AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290058661
Éditeur : J'ai Lu (15/01/2014)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Vous avez tort mais refusez de l'admettre ?Avec perspicacité et humour, ce petit précis recense et analyse stratagèmes et ruses pour sortir vainqueur de tout débat, dispute ou joute verbale. Pour le plaisir des amoureux de la contradiction, Schopenhauer se livre à une savoureuse réflexion sur le langage et la dialectique.
Ces précieux conseils, sarcastiques, sont suivis de deux essais tout aussi incisifs sur la pensée et la lecture : les livres nourrissent-il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
FredMartineau
  22 avril 2018
Je reste frustré par le premier des trois textes de Schopenhauer regroupés dans ce livre. L'Art d'avoir toujours raison me laisse sur ma faim dans la mesure où j'aurais aimé plus d'exemples illustrant cette dialectique éristique, une façon pour moi de mieux saisir concrètement les stratagèmes proposés. Certains renvoient à Aristote et à son ouvrage Topiques, il ne me reste plus qu'à le mettre sur la liste...
Commenter  J’apprécie          310
Fx1
  27 avril 2014
Voila un livre trés malin . Il nous est arrivé a tous et a toutes de nous dire : j'ai raison . Mais cela n'est pas trés bien vu , car l'on est vite taxé de narcissique ou de vantard . Schopenhauer lui voit les choses de maniére différente et propose ici un petit traité trés malin qui permet de pouvoir mieux se situer par rapport à autrui . C'est certes trés court mais remarquablement bien écrit , et trés malin !
Commenter  J’apprécie          70
Lavieestunlongfleuvetranquille
  09 avril 2014
Schopenhauer nous livre un véritable petit manuel à l'intention de ceux qui veulent contrer les maîtres du pugilat verbal, ou au contraire qui souhaitent améliorer leur dialectique.
Car, je cite l'auteur, "même quand on a raison, on a besoin de la dialectique pour défendre sa position, et il est nécessaire d'avoir connaissance des coups bas avant de pouvoir les parer, voire d'en maîtriser l'usage afin de pouvoir battre l'ennemi par ses propres armes".
Vous voilà au courant, votre interlocuteur n'est pas votre ami et tout débat d'idée passera par un combat.
Passionnant, il nous livre 38 stratagèmes pour passer maître de l'art d'avoir raison.
L'ouvrage comprend également une petite perle : "La lecture et les livres". Un véritable régal !
Par exemple, je cite :
"Repetitio est mater studiorum. Il faux relire deux fois de suite chaque livre important, parce que, d'une part, on saisit mieux, la seconde fois, les choses dans leur ensemble, et que l'on ne comprend bien le commencement que lorsqu'on connaît la fin ; et, d'autre part, parce qu'on y apporte la seconde fois une autre disposition d'esprit et une autre humeur que la première, ce qui modifie l'impression. C'est comme si on voyait un objet sous une autre lumière".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Wozniaksandy
  23 août 2017
Avec perspicacité et humour, ce petit précis recense et analyse stratagèmes et ruses pour sortir vainqueur de tout débat, dispute ou joute verbale. Pour le plaisir des amoureux de la contradiction, Schopenhauer se livre à une savoureuse réflexion sur le langage et la dialectique.
Ces précieux conseils , sarcastiques, sont suivis de deux essais tout aussi incisifs sur la pensée et la lecture : les livres nourrissent-ils notre réflexion, ou nous empêchent-ils de penser par nous-mêmes?
Commenter  J’apprécie          12
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
AlexeinAlexein   31 juillet 2017
Il n’y a pas de plus grand rafraîchissement pour l’esprit que la lecture des classiques anciens ; dès qu’on ouvre au hasard l’un d’entre eux, ne fût-ce que pour une demi-heure, on se sent aussitôt délassé, soulagé, épuré, élevé et fortifié ; il semble que l’on vient de se désaltérer à la source pure d’un rocher. Cet effet est-il dû à la perfection des langues anciennes, ou à la grandeur des esprits dont le temps n’a ni entamé ni affaibli les œuvres ? Peut-être aux deux raisons ensemble. Mais je sais une chose : si l’on doit cesser un jour d’apprendre les langues anciennes, comme on nous en menace, nous aurons une littérature nouvelle consistant en un gribouillage d’une barbarie, d’une platitude et d’une indignité sans pareilles jusque-là ; d’autant plus que la langue allemande, qui possède pourtant quelques-unes des perfections des langues anciennes, est dilapidée et massacrée à l’envi et méthodiquement par les infâmes écrivailleurs du « temps présent », de sorte que, appauvrie et estropiée, elle tombe peu à peu à l’état de misérable jargon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
FredMartineauFredMartineau   22 avril 2018
L'ignorance ne dégrade l'homme que lorsqu'on la trouve accompagnée de la richesse. Le pauvre est accablé sous sa détresse; son travail prend la place du savoir et occupe ses pensées. Par contre, les riches qui sont ignorants vivent uniquement pour leurs plaisirs et ressemblent aux bêtes : on constate cela chaque jour.
Commenter  J’apprécie          230
LavieestunlongfleuvetranquilleLavieestunlongfleuvetranquille   09 avril 2014
(La lecture et les livres)
Il y a en tout temps deux littératures, qui marchent d'une façon assez indépendante l'une à côté de l'autre : une littérature réelle et une littérature purement apparente. La première se développe en littérature durable. Cultivée par des gens qui vivent pour la science ou pour la poésie, elle va d'un pas sérieux et tranquille, mais excessivement lent ; elle produit par siècle, en Europe, à peine une douzaine d'oeuvre, mais qui restent. L'autre, cultivée par des gens qui vivent de la science ou de la poésie, va au galop, à travers les cris de ceux qui la pratiquent, et débite chaque année des milliers d'oeuvres sur le marché. Mais, au bout de quelques années, on demande : Ou sont-elles ? qu'est devenue leur renommée si rapide et si bruyante ? Aussi peut-on qualifier cette dernière littérature de passagère et l'autre de permanente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlexeinAlexein   31 juillet 2017
On écrit des livres sur ou tel grand esprit de l’Antiquité, et le public les lit ; mais il ne lit pas le grand homme lui-même. Il ne veut lire que ce qui est fraîchement imprimé, parce que similis simili gaudet, et que l’aride et fade bavardage d’un plat écrivain de nos jours lui est plus approprié et plus agréable que les pensées du grand esprit.
Commenter  J’apprécie          62
WozniaksandyWozniaksandy   24 août 2017
Toute vérité franchit trois étapes. D'abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.
Arthur Schopenhauer
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Arthur Schopenhauer (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Schopenhauer
"Arthur Schopenhauer, franc-tireur de la Philosophie", une émission de radio diffusée sur France Culture, en 1988, dans la série "Une vie, une œuvre".
autres livres classés : dialectiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Woody Allen ou Schopenhauer ?

"Les uns croient au communisme, les autres en Dieu, les autres à la psychanalyse, mais à la fin, on termine tous dans une tombe."

Woody Allen
Schopenhauer

11 questions
111 lecteurs ont répondu
Thème : Arthur SchopenhauerCréer un quiz sur ce livre