AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2846281718
Éditeur : Blanche (30/03/2007)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 28 notes)
Résumé :

"La femme est l'avenir de l'homme..." Cette citation devenue célèbre résume à elle seule le credo de l'époque, son idéologie. Que le poète qui a écrit cette sentence ait vécu en stalinien et fini homo devrait pourtant inciter à la prudence, voire à la réflexion. Publié en 1999, Vers la féminisation ? était un livre prémonitoire, notamment avec l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
DocIdoine
  10 mars 2019
Qu'on aime ou qu'on n'aime pas l'auteur - ce dont je me cogne, mais alors, quelque chose de bien! - il s'agit là d'un bouquin assez redoutable intellectuellement. Pourquoi? Parce qu'il s'appuie sur les armes de l'adversaire, les fameux "maîtres du soupçon" (Marx, Nietzsche et Freud), pour démystifier cette imposture idéologique à base d'idiotes utiles et d'hystérocrates conditionnées qu'on appelle le féminazisme - pardon, le féminisme. C'est un exemple éloquent, Soral l'a parfaitement compris, de l'articulation "marxisme culturel"/"mondialisation néo-libérale". Car si le gauchisme est bien une maladie mentale qui fonctionne sur le mode incohérent en permanence (recherche du bonheur tout en détruisant les conditions du bonheur, "féminisme" combiné avec la défense de l'intégrisme religieux le plus rétrograde, les sexes n'existent pas, mais les femmes sont victimes des hommes, etc.)... c'est parce que ça arrange les affaires du grand Capital - quant à lui très cohérent - qui exploite à son profit le chaos intellectuel, moral et social et la guerre de tous contre toutes. Le pamphlet d'Eric Zemmour, le Premier Sexe, n'est qu'une resucée livide de Vers la féminisation. Je ne connaissais pas l'original, n'ayant pour Soral qu'un intérêt très limité. Pour les flemmards, ci-dessous un entretien YT qui résume intelligemment les positions de l'auteur - probablement les seules que je partage avec lui. Mais en l'occurrence, à 100%.
Lien : https://www.youtube.com/watc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Tom_Otium
  13 novembre 2015
J'ai eu du mal à lire cet essai mais je suis allé jusqu'au bout. J'y ai trouvé des réflexions et analyses très intéressantes et qui m'ont semblé pertinentes. Je ne sais pas quel crédit accorder à cet ouvrage, tout ce que je peux dire c'est qu'il se base pas mal sur Freud (oedipe) et sur Marx (lutte des classes). Ne connaissant quasiment pas ces deux grands penseurs, à la fois très influents et controversés, j'ai eu du mal à suivre. Mais je sens qu'il y a là beaucoup d'intuitions géniales avec d'un côté le psycho-affectif (principe de plaisir) et de l'autre le socio-économique (principe de réalité).
Il n'est pas ici question que de féminisme ou d'antiféminisme mais de toute une analyse sur l'évolution de notre société et j'ai trouvé ça assez brillant. La forme mélange culture savante et populaire avec par exemple des catégories sociales amusantes qu'on trouvait déjà dans Sociologie du dragueur (la pétasse, la frustrée, la fiotte...). Je relirai ce livre c'est certain, surtout quand je connaitrai mieux les thèses de Freud et de Marx. Pour le moment je vais d'abord relire Le premier sexe d'Eric Zemmour, qui s'est inspiré du bouquin de Soral mais qui lui est vraiment grand public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ewigkeit
  06 août 2019
"Alain Soral nous démontre que c'est au contraire parce que la femme est plutôt l'être du désintérêt politique (littéralement un homme sans vision collective d'avenir) que l'oligarchie a choisi d'en faire le relais privilégié de son pouvoir (au commentaire journalistique comme à l'exécution de gestion). La féminisation des esprits complétant en quelque sorte la "maastrichtisation" des institutions afin de réduire, jusque dans les consciences, l'aspiration du peuple au pouvoir citoyen"
Il y a peut-être 100 fois moins de femmes "politiquement conscientes" que d'hommes, mais comme celles-ci sont en majorité 100 fois plus courageuses qu'eux, ça compense. Tes frustrations sont palpables et déteignent sur ton "objectivité", mon pauvre vieux.
#fiorinalignier
Commenter  J’apprécie          60
Laulacios
  08 février 2015
Plusieurs idées qui mises ensemble n'aboutissent à pas grand chose et qui tombent finalement dans du n'importe quoi, cependant on peut piocher dans le discours quelques opinions qui, même si on est pas forcément d'accord, font réfléchir.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Tom_OtiumTom_Otium   13 novembre 2015
En terme de marché, il y a longtemps que la littérature est une affaire de femmes. Principales acheteuses des romans avant d’en être les lectrices, l’édition a dû se mettre au diapason de leur appauvrissante réduction psychologiste pour sauver son commerce. D’où la prolifération de romans tartignols dont les personnages n’ont plus d’autre épaisseur que leurs petits problèmes psychologico-affectifs, de préférence en milieu bourgeois.
Romans efféminés à l’usage exclusif des femmes et des tapettes, qui ont progressivement contraint l’homme à se réfugier :
- dans le polar et le roman américain, ou encore
- dans l’essai (historique, sociologique); forme explicative que les femmes apprécient peu, préférant plutôt que de comprendre "être prises" par l’histoire, et de préférence par une histoire d’amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
enkidu_enkidu_   07 janvier 2017
La plupart des femmes n'étant ni bourgeoises de gauche flippées ni pétasses arrivistes, rares sont les féministes.

Percevant la maternité comme une grâce (plutôt qu'une aliénation), le travail comme une obligation (plus qu'une libération), la femme normale n'a souvent pas d'autre choix que de prendre un emploi pour nourrir sa famille(1). Surtout quand celle-ci se réduit, pour cause de divorces de plus en plus fréquents, à une mère élevant seule ses enfants.

Mais les pétasses flippées(2) étant logiquement surreprésentées dans les médias (qui sont depuis 68 le déversoir privilégié de tous les parasitismes culturo-mondains), ceux-ci érigent peu à peu en discours dominant leur vision pourtant fort éloignée de la réalité.

Vision minoritaire et discours médiatique qui ne constituent pas même un lobby puisque ces féministes de la communication n'ont :

- ni réel pouvoir (celui-ci restant en général dans les mains masculines des actionnaires majoritaires du groupe qui les emploie) ;

- ni réelle solidarité ; le débinage, l'intrigue et le couchage restant - faute de pouvoir et pour cause de réduction psychologiste - la règle traditionnelle des promotions internes.

(1) Emploi souvent subalterne et de peu d'intérêt comme secrétaire, standardiste ou caissière.

(2) À mesure qu'approche l'âge inéluctable de la solitude et la mise au rancart. (pp. 88-89)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Tom_OtiumTom_Otium   13 novembre 2015
Cette extension du tertiaire (accompagnée d’une extrême division du travail) devenu secteur mixte et majoritaire a deux conséquences sur le monde psychologico-affectif :
- la mère travaillant hors du foyer devient de plus en plus “la mère absente” pour son enfant, d’où carence affective;
- le père féminisé par l’évolution du travail devenant parallèlement “le père faible”, d’où carence morale.
Commenter  J’apprécie          80
Tom_OtiumTom_Otium   13 novembre 2015
Le père c’est donc (concrètement puis symboliquement) le monde plus dur de l’effort, du mérite et de la morale qui rejette dans la faiblesse de l’inassumé le monde maternel du pur plaisir où tout était dû.
Commenter  J’apprécie          70
Tom_OtiumTom_Otium   13 novembre 2015
Le vrai harcèlement sexuel [est] celui des médias qui nous harcèlent d’images de femmes.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Alain Soral (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Soral
Alain Soral Best of le(s) con(s) du mois
Dans la catégorie : HommesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Groupes sociaux>Hommes (49)
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
414 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre