AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702449073
Le Masque (27/03/2019)
3.63/5   64 notes
Résumé :
Depuis l’assassinat de son père, avocat renommé, Macha Karavaï, une jeune étudiante en droit de vingt-deux ans, nourrit une véritable obsession pour les tueurs en série. Pistonnée pour un stage à la Petrovka, l’état-major de la police de Moscou, elle est prise en grippe par Andreï Yakovlev, l’enquêteur en chef, qui décide de la mettre à l’écart en lui confiant d’anciennes affaires d’homicides qui lui semblent sans intérêt. Mais quand Macha se rend compte que des cad... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 64 notes

kielosa
  09 juin 2019

L'immense empire russe nous a laissé des monuments de romanciers comme Dostoïevski, Pouchkine, Tolstoï, Boulgakov, Soljenitsyne, Gogol, Pasternak..... , des poètes inoubliables comme Akhmatova, Maïakovski, Tsvetaīeva ...d'auteurs contemporains comme Ludmila Oulitskaïa, notre babeliote bien-aimée Maryna Uzun etc. Mais pour des thrillers ce serait pratiquement la terre vierge, s'il n'y avait pas eu Boris Akounine et Alexandra Marinina et maintenant donc Daria Desombre.
Pour être honnête, les auteurs de policiers russes comptent quelques noms de plus que ces 3, mais vraiment pas beaucoup, surtout si l'on considère que le nombre de russophones dans le monde est estimé à 265 millions de personnes, répandus dans 17 pays. Lorsque l'on compare leur nombre avec celui des petits pays scandinaves (Suède, Norvège, Danemark et Islande), cela devient même carrément ridicule.
En plus, Boris Akounine a un genre un peu particulier qu'on aime ou pas trop, ce qui est mon cas. Son "Le Gambit turc" ne m'a nullement convaincu. Je pourrais dire la même chose des bouquins d'Alexandra Marinina. D'elle, j'en ai lu deux "Le cauchemar" et "Concours de circonstances" et ce n'est pas demain que je me risquerais à un troisième.
À moins que Poutine les cache pour des raisons de prestige national, le nombre de tueurs en série est dans le vaste continent russe également fort réduit. le plus célèbre a sans doute été "le Monstre de Rostov", Andreï Tchikatilo, né en 1936 et exécuté en 1994, avec un palmarès officiel de 53 victimes. Il a été le héros de plusieurs ouvrages, dont j'ai lu celui publié par l'auteur britannique, Peter Conradi, "The Red Ripper : Inside the Mind of Russia's Most Brutal Serial Killer (L'éventreur rouge, dans l'esprit du tueur en série russe le plus brutal - de 1992).
Le roman "Enfant 44" de Tom Rob Smith de 2010 a aussi été inspiré par ce personnage horrible, tout comme le film du régisseur italien David Greco "Evilenko" de 2004 avec Malcolm McDowell dans le rôle de Tchikatilo.
Puis, il y a eu Mikhaïl Popkov, né en 1964, surnommé, le maniaque ou le loup-garou d'Angarsk, en Sibérie. Il a écopé 2 fois perpète pour avoir zigouillé 81 personnes entre 1992 et 2010. Ce criminel a été officier de police à Irkoutsk, également en Sibérie, et il avait une femme et une fille.
Je ferme la liste avec le plus jeune, Alexandre Pitchouchkine, né en 1974 et qui aurait fait 63 victimes. En 2007, il a eu perpète et aurait, selon Wikipédia, déclaré : "Je ne me serais jamais arrêté, la police a sauvé beaucoup de vies en me capturant."
Daria Desombre dans son histoire à suspense fait beaucoup moins de victimes mortelles, mais il vous faut tout de même vos 2 mains pour les compter tous. Plus, je ne puis dire sans relever une partie du déroulement final.
L'héroïne de l'histoire est une jeune Moscovite du nom de Maria Karavaï, surnommée Macha ou avec son diminutif Machenka. Son père adoré a été tué lorsqu'elle avait 12 ans et ce meurtre l'a fort marqué. Sa mère Natasha fait des tentatives pour axer l'attention de sa fille sur autre chose que les meurtres mais en vain. Elle se balade le plus souvent en pantalon et pull noirs et ne montre aucun intérêt pour la mode et les sorties.
Sa connaissance de la criminalité est quasiment encyclopédique, aussi bien qu'un ami de son père, le procureur Katychef, se débrouille pour la faire nommer à la Petrovka, l'état-major de la police de la capitale russe.
C'est son chef à la Petrovka, le capitaine Andreï Yakovlev, qui constitue le deuxième héros du récit. Andreï est un homme plutôt solitaire, qui se balade en d'épouvantables blue-jeans "made in Turkey" et qui vit avec son énorme clébard, Marilyn, qui mangerait boulettes et saucisses jour et nuit.
Les rapports entre nos deux héros au début ne sont évidemment pas simples. Andreï considère Macha comme une sainte nitouche sortie de la haute société, tandis que pour la jeune femme de 23 ans son chef est manifestement un plouc parfait aux capacités limitées.
La situation à Moscou devient inquiétante avec une série de meurtres atroces pour lesquels les forces de l'ordre n'ont strictement aucun indice sur leur auteur. du moins, au départ.....
Comme le titre de l'ouvrage, ce serait un "péché capital" que de vouloir résumer le travail remarquable du tandem Andreï et Macha, le résultat de beaucoup de flair et d'intelligence.
Je dirais juste que pour le tueur en série, baptisé "Le Tourmenteur", "Ce n'est pas le crime en soi qui importe, c'est le message qu'il adresse à l'humanité par ce biais". (Page 251).
Il ne s'agit pas d'un roman simple, seulement Daria Desombre construit si progressivement et intelligemment son récit, que lut les 2 ou 3 premiers brefs chapitres, le lecteur ne déposera plus le livre avant d'être arrivé à la page 349 et "remerciements".
Cet ouvrage est une belle hymne à l'histoire de la ville de Moscou et à son modèle historique de Jérusalem.
Le plan de Moscou reproduit en fin de volume contribue à rendre ce thriller mémorable et cela ne m'étonne nullement que déjà plus d'un million de Russes l'aient lu.
Selon l'éditeur du Masque, ce livre est le premier tome d'une série.
C'est un peu dommage que je n'ai pas trouvé plus d'informations relatives à l'auteure sur le Net, sauf qu'elle ait fait des études d'art au fameux Hermitage de Saint-Pétersbourg, écrit en Russe mais parle couramment Anglais et Espagnol, habiterait à Bruxelles, serait mariée et mère de 2 bambins. Wikipédia ou un autre site merci de nous dire un peu plus sur cette écrivaine prometteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          528
Sylviegeo
  28 juin 2020
Moscou aujourd'hui. Intéressante incursion dans ce monde moderne où l'on s'aperçoit que malgré tout ce qu'a vécu la Russie, les clivages et la distanciation sociale est encore très présente. L'impérialisme, le communisme, le capitalisme, ça laisse des traces... Et puis, qu'un récit policier se passe à notre époque ça nous change des policiers sous les tsars ou sous le petit père des peuples ou autres dictateurs. Qu'une étudiante en droit se passionne pour les tueurs en série et que tout en faisant un stage à la criminelle revisite certains meurtres, c'est plus qu'avantageux pour le lecteur. Un peu de mystique, un peu d'histoire médiévale et l'on s'aperçoit qu'également en Russie l'histoire perd des plumes, que là aussi les gens ont plus d'intérêt pour le "selfie"que pour la culture, que les dogmes religieux peuvent revenir en force...Des personnages intéressants, un récit policier dans les règles, qui au passage, nous brosse un portrait bien fait de ces "nouveaux russes". Un bon premier roman pour cette autrice russe que je découvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          530
iris29
  11 octobre 2020
Entre le film Seven pour les "mises en scène" de cadavres ( en moins trash) , et aussi pour le thème, et le livre Da Vinci Code (pour le côté religieux ), ce roman est le premier tome d'une série policière russe.
Deux personnages un peu atypiques dans l'univers du noir, se disputent la vedette : une jeune étudiante en droit qui a fait son mémoire sur les tueurs en série (obsédée par ce thème, depuis que son avocat de père, a été assassiné quand elle avait 12 ans ), et un jeune enquêteur chef de la police moscovite, la Petrovska, qui voit d'un très mauvais oeil l'arrivée de la petite fille gâtée et pistonnée dans ses bureaux. Pour l'occuper (et lui montrer son mépris) , il va lui refourguer de vieux dossiers , pensant la "placardiser". Oui, mais la belle est futée et trouve le point commun entre tous ces homicides, un numéro sur les cadavres, l' oeuvre (elle en est sûre ) d'un tueur en série, inspiré par la création de la ville de Moscou, la Jerusalem céleste.
Si vous aimez les thrillers ésotériques, l'histoire, la religion, vous aimerez ce roman, riche de pleins d'informations.
Moi, j'avoue que ces parties là, m'ont laissée de marbre, je m'interroge toujours sur la faisabilité des mises en scène de ce genre de tueur... Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? [ Dans un centre-ville passant en plus ! ] . Je trouve tout ça un peu ridicule...
J'ajoute que j 'avais deviné l'identité du tueur dés qu 'il apparaît dans l'histoire. Et je déteste ce genre d 'identité de tueur pour les mêmes raisons, je ne trouve pas ça crédible...
Mais peut- être que pressés par le suspens et l'action distillés par Daria Desombre, vous ne serez pas sensibles au mêmes choses que moi.
Car l'inspecteur chef est passionné par son métier, la petite étudiante des beaux quartiers est diablement futée et, ensembles, ils arriveront à coincer ce tueur en série tout en vous baladant dans le Moscou d'aujourd'hui...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
belette2911
  04 avril 2019
C'est plus fort que moi, dès qu'un roman policier (ou historique) se déroule en Russie, je ne me sens plus.
Vous me mettriez Sherlock Holmes enquêtant en Russie que je frôlerais l'arrêt cardiaque devant tant de bonheur.
Net Galley et l'éditeur ayant donnés une suite favorable à ma demande, je me suis jetée sur le roman comme une affamée.
Mêlant l'Histoire avec le présent, le réel avec l'ésotérisme, mettant en scène des personnages intéressants que tout oppose, voilà un roman qui a réuni les bons ingrédients et a su les cuisiner pour donner un plat qui avait du goût !
Mon seul petit bémol sera pour le fait que c'est le Moscou contemporain qu'on arpente et ma passion irait plus au Moscou du temps du Tsar Nicolas II.
On dira que je pinaille mais j'aurais apprécié que ce roman ait une touche « politique » en plus de la policière car durant mes lectures, j'apprécie tout autant m'instruire sur la vie des gens, sur la politique, l'administration…
Lorsque c'est bien mis en scène, ça donne toujours un plus à un récit (mais tout le monde n'aime pas ça) et je suis plus fervente d'Histoire (politique ou autre) que d'histoire d'amour.
Par contre, j'ai appris les différences qu'il y avait entre les orthodoxes et les catholiques, pas toutes, juste les plus importantes et si nous avons 7 péchés capitaux, chez les orthodoxes, tous les péchés sont capitaux et ne comptez pas sur le purgatoire pour vous en sortir, c'est direct dans les flammes de l'enfer que nous rôtirons tous ensemble.
Si j'aurais aimé plus de politique, ce sera mon seul grief contre ce roman qui se lit très vite tant on est subjugué par les crimes épouvantables et l'aura de mystère qui les entoure, car nos amis pandores moscovites de la Petrovka n'avaient pas vu la patte du serial killer.
Pour leur défense, fallait avoir l'esprit obnubilé par ces criminels pour comprendre et voir la toile d'araignée tissée par cet habile assassin. Ce qui était le cas de Macha Karavaï, jeune fille portant toujours le deuil de son père et qui n'a qu'une idée en tête : trouver son assassin.
Intelligente, travailleuse, douée, mais un peu inadaptée socialement (elle aime trop les livres), arrivée à son stage par un piston, ce qui ne lui facilitera pas la tâche pour se faire entendre par son supérieur (Andreï Yakovlev) qui ne voit en elle qu'une arriviste et enfant gâtée.
Un duo d'enquêteurs atypique, peu compatible socialement et culturellement, mais une fois leurs différents aplanis, ça donnera un duo d'enquêteurs de choc, bien qu'il leur ait fallu tout le roman pour comprendre qui se cachait derrière ses crimes alors que moi, tout en buvant un bon café et en réfléchissant dans mon fauteuil, j'y étais arrivée.
Et j'avais vu juste ! Ceci n'a pas gâché mon plaisir de lecture, que du contraire, le tandem Macha/Andreï fonctionnait bien et le côté ésotérique des crimes ne pouvait que me combler.
On aurait pu se passer de l'histoire d'amour mais sans doute que ça ajoutera du piment pour les lecteurs/trices qui aiment ça. de mon côté, j'ai trouvé que ça allait trop vite…
C'est palpitant, amusant, frais, gore pour certaines mises à mort mais sans jamais sombrer dans le voyeurisme et les détails horribles, voilà un roman policier whodunit mais sans qu'on ne doive rassembler tout le monde dans le salon pour proclamer que c'était le colonel Moutarde le coupable.
Une chose est sûre, si Macha et Andreï reviennent pour une nouvelle enquête, je les suivrai volontiers dans les rues de Moscou et sur tous les sites sur lesquels ils me mèneront.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
sylvaine
  25 mai 2019
Tous les péchés sont capitaux Daria Desombre J.C Lattès mars 2019
#TousLesPéchésSontCapitaux #NetGalleyFrance
Moscou. Macha Karavai vient. de terminer ses études de droit. Elle a demandé et obtenu un stage à la Petrovska, Etat-major de la police moscovite. AndreÏ Yakovlev subodore le piston et la prend en grippe. Comme il faut bien l'occuper il lui demande de faire des recherches sur des anciennes affaires, des homicides non élucidés. C'est sans compter sur l'opiniâtreté et le talent de Macha .. Et si il n'y avait dans tous les cas qu'un seul et même meurtrier? Et si on avait affaire à un tueur en série?
L'enquête va nous mener à la source de la création de la ville de Moscou, la Jérusalem céleste ..
Daria Desombre nous offre ici un premier roman de bonne facture. Plonger dans l'histoire médiévale russe, sortir la tête dans la résurgence du courant religieux des vieux-croyants, suivre l'enquête pas à pas dans les rues de Moscou et décompter chaque jour ou presque un nouveau meurtre dur métier que celui de lectrice...
Servi par une très bonne traduction ce roman m'a beaucoup appris, rien que pour cela je suis ravie . Une fois de plus j'ai voyagé autour de ma chambre et cela a été un vrai plaisir.
Un grand merci aux éditions J.C Lattès pour ce dépaysement moscovite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212


critiques presse (1)
Elle   09 avril 2019
Savant mélange entre le film mythique Seven et le célèbre Da Vinci Code de Dan Brown, Tous les péchés sont capitaux revisite le genre du roman noir, pour lui apporter une touche de contemporanéité. L’écriture est rythmée, le personnage principal est une jeune femme vive et affirmée, et les références historiques et artistiques sont absolument passionnantes [...] Ce captivant roman policier était exactement ce que les fans du genre attendaient depuis bien longtemps.
Lire la critique sur le site : Elle
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   18 octobre 2020
Il s'était souvent demandé pourquoi, pour amener une fille chez soi, il fallait toujours lui promette de lui montrer quelque chose sans aucun rapport, comme une collection de disques de blues ou de miniatures japonaises ? Après tout, on aurait tout aussi bien pu promettre un tas de choses passionnantes directement liés à l'objet de la visite , non ?
Commenter  J’apprécie          210
iris29iris29   11 octobre 2020
Si je ne m'étais pas mise à creuser dans cette affaire, les gens n'y auraient vu que du feu. J'en suis sure. Peut- être même que le tueur en aurait finalement eu assez, que ça aurait perdu tout intérêt pour lui de tuer. Alors que maintenant... C'est devenu tellement excitant. Il s'est trouvé un public, il a quelqu"'un avec qui jouer , tu comprends ? C'est comme une partie de cache-cache en forêt. C'est pas marrant de se cacher tout seul, hein ? C'est beaucoup mieux s'il y a des dizaines de gens qui te cherchent partout derrière les arbres en craint : " Bouuuuh ! Bouuuuh ! "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris29   11 octobre 2020
" Le châtiment le plus déshonorant, celui qui revenait le moins cher, était la pendaison. On ne pendait jamais un notable, ni ici, ni en Europe. Ça ne convenait pas à son rang. Pour ôter la vie d'un homme de la haute société , il fallait au moins faire l'effort d'aiguiser une hache ou faire appel à un vrai professionnel."
Commenter  J’apprécie          160
iris29iris29   12 octobre 2020
Des voitures de luxe les dépassaient. Ah ! Moscou ! Cette ville ne dormait jamais. Les enseignes de restaurants et des clubs de strip-tease haut de gamme clignotaient dans la nuit. Le dernier trolleybus avançait à deux à l'heure. A côté des Jaguar aux rictus féroces, il ressemblait à un dinosaure herbivore tout droit sorti de la préhistoire.
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris29   11 octobre 2020
Peut- être que les écrivains, les scientifiques, les poètes, peuvent être amis entre eux. Et encore j'en doute. Mais dans le sport, c'est pas comme ça que ça se passe. Il faut être le premier. Au pire, le troisième. Le quatrième, plus personne n'en a rien à faire.
Commenter  J’apprécie          130

autres livres classés : moscouVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
377 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre