AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782350870069
226 pages
Editions Héloïse d'Ormesson (07/04/2005)
2.41/5   17 notes
Résumé :
Mathilde a quitté son F1 de banlieue pour Malesaygues, un coin de paradis dans l'arrère-pays. "La qualité de vie au soleil", selon l'agence immobilière. Les habitants sont accueillants. Sa voisine, Catherine, veuve fantasque, rêve d'une croisière au Groenland. Au bout de la résidence, Laurence Besson, du service d'urbanisme municipal, se montre très serviable. Pavillon 16, les Térignac, Charles et Bérengère, semblent un peu plus coincés. Et, lotissement de la Ferme,... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique

Mathilde, divorcée depuis dix ans, quitte la grisaille parisienne avec son fils pré-ado pour s'installer dans un petit village ensoleillé du sud. Le changement paraît agréable, mais quand on a vécu dans l'anonymat des grandes villes, il faut apprendre à supporter les microcosmes, leurs ragots, leurs rumeurs. Elle n'est pas la seule à débarquer à Maleseygues : il y a aussi un couple avec un bébé - madame n'est visiblement pas à sa place dans son rôle de jeune maman au foyer. Et puis, très vite, Mathilde tombe vite amoureuse de Fred, l'homme à qui elle donne des cours de lecture contre des travaux de bricolage. Cette idylle fait jaser, suscite des jalousies, Fred semble être un homme très convoité, malgré les casseroles qu'on lui colle.

Après 'Une petite fête sur la planète', 'Papier Machine' et 'Les tribulations d'un Breton errant', j'ai été très déçue par cet ouvrage. Les protagonistes m'ont paru à la fois sans relief et caricaturaux - on n'y croit guère, pas plus qu'à leurs relations et échanges artificiels, tantôt superficiels, tantôt outrés. J'aurais dû me méfier : je suis rarement bon public avec les ouvrages publiés chez cet éditeur (H d'O), je les trouve "faciles", consensuels, gentillets, premier degré, pleins de bons sentiments. Ça manque d'humour et de causticité, tout ça ! J'abandonne à un peu plus de la moitié de l'ouvrage, page 133/227 - tant pis, je ne saurai pas comment, dans cette histoire, on détruit le bonheur des autres tant il est dur à supporter (comme annoncé en 4e de couv).

Commenter  J’apprécie          210

Fred et Mathilde est une comédie grinçante faite de beaucoup trop de clichés.. Mathilde et son fils, vivent dans la banlieue de Paris, rêvent de grand air et de de soleil. Ils déménagent pour le sud. Au premier abord les habitants sont accueillants mais tout le monde est au courant de tout, Mathilde s'aperçoit que la vie de province ne ressemble pas forcément à l'idée qu'elle s'en faisait. Mais il y a Fred, au charme si particulier...

Commenter  J’apprécie          110

Mathilde déménage, elle arrive dans le sud, du côté de Lyon avec son fils Julien. Mathilde est seule et l'arrivée dans le lotissement va générer son lot de rumeurs, cancans, etc. Intégrée dans une structure d'échanges de services, Mathilde va échanger un coup de main pour déblayer le garage contre des cours d'alphabétisation. L'homme en question est Fred.

Elle a 35 ans, diplômée. Il a 28 ans, illettré. Et bardaf, c'est l'amour qui sonne à la porte. Cet amour va, à l'instar du caillou lancé dans une mare, générer des cercles excentriques qui vont bousculer les habitudes de la petite communauté. Surtout que Charles et Bérengère débarquent aussi avec Lucile, leur fille de 6 mois.

Et on est tout gaillardement arrivé page 240... où le roman commence réellement, pour se terminer page 281.

Superficiel? Certes. Léger? Oui, bien sûr. Dépourvu de contenu? Aussi. Les personnages secondaires sont plus fouillés que les personnages principaux. Et pourtant il y a tellement de sujets intéressants qui méritaient d'être creusés. On se demande à de multiples reprises ce qu'on lit, où on se trouve... lecture feelgood? Bof. Chick litt? Pas vraiment non plus. Bref, on se demande ce qu'on lit à bien des reprises. Pas vraiment mon style de romans.

Commenter  J’apprécie          30

Un peu déçue de cette lecture. Certes l'histoire se rapproche de la réalité du fait que la vie dans une petite ville ressemble à ce nous raconte l'auteur. Tout le monde est au courant de tout sur chacun de ses voisins, impossible de cacher un secret bien longtemps… Et l'on peut se laisser aller à identifier un de ses voisins à la place d'un personnage de l'histoire.

Mais malgré ça, j'ai trouvé que c'était peut-être un peu trop caricaturé et finalement j'ai eu du mal à accroché avec les personnages, mais aussi avec l'histoire. Je m'y suis un peu perdu. J'ai trouvé ça un peu lourd à lire et pourtant ça aurait pu être drôle…

Bref c'est un peu trop pessimiste à mon gout. Parce que la vie à la campagne c'est pas aussi déprimant que ça !


Lien : http://www.unjourunevie.fr/f..
Commenter  J’apprécie          40

L'idée est bonne mais finalement, on finit par s'y perdre et ne plus savoir quel est le fil de l'histoire. Décevant.

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation

Sa mère, telle qu'il l'aimait. Un être inclassable, indispensable et, il l'avait cru longtemps avec angoisse, interchangeable : s'il avait eu une autre mère, il l'aurait aimée aussi, il en serait au même point treize ans plus tard ; Mathilde ne serait rien pour lui et, pire peut-être, lui non plus ne serait rien pour elle. Que valait cet amour qui se plaquait de manière mécanique sur les mères et leurs fils ? Pourquoi était-il tellement normal d'aimer ses parents ? [...]

Avec une autre mère, tu n'aurais pas eu la même vie, tu ne serais pas le même. Elle non plus. Chacun de vous a déteint sur l'autre, vous avez tissé un lien unique et vous serez mère et fils tant que vous vivrez, que ça vous plaise ou non. "Cela, avait-elle ajouté presque du bout des lèvres, est également valable pour les pères - enfin, pour ceux d'entre eux qui remplissent leur rôle."

(p. 13)

Commenter  J’apprécie          110

Mais rien n'est simple aux timides, pensa Bérengère. Elle aurait aimé se coller une étiquette sur le front : attention, psyché fragile. Ce handicap en valait un autre, on aidait bien les aveugles à traverser. La timidité n'était malheureusement pas une maladie officielle. (p. 60)

Commenter  J’apprécie          120

Toutes les dictatures, professait Carmen, prennent racine dans la surveillance et la contrainte. La délation vient après.

Commenter  J’apprécie          70

Entrez, monsieur musclor, moi c'est Mathilde. Handicapé vous ? Allons nous sommes tous handicapé de quelque part, il m'en faut plus pour m'impressionner.

Commenter  J’apprécie          50

La force de Bérengère était d'être fragile. (p.46)

Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : analphabétismeVoir plus





Quiz Voir plus

20 Petites Leçons d'Astronomie

Combien de planètes compte notre système solaire ?

7
8
9
10

8 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : 20 petites leçons d'astronomie de Joanne BakerCréer un quiz sur ce livre