AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081277670
480 pages
Ombres Noires (23/02/2013)
3.33/5   6 notes
Résumé :
Matveï Matveev est un homme comblé : il est à la tête d'une entreprise dont l’activité le passionne, le négoce de vins français. Sa femme est une personne intelligente et raffinée et il est l’heureux propriétaire d’un luxueux appartement à Moscou que beaucoup lui envient. Les apparences sont trompeuses car, en réalité, Matveï est au bord de la faillite. Son banquier, qui fut son ex-associé,est un individu cynique et suffisamment impitoyable pour lui refuser un crédi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique

A Moscou, à la fin des années 90, Matveï Matveev, semble être un petit patron au sommet de la réussite. Importateur de vins français, il a une femme élégante, une belle voiture, un luxueux appartement et des bureaux cossus. En réalité, à force de graisser la patte aux douaniers, aux politiciens véreux et à quelques malfrats, il ne s'est pas vraiment enrichi et il a même emprunté de l'argent dont il peine à rembourser les intérêts. Un jour, il disparaît brusquement de la circulation. Marina, sa femme, fait appel à Plombov, un flic, ancien de la guerre de Tchétchénie, qui travaille également pour son compte, histoire d'arrondir ses fins de mois. Elle lui demande de mener l'enquête...

« Ciel orange » est plus une plongée mélancolique dans l'univers faisandé de l'ère post-communiste qu'un roman policier ou qu'un thriller à proprement parler. Aucun suspens, aucune hécatombe, aucun rythme haletant, mais plutôt de longues descriptions de petits faits (Rubanov réussit l'exploit littéraire de décrire la trajectoire d'une balle de révolver pénétrant dans le front d'un homme, traversant le cerveau et ressortant par la nuque, dégâts et conséquences physiologiques compris, en rien moins de cinq très longues pages !), voire d'interminables digressions et autres flashbacks remontant à l'enfance de quasiment tous les personnages. L'ensemble qui n'est pas inintéressant si l'on s'en tient au contexte, peut très vite devenir lassant du fait de la faiblesse de l'intrigue qui tient au dos d'un timbre-poste et du style faussement vivant avec une profusion de dialogues. Plus livre d'ambiance (glauque et désabusée bien évidemment) qu'ouvrage de divertissement et d'action (on est à mille lieues des Coben, Thilliez et autres Chattam), « Ciel orange » rappelle vaguement les oeuvres de Georges Simenon ou de Tom Wolfe, mais plusieurs crans en dessous. Un gros pavé de 474 pages en petits caractères qui, par moment, tombe un peu des mains...


Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
Commenter  J’apprécie          40

Tout d'abord , je tiens à remercier Babelio qui a eu le gentillesse de m'expédier le livre et donc de me faire découvrir cet auteur russe .

Matvei Matveen vit à Moscou ; il est importateur de vins mais pour réussir , il doit graisser la patte à de nombreux intermédiaires ce qui fait que malgré les apparences ( voiture luxueuse , bel appartement , femme super élégante ) il n'est pas riche . Un jour , il disparait ; sa femme Marina fait alors appel à un flic un peu sur la touche qui va faire le tour des connaissances du négociant pour récolter des indices .

Ce n'est pas un roman policier , ce n'est pas un thriller , c'est une galerie de portraits dans Moscou : Ivan Nikitine , un ancien joueur professionnel de hochey, Cactus , l'homme de main de celui-ci , Saitout , ancien associé devenu banquier et le policier et ses deux frères.

roman de société dans les milieux des malfrats , des politiciens véreux ...

Pour ma part , j'ai trouvé certains passages un peu longs ; on a du mal à rentrer dans le vif du sujet et quelques chapitres auraient pu être supprimés sans que l'intrigue n'en patisse .

Encore merci pour l'envoi

Commenter  J’apprécie          10

Avec l'écriture de cet ancien taulard, on se régale. le personnage du flic rappelle l'inspecteur Callaghan de ce cher Clint, avec des méthodes… efficaces. le roman se situe à la charnière de la perestroïka et de la “normalisation”. Les maffieux sont devenus des hommes d'affaires “honorables”, enfin presque tous…

Commenter  J’apprécie          30

Un polar russe décapant.

Une nouvelle fois les éditions Ombres Noires nous font découvrir un nouvelle auteur étranger. En effet depuis septembre 2013, pour les amateurs de noir bien noir, le label indépendant Ombres noires nous réjouit de belles découvertes Aujourd'hui c'est un auteur russe qui est à l'affiche.

Andreï Rubanov, quarante trois ans, était un homme d'affaires à succès quand, en 1996, une affaire de détournement de fonds publics liée à la Tchétchénie l'envoie en prison pour trois ans. Il a tiré de cette expérience un grand nombre de romans et récits. Ciel Orange est un roman débridé à l'écriture maîtrisée, il met en scène une galerie de personnages plus vrais que nature, dans un Moscou implacable. de l'action, une bonnes dose de  réflexions socio-politiques, tout cela porté par un style concis , tranchant et efficace.

Ce Roman social et policier est une vraie belle découverte.


Lien : https://collectifpolar.com/
Commenter  J’apprécie          20

Tout d'abord je tiens à remercier Babelio et les éditions Ombres noires pour ce partenariat.

Alors autant en venir au fait, je n'ai pas du tout accroché avec ce livre.

Je pensais vraiment que je serais transporté mais malheureusement il y avait des passages bien trop long et ennuyeux pour que cela me plaise.

C'est dommage car le fond de l'histoire est assez bien, l'intrigue est bien présente, mais quand l'auteur nous prend plusieurs pages pou nous décrire une petite scène dans le moindre détail, là non, très peu pour moi.

Et puis j'ai eu une difficulté avec les noms, prénoms et lieux Russes ... Même si je lis dans ma tête j'aime savoir prononcer tout les mots et là aïe aïe ... grosse difficulté.

Je ne vois pas trop ce que je pourrais vous dire d'autre, je n'ai pas envie de freiner les futurs lecteurs. Je pense que c'est un livre qui peu plaire ... ou pas !


Lien : http://booksdreamsandi.blogs..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
l était une fois, pour qui l'ignore, un immense pays : l'Union soviétique.
Une superpuissance.
Alias : URSS, Sovieterie, Soviet-Land, Empire du Mal, Soviet Union, Russia (se lit Râsha).
Au début des années 1970, dans ce pays, le seul moyen qu'avait un jeune citadin diplômé de se faire un tant soit peu d'argent était de s'enrôler dans les grands chantiers du Nord.
D'inépuisables richesses attendaient leur heure dans les terribles déserts du froid, dans la toundra, la taïga. Pétrole, gaz, métaux précieux, diamants et compagnie. Toute la table de Mendeleïev1 se trouvait contenue sous une solide carapace de pierre et de glace. De vaillants géologues en avaient découvert les gisements, et leurs chefs, puis les chefs de leurs chefs, puis les chefs de tous les chefs – les dirigeants du pays – avaient décidé de les extraire coûte que coûte au nom du communisme et du bonheur de l'humanité progressiste.
Commenter  J’apprécie          20
Il sortit de l’immeuble. Frissonna. Du ciel bas de novembre tombait une eau qui tirait déjà sur la neige. Il regarda autour de lui (vieille habitude), mais rien ne mena- çait ni sa bourse ni sa vie. Il monta dans une spacieuse berline de la Société des Moteurs Bavarois, mit la musique en marche sur un lecteur de la Compagnie Japonaise des Winners, et vroum. Il se passe quelque chose, se dit-il. Quelque chose est en train de changer. Il y a comme un mur indéfinissable qui s’élève. Plus je vis, plus les réalités qui m’entourent me résistent. J’éprouve de plus en plus de peine à faire ce qui me semblait si facile auparavant. Rien ne m’excite dans cette grisaille. Rien pour le bonheur de mes yeux. L’âge, peut-être ? L’âge, tu parles, seulement 40 ans… Une fois dans sa voiture, il se sentit mieux. Soulagé. Comme toujours.
Commenter  J’apprécie          20
Sun Tzu disait :« Si tu es faible, fais semblant d'être fort ; si tu es fort, fais semblant d'être faible. Tel est le chemin de la victoire. »
Commenter  J’apprécie          90
La couleur du ciel – blanchâtre, concentrée – faisait écho aux rectangles blêmes des barres d'habitation et aux reflets pâles du bitume. Monochrome, déprimant, l'automne agonisait lentement sur la ville en cédant la place à l'hiver.
L'hiver prenait son temps ; l'automne aussi.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : moscouVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2501 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre