accent est mis sur la psychologie des huit personnages, on tourne les pages avec une facilité déconcertante. Un huis clos de 400 pages qui tient en haleine d'un bout à l'autre.
Faites vos jeux met en scène des personnages aux personnalités bien distinctes, que l'on découvrira sous différents angles puisque le point de vue de chacun est adopté à un moment du roman. Chaque personnage (ou presque) dispose ainsi de trois éclairages : le point de vue externe, le point de vue interne et son évolution lorsqu'il se fait éjecter de sa zone de confort. On s'attache à certains personnages, on se surprend à essayer de deviner leurs réactions face aux événements et à se demander ce qu'on ferait dans une telle situation. La seule chose qu'on pourrait reprocher au roman, c'est que les huit personnages ne couvrent pas le spectre de la population et en sont encore moins un échantillon représentatif. Peut-être que tous les lecteurs ne s'y retrouveront pas, mais on peut se réjouir qu'enfin des personnages féminins se dégagent des clichés déplorables de la fiction. Les dialogues aussi arrivent à sortir des sentiers tracés du genre thriller/polar. À aucun moment on ne se désole d'une phrase bateau ou d'une réaction trop convenue.
La fin m'inquiétait également : je me demandais en tournant les pages comment l'auteur allait se sortir elle-même de son piège. Je n'ai pas été déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
prettymelo
  09 mai 2016
Bon, je ne vais pas y aller par 4 chemins : je n'ai que moyennement apprécié ce livre. Preuve en est qu'il m'a fallut tout de même 3 semaines pour en venir à bout.
Clairement, j'ai choisi ce titre car le synopsis m'a réellement attirée. Une histoire en huis clos comparable aux dix petits nègres d'Agatha Christie ou à Doubt (le manga) de Yoshiki Tonogaï, il ne m'en fallait pas plus pour succomber. D'autant que la chance m'en est donné de pouvoir le recevoir via la masse critique Babelio. J'étais donc en joie lorsque je l'ai reçu dans ma boîte aux lettres.
Dès les premières pages, le ton est donné. 8 personnes que rien ne destine à se rencontrer (?) se retrouvent enfermés tels des lapins retenus par un loup inconnu. Un enregistrement lance le jeu et seul 2 personnes - loup compris - pourront revoir la lumière du jour.
J'ai beaucoup aimé l'idée mise en place par l'auteure. Certes, c'est du déjà vu mais l'innovation de ce roman vient de la psychologie que l'auteure à voulu développer vis-à-vis de ses personnages. En tant que lecteur, on s'efforce de découvrir le loup via des indices – ou pas – et les comportements de chacun. Au fur et à mesure que l'histoire avance, les actes des protagonistes deviennent de plus en plus « limites », ils perdent relativement vite leur humanité, au point de se demander si nous perdrions aussi rapidement notre humanité et notre sens moral dans une telle situation.
De plus, Julia Richard construit son récit de telle sorte que le mystère plane autour de ces gens, enfermés à leur insu. Chacun renferme un secret lié à la situation et chacun possède une clé pour tirer avantage de ce « jeu ». C'est à la fois bien joué et à la fois très mal développé par l'auteure malheureusement. Premier couac qui ne m'a pas convaincue. le flou qui entoure chaque personne n'est pas exploitée jusqu'au bout où une fois le livre refermé, des questions les concernant restent en suspens. Julia Richard lance un appât mais à chaque pas que l'on fait pour résoudre l'énigme, l'appât se retire encore plus loin sans jamais l'atteindre. C'est dommage car cela laisse un goût d'inachevé et d'un manque de travail de la part de la romancière.
Autre point qui m'a fortement dérangée, c'est ce manque cruel de relecture du roman. Purée quoi ! On a le droit a des phrases pas du tout française car une idée est venue s'implanter à la précédente mais sans correction de cette dernière. Des mots confondus, une conjugaison approximative. « Mathieu étaient… » Et puis zut, le manque de tiret lors des dialogues m'a complètement perdue à certains moments. Par exemple, un personnage parle (il y a donc le tiret) et puis, la phrase n'en finit plus. On se rend compte alors qu'il s'agit des pensées de la dite personne mais quelques lignes plus loin, le dialogue continue sans prévenir. du coup, il faut relire la page pour savoir qui parle, qui est dans la conversation et savoir s'il s'agit réellement d'un dialogue ou de pensées. Bref, un vrai fiasco de mise en situation qui perturbe beaucoup trop la lecture. Désolée d'être aussi franche mais j'aime lire un livre avec un minimum de travail éditorial.
Concernant mon appréciation globale, il faut quand même dire que le manque d'explications finales fait retomber le suspens qu'on aurait pu avoir lors du dénouement. Je me suis vite doutée du pourquoi du comment mais à force de faire des détours, j'avoue que l'auteur à bien jouer son coup. Surtout que l'histoire étant racontée par tous les personnages, chacun à voix au chapitre et permet d'une part de mieux les comprendre ou les soupçonner mais aussi de bien brouiller les pistes. Les premiers m'ont laissée complètement pantoise de part l'originalité apportée par moments, la tension qui se crée. Contrairement aux derniers chapitres qui m'ont souvent ennuyée car je ne voyais plus au l'auteur voulait en venir.

Trop d'indices disséminés sans être développés et des révélations concernant les personnages qui tombent un peu trop tard auront fini d'achever ma lecture sur une note plutôt négative. Dommage
Lien : http://melimelobooks.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
manue14
  29 mars 2016
J'ai trouvé ce roman intéressant tant par ses idées que par sa construction.
En effet le roman est séparé en parties qui correspondent à chacun des personnages présents.
Les points de vue sont internes pour nous permettre de vraiment de nous mettre dans la peau du protagoniste.
Les idées sont intéressantes, j'ai bien apprécié le fait que le roman soit en quelque sorte comme une télé (enfin un livre) réalité. On y voit les personnages vivre au quotidien, apprendre à se connaître mais aussi s'entretuer puisque c'est malheureusement le but du jeu.
Les descriptions sont assez présentes que ce soit concernant les descriptions du lieu de vie ou celui des sentiments.
Concernant les descriptions des personnages il n'y en a pas assez selon moi. Même pour ce qui est des liens entre eux ou de leur vie avant le jeu on ne se trompe pas je pense qu'il aurait été nécessaire d'avoir un peu plus de détails physiques.
Ce qui m'a un petit peu gênée c'est le fait que Julia Richard ne fasse pas de différence entre les personnages masculins et féminins. Pourtant lors des points de vue c'est selon moi essentiel de différencier et de ne pas traiter les situations de la même manière.
Les protagonistes se ressemblent un peu tous, j'aurais peut-être voulu retrouver des personnalités plus affirmées ou plus différentes en tout cas. Ce que j'ai bien apprécié c'est que pour chacun des personnages j'ai pu ressentir de l'affection, de la peur, de la haine ou de la tristesse selon certaines situations.
Personnellement je serais curieuse de mener cette expérience (sans aller aussi loin évidemment) pour savoir jusqu'où certaines personnes seraient capables d'aller pour sauver leur vie.
La fin est selon moi trop floue et pas assez approfondie. J'ai un peu eu la sensation que l'auteure ne savait pas vraiment comment terminer son roman. Je ne m'attendais pas du tout à ce genre de fin.
En résumé un roman assez intéressant au niveau des idées qui nous fait nous demander jusqu'où peuvent aller les personnes que l'on connaît… et est-ce que l'on les connaît si bien qu'on le pense.

Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
RubinowyRubinowy   10 mars 2016
Chapitre 10
Finalement Charles avait raison : tuer quelqu’un, c'est simple.
Qu'allait-on faire maintenant? Continuer à nous éliminer les uns les autres ? S'allier ...ou bien ...
Non, à partir du moment où on avait été capable d'en tuer un, pour les survivants ça serait encore plus facile. Maintenant c'était chacun pour soi et dieu pour tous.
Il fallait que j'aie un plan.
Commenter  J’apprécie          80
manue14manue14   29 mars 2016
Je plongeai soudainement dans un profond sommeil. Je me rappelle confusément d’une sensation dure et froide sur mon visage, comme si je gisais sur le sol. Pourtant, j’étais conscient d’être assis sur une chaise, retenu par les poignets.
Et c’est là qu’il y a eu la première décharge ; la première d’une longue série.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   12 décembre 2016
Je suis le loup. Dans le bestiaire des comportements humains, je suis incontestablement le loup. Pas un mâle alpha non ; mais je ne peux survivre sans meute, sans entourage. Je me fonds dans la masse en quelque sorte. De temps à autre, je tente un coup d’éclat pour monter en hiérarchie et gagner en autorité, mais je ne suis pas un leader. Je ne suis qu’un individu, un autre pion. On peut me percevoir comme froid, rusé et solitaire, mais dans le fond je ne fais que partir à la chasse pour nourrir un groupe structuré et organisé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 décembre 2016
 Il n’y a pas de détecteur pour nos “cœurs artificiels” à l’intérieur des chambres et pas de poignées aux portes, fit remarquer Jenna. C’est accès libre la journée, et cellule fermée la nuit. Le seul problème, c’est que peut-être que le maître est quelqu’un d’extérieur qui passerait par la neuvième porte. Là, on n’est pas sûrs qu’il n’y ait pas de détecteur à l’intérieur de la salle secrète.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 décembre 2016
Chacun de vous possède ce que j’appellerais un pouvoir, un avantage comparé aux autres : vous le gérerez comme vous voudrez et n’êtes en aucun cas obligés de le révéler au groupe. D’autre part, chacun a une… particularité, quelque chose qui fait qu’il aurait pu orchestrer tout ça ; faisant de chacun de nous un suspect de premier choix.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : huis-closVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Faites vos jeux" de Julia Richard.

Quel est le premier repas des 8 prisonniers ?

des cornflakes
des raviolis
des pates

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Faites vos jeux de Julia RichardCréer un quiz sur ce livre