AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782846261654
181 pages
Éditeur : Au Diable Vauvert (25/08/2008)
3.42/5   98 notes
Résumé :
La première chose qui t'étonne lorsque tu ouvres les yeux c'est le plafond de votre chambre. Ça fait des mois que tu dors dans le salon. Tu ne comprends pas. Tu tournes la tête sur le côté, ta femme n'est pas dans le lit. Mais ses longs cheveux blonds s'étalent sous ta joue. Tu ne comprends pas du tout. Tu montes une main pour te gratter la barbe. Ta barbe a disparu. Tu ne respires plus. Tu descends ta main sous le drap. Tu cherches quelque chose entre tes jambes. T... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,42

sur 98 notes

Malaura
  30 septembre 2011
Il est un écrivain qui n'arrive plus à écrire, s'occupe de la maison en attendant l'inspiration, se laisse complètement aller, mange des chips et boit de la bière ; un esprit mou dans un corps mou.
Elle est une pétulante agent littéraire, est la seule à subvenir financièrement aux besoins du foyer ; féminine jusqu'au bout des ongles, active, énergique, elle prend soin de son corps qu'elle rationne de tofu et de thé vert.
Ils sont mari et femme, leur couple est au point mort, ils ont décidé de se séparer.
Mais en ouvrant les yeux ce matin-là, chacun va faire une découverte pour le moins inattendue, totalement déconcertante, angoissante, surréaliste.
Il se réveille dans son corps à elle.
Elle se réveille dans son corps à lui.
Incompréhension absolue...ils crient...chacun dans le corps de l'autre.
Il est elle et elle est lui.
« Pour une séparation, c'est raté ».
Il va donc falloir supporter ce qu'il arrive et apprendre à vivre avec le corps de l'autre, un conjoint que l'on ne pouvait même plus voir en peinture !
Chacun va donc expérimenter ce qu'il n'envisageait même pas chez son partenaire : travail, regard des autres, sexualité, rapport au corps, souffrance, douleur, érotisme, désir, maternité, paternité…
Une expérience qui leur permettra de mieux se comprendre l'un l'autre et peut-être recoller les morceaux d'un mariage qui partait à vau l'eau…
Découvert avec « le libraire » et « Zéro tués », le jeune auteur d'origine brésilienne Régis de Sà Moreira s'attelle avec « Mari et femme » à une exploration du couple, fantaisiste et délurée.
Fantaisiste en premier lieu par l'extravagant moyen employé pour mettre en oeuvre cette expérimentation : la transmutation des corps qui permet à chacun des protagonistes de ressentir au plus près, charnellement, viscéralement, tous les troubles, émotions, perceptions et autres sensations, liés au corps de son conjoint.
Fantaisiste également par la narration même du roman où l'emploi de la deuxième personne du singulier, bien que déconcertant au départ, n'en est pas moins très ingénieux pour faire participer le lecteur, un « Tu » qui l'implique facilement dans une histoire cocasse, étayée par de nombreuses situations comiques.
Les personnages du mari et de la femme, volontairement caricaturaux, aux caractères très opposés, aux divergences très prononcées, permettent à l'histoire de fonctionner habilement tout en évitant cependant l'écueil de la parodie.
Rondement mené, avec un sens du rythme endiablé que renforce l'utilisation des phrases courtes, des paragraphes brefs et des nombreux retours à la ligne comme dans un poème en prose, le récit surréaliste de Régis de Sà Moreira aborde les problèmes de couple et dévoile les incompréhensions et les difficultés qui régissent les relations homme-femme avec une belle dose d'humour, de tendresse et d'espoir en l'amour renaissant.
Fable loufoque, « Mari et femme » est un roman tout à fait divertissant, ludique et sans prétention, que l'on prendra plaisir à découvrir dans les moments où une lecture légère et décomplexée s'impose pour décompresser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
GabyH
  11 janvier 2013
Dans "Mari et femme", c'est une réflexion loufoque que Régis de Sa Moreira nous offre sur la féminité et la masculinité. Derrière un ton léger et drôle se cache en fait une recherche sur l'altérité et sur les rapports de genre.
A partir d'une intrigue extrêmement étrange, celle d'un couple au bord de la séparation dont les deux membres se retrouvent soudain habiter le corps de l'autre, Régis de Sa Moreira adopte, derrière un style apparemment décontracté, une attitude critique vis-à-vis des préjugés de genre. C'est donc non seulement la question de la féminité et de la masculinité qui se pose mais aussi celle de l'inné et de l'acquis, doublée d'une réflexion sur le corps comme miroir ou non de l'âme. Où se trouve l'essence d'une personne? C'est cette question qui semble guider l'auteur.
Le style - roman écrit à la deuxième personne (tu), phrases courtes, voire lapidaires, paragraphes extrêmement concis - ne permet pas de rentrer tout de suite dans le roman, qui devient cependant jubilatoire pour le lecteur quand les événements commencent à se précipiter, alors que l'un(e) prend la place de l'autre.
En somme, si le contenu psychologique ou sociologique ne saute pas aux yeux à la lecture, ce livre constitue un bon divertissement qui donne à réfléchir après coup. C'est là à mon avis tout le talent de l'auteur, qui propose un récit très léger, rapidement lu, mais qui, une fois le livre refermé, donne à penser sur ce que nous sommes et ce que nous faisons jour après jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Yanoune
  28 juin 2020
Mari et femme... Ou le bouquin dans la pile.. le Diable Vauvert j'en ai pas mal de cette maison d'édition et je me demande pourqué ?...
Pitch :
Bon on a décidé.. un week-end mouvementé, mais on est finalement arrivé à un accord pour le divorce... on est parti se coucher chacun de notre côté, pour ma femme la chambre, et moi le canapé, mais comme depuis des mois au final... ouais ça fait des mois que ça dure...
Par contre au réveil lundi, y a comme qui dirait eu un truc.. un truc énorme... un truc bizarre... un truc impossible...
Ouais impossible dans le miroir de la salle de bain, quand je regarde mon reflet, et bien c'est elle qui me regarde, elle avec ses grands yeux surpris...
Bon... une transmutation corporelle dans un couple mort, un couple fini, lui est elle, elle est lui... avec tout ce que cela implique...
Une écriture facile, des chapitres courts, des phrase courtes, des pensées, des réalisations, et la vie dans la peau de l'autre...
ça se lit facile, et pourtant on se prend à s'arrêter, à regarder le plafond, à réfléchir deux secondes en faisant la moue... le genre, et les cases dans lequel on l'enferme, le féminin surtout, l'homme dans la femme, et ce qu'il doit faire pour que ça passe, pour qu'elle soit crédible, reste crédible... et se rendre compte un peu de tout ce que cela implique pour lui...
Ou l'on aborde un peu tout, le corps, le boulot, le regard de l'autre, la sexualité.. ce passage est vraiment drôle....
Et la question aussi, est ce que c'est le genre qui défini ?.. est ce que c'est le genre qui importe ?. Ou bien le genre n'a pas d'importance, et c'est autre chose...
La question soulevée est importante, et intéressante, c'est vrai..
Seulement, il y a un passage qui m'a franchement déplu.. la violence, elle qui frappe lui qui est dans elle.. pourquoi ? Pourquoi elle se permet de frapper lui, alors que lui ne l'a jamais fait.. du moins je l'ai compris comme ça...
et la violence conjugale, pour un instant, pour un moment fugace... et lui qui répondra plus tard, elle a lancé les hostilité sur ce terrain là... et je ne sais pas... cela m'a déplu, parce que c'est fait d'une manière ou au final ça passe, on ne s'appesantit pas, il ne s'appesantit pas là-dessus, même si cela le surprend... ça passe parce que c'est elle, et non... frapper l'autre... là, ça, non et peut importe le côté...
Quelque cliché féminin, elle me paraît bien conne quand même, cette elle. Bien confite dans ses préjugés et les clichés, la croyance de ce que la majorité attend d'une elle... de ceux qu'il y a dans les magazines et que l'on a fait croire aux femmes depuis des lustres, la femme battante et pourtant elle même enfermé dans un rôle, dans un cliché, dans une image renvoyée, toujours dans les jugements un tantinet stupides... et dont finalement il n'aura pas grand chose à faire, adieux le tofu et la salle de sport.. et bonjour la côte de boeuf !
Un livre assez intéressant sur le fond, et dont j'ai bien aimé la forme... et qui au moment d'écrire cette chronique soulève encore bien des questions, et bien des interrogations quand à son véritable but... Parce que vu où elle se retrouve, alors qu'avant comme dit plus haut c'était la femme battante... et que au final elle se retrouve dans la position quelque part bien dans les clous... au foyer, à faire la lessive... donc vraiment c'est un livre très étrange quand on se penche dessus...
Un livre que j'ai proposé à mon chéri, il n'y en a pas tant, pour qu'il me donne son avis, son ressenti, qu'on en discute...
Mais va falloir attendre un peu, il en plein The Expense t1...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombe
  14 septembre 2012
"Tu es elle et elle est toi".
Dans ce roman de désamour puis d'amour retrouvé, drôle et décalé, Régis de Sa Moreira (auteur à succès dont La vie vient de paraître aux éditions Au Diable Vauvert) imagine un échange de corps et une inversion de rôles dans un couple en instance de séparation.
Le narrateur s'adresse à l'homme qui habite le corps de sa femme, le tutoie, et décrit les situations cocasses (et émotions liées) qui découlent de ce renversement de l'ordre habituel des choses.
L'homme se retrouve alors avec des seins (fort à son goût), il cherche "quelque chose" entre ses jambes (rien! bonjour l'angoisse!), se fait draguer dans le métro (et provoque pour rire!). J'ai beaucoup ri lorsqu'il (elle) s'habille "en mini-jupe de cuir et bottes léopard", se trouve "sexy" face au miroir auquel il renvoie coups de griffes et rugissements.
Puis on passe à du plus subtil, car écrivain en manque d'inspiration, remplaçant son épouse dans son bureau d'agent littéraire, il se trouve confronté à l'inspiration foisonnante d'un auteur de best-sellers dont il jalouse le succès. Ce qui ouvre pas mal de portes dans le difficile milieu de l'écriture et de l'édition.
Outre l'humour de l'auteur, le lecteur comprend grâce à cette inversion de rôle et ce face à face qu'un homme et une femme ont des ressentis, des points de vue, des à priori, des sensibilités différents pour gérer les choses courantes de la vie.
Suffirait-il de se mettre à la place de l'autre pour gérer une situation de couple difficile et repartir d'un bon pied? semble interroger l'auteur.
Intéressant!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Shan_Ze
  09 septembre 2014
Un jour, que le couple se lève, chacun se rend compte qu'il est dans le corps de l'autre. Lui, l'homme, écrivain en mal d'idées se retrouve dans le corps féminin de son épouse, sain et sportif. Elle, la femme, agent littéraire, est soudainement dans le corps de son mari, qui boit, fume et mange n'importe quoi. Ils étaient sur le point de se quitter mais ils ne peuvent pas se laisser comme ça…
Pas facile à suivre quand l'un parle de son corps mais propriétaire de l'autre, on s'y perd presque… ! Chaque geste que l'un fait avec le corps de l'un est une agression pour l'autre. L'échange de personnes est presque amusant à suivre, quand l'un rencontre la famille et les contacts de l'autre. La découverte du corps de l'autre à travers ses sensations est aussi intéressante. Plus on avance dans le récit, plus l'exercice prend un côté loufoque.
Un livre qui se lit rapidement mais qui donne à réfléchir longtemps…
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   14 septembre 2012
Tu voyages dans les livres,dans le délice presque enfantin de la lecture,tu as peur,tu ris,tu pleures,tu cesses peu à peu de comparer tes livres à ceux que tu lis,puis tu cesses même de comparer les livres entre eux et tu commences à les prendre chacun pour ce qu'ils sont,avec leurs forces et leurs faiblesses,avec plus ou moins d'affection,de tendresse.
Les livres te conduisent naturellement aux êtres et peu à peu tu cesses aussi de les comparer.Ou de te comparer à eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ancolineancoline   10 octobre 2011
Ta femme ne perd pas le nord et jette un de tes yeux à l'horloge de votre cuisine.
Elle a raté la gym. Elle racle un peu ta gorge, prend ta respiration et te demande soudain d'aller à son travail.
Tu recraches ton café en entendant ta voix puis tu t'essuies la bouche et lui réponds avec sa voix à elle qu'elle est cinglée.
Ta femme t'explique qu'elle peut difficilement aller à son bureau dans ton corps, et qu'elle peut encore moins manquer son rendez-vous de onze heures avec un auteur de best-sellers.
Tu lui réponds que c'est hors de question.
Elle perd patience et te rappelle que vous avez besoin de son travail.
Tu la regardes dans tes yeux et lui demandes qui va faire le tien.
Ta femme te regarde étonnée.
Te dis en évitant son regard qu'elle croyait que tu arrêtais.
Tu la remercie pour son soutien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
patacaissepatacaisse   08 mars 2010
Tu as beau lui dire que votre dernière année ressemblait sans plus au calme plat qu'à la tempête, elle persiste à t'expliquer que le mariage est un bateau dont il est idiot de sauter une fois qu'on est en mer, et qu'il est encore plus idiot de couler alors qu'on est à bord.
Commenter  J’apprécie          70
brigittelascombebrigittelascombe   14 septembre 2012
Ta femme éteint carrément la télé,te dit que l'autre enfoiré comme tu dis a des centaines de milliers de lecteurs qui sont d'accord avec elle, et te demande si tu comptes aussi lui apprendre à lire.
Tu réponds que ça vaudrait mieux que de lui apprendre à écrire.
Elle dit qu'avec un professeur comme toi il n'y a pas de doutes.
Qu'à l'heure qu'il est tu dois être un des spécialistes mondiaux de comment ne pas écrire un livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LucilliusLucillius   27 août 2020
Ta femme éteint carrément la télé, te dit que l'autre enfoiré comme tu dis a des centaines de milliers de lecteurs qui sont d'accord avec elle, et te demande si tu comptes aussi lui apprendre à lire
Tu réponds que ça vaudrait mieux que de lui apprendre à écrire.
Elle dit qu'avec un professeur comme toi il n'y a pas de doutes.
Qu'à l'heure qu'il est tu doit être un des spécialistes mondiaux de comment ne pas écrire un livre.
Tu lui dis que tu l'emmerdes.
Elle te répond qu'elle aussi, gros con.
Tu lui dis d'aller se faire foutre.
Elle répond pas de problème tant que c'est pas avec toi.
Tu lui dis que tu la comprends, avec son gros cul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Régis de Sa Moreira (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis de Sa Moreira
Régis de Sa Moreira - Comme dans un film .Régis de Sa Moreira vous présente son ouvrage "Comme dans un film" aux éditions Au diable Vauvert. Rentrée Littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/74311/regis-de-sa-moreira-comme-dans-un-film Notes de Musique : Happy Go Lucky by Scott Holmes. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17152 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..