AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757834452
Éditeur : Points (02/05/2013)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 60 notes)
Résumé :

Les 50 règles pour être heureux, tirées de l'oeuvre posthume inédite de Schopenhauer, sont très typiques de sa philosophie pessimiste : « N'aspire pas au plaisir, mais à l'absence de souffrance », « Attends-toi au pire, et tu t'en trouveras bien quand le malheur arrivera ». Schopenhauer le pessimiste, qui ne croit pas au bonheur, nous invite à la lucidité pour contrer au mieux l'ennui et les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Fabinou7
  09 septembre 2018
Lorsque j'ai lu ce le titre de cet ouvrage, j'ai d'abord cru à une farce, puis je me suis demandé si Schopenhauer n'avait pas trahi son pessimisme ! J'ouvre le bouquin et retrouve l'ami Arthur au hasard d'une page : « Essayons de ne pas trop souffrir puisque nous ne pouvons être heureux. »

« En vrac », dans ces 50 règles, l'auteur souligne la subjectivité de nos humeurs. Elles sont relatives à notre caractère et les évènements sont appréciés positivement ou négativement de façon différente par chaque individu de sorte que parfois un petit rien est perçu par un individu comme un grand malheur alors même qu'il ne trouble pas la constance d'un autre individu. 

« J'avais vingt ans et je ne laisserai personne dire que c'est le plus bel âge de la vie. » Paul Nizan. Schopenhauer met en garde contre l'imagination et les rêveries de bonheur qui tombent comme des châteaux de cartes au bal des désillusions.
Il fait l'éloge de la vieillesse qui, contrairement à la jeunesse, éternelle insatisfaite, est une forme de sagesse qui ne vise plus le bonheur comme un dû dans cette vie mais qui se contente « seulement » de la tranquillité et l'absence relative de souffrance.
En ce sens Schopenhauer rejoint les conceptions antiques de la sagesse et de façon inattendue, une partie de la doctrine bouddhiste. Finalement afin d'éviter de se pourrir l'existence qui apporte déjà son lot de malheurs, la vieillesse est un état d'esprit à adopter au plus vite !

“Nous devrions faire de toutes les possibilités désagréables l'objet de nos spéculations, ce qui amènerait soit des mesures préventives pour les éviter, soit d'agréables surprises si ces possibilités ne se réalisent pas.” (Règle 40). le philosophe invite à un pessimisme tranquille qui supporte et renonce, ne se voile aucun des maux de la vie et reste toujours conscient de ses étroites limites.

Finalement c'est assez simple, si nous voulons éviter la déception, n'encourageons pas nos espoirs. Aujourd'hui nous dirions plutôt, crois en tes rêves, rien n'est impossible, le travail est émancipateur etc. A méditer.  

L'antidote à l'illusion ? La raison, ce “mentor d'humeur chagrine” qui murmure à nos oreilles, nous appelant à toujours plus de renoncement, de nivellement vers le bas de nos ambitions et de nos relations avec autrui. 

Il y a de belles pages sur la pensée, sauvage, indomptable, cause de tant de maux, Schopenhauer aimerait pouvoir en contrôler le flux, il parle de ces « portes coulissantes » (règle 21) que l'on pourrait virtuellement fermer à sa guise afin d'en réguler le flot incessant et se concentrer sur une chose à la fois. Ces pages me font penser à mes propres techniques artisanales pour tenter de reprendre le dessus sur les pensées qui m'acculent le soir sur l'oreiller.

Sans suspens, cet ouvrage ne déroge pas au pessimisme de son auteur, et beaucoup des remèdes prescrits par le docteur Schopenhauer pourraient être vivement contestés, à l'aune des valeurs prônées par les ouvrages, exponentiels du reste, de développement personnel de notre époque.
Néanmoins, il faut reconnaître que ce livre posthume et inachevé n'était pas destiné à la publication et que Schopenhauer eut bien du mérite à chercher, par la philosophie pratique, à adoucir ses jours. 

Qu'en pensez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
GuillaumeTM
  23 novembre 2013
Que ce court traité soit signé de la main de Schopenhauer, le philosophe que l'on qualifia souvent de pessimiste, peut paraître chose surprenante. Initialement destiné uniquement à son usage personnel et non à la publication, « L'art d'être heureux ou Eudémonologie » distille 50 règles de vie afin de pouvoir espérer connaître un bonheur véritable et durable, à condition de bien prendre en compte qu'il s'agit ni plus ni moins d'une ascèse, le bonheur ne tombant effectivement pas du ciel comme la pluie sur nos têtes.
S'appuyant sur des citations de Sophocle, d'Aristote, Sénèque, Homère, Ovide et de quelques autres, Schopenhauer, à travers ces 50 règles se fait limpide et clair dans ses explications sans oublier de nous rappeler sans cesse à la dure réalité du monde.
Il nous fait rapidement comprendre qu'il faut tout d'abord être apte au bonheur, le tempérament de l'individu étant primordial quant à ses chances de réussite dans sa quête du bonheur. Dans le cas contraire, tous nos efforts pour atteindre un peu de félicité seront vains. Il nous indique également que la santé est le plus précieux des trésors et qu'une bonne humeur quotidienne aide aussi énormément.
Il faut toujours rester soi-même, ne jamais chercher à être quelqu'un d'autre, être en concordance avec ce qu'il nomme le caractère acquis (le dernier caractère, précédé par le caractère intelligible et empirique), c'est-à-dire aller vers ce quoi l'on est fait tout en connaissant ses limites qu'elles soient physiques ou intellectuelles. Aller à son encontre serait comme une personne qui, prenant Arnold Schwarzenegger comme modèle, se lancerait dans le culturisme alors qu'elle n'a pas la constitution physique adéquate pour cette activité sportive. Donc, sachons bien où se situent nos forces et nos faiblesses.
Voici en vrac certains idées intéressantes développées par l'auteur :
-- Ne jamais songer à vouloir posséder plus de choses que l'on est capable,
-- Prendre le temps de la réflexion avant d'accomplir une action.
-- Toujours imaginer que ça pourrait être pire lors que survient un désagrément ou un accident.
-- Il ne faut point chercher à tout prix le plaisir et la jouissance mais plutôt à éviter de trop fortes souffrances comme le disait si bien Aristote : « Le sage n'aspire pas au plaisir, mais à l'absence de souffrance. »
-- Et enfin il faut profiter du présent.
Voilà en substance les grandes idées déversées par Schopenhauer, que l'on voit plus proche du stoïcisme que de l'épicurisme.
La recette du bonheur ne se trouve pas dans ces livres de bien-être qui fleurissent dans toutes les librairies, mais bien aux côtés de certains penseurs qui traitent d'une philosophie pratique pour la vie de tous les jours.
Je laisse désormais le mot de la fin à Schopenhauer :
« Quiconque passe sa vie sans souffrances excessives, physiques ou psychiques a eu le sort le plus heureux qu'ont pouvait trouver. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Cer45Rt
  27 avril 2019
Au vu de la réputation de pessimiste de l'auteur, je ne pouvais que m'étonner du titre de l'ouvrage ! Et, lorsque j'ai entamé ce livre, j'étais dévoré par cette question : Schopenauer est-il si pessimiste qu'on le dit ?...
Ben… Il a beau intituler son livre "L'art d'être heureux", on ne peut pas dire qu'il donne l'impression d'avoir une conviction puissante dans le bonheur.
D'ailleurs, il nous remet tout de suite les idées en place : il ne s'agit pas d'être heureux, mais d'être le moins malheureux possible !
Et c'est justement, à mes yeux, le défaut de cet ouvrage : être pessimiste, jusqu'à l'exagération, sans argumenter, sans justifier son pessimisme.
Donner un postulat de base loin d'être indéfendable, mais totalement indéfendu. Ce qui décrédibilise, à mon sens, tout l'ouvrage.
Ce manque d'argumentation sur un postulat fondamental, sui sous-tend tous les autres, m'empêche de pouvoir seulement envisager d'adhérer aux idées de Schopenauer, à mon grand regret.
Et, malgré un art de penser-car c'est tout un art, la pensée-par bien des aspects prometteurs, je reste sur ma faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Vermeer
  12 avril 2017
Schopenhauer n'est pas vraiment connu pour son optimisme et sa joie de vivre. Cet opuscule non achevé rassemble des maximes, adages consignés à partir de 1822 permettant de ne pas être malheureux avant d'être heureux. Voilà qui relativise le propos. Une vie heureuse est une vie dans laquelle on évite avant tout la souffrance et le malheur avant de rechercher le bonheur. Une vie heureuse serait une vie à laquelle nous serions attachés non par la peur de la mort mais pour elle même, une vie qui au bout de notre chemin terrestre serait préférable à une non existence.
Le bonheur n'est donc pas incompatible avec un pessimisme métaphysique. Connaître sa propre individualité, son "caractère acquis" permet de ne pas trop désirer, d'adapter sa volonté à la nécessité. Deux choses sont essentielles : la santé et la personnalité. On doit tout sacrifier à la première et bien connaître la seconde. Une gaieté de caractère facilite les choses. La personnalité est essentielle car elle représente ce que l'individu EST (et non ce qu'il a ou ce qu'il représente), elle nous accompagne partout, est une assise solide, absolue et non relative ("le bonheur suprême c'est la personnalité" écrit Goethe).
La première partie de vie, la jeunesse représente des aspirations insatisfaites, la seconde, la maîtrise, la connaissance de ses limites peut être finalement plus heureuse pour le philosophe (qui ne cite plus Goethe et Faust cette fois !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
EcureuilBibliophile
  25 avril 2017
ous sommes face à un manuel de survie pour coup de blues.
Schopenhauer nous présente 50 règles de vie qui d'après lui peuvent nous rendre heureux. C'est assez court, ça se lit bien.
Le texte est très étoffé de références voir un peu pollué : la plupart des philosophes y passent.
Je reconnait à l'éditeur un travail de vérification et de correction de ces citations (qui sont souvent fausses, décalées, imprécises et j'en passe).
C'est une bonne lecture pour ceux que la question intéresse mais qui n'ont pas le temps de lire séparément tous les ouvrages cités. C'est plus simple de lire trois pages de résumé que de se pencher dans les textes de Sénèque… Il faut avoir confiance en l'interprétation de l'auteur mais dans l'ensemble les notes permettent de bien re-situer le tout.
Je vois dans ce livre une bonne porte d'entrée dans la thématique du « bonheur » en philosophie : ce n'est pas évident de savoir par où prendre le problème. Pour des lecteurs peu habitué à ce genre de texte c'est une bonne mise en bouche : c'est court, bien découpé, fluide… Et donc par beaucoup moins rebutant que bien des textes plus théoriques. J'aime bien l'idées de règles de vies tirées de a philosophie, ça nous change des manuel de savoir vivre un peu niais centré sur l'écoute de soi.
Je l'ai chez Points Essais et je n'ai rien à redire sur le travail éditorial formel : il est bon pas de soucis à mes yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Fabinou7Fabinou7   19 août 2018
"En planifiant notre vie, ce que nous oublions le plus souvent d’examiner et de prendre en compte, ce sont les changements que le temps opère sur nous-mêmes. C’est la raison pour laquelle nous poursuivons des choses qui, lorsque nous finissons par les obtenir, ne correspondent plus à ce que nous sommes."
Commenter  J’apprécie          391
aleatoirealeatoire   22 décembre 2013
Règle de vie N° 25
Nous devons tous tenter de parvenir à ceci : considérer ce que nous possédons avec le regard précisément que nous aurions si cela nous était arraché ; qu'il s'agisse des biens, de la santé, des amis, des êtres aimés, de la femme et de l'enfant, la plupart du temps nous ne sentons la valeur qu'après la perte.
Commenter  J’apprécie          262
tamara29tamara29   02 septembre 2018
Mais, la richesse proprement dite, c’est-à-dire un grand superflu, contribue peu à notre bonheur : aussi beaucoup de riches se sentent-ils malheureux, parce qu’ils sont dépourvus de culture réelle de l’esprit, de connaissances et, par suite, de tout intérêt objectif qui pourrait les rendre aptes à une occupation intellectuelle.
Commenter  J’apprécie          180
aleatoirealeatoire   22 décembre 2013
Règle de vie N° 16
Nous sommes tous nés en Arcadie, c'est à dire : nous venons dans le monde remplis d'exigences de bonheur et de plaisir et nous gardons l'espérance folle de les réaliser jusqu'à ce que le destin se rappelle brutalement à nous et nous montre que rien n'est nôtre [...]
"Le sage n'aspire pas au plaisir, mais à l'absence de souffrance", Aristote, Ethique à Nicomaque.
Nous voyons que le mieux qu'on puisse trouver au monde est un présent sans souffrance, qu'on puisse supporter paisiblement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Bruno_CmBruno_Cm   06 janvier 2014
Les grands ennemis du bonheur de l'homme sont au nombre de deux : la douleur et l'ennui. Or, la nature a également doté la personnalité d'un remède pour se protéger contre chacune de ces deux forces hostiles : contre la douleur (qui est bien plus souvent spirituelle que corporelle) la bonne humeur, et contre l'ennui l'esprit. - Mais tous deux ne sont guère apparentés entre eux, et même, à leurs degrés suprêmes, ils sont probablement incompatibles. Le génie est apparenté avec la mélancolie : [...] Aristote déclare que tous les hommes de génie sont mélancoliques" [...] ; et les tempéraments très gais n'ont que des dispositions spirituelles superficielles. Par conséquent, plus une nature est armée face à l'un de ces maux, moins elle l'est en règle générale face à l'autre. - Nulle vie humaine n'est épargnée par la douleur et l'ennui ; c'est donc une faveur spéciale du destin que d'exposer un homme principalement à celui de ces deux maux pour lequel la nature l'a le mieux armé, que d'envoyer de grandes douleurs là où règne beaucoup de gaieté, et beaucoup de temps libre là où il y a beaucoup d'esprit - et non pas l'inverse. Car l'esprit fait qu'on ressent doublement et de façon démultipliée la douleur ; et pour un tempérament gai manquant d'esprit, la solitude et le loisir non remplis par des occupations sont totalement insupportables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Arthur Schopenhauer (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Schopenhauer
"Arthur Schopenhauer, franc-tireur de la Philosophie", une émission de radio diffusée sur France Culture, en 1988, dans la série "Une vie, une œuvre".
Dans la catégorie : EthiqueVoir plus
>Ethique (297)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Woody Allen ou Schopenhauer ?

"Les uns croient au communisme, les autres en Dieu, les autres à la psychanalyse, mais à la fin, on termine tous dans une tombe."

Woody Allen
Schopenhauer

11 questions
112 lecteurs ont répondu
Thème : Arthur SchopenhauerCréer un quiz sur ce livre