AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2747090469
Éditeur : Bayard Jeunesse (18/10/2017)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Les parents de Malcolm l'ont toujours poussé à réaliser ses rêves. Mais comment Malcolm Little peut-il continuer à espérer après le meurtre de son père et l'internement de sa mère en hôpital psychiatrique ? D'autant que ses professeurs lui rient au nez lorsque Malcolm leur confie vouloir devenir avocat. Devenu orphelin, privé de ses frères et soeurs, Malcolm décide de fuir ce monde dominé par les blancs, d'abord à Boston, chez sa demi-soeur, pour s'étourdir de musiq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  03 novembre 2017
Comment je suis devenu Malcom X est un roman autobiographique revenant sur l'enfance, la jeunesse de Malcolm Little écrit par la fille de ce dernier.
Au travers d'un récit relaté à la première personne, nous suivons le basculement de la vie de Malcolm, un jeune garçon noir sans histoire qui, suite à l'assassinat de son père (par une branche du Ku Klux Klan), voit sa vie détruite à petit feu. Sa famille se retrouve sans moyens de subsistance, sa mère est placée dans un asile psychiatrique et la famille séparée. Malcolm déménage pour Boston chez sa demi-soeur et y découvre un autre univers : celui des magouilles, de l'argent facile.

Globalement, ce roman autobiographique est plutôt bien écrit avec une bonne rythmique narrative qui atténue les longueurs de certains passages.
Côté récit... désolé, mais je suis déçue. Bon, le titre annonçait clairement la couleur : Comment je suis devenu Malcolm X ... donc les années précédant son grand avenir. Seulement, la fin du livre est bâclée avec les années de prison décrite rapidement, sa conversion à l'islam et son changement de nom pour devenir Malcolm X. Frustration assurée parce que j'aurai aimé justement plus de détails. Cette fin pseudo mystique m'a semblé la solution de facilité. Dommage.
Ensuite, l'histoire dans son ensemble ne m'a pas plus passionné que cela. Savoir que Malcolm a été serveur dans un bar, qu'il a ensuite eu une adolescence difficile avec drogue, sexe et alcool... Bof, c'est assez commun de nos jours... Ce qui m'a le plus dérangé, c'est l'aspect "mystique" voire "appelé" que l'auteur tente de nous vendre. Sa fille, qui n'est autre que l'auteur nous vend une image de son père quelque peu biaisée, donnant l'impression que son destin était tout tracé depuis toujours... Là, j'avoue avoir eu du mal avec cette manière de présenter les choses puisque c'est justement les expériences vécues par Malcolm qui en ont fait l'homme qu'il était et non une pseudo route tracée depuis toujours.

Par contre, gros point positif pour l'atmosphère en second plan. L'auteur réussit à retranscrire la ségrégation dont sont victimes les noirs à cette époque : humiliation, lynchage, assassinat, justice inexistante. Dans le même temps, nous découvrons une culture noire incroyable avec la musique, les zazous, la danse, le quotidien.

