AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290055137
380 pages
Éditeur : J'ai Lu (19/02/2014)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 14 notes)
Résumé :
« Onzième jour du mois de novembre de l’an 1215. Un jour terne se levait sur Rome, capitale de la Chrétienté. Tous les ecclésiastiques piétinant sur le parvis attendaient cela depuis plus de deux ans. Depuis le 19 avril 1213, date à laquelle le pape Innocent III les avait convoqués au quatrième concile du Latran. Les yeux rivés sur le portail, aucun des religieux ne remarqua les ombres furtives qui, à la dérobée, s’échappèrent du saint édifice par l’une des portes d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Phooka
  21 février 2014
Mais ce qui m'a vraiment transportée, au-delà de l'histoire par elle-même passionnante, c'est bel et bien l'écriture de Ludovic Rosmurduc. Par rapport à ces précédents ouvrages, il a gagné en maturité et surtout en "efficacité". Point de longues et interminables descriptions que l'on retrouve parfois dans ce type de récit. Non, l'auteur nous dépeint l'époque, le décor, le vie des gens avec une vivacité et un réalisme qui permet au lecteur de s'y plonger corps et âme sans la moindre lourdeur. Les chapitres sont courts et l'écriture est belle et prenante, alors les pages défilent toutes seules et ce n'est que plaisir de lecture. Pendant longtemps je me suis demandée comment ce roman allait finir vu le contexte (et non je ne dirais rien pour ne pas spoiler) et cette fin au tout début m'a parue un peu "plate", un peu rapide. Mais d'un autre côté, compte tenu de l'essence même du livre mystérieux que Théodore recherche, il ne pouvait en être autrement. Par cette belle pirouette, Ludovic Rosmorduc, termine son roman de la meilleure façon qu'il soit en y faisant passer un très beau message sur la façon d'envisager sa propre vie.
(lire la chronique complète sur le blog)
Lien : http://bookenstock.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Pixie-Girl
  13 juillet 2015
Il y a bien longtemps qu'un roman qui parle de la Religion ne m'as pas autant transporter. La plume de Ludovic Rosmorduc est vraiment magique.
Les mains de Dieu, qu'est ce que c'est?! C'est l'histoire de Théodore, un vieil érudit passionné de livres qui va voir sa vie chamboulé a l'arriver de la jeune Jehanne, une mystérieuse jeune femme qu'il va prendre sous son aile, mais cette rencontre va changer leur vie a jamais.
Peut avant d'être arrêter, un mystérieux ouvrage va leur ouvrir les portes d'un voyage aussi fascinant que dangereux, ce livre parle de la Résurrection de Jésus et le Pape ne souhaite pas qu'on le retrouve.
A travers de grandes villes du Sud, on vie leur quête pleinement, étant nous même entrainer par l'écriture de Ludovic, pas un seul instant je ne me suis lasser de cette course contre la montre.
J'ai aimée chaque personnage pour ce qu'ils sont, ce qu'ils auraient pu être et ce qu'ils on été, chacun avec ces défauts et ces qualités.
Théodore, qui par son amour des livres le rend tout de suite fort attachant. Malgré un passer douloureux, il fera tout pour obtenir le pardon de ceux qu'il a aimer.
Jehanne a tout juste 17 ans et sa jeunesse rend plus flagrante encore la vieillesse de Théodore, mais cette différence rend encore plus réel le sentiment d'urgence.
Il y a également Donatien, Gauvin et Brunehaut qui sont certes des personnages secondaires, mais a qui on doit beaucoup pour faire avancer l'histoire.
Je compte bien lire d'autre romans de Ludovic Rosmorduc. J'ai aimée sont style et sa conquête historique. Je pense que grand nombres de ces romans trouverons une place dans mes rayons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lecteurdelombre
  22 avril 2014
Afin d'être correct avant de dévoiler mon avis sur ce livre, que les choses soient établies : je n'ai pu continuer après les 200 premières pages. le début était passablement attirant, mais l'intrigue se dégrade tellement par la suite que je n'avais plus l'envie de m'infliger le reste... Lâcheté ou prise de conscience ?
L'auteur, historien amateur (il en faut, je voudrais pas avoir l'esprit de chapelle pour autant), utilise le merveilleux passé de sa région, mais malheureusement on a plutôt l'impression d'un enfant barbouillant avec des peintures à doigt : les couleurs sont jolies, mais on ne peut qualifier cela de chef-d'oeuvre. le manque de critique et de discernement dans l'aspect historique de son livre m'ont fortement gêné. Mais le plus dommageable est l'intrigue, faible et téléphonée, à peine digne d'une mauvaise copie d'un Dan Brown, avec des rebondissements flasques, des deus ex machina risibles,...
Les rares éléments un peu plus profonds sont malheureusement sous-exploités, mais prouvent qu'avec de meilleurs conseils et une ouverture à d'autres genres, l'auteur aurait pu accoucher de quelque chose de meilleur qu'un pâle da vinci code carcassonnais.
Me suis-je montré trop dur ? Sans doute... Peut-être le genre historique, qui me passionnait tant adolescent, est-il trop (injustement) vulnérable à ma critique après des années d'étude du domaine... Néanmoins, ce livre n'a fait naître en moi que de l'ennui... Je suppose que d'autres le trouveront passionnant et je leur souhaite une excellente lecture. N'est-ce pas le but recherché ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NATB
  30 avril 2015
Premier livre de cet auteur que je lis et c'est une belle découverte.
En plein conflit entre catholiques et cathares, nous voilà partis sur les routes avec nos deux compagnons : un vieil homme passionné de livres et de connaissance accompagné de Jehanne, une jeune albigeoise en fuite.
Dans leur quête bien particulière ils vont croiser des chevaliers, des mercenaires, des religieux parmi lesquels un frère dominicain pas très catholique.
J'ai toujours aimé visiter les églises et les châteaux, j'aime les vieilles pierres et dans ce livre j'ai beaucoup apprécié toutes les descriptions minutieuses des édifices.
L'intrigue est bien menée ,sur fonds historique intéressant et enrichissant, ça m'a beaucoup plu.
Commenter  J’apprécie          40
Nahe
  26 mars 2014
Passionné de livres, Théodore d'Havricourt a régulièrement recours aux services du Frère Barnabé, moine copiste, pour étoffer sa bibliothèque. Agé et malade, ses manuscrits sont sa seule compagnie, la raison de son existence. Pourtant, il n'hésite pas à secourir Jehanne, une jeune fille en détresse, un soir, allant même jusqu'à lui offrir asile. N'écoutant que son bon coeur, il pose, sans le savoir, les jalons d'une relation solide.
Simultanément à l'arrivée de Jehanne, Théodore découvre, dans sa bibliothèque, sept ouvrages dont il ne garde aucun souvenir. L'aide de la jeune fille sera bienvenue pour lever le voile sur ce mystère.
Avec Les Mains de Dieu, Ludovic Rosmorduc nous emmène au XIIIe siècle, des années noires pour ceux qui sont désignés comme "les ennemis de la Foi" : il nous entraîne justement au coeur des croisades contre les Albigeois. Par le biais du hasard, Théodore est aussi de la partie, cherchant à découvrir l'origine des livres apparus dans sa bibliothèque et lancé sur la piste d'une mystérieuse relique.
Ce roman mêle magistralement les genres : intrigue, Histoire, amours, ... se conjuguent avec réussite dans ces pages. Phooka en a parlé comme un livre "pas que...", j'y rajouterais l'expression "mine de rien", tant l'apport historique s'intègre de manière harmonieuse, légère et naturelle dans le récit. Pas de description pesante, de digression pénible mais un vocabulaire soigneusement choisi, des apports étayés ou encore des sources dignes de ce nom.
Sachant qu'Histoire ne signifie pas obligatoirement ennui, Ludovic Rosmorduc tient en haleine son lecteur grâce à l'action et au suspense qu'il distille. Quant au profil des héros, quel meilleur choix que celui d'un amateur de livres ? Inutile d'en rajouter, vous l'aurez compris, cette lecture m'a conquise, d'autant que ce titre m'a ramenée vers des vacances en famille, enfant, un petit bonheur supplémentaire !

Lien : http://nahe-lit.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
paraty62paraty62   27 février 2014
Je préfère ne pas imaginer ce que deviendrait le monde si ne subsistaient que des écrits autorisés par l'Église.
- Cela ne serait guère mieux s'il revenait au roi de décider de ce qui peut être lu ou non, contra le copiste las des attaques répétées du Collectionneur à l'encontre de la religion.
- C'est juste. Je remettais en cause la censure en elle-même, indépendamment de qui la met en place.
Commenter  J’apprécie          40
paraty62paraty62   27 février 2014
Si la façade fatiguée de l'établissement, haute demeure à colombages s'adossant de guingois contre le mur d'enceinte, ne présageait pas un intérieur fastueux, elle ne laissait pas non plus imaginer un tel délabrement. À l'étage, les pièces étaient exiguës et misérables. La pourriture rongeait l'ossature de bois qui servait à présent de terreau à une colonie de minuscules champignons. Le hourdage en torchis partait en lambeaux, érodé par les suintements continus d'eau et de salpêtre. Dans une chambre en soupente, assise en tailleur sur une paillasse jetée à même le sol, se tenait une jeune femme prostrée. Ses pensées, elles, gambadaient bien loin de cette mansarde insalubre, bien loin même de Carcassonne, dans ce qui lui semblait être alors un autre monde. Un songe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-GirlPixie-Girl   10 juillet 2015
Cette embrassade symbolisait également celle qui lui avait cruellement fait défaut sept ans plus tôt lors du sac de Béziers. A travers ses adieux à Théodore, elle faisait, enfin, le deuil de son propre père.
Commenter  J’apprécie          40
NATBNATB   28 avril 2015
Son propriétaire ne vivait en effet que pour la lecture...ou plutôt pour le savoir, aurait-il volontiers corrigé.Ainsi donc, ses plus fidèles compagnes étaient-elles les chandelles à la lueur desquelles il tournait sans relâche des feuilles enluminées par d'assidus copistes, et qui toutes à ses yeux avaient davantage de valeur qu'une toile de maître.
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-GirlPixie-Girl   06 juillet 2015
Il était comme un homme qui s'était réveillé trop tôt dans les ténèbres; alors que tous les autres dormaient encore.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : catharesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2157 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre