AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782364411920
188 pages
Éditeur : Editions de l'Université de Dijon (26/10/2016)
Résumé :
Dès ses années de formation à l’École normale supérieure, Rolland s’intéresse aux religions d’Asie que lui fait découvrir le romantisme français et allemand. Le thème de l’Orient est d’ailleurs plusieurs fois abordé dans Jean-Christophe. Très impliqué, après la guerre, dans le débat Orient-Occident, Rolland s’intéresse à Mohandas K. Gandhi et son satyagraha comme moyen non-violent de libération des peuples.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
AuroraeLibri
  17 avril 2017
Argumentaire
Dès ses années de formation à l'Ecole Normale supérieure, Rolland s'intéresse aux religions d'Asie que lui fait découvrir le romantisme français et allemand. le thème de l'Orient est d'ailleurs plusieurs fois abordé dans Jean-Christophe.
Très impliqué, après la guerre, dans le débat Orient-Occident, Rolland s'intéresse à Mohandas K. Gandhi et son satyagraha comme moyen non-violent de libération des peuples. Suite à l'invitation de Rabindranath Tagore, l'écrivain est même tenté par le voyage vers les « hauts plateaux de l'Himalaya », « berceau de l'Humanité » à ses yeux. le dialogue avec l'Orient doit permettre à l'Europe de sortir des ténèbres dans lesquelles l'a plongée la guerre et de concilier les « deux hémisphères » de l'esprit, même si rationalisme et spiritualisme ne recoupent pas les deux continents géographiques. Sa profession de foi universaliste lui fait ainsi relier la mystique hindoue (Sri Ramakrishna et Swami Vivekananda) et la mystique des chrétiens d'Europe (Maître Eckhart, Saint-Jean de la Croix) ; le Brahmo Samaj réalise ce renouveau religieux qu'il appelait de ses voeux lorsqu'il évoquait dans Jean-Christophe la « petite légion des modernistes » de l'Eglise catholique.
Ses convictions d'intellectuel engagé n'entrent pas alors en contradiction avec l'affirmation du pouvoir des forces spirituelles (« L'Annonciatrice », dernière partie de l'Âme enchantée). L'attente du grand Soir se confond avec l'espoir d'une Cité idéale construite par la foi en la fraternité des hommes, celle à laquelle s'intéressent le néo-vedanta, mais aussi Léon Tolstoï et Walt Whitman, ou les transcendantalistes américains comme Ralph Waldo Emerson et Henry David Thoreau.

Lien : http://calenda.org/312308
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Videos de Romain Rolland (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Rolland
« Un soir, dans sa chambre, les larmes le prirent ; il se jeta désespérément à genoux devant son lit, il pria. Qui priait-il ? Qui pouvait-il prier ! Il ne croyait pas en Dieu, il croyait qu'il n'y avait point de Dieu. Mais il fallait prier, il fallait se prier. Il n'y a que les médiocres qui ne prient jamais. Ils ne savent pas la nécessité où sont les âmes fortes de faire retraite dans leur sanctuaire. Au sortir des humiliations de la journée, Christophe sentit, dans le silence bourdonnant de son c?ur, la présence de son Être éternel.» Romain Rolland, Jean-Christophe.
La prière consiste à tourner son esprit vers Dieu. Serait-elle donc réservée aux croyants ? Ou en existe-t-il une version non religieuse ? Sans doute, en tout cas, le besoin de prier existe même chez les non-croyants. Lorsqu?on est bouleversé par l?inquiétude ou par la gratitude, lorsqu?on est confronté à l?indicible et l?illimité ; à chaque fois que nous nous trouvons face à des phénomènes qui nous dépassent, nous essayons de partager leur mystère par la prière, qu?elle soit adressée à un Dieu que nous connaissons ; à un autre, plus incertain, que nous espérons ; ou encore à des équivalents laïques : destinée, providence, principes qui régissent l?univers?
Quels liens la prière a-t-elle avec la vie intérieure ? À première vue, elle est tournée non pas vers l?intérieur, mais vers le supérieur. Pourtant, toutes les traditions religieuses rappellent que Dieu réside dans le c?ur même de l?être humain?
Dans la prière, il y a un double mouvement : celui de la prise de conscience, de la réflexion, de la tension ; puis celui de l?abandon, du lâcher-prise. La prière, même laïque, est un acte de foi, une confiance sans certitude. Nous offrons nos espérances, nos craintes, nos remerciements, sans avoir la preuve que nous sommes entendus, et encore moins qu?une réponse viendra. C?est enfantin et magnifique. D?où la subtile observation de Claude Nougaro dans sa chanson Plume d?Ange : « La foi est plus belle que Dieu ».
Je n?ai évidemment aucune leçon à donner sur l?art de bien prier, ce n?est pas mon domaine ! Juste une expérience personnelle d?humain, de psychiatre et de méditant?
Chacun sait qu?on prie mieux dans un corps stable, en général immobile, agenouillé ou assis. Mais il y a une autre stabilité importante, celle de notre attention : on ne peut pas prier avec l?esprit dispersé. D?où l?importance de poser son attention, en se focalisant sur son souffle, ou sur la répétition d?un mot ou d?une phrase brève : les Orientaux parlent alors de mantra, les chrétiens de prière monologique (du grec monos-logos : une seule parole). C?est sans doute pour cela que la philosophe Simone Weil écrit : « L?attention absolument pure est prière ».
Pour ne pas être qu?un rituel, que l?on accomplirait l?esprit absent, la prière suppose aussi d?avoir établi un lien sincère et attentif à soi-même. D?où son importance pour la vie intérieure des humains, depuis toujours.
Car les moments de prière sont des espaces où l?on est à l?écoute de sa vie intérieure, mais sous une lumière particulière : celle de Dieu, ou celle des grandes forces qui régissent ce Monde. Ce sont des introspections tournées vers le Ciel ! Et donc baignées par les sentiments d?humilité et d?appartenance. de gratitude aussi : nous sommes dépositaires de qualités qui nous dépassent, que nous n?avons ni mérité ni demandé : la vie, la conscience, l?intelligence? Comment ne pas être bouleversé par cela ? Et comment ne pas avoir envie de prier pour remercier ? Même si l?on ne sait pas très bien à qui adresser tous ces mercis, on peut tout de même prendre le temps de les exprimer intérieurement. Maintenant, par exemple?
À demain, et ne perdez jamais le lien? avec vous-même.
Par Christophe André, en partenariat avec France Culture
Plus d'info : https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/la-vie-interieure/
+ Lire la suite
autres livres classés : entre-deux-guerresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2157 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre