AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221157480
256 pages
Éditeur : Robert Laffont (19/01/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 4971 notes)
Résumé :
Phénomène littéraire sans équivalent depuis les années 50, J. D. Salinger reste le plus mystérieux des écrivains contemporains, et son chef-d'oeuvre, "L'attrape-coeurs", roman de l'adolescence le plus lu du monde entier, est l'histoire d'une fugue, celle d'un garçon de la bourgeoisie new-yorkaise chassé de son collège trois jours avant Noël, qui n'ose pas rentrer chez lui et affronter ses parents. Trois jours de vagabondage et d'aventures cocasses, sordides ou émouv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (445) Voir plus Ajouter une critique
Under_the_Moon
  12 février 2013
Ecrit après la Seconde Guerre mondiale, The Catcher in the Rye (traduit "L'Attrape-Coeurs") décrit le début des années 1950 : décennie du conformisme par excellence (dans la société américaine). La famille est au centre de tout et de toutes les valeurs. Les pères sont de fiers chefs de clan et les mères des ménagères hors-pair façon publicité pour produits ménagers.
A cette époque, les enfants n'ayant leur place que pour obéir et apprendre de leurs aînés, le concept "d'adolescent" n'existe pas : soit on est un enfant, soit on est un adulte. Mais entre les 2 ... ?
Salinger explore donc cette "frontière" qui est souvent une période difficile pour celui qui la vit, et ceux qui l'entourent !
Holden Caufield se voit devenir un autre et éprouve beaucoup de difficultés à s'adapter à ce "nouveau lui". Il en va de même pour le monde dont il commence à voir les failles.
C'est donc l'occasion pour l'auteur de s'attaquer au sacro-saint American Dream. Car les rêves d'Holden prennent des allures de cauchemar...
Dans L'Attrape-Coeurs, Salinger met très bien en scène toutes les ambiguïtés des adolescents. L'auteur nous fait d'abord comprendre qu'il est difficile de faire confiance à ce narrateur pour qui les adultes sont bidons (je suppose que c'est le terme utilisé dans la traduction française), dangereux et pervers. Mais Salinger montre aussi le paradoxe de ce rejet des adultes et l'envie qu'a Holden de leur ressembler.
A l'inverse, ce personnage idéalise l'enfance comme un paradis perdu. On s'aperçoit assez vite que les enfants, comme sa pette soeur Phoebe, sont les seuls qu'il respecte.
Ah, l'adolescence.... Période où la demi-mesure n'existe pas !
Avec ce roman, et surtout grâce à son personnage principal, Salinger a créé un Peter Pan moderne. A l'inverse de Peter Pan, Holden a peur, il ne se crée pas un pays imaginaire, il fait comme il peut. Est-ce pour cette raison que les tueurs en série américains apprécient particulièrement ce livre ? Et pour cela que l'adolescent a donné son nom à une chanson de rock ? Un grand débat qui ne pourra pas se résoudre ici, c'est sûr !
Je n'étais déjà plus ado quand j'ai lu The Catcher in the Rye, mais j'ai été frappée et reste encore marquée par la justesse de l'analyse de la peur de grandir dans un monde qui n'a pas l'air de savoir où il va. Et je pense que ceux qui ont été des adolescents sensibles ne pourront pas le nier après cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1785
nadejda
  08 février 2011
Y a-t-il un âge pour lire un livre ? Je suis très très très loin de l'adolescence et pourtant j'ai aimé L'attrape-coeurs. Je ne sais pas si c'est inquiétant ou rassurant mais peu importe ...
J'ai trouvé ce livre intemporel et universel, un livre dans lequel tout adolescent peut se reconnaître.
Holden, le narrateur, suit ses impulsions, réagit instantanément à ce qui le blesse ou l'enchante. Il est excessif et spontané, fabulateur et très observateur. Ne sachant pas trop où se situer, il réagit parfois en enfant, qu'il est encore, et en adulte, qu'il va devenir.
J'ai aimé ce livre plein de tendresse, d'humour et de fantaisie, plein de vie.
Commenter  J’apprécie          1537
fredho
  06 décembre 2012
Holden Caulfield adolescent paumé, marqué par la mort de son tout jeune frère, n'ayant pour seule attache son adorable petite soeur Phoebé à laquelle il voue un amour fraternel et passionnel, est expulsé de son lycée trois jours avant Noël.
Ne voulant pas affronter la colère de ses parents, Holden fugue et rejoint New York par train où il réserve une chambre dans un hôtel sordide.
S'ensuit des aventures déroutantes, des rencontres hasardeuses, dangereuses, émouvantes, mais aussi quelques retrouvailles décevantes ou bien d'autres touchantes...
« L'attrape-coeurs » est avant tout le récit d'une errance, l'errance d'un adolescent marginal qui ne trouve pas sa place au sein de la société. En plein crise existentielle, blasé par la superficialité des jeunes de son âge, terrorisé par le fait de devenir un jour un adulte, et écoeuré par ce monde hostile et par l'ignominie humaine, Holden se cherche mais se perd dans des questions sans réponses; il finira par se noyer dans un naufrage psychologique...
Dans un style familier, argotique, vulgaire parfois, mais au langage saisissant et poignant, écrit à la première personne du singulier pour mieux nous identifier au personnage, les lecteurs se laissent happer voire secouer par la violence et la noirceur de ses pensées.
Nous devenons témoins du mal-être d'Holden qui se dévoile à coeur ouvert, et éprouvons face à cet adolescent tourmenté, de l'empathie car nous adultes sommes bien conscients que l'adolescence demeure une période charnière de notre vie, délicate et douloureuse et qui parfois conduit certains jeunes à des dérives tragiques !
Ce roman est une révolte et si l'oeuvre de Salinger paraît pour certains légèrement dépassée, les problèmes de l'adolescence contés dans ce récit restent immuables et toujours d'actualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1061
palamede
  01 septembre 2016
Bien qu'au début gênée et agacée par le langage adolescent de ce grand classique de la littérature américaine des années 50, j'ai fini par être happée par l'errance new-yorkaise de ce jeune homme de bonne famille, qui, renvoyé de son collège avant les vacances de Noël - en cherchant à retarder la confrontation avec ses parents - vit toutes sortes d'expériences, des plus drôles aux plus déprimantes.
Parce que Salinger y décrit formidablement les fluctuations de l'humeur adolescente, on comprend le succès jamais démenti de ce livre. Le héros juge sans pitié les adultes, il est dans l'incapacité de se projeter dans l'avenir, il se sent seul, a des pulsions de mort, et sa quête de sexualité est brimée par un manque de confiance en lui, même s'il a l'audace nécessaire pour quitter l'adolescence.
Un Salinger semblable à son héros - si l'on en croit le portrait qu'en fait Beigbeder dans son livre, Oona & Salinger - dans l'histoire de cette dérive, proche de la folie, qui marque par sa solitude désespérée et touche par sa tendresse et sa nostalgie de l'enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          955
Ptitgateau
  14 mai 2020
1951 : Jérome David Salinger nous offre un roman certainement original pour l'époque, qui a dû contrarier une bonne partie de la société américaine, et qui aurait déjà pu s'intituler la cause des adolescents. Il faudra attendre quelques années pour que l'on écrive sur une période aussi difficile de la vie d'un être humain.

J.D.Salinger, par ce récit, nous livre un véritable plaidoyer en faveur des adolescents. Il confie la parole à l'un d'eux : Holden, avec sa façon de s'exprimer des ados de l'époque, qui peut faire sourire aujourd'hui, si on la compare avec le jargon de nos jeunes, car à l'époque, pas de verlan, de l'argot déjà, pas mal de qualificatifs empruntés au registre familier voire injurieux, des phrases qui terminent par « et tout », un langage qui reste compréhensible et ne justifie aucun glossaire contrairement à des romans comme "Fief" de de David Lopez ou "Grand frère" de Mahir Guven. Je salue au passage le travail du traducteur qui a dû bien s'amuser !

Notre ados, donc, Holden Caulfield, nous raconte son aventure. Il se présente, noyant cette présentation dans une abondance de détails, relatant des événements qui n'ont pas forcément de liens, il expose ses trois jours de fugue, met sur le même plan, sa fugue, le problème des canards de Central Parc l'hiver, les désagréments causés par son voisin de chambre qui s'assoit toujours sur le bras du fauteuil, la mort de son frère... Il raconte de façon extrêmement confuse, ce qui témoigne de son désordre intérieur, il se cherche, se détruit pour espérer se reconstruire, c'est du moins le projet qu'il laisse entendre : devenir un adulte, se marier et assurer le bien-être de sa famille. Son projet, il le présente durant ses déambulations dans la ville de New-York, errance à la fois effective et symbolique.

Ce qui est formidable dans son exposé de sa vie, de ses soucis, de ses amours, c'est la façon dont il communique : ses idées inconscientes s'échappent pour aller droit se loger dans la tête du lecteur sans que celui-ci ait beaucoup d'effort à fournir, ainsi donc l'auteur est parvenu à ses fins : faire comprendre le mal être d'un jeune, et faire reconnaître que l'on ne passe pas de l'état d'enfant à l'état d'adulte sans une transition souvent douloureuse.

On comprendra rapidement le personnage :
Holden transgresse, c'est que tout ado qui se respecte sait le mieux faire : il cherche à braver les interdits en buvant de l'alcool, en côtoyant une prostituée, en quittant son établissement, en n'écoutant pas les conseils de ses interlocuteurs,
Holden déteste ou plutôt, il rejette : le cinéma qui lui a pris son frère aîné parti à Hollywood, il déteste les profs, il déteste d'une façon générale, les adultes, il déteste ses pairs par peur, il déteste à outrance… Mais une chose est certaine, à travers son intarissable bavardage, on ressent un amour profond à l'égard de sa famille.

Après une courte adaptation à ce parler d'adolescent confus et bagarreur qui polémique volontiers, on sourira en lisant certaines de ses affirmations, de ses évaluations abusives ("Je devais bien avoir fumé ce jour-là trois cartouches de dix paquets"…"Sous le manuel, il y avait un tas de carnets, des carnets elle en a dans les cinq-mille…"), on s'attache, on se demande ce qu'il va devenir, comment va se terminer cette histoire. On interprète ses paroles, on se demande s'il finira par sortir de sa chrysalide, et puis on se dit que oui, certainement, et on comprend alors combien le passage à l'état adulte est laborieux. On comprendra également que cette période est celle de toutes les déviances et de tous les danger qui menacent les futurs adultes.
Un classique à ne pas manquer .

Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720

critiques presse (1)
Telerama   27 janvier 2016
Un livre culte pour plusieurs générations de jeunes gens à travers toute la planète.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (323) Voir plus Ajouter une citation
LyloLylo   13 juillet 2010
Je me représente tous ces petits mômes qui jouent à je ne sais quoi dans le grand champ de seigle et tout. Des milliers de petits mômes et personne avec eux, je veux dire pas de grandes personnes - rien que moi. Et moi je suis planté au bord d'une saleté de falaise. Ce que j'ai à faire c'est attraper les mômes s'ils s'approchent trop près du bord. Je veux dire, s'ils courent sans regarder où ils vont, moi je rapplique et je les attrape. C'est ce que je ferais toute la journée. Je serais l'attrape-cœurs et tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          972
LuniverLuniver   22 décembre 2011
«La vie est un jeu, mon garçon. La Vie est un jeu qu'on doit jouer selon les règles.»
«Oui, m'sieur. Je le sais. Je le sais bien.»
Un jeu, mes fesses. Quel jeu. Si vous vous mettez du côté où il y a tous les coups intéressants, alors c'est un jeu, d'accord - je veux bien l'admettre. Mais si vous êtes de l'autre côté, celui où il n'y a rien d'intéressant, à quoi rime le jeu ? A rien. Il n'y a pas de jeu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          801
bouquelisbouquelis   21 janvier 2009
What really knocks me out is a book that, when you're all done reading it, you wish the author that wrote it was a terrific friend of yours and you could call him up on the phone whenever you felt like it. That doesn't happen much, though

Ce qui met vraiment KO c'est un bouquin qui une fois fini, tu aimerais trop que l'auteur soit un super copain à toi et que tu puisses l'appeler au téléphone quand tu en as envie. Certes ça n'arrive pas souvent ( Traduction mot à mot )
ou
Mon rêve, c'est un livre qu'on arrive pas à lâcher et quand on l'a fini on voudrait que l'auteur soit un copain, un super copain et on lui téléphonerait chaque fois qu'on en aurait envie. Mais ça n'arrive pas souvent ( Traduction d'Annie Saumont)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
x-Kah-mix-Kah-mi   22 décembre 2010
« Mon rêve, c’est un livre qu’on arrive pas à lâcher et quand on l’a fini on voudrait que l’auteur soit un copain, un super-copain et on lui téléphonerait chaque fois qu’on en aurait envie. »
Commenter  J’apprécie          1260
AsteriosAsterios   04 novembre 2018
Je me représente tous ces petits môme qui jouent à je ne sais quoi dans le grand champ de seigle et tout. Des milliers de petits mômes et personne avec eux - je veux dire pas de grandes personnes - rien que moi. Et moi je suis planté au bord d'une saleté de falaise. Ce que j'ai à faire c'est attraper les mômes s'ils approchent trop près du bord. Je veux dire, s'ils courent sans regarder où ils vont, moi je rapplique et je les attrape. C'est ce que je ferai toute la journée. Je serai juste l'attrape-coeurs et tout. D'accord c'est dingue mais c'est vraiment ce que je voudrais être. Seulement ça. D'accord, c'est dingue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Videos de J. D. Salinger (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. D. Salinger
Éric Neuhoff nous a ouvert les portes de son appartement parisien le temps d'un café. Nous avons évoqué les souvenirs, les courts-métrages, les instantanés et son recueil de nouvelles "Les Polaroïds", à paraître le mercredi 03 octobre 2018 aux éditions du Rocher.
Résumé :
Chez Éric Neuhoff, la vie ressemble à une dolce vita permanente : hôtels, plages et gins pamplemousse dégustés les pieds dans le sable. Mais la mélancolie et l'ironie ne sont jamais loin. Dans Les Polaroïds, son premier recueil de nouvelles, tout est imaginable. Jean Seberg et Patrick Dewaere sont toujours vivants. Un jeune homme, de retour dans la ville de son adolescence, s'ennuie. Jackie Kennedy et J. D. Salinger passent une journée ensemble. À Canet-Plage, les villas en bord de mer sont le théâtre de drames intimes. Les filles se prénomment Maud, Chloé ou Raphaëlle. Elles sont snobs, bronzées, parfois menteuses. Faut-il préférer l'Irlande ou la Costa Brava pour fuguer en leur compagnie ? Sur la route de Saint-Tropez à Paris, l'esprit divague à grande vitesse. Et, en sourdine, la petite musique du c?ur se fait entendre.
Réalisation / Christophe Lafosse
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'attrape-coeurs

Quel est le titre original ?

The Heart-catcher
The Catcher in the Rye

10 questions
376 lecteurs ont répondu
Thème : L'attrape-coeurs de J. D. SalingerCréer un quiz sur ce livre
.. ..