AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782916546049
279 pages
Éditeur : Florent Massot (06/09/2007)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Jeanne a-t-elle vraiment entendu des voix ? A-t-elle été mandatée par Dieu pour sauver le royaume de France ? Que sait-on finalement du destin hors du commun de cette petite bergère de Domrémy qui a donné son nom à un nombre incalculable de rues, inspiré plusieurs milliers de livres, une demi-douzaine d'opéras et une quarantaine de films ? A quoi ressemblait-elle ? Quelle langue parlait-elle ? Comment a-t-elle appris à chevaucher de fougueux destriers, à manier l'ép... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Vance
  10 avril 2010
Un livre facile à lire malgré l'impressionnant florilège de noms de personnes et de lieux, qui sait avancer avec patience et rigueur, sans se dédouaner de références à l'Histoire officielle avec un chapitre entier consacré à la Guerre de Cent Ans et à la sainteté de Jeanne – dont l'opportunité du procès en canonisation est élégamment soulignée. J'ai aussi apprécié le fait qu'il nous propose de très nombreuses thèses quant à l'identité de Jeanne (qui, faut-il le dire, ne s'est JAMAIS appelée « d'Arc » de son vivant), thèses défendues par parfois de nombreux spécialistes : fille de Charles VI ou d'Isabeau de Bavière, elle est en tout cas souvent présentée comme princesse de sang royal, ce qui expliquerait ses prédispositions à la guerre (car comment une fille du peuple pouvait-elle manier l'épée, chevaucher un destrier et mener au combat une armée entière tout en parlant dans un français parfaitement intelligible ?). Sachant qu'aucun portrait d'époque de notre héroïne ne nous est parvenu, même son apparence est sujette à caution. Un autre chapitre nous amène à nous pencher sur le langage parlé dans la campagne lorraine des ducs de Bar d'où est censée être issue Jeanne, un autre sur sa virginité, son étendard ou ses compagnons.
Mais c'est principalement sur les procès que s'est porté mon intérêt car, même s'il nous en manque de larges extraits, ce qui reste ne peut que nous encourager à nous interroger sur le caractère fortement politique des circonstances qui l'ont amenée jusqu'au bûcher. Les termes de la condamnation sont, ainsi, anecdotiques.
Enfin, vient la fin, avec sa partie sur les différents avatars de Jeanne post-mortem dont l'un d'eux, cette Jeanne des Armoises, est cruellement troublant tant les archives d'époque, surtout concernant les années 1439/1440, relatent des faits prouvant son existence (alors que Jeanne est censée être décédée à Rouen en 1431).
Et puis surgit le protocole Gorbenko, du nom de cet Ukrainien qui aurait trouvé le corps de Jeanne en faisant des fouilles dans le tombeau d'un de ses compagnons. Annoncé dans l'introduction, cet événement tout récent (2002) parachève en beauté, mais dans une désagréable sensation d'inachevé, un livre très intéressant qui a en outre le mérite de ne jamais ôter à notre plus grande héroïne ce qu'elle a d'intensément passionnant, de sacré et de symbolique.
Lien : http://journal-de-vance.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Florel
  27 mai 2011
Bon même si ça ne change rien à ma vie que Jeanne d'Arc, plutôt Jeanne la Pucelle comme elle se faisait appeler, soit morte brûlée ou pas, je dois dire que j'ai vraiment apprécié ce livre, monté et écrit par deux passionnait de Jeanne. Marcel Gay journaliste à l'Est républicain qui dissèque les pièces du dossier Jeanne d'Arc et Roger Senzig ancien membre des services secret lors de la deuxième guerre mondiale, mais aussi spécialiste de Jeanne d'Arc, latiniste et paléographe qui a suivi le parcours de la Pucelle.
Ces auteurs qui n'ont pas, malgré un énorme travail de recherche, prétention de clore le sujet sur la Pucelle et de l'arrêter dans des branches bien définis, vont se proposer de rétablir une certaine vérité sur la vie de Jeanne plus proche de la réalité que les cours d'histoire dispensés sur les banc d'école.
Grâce à un travail minutieux et sérieux étalé sur plusieurs années, ces deux passionnés qui n'ont qu'un désir connaître la vérité et la faire partager sans avoir l'orgueil des historiens, vont nous guider à travers l'épopée Jeanne d'Arc grâce à des archives d'époque et une logique implacable, si je puis dire.
Une logique qui est amenée en éclairage par des simples questions, assez stupides finalement comme : Quelle langue parlait-elle ? Comment à t'elle fait pour parler au roi Charles VII, alors que noble et habitant de Dom Rémy, ne parlaient pas la même langue ? Comment a t'elle appris à manier l'épée sur un fougueux destrier avec une armure ? Car bien sûr ce n'est pas inné. Etc, etc…
Par le biais de ces questions, et avec l'aide de document historique, - livre de compte, archive du Vatican, journal d'époque…-, (mis pour certain en photo ou dans l'annexe), document plus familiale des habitants de Pullligny..., l'aide d'historien…, on va peu à peu découvrir qui était la Pucelle d'Orléans, son caractère bien trempé, sa vie, ses batailles… On va découvrir entre autre qu'elle a certainement... (suite sur le blog)
Lien : http://voyagelivresque.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Caspersky
  09 janvier 2011
un livre proposant une thèse très intéressante concernant les origines réelles de Jeanne d'Arc, son engagement, son entourage, son procès et les témoignages de son existence après l'épisode du bûcher à Rouen.
Des découvertes concernant des documents falsifiés ou perdus, le rôle de l'Eglise pour sa réhabilitation et des anecdotes croustillantes livrées dans les registres communaux.
Enfin,Jehanne se serait appelée Jehanne des armoises après un hypothétique mariage avec un seigneur de Nancy et ne serait pas issue d'une famille paysanne, ce qui expliquerait ses capacités guerrières et ses qualités de cavalière…
Jehanne n'aurait pas été brulée et personne ne pouvait en témoigner puisque sa tête était recouverte de son lieu de détention à son lieu de mise à mort…
L'Eglise aurait déplacée des corps dans des caveaux funéraires juste avant le XX ème siècle et serait en possession de documents protégés dont les bibliothécaire du Vatican nient l'existence alors que certains avouent connaitre le terrible secret qui aurait nuit à sa canonisation…
Ce livre est passionnant même s'il présente un travail de recherche méticuleux contesté.
Lien : http://ad-patres.over-blog.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sevm57
  29 novembre 2014
Ce livre écrit par un journaliste de l'Est républicain constitue une enquête absolument passionnante sur ce qu'il est convenu d'appeler l'Affaire Jeanne d'Arc.
Il démontre les invraisemblances de l'histoire officielle et présente des thèses bien étayées et crédibles. Chaque question est abordée de manière objective et bien documentée, et le livre se dévore quasiment comme un roman policier.
A la fin, on est vraiment tenté d'y croire et en tout cas les auteurs nous ont donné de sérieuses raisons de douter de la version officielle de la vie et de la mort de Jeanne.
Commenter  J’apprécie          40
philoulemarin55
  15 janvier 2018
Magnifique enquête réalisée de mains de maîtres !
Enquête qui à le mérite de faire abstraction de toutes envolées lyriques et croyances religieuses. Car il faut une bonne dose de courage, pour, toujours à notre époque, oser affronter le détenteurs d'une vérité imposée, depuis belle lurette dans nos manuels scolaires.
Il est donc très instructif et des plus plaisant de suivre cette investigation méticuleusement documentée, et argumentée.
Chaque hypothèse étant savamment posée, étayée sensément ,avec beaucoup de déférence tout en nous indiquant les options de pistes, certaines , plus plausibles que d'autres.
Cet ouvrage ,a selon moi ,le mérite de nous imposer une réflexion sur ce monument de notre histoire.
A contrario de ceux et celles , qui ont, définitivement par leur adhésion, sans compromis et leur intransigeance cléricale , déconsidéré toutes autres recherches d' éventuelle "autre authenticité".
D'ailleurs le saurons nous un jour ?
La théorie des complots fera toujours couler beaucoup d'encre. Mais , quand cette encre est déposée avec talent , alors il est assurément pertinent et distrayant de lire le travail de réflexion de ces deux observateurs scrupuleux, agitateurs de notre mémoire collective qu'est l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
FlorelFlorel   27 mai 2011
« Ci Gît Hautle et Honorée Dame Jehanne du Lis la Pucelle de France Dame de Tichemont qui fut femme de Noble Home messire Robert des Hermoises, Chevalier, Seigneur dudit lieu, Laquelle trépassa en l’an Mil CCCC XXXX et VIIII le jour de 4 may (4 mai 1449) Dieu ait son âme Amen »

Il s’agit de l’épitaphe inscrit sur une plaque apposée en 1690 sur la tombe de Robert des Armoises par la famille des armoises en mémoire de Robert et de son épouse Jeanne. Si on en croit cette épitaphe, elle serait décédée le 4 mai 1449. Neuf ans après la visite à sa mère nourricière.

Cette inscription m’est rapportée par Michel Leturcq, un habitant de Pulligny-sur-Madon qui effectue depuis longtemps des recherches sur l’énigme de cette église. L’épitaphe lui est parvenue grâce à l’une de ses aïeules qui l’a elle même recopiée et soigneusement conservée dans les archives familiales.

Les habitants de Pulligny ont constaté la disparition de cette plaque à la suite de fouilles effectuées par de mystérieux émissaires du Vatican qui se sont enfermés plusieurs jours dans l’église lors du procès en canonisation de jean. Une première visite est signalée à la fin du XIX siècle, une autre au début du XX sans autre précision.

Plus étrange l’une des clefs de voûte, celle située précisément au-dessus du tombeau des époux des Armoises, avait été détériorée à coups de pic de sorte que les armoiries de Jeanne la Pucelle de France, que tout le monde pouvait jusque-là admirer, furent totalement effacées. On peut voir encore les traces de ces dégradations dans la pierre et l’encadrement d’une plaque autrefois scellée dans le mur. […]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
laperouselaperouse   09 mars 2008
Par contre, on peut comprendre que, pour sauvegarder la légende de Jeanne d'Arc, lEglise ait effacé les traces de la présence de Jeanne dans la petite église lorraine. ...
Commenter  J’apprécie          60

>France : histoire>Pouvoir royal: 987-1589>Charles VI, Charles VII: 1380-1461 (13)
autres livres classés : jeanne d'arcVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2057 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre