AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782221095010
336 pages
Robert Laffont (10/09/2001)
3.5/5   103 notes
Résumé :
Poisson Chat est un jeune homme de bonne famille : un père général en retraite, une mère effacée, quatre frères, banquier, médecin, moine ou polytechnicien et enfin Poisson Chat, le seul qui a mal tourné. Il a raté trois fois son bac, s'est fait réformer lors de son service militaire et n'est toujours pas marié. Un artiste dans son genre, Poisson Chat, collectionnant les jolies filles comme un amoureux... >Voir plus
Que lire après CavalcadeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 103 notes
5
2 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Des filles habillées sexy, maquillées sans excès, défilent sans arrêt pendant 400 pages. Ce ne sont pas des prétendantes au prestigieux concours de Miss France. Pas davantage une plongée dans un bordel de luxe. Elles viennent voir soit leur ami, soit leur copain, leur amant, leur chéri, leur galant. Parfois tout à la fois.
Quelle chance il a ce mec! C'est vrai qu'il n'est pas mal, avec sa petite gueule de Sami Frey qui aurait croisé Dick Rivers (ou bien un avatar de Cyril Collard). Pour vous donner une idée, ressortez les films d'ados des années 70 : l'hôtel de la plage de Michel Lang (lui c'est le petit copain vaguement attitré de la belle Sophie Barjac) ou, mieux, l'argent de poche de Truffaut.
Staab, comme il était crédité au générique à l'époque, c'est ce beau gosse qui tombe toutes les filles de Terminale et à qui on aimerait ressembler, que l'on suit partout où il va, espérant que son aura rejaillira sur notre pauvre ombre, que parmi son tableau de chasse, on pourra récolter quelques donzelles consentantes, abandonnées assez vite par sa trop grande soif de tendresse, d'amour, tout simplement de caresses.
De la chance?
Celui qu'on surnomme Poisson-Chat collectionne les minettes, est chanteur d'un groupe prometteur et, surtout, grand fan des Beach Boys.
Une vie rêvée.
Jusqu'à cet accident de voiture, stupide.
Le beau gosse à qui la vie sourit devient en deux secondes tétraplégique.
Bruno de Stabenrath se raconte dans ce roman à peine déguisé. C'est lui. Son histoire. Et son expérience d'un an d'hôpital en réanimation puis dans un service de polytraumatisés.
Pas réjouissant.
La force de la plume de Staab réside dans sa légèreté, son inconstance parfois (Stabenrath écrira quelques-uns des dialogues juteux entre chouchou et loulou dans la mini série « un gars une fille« ). Il y a du Beigbeder dans cette prose-là. Et il réussit à faire passer la pilule. A grand coup de jeunes belles filles amoureuses. Ca défile comme un quatorze Juillet. Les chapitres s'enchainent, nombreux et courts. On n'est ni chez Balzac ni chez Proust. L'enjeu est ailleurs. Nous faire découvrir le monde de l'hôpital et de sa faune de jeunes gars cassés (à croire que les filles sont moins casse-cou).
Témoignage à demi ton. Alternant les chapitres à la première personne et ceux à la troisième, comme s'il se mettait en scène lui-même, possédant la capacité d'être son propre observateur.
Une erreur (une coquille?) m'a fait sourire : Mike Brant, le chanteur à paillettes (qui n'a pas fini tétra, lui!) et non pas Brandt, le fabriquant de réfrigérateurs, comme l'orthographie Poisson-Chat.

« Il n'y a que la mort qui arrive à l'improviste ».
Commenter  J’apprécie          15
Léopold, surnommé Poisson-Chat, se retrouve tétraplégique après un stupide accident sur la route de Melun. le rocker en vogue, beau gosse, dragueur impénitent, se retrouve en pénitence et privé de ses plaisirs quotidiens: musique, sexe, fumette, et toute la troupe de ses ami(e)s en orbite (sic) autour de lui. Pourtant, et contrairement à bien d'autres ayant subi la même avanie, Poisson-Chat est bien entouré par frères, soeurs et copines. Une brutale descente aux enfers suivie d'une lente remontée vers la vie, vue au travers des fantasmes typiques d'un quadra de la fin du siècle dernier, passablement nombriliste et loin, très loin des idéaux agitant les générations qui l'ont précédé et celles qui l'ont suivi. Une bonne dose d'humour, certes, mais qui ne compense guère l'ennui que l'on ressent aux prouesses coïto-linguinales de ce dandy des temps modernes…
Commenter  J’apprécie          50
Un morceau de bravoure, arriver à nous faire rire à chaque page avec cette histoire bien tragique... très belle écriture. A lire absolument
Commenter  J’apprécie          81
J'ai hésité avant de lire ce livre, les histoires d'handicap me mettent mal à l'aise. Mais poisson Chat est tel le poisson hors de l'eau : subitement devenu tétraplégique il tente de regagner son bocal parisien fait de musique et de femmes en ne se departant jamais de son regard acide et cynique sur le monde qui l'entoure. On rit beaucoup, on s'attriste un peu, un excellent livre.
Commenter  J’apprécie          40
Prêté par une amie, je ne connaissais ni l'auteur, ni ce titre. Pourtant il a été adapté au cinéma avec le même titre.
Après quelques recherches, l'auteur a été acteur dans sa jeunesse, notamment dans des films de François Truffaut et dans le très connu Hôtel de la Plage. Il a chanté avec le groupe le Grand Orchestre du Splendide, que j'aimais bien écouter dans ma jeunesse.
Devenu tétraplégique lors d'un accident de voiture, Bruno de Stabenrath raconte ce qui lui est arrivé, sa façon bien à lui de s'en sortir, de se reconstruire. Au début du livre, je n'aimais pas trop le personnage, typique d'une jeunesse insouciante, obnubilé par le sexe, les fêtes, la vie nocturne parisienne. Puis, au fil de l'histoire, j'ai découvert un être capable d'éprouver des sentiments. A sa façon, il s'en sort bien alors que beaucoup d'autres à sa place, aimeraient mourir.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Le versant des ruptures ne se termine pas forcément dans les ravins. Elle m'avait aimé d'un amour de diamant, pur lumineux, intransigeant, limpide, précieux.
Devais-je me lamenter de ce qu'elle me reprenait ou me réjouir de ses dons merveilleux qui m'avaient enrichi aussi longtemps qu'elle m'avait aimé ? J'aimais Manon et sa démission, si cruelle soit-elle, ne changerait rien à mes sentiments ; au contraire, elle pouvait compter sur mon affection à perpétuité.
Commenter  J’apprécie          40
En me prenant la main pour m'accompagner dans le monde des meurtris et des affligés, Charles ne fit qu'attiser mon désarroi. Il me projetait vers un monde sans fond, sans fin, puisque l'on était toujours sûr de rencontrer plus bas, plus sombre, plus malheureux que soi.
Commenter  J’apprécie          60
La souffrance ne vous embellit pas. Elle ne sert à rien sinon à vous tailler le cœur à coup de serpe et à vous vider de votre sang, de votre pureté, de votre intelligence.
Les gens beaux sont dehors.
Ici, il n'y a que la misère, la tristesse et la honte.
Commenter  J’apprécie          50
La souffrance ne vous embellit pas. Elle ne sert à rien sinon à vous tailler le cœur à coup de serpe et à vous vider de votre sang, de votre pureté, de votre intelligence.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Bruno de Stabenrath (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno de Stabenrath
Bruno de Stabenrath vous présente son ouvrage "La jeunesse du monde : le destin brisé de Gauthier et Vincent Malraux" aux éditions Denoël.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/3002807/bruno-de-stabenrath-la-jeunesse-du-monde-le-destin-brise-de-gauthier-et-vincent-malraux
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : tétraplégieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (215) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}