AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070771520
Éditeur : Gallimard (28/05/2004)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 9 notes)
Résumé :
«Pauvre être humain,
ta vie, comme la brindille
emportée par l'oiseau,
comme la poignée de sable
qu'on jette.
Si ton cœur n'est pas royal,
tu vas où ?»
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
fanfanouche24
23 mars 2014
Je poursuis mon installation et achève le déballage et classement de livres. Je redécouvre ce premier texte découvert d'Alexandre Romanes, grâce à l'excellente initiative d'un ami, qui me l'avait offert en 2005. du pur Bonheur !
Je relis les passages soulignés, et ils sont aussi nombreux que l'autre volume , lu ultérieurement avec autant de plaisir, "Un peuple de promeneurs" (pour lequel j'ai rédigé une "critique"), il y a quelque temps.
Des petits proses poétiques, philosophiques, qui disent l'amour des siens, de sa grande famille du cirque, l'amour de la vie, de son épouse , Délia, de ses enfants, de ses colères contre les mots usés, l'indifférence, les injustices, la bêtise, tout ce qui amoindrit l'existence et l'Humain, etc.
« Depuis longtemps déjà
Je vois des choses terribles.
Des fois, pour comprendre
Je prends ma tête à deux mains.
Malgré tout, chaque matin,
Je redécouvre le ciel » (p. 79)
Une jolie préface de Jean Grosjean accompagne ce recueil : « Alexandre fait partie d'un peuple chez qui les paroles ont plus de poids que les écrits. Il nous en prévient : l'écriture n'est pas une tradition gitane. Pourtant le voici entré comme par violence dans l'univers des lettres. Il a quelque chose à dire aux gens qui lisent. Il a, plus que nous autres autochtones, conscience de vivre sous le ciel : Comment – être sous le ciel et ne pas voir le ciel ?-« (p.13)
Des textes brefs remplis de sagesse, de poésie …à lire doucement et à méditer…au fil des jours et du miracle du « Vivre quotidien » :
« Ils portent le fer dans le ciel,
Ils construisent des murs partout,
Pour chaque mouvement du bras, une loi.
S'ils pouvaient faire des parcelles
Avec le ciel, ils le feraient.
Assis dans l'herbe
Entre les fleurs et les reflets du ciel,
Je les regarde courir dans tous les sens.
Ils n'avancent pas.
Pire : ils reculent » (p.50)
Je lis, relis… suis vraiment inconditionnelle du ton, de l'art de vivre et de penser de ce grand Monsieur … des mots et du monde du voyage….
Je comprends que Christian Bobin et Alexandre Romanes se soient rencontrés et reconnus… car il existe une vraie famille de pensée et un regard très proche sur la poésie, le miracle des choses les plus modestes qui nous entourent, nous accompagnent sans que parfois nous n'y prenions garde.
Un beau regard, qui embellit les éléments les plus insignifiants, au demeurant !!-----Il existe une différence toutefois : une douleur vive, profonde d'Alexandre Romanes vis-à-vis du mépris et de l'exclusion vécus par son peuple, le peuple des « gitans »… tous confondus
« La main qui se laisse prendre
Est la plus belle,
Et tous ceux qui ne voient pas
D'abord le ciel s'enterrent.
Moi, j'ai toujours été vers les autres,
Mais eux, il faut croire
qu'ils avaient mieux à faire » (p. 72)
« Je voulais garder Dieu pour moi
Et j'en parle à toutes les pages » (p.94)
Ces mini-proses élégantes qui expriment si bien la beauté de la différence, de toutes les différences…qui nous nourrissent, nous construisent…si on refuse toutes les sortes d'exclusions…comme des injustices intolérables et indignes de notre condition d' « Humain » !!..je cesse là mes « papotages », Je ne voudrais pas sombrer dans le verbiage « beni-oui-oui », moralisateur…indigeste !!! que je suis entrain de frôler !….

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
GeraldineBGeraldineB20 mars 2014
Je n'ai pas encore compris
comment fonctionne le monde,
mais je sais très bien
ce que le ciel exige de moi.
Le temps du gâchis est fini.
Maintenant, je pose la main
sur tout ce qui est beau.
Commenter  J’apprécie          130
LaliLali21 octobre 2013
Quand je suis seul dans la campagne
et que mon pas est lourd,
j’aimerais qu’un oiseau
se pose sur mon épaule.
Mais rien ne vient :
je reste seul avec ma peine.
Commenter  J’apprécie          110
Hamsun14Hamsun1429 juillet 2017
Pourquoi j'ai écrit ? L'écriture n'est pas une tradition gitane. La poésie me semblait trop haute pour moi, inaccessible, et puis la vie je voulais la vivre, pas l'écrire. Je m'étais fait une raison mais pas le ciel. Lentement, au rythme des saisons qui passent, j'ai rempli un cahier d'écolier. Ce que je sais, c'est qu'il y a des poètes que j'admire. Peut-être que je n'ai pas supporté de les voir passer. J'ai voulu être l'un des leurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LaliLali22 octobre 2013
Comme un vaisseau
qui sombre dans la mer,
je m’abîme dans la vie.
Aucune branche
pour s’agripper
que le ciel.
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24fanfanouche2423 mars 2014
Quand mon coeur était seul
dans sa flaque de sang
quand mes colères étaient inattendues
comme un orage d'été,
qui aurait pensé qu'un jour mon coeur
battrait plus fort que tous les coeurs ?
Car même mort, chaque fois que mes filles
viendront sur ma tombe, mon coeur renaîtra. (p.49)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Alexandre Romanès (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Romanès
"Bohèmes", visite guidée au Grand Palais à Paris avec Alexandre Romanès .Le Grand Palais a l?humeur vagabonde. Deux cents oeuvres du XVe au XXe siècle retracent une exceptionnelle histoire des bohémiens et de la bohème. Découverte d'une ode à la liberté en compagnie d'Alexandre Romanès, directeur du Cirque tsigane. Réalisation Pierrick Allain Lorraine Rossignol À VOIR Bohèmes Jusqu?au 14 janvier 2013 au Grand Palais, Paris À LIRE Hors-série Télérama Les Bohèmes, quand l?art vagabonde 98 pages, 8,50 ?.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
564 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre