AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070327892
Éditeur : Gallimard (23/10/1997)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Publier Saint-Pol-Roux en «Poésie/Gallimard» vient enfin combler une lacune criante dans la représentation de la poésie française où il occupe une place singulière, mais décisive. On se souviendra qu'il a fondé la revue La Pléiade (ab 1886) dont sera issu Le Mercure de France (ab 1889), que Mallarmé l'appelait son «fils», qu'en 1925 les surréalistes lui offrirent un banquet à la Closerie des Lilas et lui rendirent hommage dans les Nouvelles Littéraires, qu'il écrivi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   11 janvier 2018
Océan :

Divinité de houles et de houles sur des gouffres et des gouffres,
Irascible énergie à la voix de cornoc,
Monstre glauque, semblable à quelque énorme gueule de baudroie suivie d'une incommensurable queue de congre,
Masse mouvante avec, pour âme, cette lame sourde jaillissant en lave d'un puits abyssal,
Époux de la Tempête aux griffes de noroît et cheveux de suroît,
Génie double qui souque ta victime entre vent-arrière et vent-debout,
Démon de verre cassant des vaisseaux comme on casse des noix,
Ogre aux dents de récif qui croque des tas d'hommes comme sur la terre nous croquons des pommes,
Nappe d'orgie sur quoi les flottilles sont les friandises, les escadres les gigots,
Insondable estomac où se digèrent les naufrages dont les épaves rares sur les flots figurent les os,
Diaphragme innombrable au muscle soulevé depuis les tréfonds inconnus jusqu'à l'éclair des nues,
Jungle liquide des sautes-de-vent accouplées aux brisants,
Harpagonie de trésors engloutis,
Joute des aventures d'or et des squales d'acier,
Cimetière dansant où les péris se heurtent, l'alliance au doigt,
Farouche pêle-mêle où tout se trouve - sauf un cœur, Océan...


Aux pêcheurs de Camaret, Camaret, 14 août 1927.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
coco4649coco4649   12 mars 2015
LA
RELIGION DU TOURNESOL

Vêtu d’étoffes somptueuses, comme taillées dans un songe de poète pauvre, une grappe adamantine à chaque oreille, les phalanges corselées de bagues, pontife de l’idée sous la tiare ou prince de la matière sous le diadème, j’allai promener autour de la fleur ma braverie de guêpe humaine.
Le Tournesol ne me regarda mie.

Longtemps je m’appliquai à parfaire ma force ainsi que ma beauté, conjuguant la course, le bain, les poids, luttant avec la corne ou la crinière ou le chef-d’œuvre ; une fois très fort et très beau je vins, un essaim de vierges pâmées à mes flancs, produire à l’œil incorruptible de l’inexorable idole le verger de ma forme.
Le Tournesol ne me regarda mie.

Jugeant nécessaire de joindre à l’argument du corps celui de l’âme, je lavai dans mes vagues de repentir le corbeau prisonnier en ma personne puis on me vit parader devant la spéculative avec un roucoulement de colombe aux lèvres.
Le Tournesol ne me regarda mie.


Traversé de la baroque hypothèse que cet œil pouvait n’être qu’une extraordinaire oreille de curiosité, je m’environnai de harpes, de violes, de buccins, et, comme au mitan d’un harmonieux brasier, je m’avançai saluer d’une strophe divine l’inflexible.
Le Tournesol ne me regarda mie.

Sa rude margelle en guise de pupitre, je m’abreuvai si bien à tous les seaux jaillis de la Science que les pygmalions copièrent ma renommée et que les édiles votèrent d’épaisses semelles de granit à mes statues sollicitées par les forums.
Le Tournesol ne me regarda mie.

Espérant décisif le moyen de patrie, je fondis sur la multitude étrangère, saccageai ses lois, brisai ses symboles, brûlai ses bibliothèques, pour finalement m’asseoir sur le trône du roi vaincu dont la langue coutumière de l’ambroisie léchait mes orteils d’apothéose.
Le Tournesol ne me regarda mie.

Si la fleur était simplement quelque étrange malsaine ? complotai-je un jour d’exaspérée lassitude, — et vite d’assassiner une très vieille femme en train d’éplucher des carottes.
Le Tournesol ne me regarda mie.

Découragé, rageusement j’imaginais des combinaisons, inutiles d’avance, — lorsque passèrent sur la route trois Mendiants…
Évangélique, je m’avance.

— Je suis la Semaille.
Dit le premier aux membres de terre et cheveux de fumier.
Je baisai ses cicatrices, desquelles soudainement vagit un avril d’arc-cn-ciel.

— Je suis le Chagrin.
Dit le second drapé de feuilles mortes.
Je l’enchantai d’espoir, à telles enseignes que sa bouche verdâtre s’ouvrit en grenade et montra des grains de rire.

— Je suis la Vieillesse.
Dit le troisième couleur de givre et de faiblesse.

Je jetai mon manteau sur ses épaules, lui cueillis un sceptre de houx dans la lande et lui remis les fruits jolis de ma besace avec le sang rosé de ma gourde, si bien qu’il partit la jambe gaillarde et les pommettes riches.

Alors, me prenant sans doute pour le soleil, le Tournesol tourna vers moi son admiration, — et dans cet œil je m’aperçus tout en lumière et tout en gloire.

p. 92 à 96
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
coco4649coco4649   11 janvier 2017
AIGUILLES DE CADRAN
À Gustave Charpentier.


 Index et pouce dont le bras invisible pousse
sur une épaule de l’Éternel, que signifie ce
geste essentiel ?

 Que, ta demande aux plumes d’or, il a suffi
qu’elle s’élance hors du vase où fermentent
tes phrases pour dès lors avoir les plumes
blanches ; car l’heure qui se lève est déjà dans
le rêve.

 Index et pouce dont le bras invisible pousse
sur une épaule de l’Éternel, que signifie ce
geste cruel ?

 Que lourde la douleur dont ton âme est la
proie ! que légère la joie dont ton cœur est
la fleur ! Pourtant, tu dois passer le temps de
cette abeille à cette louve jusqu’à ce que vide
soit ta vie comme une outre pressée longtemps
par le soleil.

 Index et pouce dont le bras invisible pousse
sur une épaule de l’Éternel, que signifie ce
geste solennel ?

 Qu’une tombe garde la gueule ouverte, de-
dans laquelle tôt ou tard il te faudra sombrer,
parmi ces dents molles et mobiles nommées
vers.

 Index et pouce dont le bras invisible pousse
sur une épaule de l’Éternel, que signifie ce
geste paternel ?

 Que tout meurt hormis l’œuvre, poète, et
qu’il t’importe de sculpter la Forme à mettre
sur ta pourriture à la merci des vents futurs,
si tu ne veux mourir totalement à la Na-
ture.
     Forêt des Ardennes-en-Luxembourg,
     ce jour des Morts 1895.

p.47-48-49
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco4649   05 mars 2018
Les vieilles du hameau
à ma fille Divine


Extrait 2

À la longue, malingres comme des jouets, elles s’en sont allés, mères
de gars éparpillés sur les mers jaune, blanche, rouge, noire, bleue, elles
s’en sont allées dans un hoquet, tirées par quelque bise et lestées d’un
hostie, elles s’en sont allées sans le baiser de leurs petits, dans un linceul
de toile bise, elles s’en sont allées vers le bon Dieu qui leur a mis des ailes
aux épaules et puis des robes d’or et puis des doigts tout roses pour jouer
de la lyre en dansant sur la lande aux étoiles, fleurs d’ajonc des cieux.
L’une après l’autre, elles s’en vont, les bonnes vieilles au fuseau, l’une
après l’autre elles s’en vont, toutes les vieilles du hameau.


Pendant l’enterrement de Tante Lise :
hameau de Lanvernazal en Roscanvel,
23 mai 1900
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   12 janvier 2017
CRÂNES DE VERRE


 Diaphanes me sont les crânes.
 Je distingue les idées du cerveau comme à
travers le cristal d’une cloche les délicatesses
d’une fleur rare, et, sans que mon prochain
ne s’en doute, je suis l’évolution de son esprit
généralement en contradiction avec la parole
sortie de sa bouche. Il profère : oui ! mais
sous le crâne j’ai surpris : non ! D’où, presque
toujours, un acte oblique, fausse extériorité
du vœu foncier, symbole hypocrite de l’in-
time pensée.
 En vérité, durant telles heures de dégoût,
la vie me parut un carnaval où les effets
n’étaient que les chienlits des causes, aussi
bien, puisqu’il me suffit d’examiner le spec-
tacle de l’individu pour en inférer que son
œuvre est l’opposite de son rêve, en arrivais-je
à ne plus regarder au travers des crânes.
 Ô les crânes humains !
 Pour quelques-uns riches de fleurs ou de
diamants, combien d’analogues à des maré-
cages, à des ravins hérissés de guet-apens, à
des préaux de prison, à des champs de car-
nage...
 Par contre quelle logique sous le crâne des
bêtes. Point de duplicité. Elles sont tendres
ou barbares, bonnes ou mauvaises. Nulle
pensée de loup dans un cerveau de brebis,
aucune pensée de brebis dans le cerveau du
loup.
 La bête est plus loyale que l’homme.
C’est pourquoi je fuis souvent l’humanité
pour aller vivre sauvagement, parmi les pattes
et les ailes.

p.245-246
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Saint-Pol-Roux (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Saint-Pol-Roux
Voici la publication du samedi, jour dédié aux poètes français de la Modernité : Émission de radio « Nuits magnétiques », par Gérard Macé, diffusée le 24 janvier 1978 sur France Culture. Invités : André Pieyre de Mandiargues, René Rougerie, Jacques Izoard et Jean-Pascal Léger.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
775 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre