AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253137758
Éditeur : Le Livre de Poche (30/08/1997)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Chef militaire de grande valeur, dictateur impitoyable, Lucius Cornelius Sylla (138-78 avant notre ère) stupéfia Rome en abandonnant brusquement le pouvoir, quand rien ne l'y contraignait, un an avant sa mort, pour se retirer auprès de sa jeune épouse.
Renouant avec un genre qui lui valut pour Moi, Zénobie, reine de Palmyre, le Goncourt du récit historique, l'auteur de Ces messieurs de Saint-Malo fait revivre la République romaine finissante avec se politicie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
tristantristan
  15 février 2019
Il s'agit vraiment d'un roman de fiction sur fond historique où l'on n'apprend rien de plus sur Sylla. La lecture de ce qui se résume à une manière de mémento des us et coutumes à Rome est cependant fort plaisante voire divertissante. Idéal pour la plage ou pour se remémorer le cursus honorum, les ludi, les légions romaines, les triomphes et toutes les traditions du genre "panem et circences".
Commenter  J’apprécie          120
ChaK_
  23 octobre 2018
Le destin de Sylla m'a toujours fasciné... un type assez insaisissable, dualiste, fort, fou, sanguinaire, au milieu d'une période de troubles immenses : Jugurtha, les guerres italiques, les premières invasions Teutonnes, Mithridate etc… une sacrée époque, riche en événements et personnages tous plus toqués les uns que les autres.
M. Simiot entend nous donner ici un complément apocryphe et plus personnel aux “commentaires” de Sylla, eux écrit par son fidèle scribe. Sauf que ça ne marche pas du tout, du moins pour moi.
Sur le ton classique de l'introspection personnelle, le livre commence sur 120 pages sur la jeunesse de sylla… dont on ne sait que très peu de chose. Un tier du bouquin brodé pour pas grand chose, et qui trouve le moyen de se planter partiellement sur le peu que l'on sait, inventant je ne sais quelle émouvante histoire de grand père à la ferme… passons.
Ou pas en fait. Car une grande partie du livre n'est que survols, inexactitudes ou omissions. Ce qui est juste étant simplement posé sur le papier sans éclat, sans recherche et sans grande volonté de faire quelque chose d'un peu classe. Après des mémoires comme Agrippine de Grimal, Hannibal de Brizzi ou Hadrien de Yourcenar, l'exercice est ici d'une grande tristesse, l'écriture ne relevant pas vraiment le niveau, se contentant du minimum syndical encore une fois.
Car merde (oui je m'énerve et je deviens méchant), la vie de Sylla est une source d'inspiration exceptionnelle pour un auteur. Jeune homme ultra cultivé, se vautrant dans la débauche et le stupre, fourbe qui captura Jugurtha aux dépens de Marius, qui attendit son heure dans l'ombre des plus grands, pour finalement devenir Dictateur monstrueux, précurseur de l'Imperium, après avoir libéré la Grèce et vengé l'Asie. Avec une histoire pareil, il y a vraiment moyen de pousser la réflexion, l'épopée et la grandeur.
Mais ça reste tristement plat. Tout est succinct, fade, voir inexistant. Son amant Metrobius? Inexistant. L'Arménie? Boarf, à quoi bon développer. Les guerres sociales? Expédiées. La haine farouche Sylla/Marius? Ah, ils se haïssaient tant que ça? Les proscriptions? L'exécution de 3000 Samnites désarmés? Quasiment rien, à peine des détails, voir réduit à une demi ligne. Ne parlons pas de ses lois, de leur impact, puis de son abdication volontaire, geste exceptionnel et unique.
Je comprend la volonté de faire un livre simple, réduisant au plus simple une vie, mais se pose donc la question : pour qui ce livre?
Je dirais pour le grand public, qui veux vite fait voir qui était Sylla et ne souhaitant pas s'embrouiller avec des détails, ne cherchant pas spécialement du beau texte, et s'en fichant de savoir si tout ce qui est dit est 100% juste. Ou alors simplement quelqu'un voulant voir à quoi pouvait ressembler la vie d'un Romain illustre, quel que soit son nom et ses actes.
Personnellement ce fut une terrible déception, j'en attendais infiniment plus, mais la note (subjective, comme toujours pour moi) peut surement être élevée de quelques points si vous faites parti des catégories mentionnée ci-dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Julian_Morrow
  11 avril 2017
Roman historique, mémoires apocryphes, biographie fictive. le beau livre de Bernard Simiot est un peu tout cela. Offrant sa plume à Sylla, homme politique romain, chef du parti conservateur, l'auteur nous plonge dans les intrigues politiques de la République Romaine courant déjà vers sa fin. Des années de jeunesse à la formation philosophique en Grèce, et jusqu'à la dictature à laquelle il renoncera, nous suivons Sylla, à travers doutes et certitudes. La vie d'un grand Romain.
Commenter  J’apprécie          80
gill
  22 mai 2012
Lucius Cornelius Sylla (138-78 avant notre ère) est un chef militaire de grande valeur et un dictateur impitoyable.
Il stupéfia son époque en se retirant du pouvoir sans que rien ne l'y oblige pour se retirer auprès de sa jeune femme.
Bernard Simiot, le talentueux auteur de la série "Ces Messieurs de St Malo" fait revivre la république romaine avec ses politiciens englués dans les affaires, ses démagogues, ses électeurs floués et consentants.
Une belle réflexion sur le pouvoir et la démocratie qui pourrait être d'actualité.
Commenter  J’apprécie          71
Deslivresetlesmots
  30 janvier 2017
Je pense que ce genre de livre n'est pas du tout fait pour moi. Vous allez me dire que la quatrième de couverture annonçait la couleur mais je ne me souviens même plus de la raison pour laquelle j'ai acheté ce livre. C'était il y a plusieurs années, dans une brocante, pour pas cher, et j'ai dû avoir envie d'en lire plus sur la Rome antique. Pas que la Rome antique ne m'intéresse plus, loin de là, mais je ne suis plus capable de ressentir de l'empathie pour des personnages comme le Sylla décrit par Simiot. Parce que finalement, lire 280 pages de justification pour des batailles, des meurtres, des viols, des femmes abandonnées, le tout parsemé de complaintes de Sylla qui sent la mort arriver… ça ne m'intéresse pas le moins du monde. Pour être honnête, je suis étonnée d'avoir réussi à finir le livre, même si ce ne fut pas facile.
Encore une fois, je ne dis pas que ce roman ne peut pas plaire. Il y des décisions stratégiques, tout un tas de personnes historiques à qui il est fait référence, des lieux, des batailles… C'est un autre problème pour moi en réalité, puisque je n'ai pas les connaissances pour démêler l'historique de la fiction, et même si je ne pense pas que ce soit le but d'un tel roman, comprendre les références permet toujours de s'impliquer un peu plus dans sa lecture.
Comme le titre l'indique, Sylla n'est pas un personnage particulièrement sympathique, voire même sacrément immoral. Alors, peut-être qu'il faut replacer ses actions dans son époque. Mais j'ai du mal à croire que tous les Romains aient été aussi infectes en son temps.
Première mauvaise lecture de l'année donc, en espérant qu'elles ne soient pas trop nombreuses !
Lien : https://deslivresetlesmots.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
gillgill   24 mai 2012
"Moi, Lucius Cornelius Sylla, détenant la magistrature suprême, j'ai renoncé à des honneurs et à des pouvoirs qu'aucun romain n'avait connus avant moi.
J'avais reçu ceux-là sans vanité, j'ai exercé ceux-ci sans faiblesse.
Premier magistrat de la République, j'avais vécu dans la pourpre, maintenant j'allais connaître le bonheur auprès de la jeune femme que j'aime : plus de messages à dicter, d'ambassadeurs à recevoir, de décrets à signer, de poignards à craindre...
Né patricien, ni le pouvoir ni l'or ne m'ont jamais ébloui. Je les ai utilisés pour mieux courber, enchaîner ou compromettre ceux dont le service ou la complicité m'était nécessaires.
J'ai dit à Pompée qu'il était grand, il l'a cru...
(extrait de l'introduction de l'édition de poche parue en 1993)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tristantristantristantristan   14 février 2019
Je n'avais guère plus de seize ans et je n'avais pas encore lu dans Aristote que le meilleur moyen d'accéder au pouvoir, c'est de gagner la confiance de la foule en se déclarant l'ennemi des riches.
Commenter  J’apprécie          70
tristantristantristantristan   13 février 2019
Quand le désordre règne dans la rue, il dégrade vite la République. Nous allons connaître le temps des tueurs.
Commenter  J’apprécie          60
tristantristantristantristan   14 février 2019
(...)la scène fameuse d'Antigone où Créon s'adresse à son peuple: "Est-il possible de bien connaître l'âme, les sentiments, les principes d'un homme, s'il ne s'est pas révélé dans l'exercice du pouvoir? " Cette phrase, relue hier, après tant de fois, je la sais par coeur. Je ne pense pas qu'elle m'offre un plaisir d'une qualité supérieure à la caresse du soleil sur ma main.
Commenter  J’apprécie          10
tristantristantristantristan   13 février 2019
A moins d'être un pédagogue sûr de soi on est jamais comme ci ou comme ça, mais comme ci et comme ça.
Commenter  J’apprécie          50
Video de Bernard Simiot (1) Voir plusAjouter une vidéo

Sagas
Bernard PIVOT propose comme thème de l'émission, les sagas, histoires d'une communauté ou d'une famille ou encore aventures d'un héros.Bernard SIMIOT a écrit "Ces messieurs de Saint-Malo", roman sur les aventures des commerçants et corsaires du 18ème siècle. Alain DUGRAND et Anne VALLAEYS sont auteurs de "Les Barcelonnettes" dont le premier tome "Les Jardins de l'Alameda" raconte...
autres livres classés : romeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre