AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246821355
Éditeur : Grasset (09/10/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Quel point commun entre les Hébreux, Martin Eden, Romain Gary, la muse de Baudelaire Jeanne Duval, Modigliani, Hercule Poirot ou les rôles interprétés par Ava Gardner ? Tous sont des métèques. Un mot qui, en Grèce antique, désigne simplement celui qui a changé de cité, avant de devenir une insulte sous la plume de Charles Maurras puis d’être réhabilité par la chanson de Georges Moustaki en 1969.
Le métèque prend alors cette signification d’autre par essence,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cecille
  05 novembre 2019
C'est un magnifique hommage à tous ces visages connus et moins connus comme Romain Gary, Martin Eden, le chevalier Saint-Georges, Hérode le Grand, Modigliani, Soutine et Chagall, Rushdie, Esméralda de Hugo... que nous livre Abnousse Shalmani dans cet éloge du métèque qui vient de paraître aux éditions Grasset.
Qu'on-t-elles de commun toutes ces personnes ? Elles sont nées quelque par et vivent ailleurs, ne sont pas enracinées, elles sont métèques.
Abnousse Shalmani se dit elle même-métèque. Elle est arrivée à Paris avec ses parents, en provenance d'Iran. Elle avait 8 ans. Elle n'y est jamais retournée.
Métèque, une identité ? Non ce n'est pas cela pour Abnousse Shalmani, le métèque est davantage une figure à son sens.
Et faire l'éloge du métèque, pour elle, je la cite "c'est dire mon amour des sans-frontières, des sans-pays, des sans-terre. Mais c'est aussi raconter la souffrance et la solitude, les destins brisés et les cris perdus, c'est dire la xénophobie, c'est faire la nique aux préjugés, c'est accepter de ne jamais s'attacher à une terre.
Métèque, ce mot qui me définit et qui raconte une très longue histoire de passions, de départs sans retour, de splendeur, de suspicions, d'impossible et de liberté."
A travers cette réflexion, elle souligne aussi comment le métèque s'est transformé au fil des années, en immigré (Noir, Arabe) après la seconde guerre mondiale, puis aujourd'hui il est le migrant : " le migrant n'est qu'un métèque déguisé, il reprend son rôle de bouc émissaire, c'est lui le coupable."
Ce mot quelque peu démodé actuellement, l'auteure le réhabilite avec justesse dans cet essai, lui redonne vie et sens.
Les métèques ont tous en commun le rapport à l'amour, le rapport à la mort, le sens de l'esthétisme, c'est un tempérament, une ambition, une sensualité et une transgression : " le métèque est inévitablement transgressif. Et c'est la principale raison pour laquelle il est si mal aimé. "
Un texte fort, lumineux pour tous les sans-pays !
Il faut le lire !!
"Avec mes mains de maraudeur,
De musicien et de rôdeur,
Qui ont pillé tant de jardins,
Avec ma bouche qui a bu,
Qui a embrassé et mordu
Sans jamais assouvir sa faim
Avec ma gueule de métèque,
De juif errant, de pâtre grec,
De voleur et de vagabond "
GEORGES MOUSTAKI, le Métèque
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Yuko
  05 décembre 2019
A travers la figure du métèque, Abnousse Shalmani tisse un portrait vibrant de l'exil, de la recherche d'identité et de la singularité de « l'autre ». Une quête de soi à travers une étude savante et érudite qui suscite intérêt et interrogations.
Passionnée et érudite, elle mène – à travers une écriture fine – une réflexion personnelle sur les nombreuses facettes du métèque. Etre vivant et fantasmé, prisonnier d'une image construite où s'entrechoquent les cultures, on sent que le sujet lui tient à coeur et l'habite intimement.
Un thème intéressant néanmoins marqué par une profusion des sujets (le mythe du métèque à travers l'habillement, la littérature, les arts, la sexualité etc.) et une culture foisonnante qui masquent peut-être les sentiments plus personnels de l'auteure. Une lecture intéressante dans son approche de l'autre et dans la revalorisation du terme même de métèque mais qui se perd parfois dans des considérations foisonnantes et des références multiples.
Lien : https://leblogdeyuko.wordpre..
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
cecillececille   05 novembre 2019
Métèque, ce mot accolé à tout ce qui n’est pas d’ici, à tout ce qui fait peur, à l’exotisme, à l’aventure, à la méfiance, à la traîtrise, au déracinement, ce mot tranquillement balancé aux visages trop burinés, aux mains calleuses, aux esprits libres, aux athées, aux juifs, aux Noirs, aux métis, aux Arabes, aux étrangers, aux vagabonds, aux clochards, est l’un des plus beaux mots du monde.
Commenter  J’apprécie          50
YukoYuko   05 décembre 2019
C’est un mot qui me console, qui me rappelle que je flotte, que je ne possède que les racines que je me suis dessinées, que j’aurais beau m’accoler une nationalité, visible sur mes papiers d’identité, une langue parfaitement maîtrisée, une vie d’autochtone, je ne serais jamais qu’une métèque.
Commenter  J’apprécie          30
cecillececille   05 novembre 2019
Je suis une métèque, car personne ne me permettra jamais d’être autre chose. C’est peut-être le plus beau cadeau que m’a fait l’exil : devenir cet être difforme, mais libre.
Commenter  J’apprécie          40
YukoYuko   05 décembre 2019
C’est dans cet interstice que se loge peut-être la seule réelle identité du métèque : le manque. Il est ce qu’il ne peut être, il est ce qu’il ne peut que fantasmer.
Commenter  J’apprécie          30
cecillececille   05 novembre 2019
Si l’argent est nécessaire à la survie, il est le pire ennemi de la liberté.
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Videos de Abnousse Shalmani (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abnousse Shalmani
Découvrez à quoi ressemblaient les débats du jury du Prix Summer, dans les cadres des comités de lecture organisés dans les médiathèques de la Métropole de Lyon.
Les jurés ont eu la lourde tâche de départager Cloé Korman, Thomas B. Reverdy, Tiffany Tavernier, Nicolas Mathieu et Abnousse Shalmani, afin de récompenser le lauréat du Prix Summer 2019.
Le Prix Summer 2019 a été par la suite décerné lors de la 33ème édition de la Fête du Livre de Bron à Tiffany Tavernier pour le roman "Roissy", publié chez Sabine Wespieser éditeur.
Magnifique portrait de femme rendue à elle-même à la faveur des émotions qui la traversent, "Roissy" est un livre polyphonique et puissant, qui interroge l'infinie capacité de l'être humain à renaître à soi et au monde.
Pour tout savoir sur le Prix Summer : https://www.fetedulivredebron.com/evenements-actions/prix-litteraire
©Métropole de Lyon - Garage Productions.
+ Lire la suite
autres livres classés : immigrantsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La chambres des officiers

Quand se passe la plus grande partie du livre ?

Pendant la guerre 14-18
Pendant la guerre 39-45
Pendant la guerre froide

10 questions
43 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre