AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253080084
216 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (25/08/2021)
3.64/5   495 notes
Résumé :
Je m’appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s’est pas préparé. Française d’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper-inadaptée. J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (156) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 495 notes

Fandol
  08 janvier 2021
Fatima Daas, dans La Petite dernière, réalise un roman hors normes qui m'a souvent mis mal à l'aise mais aussi qui m'a enchanté par son originalité et son caractère répétitif.
C'est une succession de courts chapitres commençant toujours par « Je m'appelle Fatima », ajoutant de temps à autre son nom de famille.
Fatima Daas, la mazoziya, la petite dernière de la famille, celle qui aurait dû être un garçon comme l'espérait Ahmad, son père. Ses deux soeurs sont nées en Algérie. Elle est la seule à être née en France, par césarienne. Sa mère, Karmar, est maîtresse en son Royaume, sa cuisine.
Tout cela est important mais bien peu finalement à côté de la religion. Sans cesse, elle répète qu'elle est musulmane. La lecture de ce livre est alors très instructive car elle démontre de façon magistrale toute l'emprise psychologique qu'impose l'islam avec ses rites, ses invocations pour n'importe quelle situation, ses prières égrenées tout au long du jour.
Fatima Daas est complètement asservie mais ne s'en dégage pas. Au contraire, elle voudrait trouver dans sa religion un moyen d'être acceptée avec son amour pour les filles, pour les femmes et tente d'obtenir satisfaction auprès d'imams.
Elle qui dit s'être rendu compte qu'elle était une fille lorsqu'elle a eu ses premières règles, se comporte comme un garçon, puis essaie avec un ou deux petits amis. Finalement, c'est avec des femmes plus âgées qu'elle trouve affection et tendresse. de plus, son asthme ne lui laisse guère de répit.
Surtout, il y a Nina dont elle est amoureuse mais rien n'est simple car Fatima est mal dans sa peau. Elle est torturée par le fait de ne pas respecter les préceptes de l'islam, nous gratifie du texte de plusieurs prières, de beaucoup de mots et de citations en arabe, cite aussi Annie Ernaux et Duras.
J'ai apprécié d'apprendre la signification de beaucoup de mots, de noms arabes. Par exemple, « Fatima signifie « petite chamelle sevrée ». Sevrer, en arabe : fatm. »
J'ai pu aussi comprendre toute la souffrance de ces gens déracinés, heureux de retourner en Algérie, d'y retrouver la famille mais pressés de revenir en France.
Fatima Daas a vraiment des dons pour l'écriture. Elle est adoubée par Virginie Despentes et prouve toute son originalité avec ce premier roman.
Tout au long de ma lecture, je me suis demandé comme une fille aussi intelligente, toujours en rechercher d'elle-même, ne réussissait pas à s'extraire de la gangue religieuse qui lui interdit formellement de vivre son homosexualité et ses amours comme elle l'entend. Ce n'est peut-être qu'une question de temps ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1104
Kirzy
  25 novembre 2020
°°° Rentrée littéraire 2020 #39 °°°
Fatima Daas assume avoir mis beaucoup d'elle dans son personnage ( qui porte les mêmes nom et prénom ), mais revendique l'autofiction pour n'avoir pas chercher la vérité des détails. Il ne faut donc pas réduire ce roman très fort à un simple journal intime. C'est avant tout une oeuvre littéraire qui révèle une voix.
« Je m'appelle Fatima. »
Chaque chapitre commence avec cette anaphore ou sa variante «  Je m'appelle Fatima Daas ». Autant de fragments pour raconter les toutes les facettes d'une vie, pour dire le puzzle intérieur de la narratrice. Française nés de parents algériens, la seule de la famille à être née en France. Musulmane pratiquante. Lesbienne. Clichoise. Etudiante à Paris.
Cette façon de scander dans des phrases courtes et nerveuses les chapitres crée immédiatement un rythme. Les chapitres se répondent. Chacun mène autre part tout en reprenant, enrichissant, creusant un sillon, porté par une style proche du slam. Une écriture qui pulse, matinée de mots arabes. Cette mise en scène littéraire donne envie d'entendre les mots qui feraient un magnifique stand-up. Surtout, les mots disent parfaitement la quête identitaire de Fatima, son sentiment d'être à côté de sa vie, à côté des autres. Trop lesbienne pour être musulmane, trop parisienne pour être clichoise, trop musulmane pour être lesbienne, trop banlieusarde pour être étudiante. Jamais Fatima ne crie dans cette psalmodie mais on sent toute la douleur de ses conflits intérieurs. Dans toute leur complexité kaléidoscopique.
Certains passages sont bouleversants, tout particulièrement ceux consacrés à la religion. La sincérité de la foi de Fatima y explose. Son amour pour Allah, son besoin de s'y abandonner. Sa douleur d'être une pécheresse comme elle se définit, elle qui assume son homosexualité sans vouloir renoncer à la prière. Une scène remarquable la montre chez un imam à la recherche de réponses pour concilier ses identités contradictoires. Elle n'en trouvera pas ici. Mais elle en trouvera en écrivant. L'écriture comme une révélation, comme une évidence, comme le seul lieu où l'ambivalence peut s'exprimer sans avoir à oblitérer une part de soi, jusqu'aux dernières pages qui laisse entrevoir la lumière de la réconciliation.
Loin des clichés sur la banlieue, hors de toute volonté sociologique ou récupération politique, ce texte terriblement personnel, à la fois dur et doux, n'est pas un manifeste même si Fatima Daas se revendique féministe intersectionnelle. Une entrée en littérature forte et poignante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1092
Cancie
  07 janvier 2021
La petite dernière est le premier roman de Fatima Daas. Il s'agit d'un monologue autobiographique composé de courts chapitres commençant chacun par "je m'appelle Fatima" ou « Je m'appelle Fatima Daas ». Tout le livre est écrit à la première personne et au présent. Ce texte percutant, scandé nous révèle son identité. Elle est française d'origine algérienne. Elle est la "mazoziya", la dernière, la petite dernière, celle à laquelle on n'est pas préparé. Après trois filles, elle est la seule à être née en France et son père espérait un garçon. Elle ne réalise qu'elle est une fille que le jour où en cours de sport, elle a ses règles. Elle habite Clichy-sous-bois, elle est musulmane pratiquante comme sa famille et elle est asthmatique allergique.
"Adolescente, je suis une élève instable.
Adulte, je suis hyperinadaptée."
C'est la confession d'une jeune femme qui n'a qu'un souhait vivre libre et qui doit essayer de briser le carcan familial, social, et religieux pour pouvoir exprimer son amour pour les femmes. Difficile de s'épancher quand dit-elle, "L'amour, c'était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi". C'est une lutte intérieure perpétuelle entre ce qui est interdit et son désir. Prétextant parler au nom d'une amie, elle tente vainement de trouver une autorisation ou du moins une réponse auprès des autorités religieuses. Pas facile également pour une jeune femme qui a été élevée avec l'injonction de ne pas livrer ses sentiments de libérer ses émotions.
Tiraillée entre deux cultures, entre deux pays, tiraillée entre la religion et sa sexualité et son attirance pour les femmes, Fatima Daas cherche un équilibre et pose la question de l'identité et de l'acceptation de soi.
Avec cette forme d'écriture non dénuée d'autodérision, où les deux langues s'entrecroisent, l'autrice nous propose plus qu'une autofiction, une réflexion sur des thèmes bien contemporains dont le principal est à mon avis l'emprise de la religion.
Je suis restée cependant, tout au long du livre, assez mal à l'aise à l'évocation de cette religion omniprésente, si prégnante, musulmane ou autre qui prive les personnes de leur libre-arbitre et d'accès au bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          893
Eve-Yeshe
  13 janvier 2021
Ce roman est assez surprenant, et il m'a parfois laissée un peu perplexe, car l'auteure nous propose d'entrer au coeur de sa famille, de son mode de vie, de ses réflexions, de son intimité.
Abordons tout d'abord le contexte : Fatima se présente sans fard ni complaisance, et nous fait faire la connaissance de sa famille : son père s'appelle Ahmed « digne d'éloges » et sa mère Kamar, la lune. Elle a trois soeurs.
Le père est dominateur, il frappe les enfants, la ceinture est toujours prompte à être détachée. Lorsqu'il rentre du travail, il allume la lumière, en pleine nuit, réveillant tout le monde, faisant du bruit, et si une des filles râle un peu l'insulte fuse : khamja « salope ». la mère préfère se taire et s'occuper de la maison.
Fatima est la seule des enfants à être née en France, par césarienne, précise-t-elle et de manière inattendue; ses soeurs sont nées en Algérie et ses parents sont également les seuls de leurs familles respectives, à être venus.
Je m'appelle Fatima Daas.
Je suis la mazoziya, la petite dernière.
Celle à laquelle on ne s'est pas préparé.
A chaque séjour en Algérie, elle se sent chez elle, avec les oncles, tantes, cousins, l'accueil est chaleureux, la famille est plus démonstrative; elle ne voudrait plus repartir et en même temps, elle pense chaque fois que c'est la dernière fois qu'elle y va.
Fatima est musulmane pratiquante, elle aime faire ses ablutions et ses cinq prières, même si parfois, enfant elle était à moitié réveillée. Elle comprend le sentiment d'appartenance la première fois qu'elle fait le Ramadan.
C'est une rebelle, qui a intégré que ses parents désiraient un fils, s'habillant en garçon, passant ses cheveux au gel pour qu'ils frisent moins. Elle joue le rôle qu'elle suppose qu'ils attendent d'elle et fréquente des garçons turbulents, donne des coups, insulte, même les professeurs, alors qu'elle est bonne élève.
J'ai aimé faire la connaissance de Fatima, qui ne ne pourra jamais dire ce qu'elle ressent car dans sa famille, on n'est pas démonstratif, ; déjà, dire « je t'aime » est mal vu, alors que dire du mot homosexualité, c'est tabou, sale… une honte pour la famille. Elle est amoureuse de Nina qui va rester en toile de fond du récit, car c'est compliqué pour elle d'avancer.
J'ai bien aimé cette manière d'utiliser l'anaphore (ce n'est pas le monopole de François Hollande !) car elle commence chaque chapitre par « je m'appelle Fatima », avec des variantes chaque fois, comme si elle psalmodiait une prière. Cette répétition donne un rythme au texte qui est par ailleurs parsemé de mots en « arabe algérien », comme elle le dit elle-même, de prières en arabe ce qui permet d'apprendre des choses, des mots, de prendre connaissance de phrases sacrées..
Je connaissais mal la pratique de l'Islam, la manière de faire les ablutions, la position du corps pendant la prosternation, la manière de réciter et Fatima Daas l'explique très bien.
Les relations intrafamiliales sont bien mises en évidence ainsi que les règles, les sujets tabous, mais, si je comprends bien les difficultés de Fatima à aimer, à parler de son attirance pour les filles, ses hésitations, sa manière de tourner autour du pot finit par être lassante. Mais, il est difficile de lui en tenir rigueur, tant elle est attachante et on imagine combien ce doit être difficile d'être différente car la seule née en France, car la seule à avoir une sexualité différente, à la recherche d'une identité, à tel point qu'elle se sent sale et indigne de son prénom.
Quant à l'écriture, Fatima Daas sait bien raconter ; elle a structuré son récit en chapitres très courts, passant de l'enfance à l'âge adulte, pour revenir à l'adolescence et partir dans les réflexions plus philosophiques ce qui peut lasser, ses études supérieures qu'elle commence mais ne finit pas toujours.
J'ai pris du plaisir à lire ce roman, et je trouve qu'elle s'en sort très bien à l'écrit, les mots sont justes et le côté « psalmodie » de l'anaphore est très forte, mais j'ai eu du mal à rédiger ma chronique, alors que je l'ai terminé il y a plusieurs jours, me demandant parfois si je l'avais aimé un peu, beaucoup …
Auteure à suivre.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Notabilia Noir sur blanc qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteure.
#LaPetiteDernière #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
hcdahlem
  16 septembre 2020
Je m'appelle Fatima et je suis… je suis…
Fatima Daas est «La petite dernière» d'une famille franco-algérienne. Avec ce premier roman, elle dresse le portrait d'une génération qui se cherche une identité, confrontée à des choix contradictoires.
«Je m'appelle Fatima. Je porte le prénom d'un personnage symbolique de l'islam». La vie de Fatima est semblable à celle de milliers d'autres jeunes de banlieue. Née au sein d'une famille d'immigrés, elle va très vite se déchirer entre la rigueur d'une éducation "traditionnelle", qui veut qu'un père assoie son autorité sur ses filles à coups de ceinture et le goût du rap, entre les préceptes rigoureux de l'islam qui en font vite une "pécheresse" et son envie de sentir les lèvres d'une fille sur sa bouche, entre des études qui vont la mener à l'université et des profs qui doutent qu'elle ait pu réussir par elle-même.
Fatima, au fil de courts chapitres, va nous raconter les épisodes saillants de sa vie. Née à Saint-Germain-en-Laye, elle vit avec ses deux autres soeurs et ses parents dans un petit appartement. En guise de chambre, elles se partagent le salon dans lequel leur père doit passer lorsqu'il rentre avec cette forte odeur et sa mauvaise humeur. Et si le conseil de sa mère, se taire, n'est pas suivi, alors sa violence s'abat sur elles. Souvent, c'est Dounia, la soeur aînée, qui encaisse les coups, ou Hanane, la cadette. Il est vrai que Fatima à un lourd fardeau à porter. À deux ans, on lui a diagnostiqué de l'asthme. Une maladie sévère, chronique et invisible qui lui vaut de fréquents séjours à l'hôpital et un traitement à vie.
À huit ans la famille s'installe à Clichy-sur-Bois, une "ville de musulmans" où elle est musulmane, où elle fait le ramadan, où elle développe son sentiment d'appartenance à la communauté.
À 12 ans, lors d'un voyage scolaire à Budapest, elle ressent une émotion particulière en compagnie de son amie Lola, lorsque par jeu cette dernière l'embrasse sur la bouche. Mais elle choisit de se murer dans le silence. "J'écris des histoires plutôt que de vivre la mienne". La suite de sa scolarité sera plutôt sans histoires, installée dans son rôle de garçon manqué qui parle fort et n'hésite pas à se faire respecter à coups de poings ou à insulter les professeurs.
À 17 ans, elle consulte une psychologue. Suivront quatre années de thérapie et une lassitude de plus en plus difficile à supporter, tout comme les longs trajets jusqu'à l'université. Alors, elle décide d'arrêter. Elle interrompt ses études. Elle écrit.
À 25 ans, elle rencontre Nina Gonzales. C'est sa période "polyamoureuse", puisqu'elle a parallèlement une relation avec Cassandra, 22 ans, et Gabrielle, 35 ans. Mais c'est aussi l'heure de faire des choix, de s'imaginer un avenir.
Fatima Daas a trouvé la forme qui convient à sa quête, commençant chaque chapitre par une tentative de se définir et montrant par la même occasion combien cette définition est partielle, parfois partiale. Elle met aussi le doigt sur un problème très actuel que l'on pourrait résumer par les difficultés de l'intégration, par la peine à se construire une identité. Sauf, si l'on considère qu'elle a trouvé sa famille. Après Marguerite Duras et Annie Ernaux, la petite dernière pose une première pierre. On attend la suite.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490


critiques presse (5)
FocusLeVif   12 octobre 2020
Musulmane, lesbienne et banlieusarde, la narratrice de Fatima Daas raconte comment elle se construit en se rejetant elle-même. Une claque.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
Marianne_   24 septembre 2020
Un livre musical qui n'évite pas les petites maladresses.
Lire la critique sur le site : Marianne_
Culturebox   22 septembre 2020
La jeune écrivaine pointe un "monde de cases très normé" où il est facile d'être "catégorisé".
Lire la critique sur le site : Culturebox
LaLibreBelgique   21 août 2020
Fatima Daas livre un premier roman poétique et fragmenté, inclusif et entêtant.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LesInrocks   19 août 2020
A 25 ans, Fatima Daas s’impose comme la révélation de la rentrée avec La Petite Dernière, une autofiction qui pulse comme un rap ou une incantation, où la narratrice oscille entre l’intérieur et l’extérieur, sa famille d’origine algérienne et la France, sa sexualité et l’islam, jusqu’à trouver sa juste place.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (116) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   16 septembre 2020
INCIPIT
Je m’appelle Fatima.
Je porte le nom d’un personnage symbolique en islam.
Je porte un nom auquel il faut rendre honneur.
Un nom qu’il ne faut pas « salir », comme on dit chez moi.
Chez moi, salir, c’est déshonorer. Wassekh, en arabe algérien.
On dit darja, darija, pour dire dialecte.

Wassekh: salir, foutre la merde, noircir.
C’est comme «se rapprocher» en français, c’est polysémique.

Ma mère utilisait le même mot pour me dire que j’avais sali mes vêtements, le même mot quand elle rentrait à la maison et qu’elle trouvait son Royaume en mauvais état.

Son Royaume: la cuisine.
Là où l’on ne pouvait pas mettre les pieds ni la main.

Ma mère détestait que les choses ne soient pas remises à leur place.
Il y avait des codes dans la cuisine, comme partout ailleurs, il fallait les connaître, les respecter et les suivre.
Si l’on n’en était pas capable, on devait se tenir à l’écart du Royaume.

Parmi les phrases que ma mère répétait souvent, il y avait celle-ci : Makènch li ghawèn, fi hadi dar, izzèdolèk.
Ça sonnait comme une punchline à mon oreille.
«Il n’y a personne pour t’aider dans cette maison, mais on t’en rajoute.»

En tordant mes orteils dans mes chaussettes hautes, je rétorquais souvent la même chose.
– Il faut me le dire si tu as besoin d’aide, je ne suis pas voyante, je ne peux pas le deviner.
À quoi ma mère répondait du tac au tac qu’elle n’avait pas besoin de « notre » aide. Elle prenait bien soin de dire « notre », une manière de rendre son reproche collectif, d’éviter que je ne le prenne personnellement, que je ne me sente attaquée.

Ma mère a commencé à cuisiner à l’âge de quatorze ans.
D’abord, des choses qu’elle nomme sahline : faciles.
Du couscous, de la tchouktchouka, du djouwèz, des tajines d’agneau aux pruneaux, des tajines de poulet aux olives.

À quatorze ans, je ne savais pas faire mon lit.
À vingt ans, je ne savais pas repasser une chemise.
À vingt-huit ans, je ne savais pas faire de pâtes au beurre.

Je n’aimais pas me retrouver dans la cuisine, sauf pour manger.
J’aimais bien manger, mais pas n’importe quoi.
Ma mère cuisinait pour toute la famille.
Elle élaborait des menus en fonction de nos caprices.
Je refusais la viande, j’avais du poisson ; mon père ne pouvait pas faire sans, son assiette n’en manquait pas.
Si Dounia, ma grande sœur, avait envie de frites plutôt que d’un repas traditionnel, elle l’obtenait.

D’aussi loin que je me souvienne, je vois ma mère dans la cuisine, les mains abîmées par le froid, les joues en creux, en train de dessiner un bonhomme avec du ketchup sur mes pâtes, décorer le dessert, préparer le thé, ranger les poêles dans le four.
Il ne me reste qu’une seule image : nos pieds sous la table, la tête dans notre assiette.
Ma mère aux fourneaux, la dernière à s’installer.
Le Royaume de Kamar Daas, ce n’était pas mon espace.
Je m’appelle Fatima Daas.
Je porte le nom d’une Clichoise qui voyage de l’autre côté du périph pour poursuivre ses études.
C’est à la gare du Raincy-Villemomble que j’attrape le journal Direct Matin avant de prendre le train de huit heures trente-trois. Je lèche mon doigt pour faire défiler les pages efficacement. Page 31, en grand titre : Se détendre.
En bas de la météo, je trouve mon horoscope.
Je lis, sur le quai, mon horoscope de la journée et celui de la semaine.

Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort (Sigmund Freud).

Votre climat astral : Ne vous minez pas si vous ne pouvez pas rendre service à tous ceux qui vous le demandent, pensez à vous ! Réfléchissez avant de vous lancer dans des projets de grande ampleur, ne confondez pas votre optimisme avec forme olympique.

TRAVAIL : Il faudra prendre des décisions énergiques. Votre réalisme sera largement votre meilleur atout aujourd’hui.
AMOUR : Si vous êtes en couple, faites attention de ne pas décourager votre conjoint par vos demandes excessives. Si vous êtes seule, vous pourrez rêver au prince charmant, mais ne vous attendez pas à le croiser au coin de la rue.

Je parcours ensuite les malheurs du monde en essayant de renoncer au désir d’observer les personnes dans le train.

Pas un jour ne passe sans que des passagers refusent d’avancer dans les couloirs. Le matin, je répète la même formule pas magique : « Pouvez-vous avancer, s’il vous plaît ? Il y a des personnes qui souhaitent aller au travail, comme vous. »
En fin de journée, je change de ton.
Je supprime volontairement les marques de politesse.

Ces passagers qui n’avancent pas dans les couloirs sont les mêmes qui s’apprêtent à descendre aux deux prochaines stations : à Bondy ou à Noisy-le-Sec.
Leur astuce : rester postés près des portes de sortie pour ne pas rater leur arrêt.
Dans le bus, je veille à ce que la femme avec son enfant, la femme enceinte, la femme âgée ait une place.
Je porte mon attention exclusivement sur les femmes.
Je me sens obligée de jouer à la justicière, de défendre les autres, de parler à leur place, de porter leurs paroles, de les rassurer, de les sauver.

Je n’ai sauvé personne, ni Nina ni ma mère.
Ni même ma propre personne.
Nina avait raison.
C’est malsain de vouloir sauver le monde.
Je m’appelle Fatima Daas.
Je porte le nom d’une Clichoise qui voyage de l’autre côté du périph pour poursuivre ses études.
C’est à la gare du Raincy-Villemomble que j’attrape le journal Direct Matin avant de prendre le train de huit heures trente-trois. Je lèche mon doigt pour faire défiler les pages efficacement. Page 31, en grand titre : Se détendre.
En bas de la météo, je trouve mon horoscope.
Je lis, sur le quai, mon horoscope de la journée et celui de la semaine.

Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort (Sigmund Freud).

Votre climat astral : Ne vous minez pas si vous ne pouvez pas rendre service à tous ceux qui vous le demandent, pensez à vous ! Réfléchissez avant de vous lancer dans des projets de grande ampleur, ne confondez pas votre optimisme avec forme olympique.

TRAVAIL : Il faudra prendre des décisions énergiques. Votre réalisme sera largement votre meilleur atout aujourd’hui.
AMOUR : Si vous êtes en couple, faites attention de ne pas décourager votre conjoint par vos demandes excessives. Si vous êtes seule, vous pourrez rêver au prince charmant, mais ne vous attendez pas à le croiser au coin de la rue.

Je parcours ensuite les malheurs du monde en essayant de renoncer au désir d’observer les personnes dans le train.

Pas un jour ne passe sans que des passagers refusent d’avancer dans les couloirs. Le matin, je répète la même formule pas magique : « Pouvez-vous avancer, s’il vous plaît ? Il y a des personnes qui souhaitent aller au travail, comme vous. »
En fin de journée, je change de ton.
Je supprime volontairement les marques de politesse.

Ces passagers qui n’avancent pas dans les couloirs sont les mêmes qui s’apprêtent à descendre aux deux prochaines stations : à Bondy ou à Noisy-le-Sec.
Leur astuce : rester postés près des portes de sortie pour ne pas rater leur arrêt.
Je m’appelle Fatima Daas.
Je porte le nom d’une Clichoise qui voyage de l’autre côté du périph pour poursuivre ses études.
C’est à la gare du Raincy-Villemomble que j’attrape le journal Direct Matin avant de prendre le train de huit heures trente-trois. Je lèche mon doigt pour faire défiler les pages efficacement. Page 31, en grand titre : Se détendre.
En bas de la météo, je trouve mon horoscope.
Je lis, sur le quai, mon horoscope de la journée et celui de la semaine.

Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort (Sigmund Freud).

Votre climat astral : Ne vous minez pas si vous ne pouvez pas rendre service à tous ceux qui vous le demandent, pensez à vous ! Réfléchissez avant de vous lancer dans des projets de grande ampleur, ne confondez pas votre optimisme avec forme olympique.

TRAVAIL : Il faudra prendre des décisions énergiques. Votre réalisme sera largement votre meilleur atout aujourd’hui.
AMOUR : Si vous êtes en couple, faites attention de ne pas décourager votre conjoint par vos demandes excessives. Si vous êtes seule, vous pourrez rêver au prince charmant, mais ne vous attendez pas à le croiser au coin de la rue.

Je parcours ensuite les malheurs du monde en essayant de renoncer au désir d’observer les personnes dans le train.

Pas un jour ne passe sans que des passagers refusent d’avancer dans les couloirs. Le matin, je répète la même formule pas magique : « Pouvez-vous avancer, s’il vous plaît ? Il y a des personnes qui souhaitent aller au travail, comme vous. »
En fin de journée, je change de ton.
Je supprime volontairement les marques de politesse.

Ces passagers qui n’avancent pas dans les couloirs sont les mêmes qui s’apprêtent à descendre aux deux prochaines stations : à Bondy ou à Noisy-le-Sec.
Leur astuce : rester postés près des portes de sortie pour ne pas rater leur arrêt.
Dans le bus, je veille à ce que la femme avec son enfant, la femme enceinte, la femme âgée ait une place.
Je porte mon attention exclusivement sur les femmes.
Je me sens obligée de jouer à la justicière, de défendre les autres, de parler à leur place, de porter leurs paroles, de les rassurer, de les sauver.

Je n’ai sauvé personne, ni Nina ni ma mère.
Ni même ma propre personne.
Nina avait raison.
C’est malsain de vouloir sauver le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hcdahlemhcdahlem   16 septembre 2020
Je m’appelle Fatima Daas.
Je suis française d’origine algérienne.
Mes parents et mes sœurs sont nés en Algérie.
Je suis née en France.
Mon père disait souvent que les mots c’est «du cinéma», il n’y a que les actes qui comptent.
Il disait smata, qui signifie insister jusqu’à provoquer le dégoût, quand il voyait à la télé deux personnes se dire «Je t’aime». (…)
Quand mes sœurs arrivaient à convaincre notre père de nous laisser regarder Charmed à la télé (parce qu’il n’y en avait qu’une de télévision, qui se trouvait dans la chambre de mes parents), il suffisait que la main d’un homme frôle celle d’une femme pour que mon père dise khmaj et change de chaîne illico presto.
Khmaj, ça veut dire pourriture. p. 101
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
CancieCancie   07 janvier 2021
Ma mère m'habille jusqu'à mes douze ans.
Elle me fait porter des robes à fleurs, des jupes patineuses, des ballerines, j'ai des serre-tête de différentes couleurs, en forme de couronnes.
Toutes les petites filles ne veulent pas être des princesses, maman.
Je déteste tout ce qui se rapporte au monde des filles tel que ma mère me le présente, mais je ne le conscientise pas encore.
Commenter  J’apprécie          333
FandolFandol   12 février 2021
Je suis en cours de sport la première fois que j’ai mes règles.
Je réalise que je suis une fille.
Je pleure.
Le soir, je dis à ma mère que je ne veux pas.
Elle m’explique que c’est naturel.
Je déteste la nature. (page 48)
Commenter  J’apprécie          330
FandolFandol   09 février 2021
À quatorze ans, je ne savais pas faire mon lit.
À vingt ans, je ne savais pas repasser une chemise.
À vingt-huit ans, je ne savais pas faire de pâtes au beurre.
Je n’aimais pas me retrouver dans la cuisine, sauf pour manger. (pages 8-9)
Commenter  J’apprécie          300

Videos de Fatima Daas (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fatima Daas
L'activiste Alice Coffin ou l'autrice Fatima Daas, la PMA pour toutes, la pride radicale ou encore l'homophobie dans le football... « À l'air libre » est de tous les combats pour l'émancipation.
Vous connaissez notre émission À l'air libre ?
Votre avis nous intéresse https://mdpt.fr/39yQZsn
Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement#at_medium=custom7&at_campaign=1050 Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1437 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

.. ..