AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782264074843
240 pages
10-18 (19/09/2019)
3.45/5   44 notes
Résumé :
Dans la paisible cité de Lugdunum Convenarum, une vague de crimes ravive les haines et fait vaciller le fragile équilibre de la toute nouvelle Pax Romana.

Au pied de l'actuel Saint-Bertrand-de-Comminges, dans la paisible civitas de Lugdunum Convenarum, une vague de crimes ravive les haines et fait vaciller le fragile équilibre de la toute nouvelle Pax Romana. Valerius Falco n'a que quelques jours pour mener son enquête avant l'arrivée de la légion r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 44 notes
5
0 avis
4
10 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
1 avis

Arakasi
  30 janvier 2015
Le petit berger court pour rentrer chez lui. Il court, les larmes aux yeux et le coeur rempli de terreur. Il court le plus vite, le plus loin possible du cadavre du jeune noble romain qu'il vient de découvrir sur la colline qui surplombe la ville de Lugdunum Convenarum, un poignard gaulois planté dans la poitrine. Il court car il sait bien ce que signifie cette mort pour lui, pour sa famille et pour tous les habitants gaulois de la cité. le sénateur romain en charge de la gestion de la ville, Hadrianus Trevius, le sait aussi et il tremble d'angoisse également, lui qui espérait faire de Lugdunum un exemple d'harmonie politique pour l'ensemble de la Gaule et rachetait ainsi son opposition à l'empereur Auguste qui l'a fait chasser d'Italie. le centurion Valerius Falco le sait aussi et il se morfond de voir la paix civile si chèrement gagnée sur la point de voler en éclat parce qu'un imbécile trop riche est venu trouver la mort à des milliers de kilomètres de sa mère patrie.
A Lugdunum, on est las de la guerre, las des incertitudes, las des cadavres amassés dans le creux des fossés, aussi romains et gaulois tremblent-ils tous en voyant l'ombre du chaos se profiler à nouveau à l'horizon. Mais quand un deuxième jeune romain est retrouvé assassiné, l'affaire devient impossible à étouffer. le propréteur Rufus Riego est en route pour mener l'enquête, mais le magistrat est connu pour sa haine féroce des gaulois et sa présence risque d'envenimer les choses, voire de provoquer un massacre. Il ne reste donc plus que quelques jours au centurion Valerius pour trouver le meurtrier et éviter un drame dont Lugdunum pourrait ne jamais se relever.
Autant le dire tout de suite pour ne pas décevoir les amateurs de polars, ce n'est clairement pas dans son enquête policière que réside l'intérêt des « Chevelues », celle-ci étant d'une extrême simplicité et prenant peu de place dans le récit. Si l'aspect investigation est plutôt superficiel, le roman soulève en revanche d'autres thématiques fascinantes et assez rarement évoquées dans le cadre de la littérature historique : les ambiguïtés de la relation entre envahisseurs et envahis, le mal du pays des soldats trop longtemps éloignés de leur foyers, l'angoisse sourde de l'oppresseur perdu dans une contrée étrangère même quand celle-ci est pacifiée en apparence… le personnage principal incarne avec subtilité ces différents sentiments, officier fatigué et mélancolique, partagé entre sa sympathie pour les habitants de la région et son malaise profond face à ce pays troublant qu'il comprend mal et qui ne sera jamais le sien, quelle que soit la longueur de son exil. Il faut saluer également une écriture très agréable qui rend justice aux paysages ensoleillés du bord de la Garonne et à la ligne blanche et glacée des Pyrénées qui domine le récit. Beaucoup de charme et une originalité rafraichissante font donc de ce roman un plaisant moment de lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MAPATOU
  25 septembre 2019
70 ans après la naissance d'Astérix, » Les chevelues » nous entraîne dans la Gaule romaine.Mais la cité de Lugdunum Convenarum, dans les Pyréenées, n'est pas le village des irréductibles gaulois !
La Pax Romana s'est installée depuis quelques années, la cité semble vivre en bonne intelligence : d'un côté les patriciens, leurs esclaves, leurs artisans ; de l'autre les gaulois. Ces deux mondes ne se mélangent pas mais le chef gaulois, Gedemo participe aux réunions du Quatuorvirat (que l'on pourrait comparer à un conseil municipal) présidé par Hadrianus, ancien sénateur exilé car tombé en disgrâce aux yeux de l'empereur Auguste.
Or, un matin, le corps sans vie de Cracius Vespasianus, fils d'un aristocrate romain, est retrouvé au sommet d'une colline. le jeune homme était connu pour sa vie de débauche. Il a été poignardé dans le dos par une arme gauloise.
Hadrianus confie l'enquête au centurion Valerius Falco, tout en lui ordonnant de cacher l'arme du crime et de mentir sur l'origine de la blessure mortelle. Ceci afin de ne pas déclencher des troubles entre les deux communautés.
D'autres meurtres vont survenir dans les jours qui suivent : les victimes sont toutes des amis proches de Cracius.
Valerius va tenter tant bien que mal de débusquer le coupable, la tâche lui étant rendue difficile par Hadrianus, qui cherche à protéger sa situation personnelle et les familles des défunts qui ne veulent pas être importunées. La situation va se compliquer quand le propreteur Rufus Riego est envoyé de Tolosa avec une garnison de renfort pour trouver un coupable. Les choses sont très claires pour lui : le coupable ne peut être que gaulois.
Valerius arrivera-t-il à trouver le coupable avant que la situation ne dégénère et que la paix ne vole en éclats ?
Etre transportée au temps de la Gaule était très dépaysant . Déjà par certains termes de vocabulaire qui m'ont renvoyée à mes lointains cours de latin..même si je dois avouer que le lexique placé judicieusement en dernière page m'a beaucoup aidée !
Et puis, je me suis aperçue que j'avais totalement oublié, ou en tout cas ne le percevait plus comme tel, que la Gaule avait été colonisée par Rome : » Je ne doute plus de notre capacité à dominer et à tenir. Mais nous le faisons avec tant de violence que je doute que le prix à payer pour les peuples que nous occupons soit justifié. Je comprends mieux, maintenant, pourquoi Rome règne sur le monde connu. Elle conquiert, certes, mais va au-delà. Une fois un territoire soumis, si éloigné soit-il, elle n'a pas son pareil pour étendre ses tentacules. Elle envoie d'abord ses soldats, puis ses marchands et enfin son administration. Briser, séduire et tenir. »
Ce que j'ai trouvé intéressant dans ce roman, c'est le questionnement du centurion Valerius par rapport à Rome, son mode de fonctionnement, son rapport avec les aristocrates, leurs mensonges, leurs bassesses, son désenchantement quant à sa vie de militaire toujours loin de chez lui : « le service de Rome m'a appelé loin de vous, a exigé de moi ce sacrifice. Et si cela n'avait été que pour la gloire de quelques-uns, si cela m'apparaissait aujourd'hui comme une supercherie, après toutes ces années passées à croire en une vérité pour laquelle j'ai abandonné les miens. Tout est si confus. Je suis las de cette vie mais je n'en connais pas d'autre. »
» Les chevelues » est un polar original par le choix de la période historique. Epoque que l'on a quelque peu oubliée. A redécouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sylvieboop24
  18 janvier 2022
L'histoire :
Sous le règne d'Auguste, à Lugdunum Convenarum (actuelle St Bertrand de Comminges – cité ses Pyrénées), une fragile Pax Romana est en place. Les Romains et les Gaulois cohabitent. L'habituel Triumvirat, composé de trois magistrats qui gouvernent la cité, a été remplacé par un Quatuorvirat, pour intégrer un magistrat Gaulois aux décisions. La meilleure des idées pour réussir la romanisation de la région !
Hadrianus Trevius qui dirige depuis huit ans cette cité et le Quatuorvirat est fier du travail accompli.
Hélas, la paix va être compromise. le fiancé de la fille de Hadrianus, Cracius, est retrouvé assassiné. Un couteau gaulois planté dans le dos.
Hadrianus ne veut pas entendre parler de meurtre. Il veut absolument conserver l'équilibre fragile qui règne entre les deux peuples. Il intime donc l'ordre au valeureux centurion Valerius Falco, de dire que la mort du jeune home est due à un accident !
Mais Quintus, le père de Cracius, n'est pas dupe. C'est un homme très influent. Il exige la vérité ! Valerius va donc enquêter, mais Hadrianus lui interdit de questionner la famille de Cracius et ses amis. Ce sont des familles importantes. Les six plus riches familles de la ville.
Extrait P.72 – 73 :
« - Je ne dois pas chercher le coupable parmi les riches familles romaines, c'est cela ? …
- Parmi les riches familles gauloises non plus…
- Explique-moi comment trouver l'assassin si je ne dois interroger, inculper et emprisonner personne ?
- Tu interrogeras, inculperas et emprisonneras qui tu voudras, mais personne qui fasse partie d'une des grandes familles gauloises ou romaines de cette ville. »
Cracius était réputé pour être un coureur. Un mari gaulois jaloux est-il responsable de sa mort ? Balbius, un des amis de Cracius est à son tour assassiné. Cette fois il n'est plus possible d'empêcher Valerius d'interroger les puissants. Une mèche de cheveux féminins, trouvée à côté du corps de Balbius, met le centurion sur une piste. Il questionne finement Pomponius, un ami des deux jeunes gens assassinés. Un des trois rescapés de la bande de cinq. La peur fait son oeuvre, et Pomponius, finit par avouer que les cinq garçons faisaient un concours sordide. Ils collectionnaient « les chevelues ». Des jeunes femmes gauloises dont ils volaient la virginité en leur faisant croire au mariage. Vingt jeunes femmes ont ainsi été abusées.
Deux enfants de puissants qui se font assassiner dans la même cité, cela engendre la venue du propréteur Rufus Riego, dépêché de Tolosa pour mener l'enquête. C'est un homme violent, bourré d'a prioris sur les Gaulois. Pour lui les vaincus doivent être asservis sous la botte romaine !
La Pax Romana va être ébranlée. Valerius, homme entier, épris de vérité, la fera éclater.

Benoît nous offre un magnifique polar historique.
Des ambitions personnelles démesurées qui oeuvrent, au détriment de la vérité. Un centurion désabusé qui en vient à ne plus retrouver, dans les ordres qui lui sont imposés, les valeurs qui l'ont poussé à s'engager. Des valeurs qui l'animent toujours. le choix sera pour lui difficile. Ultime.
J'ai pris énormément de plaisir à cette lecture. Il est vrai que j'aime l'histoire et que la plume de l'auteur est excellente.
Bravo Benoît !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Elamia
  06 juin 2020
L'Antiquité.. période historique qui me fascine toujours. Aussi quand je suis tombée sur ce polar se déroulant dans la Gaule antique, je n'ai pas hésité une seconde.
L'intrigue est plutôt bien ficelée, bien que le dénouement soit prévisible. J'ai apprécié suivre les différents protagonistes qui prennent part à l'enquête. Ces profils différents, tant par les origines que par les fonctions et grades qu'ils occupent, permettent d'avoir plusieurs points de vue. Nous avons ainsi l'opinion du soldat romain honnête qui souhaite faire éclater la vérité, le magistrat romain qui veut sauver ses intérêts et le gaulois martyr qui se sacrifie pour sauver son peuple.
Il est difficile de ne pas prendre parti pour les Gaulois qui vivent sous le joug de l'envahisseur romain et qui se voit accusés de crimes odieux. Tandis que les jeunes romains sont détestables au possible. Faisant appel à notre empathie, l'auteur brouille ainsi les pistes jusqu'à la révélation finale.

Commenter  J’apprécie          60
Thrillarhist
  03 février 2022
À la fin du Ier siècle avant Jésus-Christ, Lugdunum Convenarum est la proie de meurtres qui peuvent remettre l'équilibre entre Gaulois et Romains en péril… C'est cette période historique, que je ne connais vraiment que par mes cours de latin xD, que dépeint Benoît Séverac dans « Les chevelues » !
Et c'était vraiment un très cool petit roman que j'ai beaucoup aimé suivre !
J'ai trouvé super intéressante et bien développée la dimension politique autour de ces meurtres et l'état précaire de paix de la ville !
Ah oui, Lugdunum Convenarum c'est aujourd'hui Saint-Bertrand de Comminges xD
J'avais vraiment l'impression de revivre mes cours de latin avec tout un vocabulaire, bien expliqué, sur les vies, romaine et gauloise, de cette époque !
Au niveau de l'écriture, on sent que le roman va à l'essentiel. Il n'y a que très peu de descriptions physiques ou de lieux… Mais j'ai trouvé que le présent marche très bien ! Et les sentiments sont parfaitement retransmis, à la fin du roman, la tension et l'émotion montent super bien jusqu'à une fin à laquelle, j'avoue je ne m'attendais pas !
Au final, j'ai beaucoup aimé ce petit roman ! Il va à l'essentiel mais présente une bonne situation et de bons enjeux politiques avec un super vocabulaire et une tension palpable ! Que demander de plus ?
Oui, des descriptions xDD
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ArakasiArakasi   31 janvier 2015
Nous croyons occuper la Gaule mais c'est elle qui nous tient. Nous puisons dans ses richesses mais donnons plus que nous ne recevons. Nous nous croyons les maîtres, mais qui domine quand c'est le maître qui a besoin de l'esclave ? Nous avons vu ces Gaulois comme des barbares ignares, divisés et vaincus, alors qu'ils sont fiers et patients, et qu'ils ne nous laissent les occuper que parce qu'ils ont un profit à en tirer. Ils suceront jusqu'à nos entrailles et quand il n'y aura plus rien à sucer, ils nous recracheront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ArakasiArakasi   01 février 2015
Valerius Falco reconnaît ce désespoir. Il l'a souvent côtoyé sur les champs de bataille ; c'est celui qui vous saisit au moment où vous plantez votre dague dans le coeur de l'ennemi, pensant n'y trouver que de l'amertume mais y découvrant votre propre reflet. Tuer l'autre n'est pas seulement lui ôter la vie, c'est accepter qu'en quittant ce monde, il emporte votre regard avec lui. Il faut briser le miroir pour ne pas devenir fou, mais quoi qu'il en soit, vous n'oubliez jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
collectifpolarcollectifpolar   01 février 2022
Harero court à en perdre haleine. Il court sans se soucier des pierres qui meurtrissent ses pieds, sans penser à ses bêtes qu'il a laissée là-haut, il court sans essayer de rattraper son bâton qui vient de s'accrocher à un buis et de lui échapper.
Il court, sans se retourner.

I
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   01 février 2022
ll y a des jours et des lieux pour mourir, ou pour voir la mort... des jours où l'on s'y attend ; mais pas à dix ans, pas cet après-midi, pas dans cette herbe parmi les fleurs au milieu des pâturages...
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Benoît Séverac (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoît Séverac
En partenariat avec le festival Quais du Polar de Lyon, nous vous proposons de découvrir 3 polars incontournables conseillés par l'auteur Benoît Séverac, dont le dernier livre 'Tuer le fils' a paru à la Manufacture de livres début 2020.
Voici les livres qu'il a choisis : 1:07 https://www.babelio.com/livres/Dobyns-Sepulture/46159 3:12 https://www.babelio.com/livres/Highsmith-LEmpreinte-du-faux/14685 6:54 https://www.babelio.com/livres/Varenne-Trois-mille-chevaux-vapeur/580314
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz autour du livre SILENCE de Benoit Severac

Comment s'appelle le personnage principal ?

Maxime
Alpacino
Guiseppe
Jules

8 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Silence de Benoît SéveracCréer un quiz sur ce livre