Globalement, un roman autobiographique agréable à lire. Ce livre peut être une première lecture pour quelqu'un désirant découvrir le personnage.
Dans tous les cas, je remercie les éditions Bayard ainsi que Babelio pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          964
jeunejane
  27 octobre 2017
Le livre écrit par Kekla Magoon et Yliasah Shabbaz, la fille de Malcom X, nous raconte la vie de ce personnage très célèbre pour la défense des droits de l'Homme et du peuple noir des USA.
Le narrateur est Malcolm et l'histoire est écrite à la première personne.
Une grande partie est consacrée aux vingt premières années de sa vie.
Tout avait bien commencé pour le petit Malcolm Little entouré de parents positifs qui lui délivraient comme message que tout était possible et envisageable dans la vie.
Le papa, défenseur des droits de l'Homme également, meurt quand Malcolm est petit. Les enfants restent avec la maman, journaliste, freinée dans son droit au travail en raison de sa couleur de peau.
La famille est appauvrie, la maman est emmenée à l'asile et les enfants placés en familles d'accueil.
A l'adolescence, Malcolm part rejoindre sa demi-soeur à Boston où il trouvera l'oubli dans l'alcool, la danse et la musique.
Il se rend compte que les beaux messages de ses parents n'étaient que mensonges.
A Harlem, devenu escroc, cela se termine mal pour lui et le voilà à 20 ans enfermé en prison.
Là, il se convertira à un Islam pacifique et deviendra le grand leader, défenseur de la cause noire que l'on connaît.
Il mourra assassiné en 1965.
Les éditions Bayard Presse sortent sa biographie destinée aux adolescents.
L'écriture est facile d'accès, en gros caractères.
Les sauts de périodes et de lieux évitent la monotonie.
Ils pourront tout comme moi faire connaissance avec les zazous, ces amateurs de jazz à la tenue excentrique de l'après-guerre ou assister à une séance douloureuse de défrisage des cheveux et bien d'autres scènes de la vie quotidienne avec cependant beaucoup d'humiliations dues à la couleur de peau de Malcolm.
Tout le livre sent le réellement vécu, avec quelques longueurs mais on s'en accommode car le contenu est exceptionnel.
Les réalités ne sont pas masquées concernant l'alcool et l'effet que cela produit sur Malcolm mais pas exagérées non plus.
On ne se moque pas des jeunes dans ce récit.
Ce qui doit être dit est dit sans vulgarité, avec beaucoup de respect pour le personnage central.
Un grand merci à Masse Critique de Babelio et aux éditions Bayard pour m'avoir permis de découvrir Malcolm X .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          514
zwyns
  06 novembre 2017
Un grand merci à Babelio et aux éditions Bayard qui m'ont permis de faire la critique de ce livre sorte d'autobiographie de Malcom X , de sa jeunesse, partie fiction, partie témoignage, collant au plus près de la réalité façon simplifiée. C'est une des filles de Malcom ; Ylyasah Shabazz ; qui s'est attelée à ce travail de mémoire. C'est à l'âge de deux ans, en 1965, que Ylyasah perdra son père assassiné par des militants de " Nation of Islam" avec la bénédiction probable du FBI.
1925, né dans la misère, à l'époque de la Grande Dépression, au plus fort de la ségrégation raciale, Malcom Little, fils de Earl et de Louise, il va réussir à sortir de sa condition d'opprimé et devenir le leader de l'action civique pour l'émancipation des Noirs.
A la naissance de Malcom, à Omaha, Nebraska, ses parents ont déjà 7 enfants. Pasteur et militant, assassiné probablement par le KKK, Earl suivait les préceptes du théoricien Marcus Gavray qui prônait la Négritude et le retour des Noirs en Afrique.
La mère de Malcom, antillaise au teint clair est le fruit d'un viol commis par un Blanc. Malcom héritera également d'une chevelure rousse qui le fera surnommer de "Red". Il haïra toujours chaque goutte de sang de cet homme blanc.
Pour sanctionner l'engagement d'Earl, le KKK mettra le feu à la maison familiale . Police et pompiers resteront les bras croisés. Les gens de l'Assistance, les tribunaux et leurs médecins vont donner le coup de grâce aux survivants. le reste de la famille va être divisée et envoyée dans des foyers d'accueil.
Malgré un passage dans un lycée de Mason, où le jeune Malcom va se comporter comme un élève assidu, intelligent, brillant , ses éducateurs vont le pousser à pratiquer un métier manuel. C'est alors une suite de séjours dans des maisons de redressement , de correction.La faim et la misère, l'entraîne vers le vol et le braconnage. En 1940, sa demi-soeur, Ella, l'invite à venir vivre chez elle à Boston.
Malgré les conseils d'Ella il renonce aux études et se lance dans les petits boulots. Il fréquente le plus souvent le ghetto où il se sent plus à l'aise que dans le quartier de la classe moyenne noire qui ne rêve qu'à copier le mode de vie des Blancs. 1942, Malcom trouve un travail sur les trains qui relient Boston et New-York. C'est ainsi que le jeune homme va découvrir Harlem, le Milieu, le trafic de drogue, les filles, les paris truqués et les cambriolages. EN 1946, il va tomber et est déférer devant un tribunal et écope d'une peine de 10 ans, cadeau d'une justice blanche et partiale.
En prison il va avoir une révélation, reprendra une activité intellectuelle. C'est le début de l'adoucissement de sa peine,de son éveil à la religion de l' Islam,de sa libération, de deux décennies de liberté, de militantisme, de son mariage, de célébrité internationale.
C'est un livre attrayant, émouvant, interpellant mais un peu simpliste. Il y a beaucoup à dire sur la vie, les idées,le militantisme radical de Malcom X. Ce livre est une approche de la vie de cet homme mal connu et peux inciter certains à approfondir le sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Crossroads
  07 novembre 2017
Tour à tour Malcolm Litttle, Red, matricule 22843, puis El-Hajj Malik El-Shabazz, je suis, je suis...
OUI ! L'emblématique Malcolm X. Bien vu.
De ses toutes jeunes années de privation à l'adoption de son patronyme ultime, Ilyasah Shabazz, fille de Malcolm X, secondée par Kekla Magoon, nous retrace l'itinéraire météorique de ce père symbolique disparu alors qu'elle n'avait que trois ans.
Quatrième rejeton de la famille, le petit Malcolm s'est construit dans l'amour des siens mais surtout dans la haine des autres.
Un père prétendument suicidé, une mère internée pour prétendue cause de folie, difficile, dans ces conditions, d'arpenter le chemin de la vie, le sourire vissé aux lèvres et l'amour d'autrui comme leitmotiv.
C'est un parcours, non pas sans faute, mais marqué par le sceau du déterminisme, qui nous est conté là.
Un contexte historique glaçant pour la cause noire parfaitement retranscrit, les auteurs ont visiblement fait dans le factuel et la sobriété.
De courts chapitres aux caractères très lisibles, le format devrait trouver grâce aux yeux des plus jeunes.
Seul petit bémol perso qui ne devrait pas avoir lieu d'être à la lecture minutieuse du titre, l'absence kouasi totale d'infos sur cet orateur hors norme qu'il était alors devenu, assassiné en février 65 pour des combats toujours d'actualité.
Un grand merci à Babelio et aux éditions Bayard Jeunesse pour la piqûre de rappel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Ambages
  18 novembre 2017
« Debout, puissante race ! »
Marcus Garvey
Un morceau de vie, comme un morceau de miroir brisé dans lequel on se regarde, par bribe. J'ai eu ce sentiment avec cette lecture de la jeunesse jusqu'aux débuts d'un homme qui se cherche et ne rencontre que des éclats. Comme après un obus on ne retrouve que des débris. Un père, militant noir, tué. Une mère intelligente brisée et enfermée dans un asile de fous. Une famille éclatée et une fuite, vite, loin, comme une étoile filante, un soir dans le noir. Un bus qui parcours des kilomètres et longe des fruits étranges sur le chemin. Lansing, Boston, Harlem... Malcolm et son parcours. Malcolm comprend violemment.
« Je suis le fils de mon père. »
Comme un X qui crisse sous les dents. Un X qui annihile tous les autres patronymes, Nègre ou Détroit Red ou encore 22843, mais surtout le nom d'un esclave donné par un Maître, Little. Une imposture qu'il faut dénoncer. Une intelligence, une bravade, une faim, un zazou et des barreaux qu'il faut élargir, par la volonté et les mots. Dans une écriture douce, une fille raconte son père dans un message d'espoir. Un petit garçon voleur de poule, un jeune qui nettoie des chaussures, un amoureux défait, un malin qui joue aux chiffres et ...le fils de son père. Il me semble que lorsque les racines sont données en héritage, l'enfant peut se perdre, l'adolescent se rebeller mais l'homme sait retrouver son chemin grâce aux racines que les parents lui ont transmises, par amour des idées, des mots. Par amour. Un livre d'amour d'une enfant qui s'appelle Ilyasah Shabazz, sur les trace de son père, de ses racines.
« Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines. » Marcus Garvey (1887-1940)
Je remercie Babelio et les éditions Bayard pour ce cadeau qui m'a appris beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Lilou08Lilou08   16 novembre 2017
Un frisson d'excitation parcourt le public. De premières notes tristes montent. Billie est connue pour cette chanson : Strange fruit, « Fruits étranges ». C'est une mélodie lente, obsédante, sur l'horreur et l'absurdité des lynchages dont sont victimes les Noirs. Elle évoque les corps qui se balancent dans les arbres et sont suspendus aux branches comme des fruits irréels, dérangeants. Des hommes, des femmes et des enfants noirs qui pendent comme ça, agités par le vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilou08Lilou08   16 novembre 2017
- Il faut que tu sois réaliste, a-t-il continué. Avocat ? Ce n'est pas un objectif réaliste pour un Nègre.
Mon estomac s'est noué.
- Mais je...
- A quoi peux-tu vraiment prétendre ? Charpentier ? Tu es habile de tes mains. C'est un métier respectable, charpentier.
- Mais, monsieur, je fais partie des meilleurs de la classe, ai-je réussi à articuler. Je crois que...
Ma voix s'est brisée. Derrière mes protestations, je sentais mon rêve s'échapper. Me filer entre les doigts, comme de l'air.
J'essayais de m'accrocher à l'opinion de mon père et au fait que ma mère nous répètait toujours qu'on devait le rendre fier de nous.
- C'est la vraie vie, mon garçon, a repris M. Ostrowski. Même si tu es excellent en classe, une fois franchies ces portes, tu es juste un Nègre.
Juste un Nègre.
Ces mots me hantent. Je n'arrive pas à me les sortir de la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TakalirsaTakalirsa   16 novembre 2017
Les vrais Noirs ne restent pas là, assis, à discuter de la manière dont les choses devraient se passer et de ce qu'ils devraient avoir. Ils se lancent et vont chercher seuls ce qu'ils veulent.
Commenter  J’apprécie          40
Lilou08Lilou08   16 novembre 2017
Lyncher. Un mot que je connais trop bien. Il me renvoie de nombreuses années en arrières, à des paroles entendues par hasard à l'enterrement de mon père, quand j'étais trop jeune pour comprendre :
- Même s'il n'y a pas eu de corde, c'était un lynchage !
- Ils ont bel et bien lynché Earl. Ils n'ont même pas eu le courage de le faire franchement.
Commenter  J’apprécie          10
TakalirsaTakalirsa   16 novembre 2017
J'ai toujours été celui qui n'était pas comme les autres.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Comment je suis devenu Malcolm X (10 exemplaires à gagner)

Quel est le véritable nom de Malcolm X ?

X est son véritable nom
Malcolm Little
Malcolm Xavier
Malcolm Exe

5 questions
1038 lecteurs ont répondu
Thème : Comment je suis devenu Malcolm X de Ilyasah ShabazzCréer un quiz sur ce livre
. .