AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284628248X
Éditeur : Blanche (10/02/2011)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Auteur d’essais polémiques à succès de Sociologie du dragueur , Vers la féminisation ? , Jusqu’où va-t-on descendre ? et Socrate à Saint-Tropez , Alain Soral dérange, agace, mais il est l’un des rares penseurs de sa génération à se poser et à poser les bonnes questions : celles qui font mal, parfois, et surtout celle que l’on n’aime pas s’entendre poser.

C’est l’une des raisons qui explique le succès populaire de ses deux abécédaires où il analyse av... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
vincentheureux
22 août 2013
Alain Soral fait ici une analyse très profonde sur l'état actuel des contre-pouvoirs en France et dans le monde. Il s'agit d'un travail peu universitaire sur la forme, comme il prévient le lecteur, mais très poussé sur le fond : on y trouve des références culturelles très riches. C'est d'ailleurs ce qui fait défaut à l'ouvrage, son inaccessibilité pour certains qui n'ont pas encore toutes les cartes en main. Soral part du principe que nous avons les mêmes connaissances que lui en la matière, or c'est faux. Ceci étant dit, il livre toutes les sortes de polémique, qu'il convient ici de récapituler.
Tout d'abord une citation de Henry Ford assez éloquente « Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin » L'entrepreneur Américain n'a pas tord et les élites le savent très bien. En complexifiant les schémas bancaires (avec les produits dérivés, les placements en bourse, les agences de notation…) l'oligarchie rend inaccessible ces informations à la population : classes populaires, médecins, magistrats, politiques… n'y comprennent pas grand choses. le pouvoir de l'argent est donc uniquement compris et appris par les économistes et ceux qui travaillent au sein des banques. La lutte droite/gauche = lutte du Capital (droite) et du Travail (Gauche) se traduit aujourd'hui par une autre politique étant celle de la Banque et du peuple. C'est ainsi que le directeur de la Banque Rothschild, Georges Pompidou, se retrouve au manettes du pouvoir politique en 1969.
C'est aussi l'apparition de la monnaie scripturale, monnaie fictive au service de la spéculation – moyen efficace de permettre aux élites de dominer par l'argent, tout en ayant le plus d'argent possible – comme l'explique très bien Soral : « L'argent réellement présent en banque ne risquant pas d'être retiré en même temps par tous les déposants, la tentation devient rapidement grande de prêter plus que les sommes effectivement en dépôt. Naît alors le « Multiplicateur », soit une fabrication d'argent scriptural mais toujours dévolu à l'investissement productif. Un mécanisme de fuite en avant peu dangereux à deux conditions. Un, que l'économie se trouve dans une phase de développement et de croissance illimités, comme c'était le cas au moment de l'invention de cette pratique à la Renaissance. Deux, qu'une autorité politique au-dessus de la Banque régule et limite cette pratique au regard de la croissance et du développement économique réel, et pas seulement scriptural et spéculatif… »
La création d'argent fictif est donc un système utile au développement rapide des moyens de productions, or… La Banque rachète tout le Capital ne laissant aucun droit aux épargnants : « Ce prêt d'argent, fictif, mais que seules les banques ont le pouvoir de prêter, équivaut donc, à travers la garantie hypothécaire sur l'outil de travail et les biens (en économie : les facteurs de production), à une lente captation de toutes les richesses privées par la Banque. La banque devenant ainsi progressivement propriétaire de tout, sans jamais rien produire, et avec de la fausse monnaie pour seule mise de fonds ! On touche ici à ce que nous pouvons appeler à la fois le génie et le vrai secret bancaire »
Critiquant ainsi le pouvoir de l'argent sur l'homme, Soral voit chez les musulmans, et plus particulièrement en Orient, un peuple « pas encore perverti par la pensée unique capitaliste », ce qui est déjà contestable tant l'Afrique du Nord est proche des pratiques Occidentales « : « Une finance islamique (pas de taux d'intérêt, cela est interdit par la religion) qui représente donc une résistance spirituelle à la toute puissance de l'argent, et qui justifie à elle seule le sourd combat que livre actuellement la Banque au monde musulman afin de le soumettre (après l'avoir déjà fait avec les catholiques et les soviétiques) à la toute-puissance de sa domination » La Banque étant contrôlée par le peuple juif selon Soral. Et on connaît sa position sur le conflit Israélo-Palestinien, Soral étant un profond antisioniste. Mais il y a une autre interprétation beaucoup plus perverse : en France, les musulmans sont un vivier électoral à séduire… (10%) Alors que les juifs représentent à peine 1% de la population.
Toute cette critique de la Banque amène à la théorie – bien Française ici – de l'égalité entre les classes sociales (dans le sens de Marx) : « Les rentiers du haut (l'hyperclasse au pouvoir) finançant les rentiers du bas (la sous-classe des chômeurs et des précaires vivant des aides sociales), sur le dos de la classe moyenne productive (ceux qui peuvent détenir du Capital : médecins, magistrats…), classe la plus ponctionnée par l'Etat » On peut également analyser cette « ponction » de l'Etat comme une peur du pouvoir Bancaire (qui gouverne, en tant que contre-pouvoir l'Etat) des classes moyennes, pouvant détenir de la masse monétaire privée sous forme de Capital voire de placements financiers.
Selon Soral, pour parvenir à cette puissance totale, la Banque (par l'intermédiaire de ses complices qui n'y comprennent rien : les politiques et les journalistes) fait « l'apologie d'un monde désormais fondé sur le capitalisme purement spéculatif, donc le refus de tout ce qui prend sens dans la durée : cultures enracinées et perspectives historiques » C'est pourquoi selon lui, le mariage homosexuel sert à individualiser les Hommes pour les rendre encore plus capitaliste (croyant appartenir à la communauté gay, qui est aussi un contre-pouvoir politique au travers de la franc-maçonnerie). Même idéologie concernant les minorités visibles et les communautés anti-racistes, existants selon Soral pour « occuper les esprits » et empêcher la révolte : les gays s'identifiant non plus à leur sexualité, désormais normalisée, mais à leur appartenance à un groupe qui n'existe pas (puisqu'un gay est sexuellement semblable à un autre gay, mais différent dans la personnalité). Idem pour les noirs, que les associations rassemblent, mais un noir est noir parce qu'il partage sa couleur de peau, il ne partage pas les mêmes idées. C'est comme cela que Soral condamne le communautarisme (juif, chrétien, musulman, noir, gay, blanc…) utile à la domination capitaliste par le biais de l'individualisation = société de consommation impulsive = avec l'apogée de la génération zapping s'abrutissant devant la télévision.
Sur la télévision, Soral défini le journaliste animateur (type Morandini, Dechavanne, Arthur…) « le rôle de ce nouveau clerc-animateur étant désormais de détruire un à un les attributs de la Raison – promus et véhiculés par son prédécesseur des Lumières – afin d'annihiler tout « esprit » de résistance ; non seulement par la falsification de l'information, mais aussi par la destruction, au sein même du sujet, de sa capacité critique »
La capacité critique du sujet étant mise à l'épreuve par la perversité totale des normes et valeurs dans la société occidentale : « Un régime sécuritaire envers le peuple du travail, sans jamais toucher à la délinquance des prédateurs sous-prolétaires et des prédateurs de l'élite, pour donner au final cette société de consommation policière, à la fois permissive pour l'abruti consommateur (libéralisation du sexe et des jeux…) et répressive pour le citoyen producteur (hyper réglementation, taxes et amendes en tous genres…) sous pilotage euro-mondialiste » Ce pilotage fortement critiqué là aussi : « La mondialisation pourrait tout aussi bien se satisfaire d'un monde multipolaire fait de nations pratiquant un protectionnisme réciproque et raisonné. le mondialisme en revanche est ce projet idéologique, qui travaille à la mise en place d'un gouvernement mondial et à la dissolution de toutes le nations du globe en une seule humanité »
Enfin, Soral laisse le choix au lecteur entre la gouvernance globale, projet mondialiste destructeur des identités, et la révolte des Nations. Or, cette révolte des Nations ne peut se faire qu'avec une nation que la France n'est plus. L'identité Française est pourtant la seule alternative, le seul contre-pouvoir que dispose le citoyen français face à la gouvernance globale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Luniver
18 avril 2013
« Peu universitaire dans sa forme » (comprendre : sans aucune source ni référence) « par respect pour le lecteur » (?), Comprendre l'empire nous propose de retracer le parcours qui mène à notre époque à une domination oligarchique.
L'auteur part de la révolution française et l'éclaire sous un nouvel angle : le petit peuple est satisfait de l'ordre établi et ne souhaitent pas de changement. Les seuls révolutionnaires sont en réalité les bourgeois. Dieu liquidé, une autre « église », la franc-maçonnerie, se charge de diffuser le nouveau dogme de l'humanisme. En surface du moins, car la Banque de débarrassera les idéalistes, puis grignotera le pouvoir petit à petit, écartant du pouvoir, voire assassinant, les politiciens qui tentent de s'opposer à Elle. En dehors de ces deux « rappels historiques », le reste de l'essai est beaucoup plus confus, sautant sans intérêt du coq à l'âne entre différentes périodes historiques et différentes parties du monde.
Rien de nouveau sous le soleil donc, juste le b.a-ba des thèses complotistes : domination complète du monde (« [O]n peut considérer qu'à un certain niveau hiérarchique: rédacteur en chef, président d'association, recteur d'Université, leader syndical ou politique, mais aussi faux écrivain à succès ou journaliste animateur vedette ... il n 'y a plus que des «initiés» ») par les francs-maçons et les juifs, même si ces derniers sont cités de manière assez mystérieuse au début (« l'idéologie de ses dirigeants et cadres, majoritairement formés à l'inégalitarisme méprisant de l'Ancien testament... », « apatrides », ...). Tout ce beau monde ayant de surcroît des accointances avec le Diable : « [L]'existence, au plus haut niveau d'initiation, de maçonneries sataniques type: Illuminati, Skull and Bones et autres sectes vouant un culte aux dieux anti-chrétiens, babyloniens ou égyptiens, tel Moloch, avec cérémonies simulant des meurtres d'enfants comme dans The Cremation of care du Bohemian Club, n'est pas si délirante. »
Corolaire immédiat de « le pouvoir est caché » : tout ce qui est visible fait partie du complot : la révolution russe, la seconde guerre mondiale, ou plus récemment, la vaccination contre le virus H1N1, le 11 septembre et le réchauffement climatique. Rien de neuf dans les solutions proposées pour échapper à l'Empire non plus : retour à une autocratie soutenue par la religion (comme, par exemple, la république islamique d'Iran).
Ouvrage assez classique sur le fond, qui ne manquera pas de séduire les adeptes d'une Vérité cachée. La forme sert bien les idées : une longue série de très courts paragraphes de quelques phrases, proches de l'aphorisme, qui forment un texte tonique, tout en ne nécessitant aucune justification.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
phlois
22 juin 2013
Le personnage qu'est l'auteur est tellement polémique et marqué politiquement qu'il devient aventureux de faire une critique positive d'un de ses livres.
Malgré cela, je dirais que ce livre, constitué de courts textes, indépendants mais liés les uns aux autres, finissent pas donner une certaine cohérence au monde chaotique qui nous entoure. Je ne dis pas qu'il faut croire les yeux fermés tout ce qui y est écrit, mais, si l'on prend le temps de le lire et de façon concentré, cela permet de trouver un nouvel angle de réflexion sur des sujets dont les média voudraient nous faire croire que seule l'interprétation officielle est valable.
Personnellement, je n'y ai pas trouvé de grande démonstrations académiques, mais l'auteur lui même le précise dès le départ. Par contre, j'y ai trouvé de nombreux éléments de réflexion personnelle sur des sujets qui m'intéressent: gouvernance mondiale, collusion finance/politique, mondialisation forcée, mondialisme contre les peuples.
En fait, cela permet de concentrer, de résumer et de faire en pas en avant pour tous ceux qui réfléchissent et se sentent concerner par la marche dangereuse et dirigée de notre société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
FredMartineau
01 avril 2015
J'ai eu envie de me forger ma propre opinion sur Alain Soral à force d'entendre à peu près tout sur son compte voire de lire dans la presse des expressions comme "la Soralisation des esprits...". le moins que l'on puisse dire du personnage c'est qu'il est cultivé à la lecture de cet ouvrage. Comme souvent, je suis prudent face à l'utilisation des faits historiques pour appuyer une thèse ou un discours. L'Histoire est si riche que l'on pourrait y puiser des évènements qui mit bout à bout étayeraient n'importe quelle construction idéologique. J'ai eu cette impression. Même si, certaines de ces assertions sont pertinentes ou ne peuvent de bonne foi être démontées, au bout du compte je me suis lassé de ce fameux complot banco-judéo-américain qui transpirent à chaque page comme une obsession qui lui colle à la peau et sûrement contingente sa réflexion.
Après que l'Amérique soit un empire qui use de tous les moyens pour asseoir sa domination et l'étendre, il n'y a que lui pour croire que c'est une découverte qu'il révèle au monde ou à la masse alors que celle-ci n'en doute certainement pas, mais qu'elle a d'autres chats à fouetter comme assurer l'essentiel, c'est à dire la satisfaction des besoins élémentaires nécessaires à survie et à celle de sa famille ou qu'elle considère que celui-ci en vaut bien un autre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
casimir
15 août 2013
Conversation started today
4:09pm
Basile Godbarge
suite au visionage intensif de vos propos sur le media youtube.

en toute amitié, de toi à moi, tiens manant, du grain... Soral, philosophe... de bons appuis ( je suis catholique, la France est consubstantielle au catholicisme). pour le reste Mr Soral ( qui veut que chacun soit à sa place) ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes. Ce mélange de Monde diplomatique et de FN, cette manière de faire sérieux comme les idiots ( qu'il n'est pas par ailleurs) et cette naïve recherche de la vérité toutes voiles ouvertes le rapproche de la majorité 'anti-libérale. que dire ? Dieudo j'aime, Soral moins. beaucoup moins. c'est un parvenus sensible, et ontologiquement forgé d'un intelect boursouflé et devenus malhonnête. tu ratisses large et ton grands écart ventouse risque de plaire aux français qu'on va devoir hospitaliser la prochaine saison venue. nb: si tu ne vivais pas dans un monde libéral ou fleurissent des complots aussi réel que ta plume, personne ne t'aurais laisser parler (ou) écrire.
5:34pm
Alain Soral
Soral t'emmerde. Et si tu t'approches, il t'encule !
ce à quoi je n'ai pus répondre 'fair enought' , car il m'a censuré de sa page fb. sans rencoeur non plus. on avance en république tout seul comme d'hab.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
EFournEFourn14 février 2014
Il est intéressant de remarquer que de tous temps, sous tous les régimes: Egypte pharaonique, démocratie grecque, brahmanisme hindou, monarchie catholique. . . une oligarchie d'à peine 1% de la population a toujours commandé à la masse des 99% restants; comme une meute de loups dominant un troupeau de montons. Ainsi, la noblesse française, dernière oligarchie reconnue sous nos cieux, dicta-t-elle aux destinées de la France avec ce même pourcentage pendant plus de mille ans. Et il serait intéressant de recherché- à moins que le monde ait changé depuis du tout au tout- quelle nouvelle aristocratie, oligarchie ou minorité ordonne aujourd'hui, avec ce même pourcentage, au reste du pays ? Une question qui, en régime officiellement démocratique, est bien sûr la question qui tue . . .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LuniverLuniver18 avril 2013
Il apparaît que le politiquement incorrect – que ce soit l'affirmation de l'existence des races (différence des communautés ethno-culturelles), l'affirmation de l'inégalité des sexes (différence masculin/féminin) ou encore le révisionnisme historique généralisé (sens de l'Histoire, Shoah, 11 septembre...) – loin d'être de la démence ou de la provocation gratuite, n'est jamais que la réaction d'insoumission des esprits encore libres et en bonne santé face à cette idéologie totalitaire du mensonge et de l'absurdité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ColonelColonel23 avril 2013
L'obligation aussi d'investissements à perte : la presse écrite.
Une colère populaire [légitime] jugulée en temps normal par l'enrobage et les mensonges de la presse écrite.
L'apparence de sérieux du commentaire écrit [...] donnant l'illusion, malgré les aléas et les vicissitudes : complexité du monde, conflits psychologiques... d'une gestion scientifique par les élites raisonnables et légitimes.
Le meilleur exemple récent de ce nécessaire investissement à perte étant le rachat, par Edouard de Rotshild, du pourtant ultra déficitaire journal de pseudo gauche Libération (avec des banques renonçant à leurs créances quand même, collusions obligent) afin de continuer en temps de crise aggravée, à enculer les cons de gauche.
Les cons de droite étant, dans le même temps, pris en charge par Serge Dassault, via la prise de contrôle du Figaro...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ColonelColonel27 avril 2013
Le monde marchand au nom des droits de l'Homme :
[...] le mondialisme, volonté politique et non fatalité technique, résulte en fait de l'alliance de deux processus :
- l'un pratique, par la marchandisation intégrale de l'humanité sous la religion du profit marchand ;
- l'autre idéel, et qui en est la légitimation pour les belles âmes, par l'idéologie des droits de l'Homme abstrait... [I.e. déclaration universelle - donc abstraite - des droits de l'Homme VS. déclaration des droits de l'Homme et du citoyen - donc ancrée dans le cadre concret d'une nation enracinée]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
ColonelColonel22 avril 2013
Ainsi toute organisation symbolique et sociale absurde, que ce soit l'hérésie morbide des Cathares, la bureaucratie stalinienne ou le capitalisme financier purement parasitaire de Wall Street, est-elle vouée, par un châtiment du sens, à la disparition.
C'est juste une question de temps...
Commenter  J’apprécie          151
Videos de Alain Soral (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Soral
Le mensonge sur la révolution française
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
222 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
. .