AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Pagel (Traducteur)
ISBN : 2266092383
Éditeur : Pocket (26/08/1999)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Nora Chancel en est persuadée : après avoir agressé plusieurs de ses relations, le tueur va s'en prendre à elle ! N'a-t-elle pas toute sa vie été marquée comme une victime ? Ne vient-elle pas, encore tout récemment, en s'intéressant de trop près à la genèse du Voyage dans la nuit, roman culte à l'origine de la fortune familiale, de voir basculer toutes ses certitudes ?
N'est-ce pas elle qui se trouve accusée de meurtre tandis que le tueur. tapi dans l'ombre. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
LanaTurner
  28 février 2017
« Lecteurs-chou ! »
Le club de l'enfer, est un roman dont le titre n'a pas tant de rapport. Il raconte les aventures de Nora, femme quinquagénaire, un rien soumise (ayant connue la guerre), qui survit bien plus qu'elle ne profite.
Toute sa vie par à vau-l'eau quand elle apprend l'infidélité de son époux, Davey. Et qu'elle se trouve accusée d'avoir séquestrée la maîtresse de celui-ci. Pis encore ! Alors qu'elle s'apprête à répondre de ses accusations, (au milieu du commissariat), la voici prise en otage par Dart, meurtrier fraîchement capturé!
Commence alors la partie LA plus intéressante: !
La cavale de Dart.
Le début du roman, il faut s'accrocher, c'est long, car on ne comprend pas où l'auteur veut en venir. le ton reste assez assez monotone, et les personnages passables. Mais dès l'apparition de l'antagoniste (fascinant de part son intelligence et sa confiance en lui, fort de son répondant et de son sadisme affirmé), la richesse de l'histoire prend tout son sens!
Ce type est fou, décalé MAIS il sait ce qu'il fait!
Peter Straub a osé, et le pari est gagné.
Nora, prisonnière et Otage doit-elle profiter de la porte ouverte que lui propose Dart, et prendre la fuite à la première occasion? Et si elle parvenait à prendre la fuite, devrait-elle se rendre ? le FBI les pensent-ils de mèche? Survivra-t-elle aux assauts du meurtrier? En a-t-elle seulement la force, la trempe?
Quand bien entendu : le tueur, lui, adepte des opérations chirurgicales post mortem, et des pratiques sexuelles intenses se trouve comme libéré intérieurement. Terminé de faire semblant. Il peux jouir de sa cavale, laisser libre cours à ces idées les plus folles. Non sans savourer la présence de celle qu'il nommera :
« Nora-Chou».
L'histoire se tourne également sur l'enquête d'un écrivain décédé, accusé d'avoir volé un manuscrit et de ne pas être l'auteur de la fameuse trilogie qui fut son unique succès. La maison d'édition des romans dits, se trouverait également dans l'embarra si cela se vérifiait. le grand patron, n'étant autre qu'Alden, le père autoritaire de Davey qui n'a d'autre ambition que de protéger son Nom.
Nora trouvera t-elle réponse à cette énigme ?
Dart lui en donnera les moyens mais surtout les démarches basiques.
Il suffit parfois d'une seule personne pour changer votre vie, (LG)
Il suffit parfois d'un seul personnage pour transformer un roman.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          457
MarjorieD
  05 mars 2017
« Parce que c'était lui, parce que c'était moi »*
Nora Chancel est une survivante, ses nuits son peuplées de cauchemars depuis son retour du Vietnam, où elle officiait comme infirmière, traumatisée par un viol. A bientôt 60 ans, Nora n'a jamais su choisir ses hommes… une belle bande de salopards ceux-là, chacun à sa façon.
Non, les hommes n'ont pas le beau rôle dans ce roman, mais ce n'est pas si simple que ça…
« Complexe » et « alambiqué » sont les deux adjectifs qui me viennent à l'esprit à l'évocation de ce récit.
Tout débute par un prologue mettant en scène la disparition d'une jeune écrivaine en 1938, alors résidante du domaine de Shorelands
Ensuite, on découvre Nora telle que je vous l'ai décrite. Au moment où l'histoire débute, un tueur sévit dans la ville où elle habite avec son mari, futur héritier d'un empire de l'édition dont la notoriété et la fortune reposent pour l'essentiel sur le succès d'un seul roman devenu culte, publié dans les années 30 et dont la genèse reste mystérieuse.
Enfin, on retrouve, vivante, en même temps que son agresseur, la victime de Dick Dart, qui n'en n'est pas une finalement puisque c'est Nora qu'elle accuse de l'avoir enlevée, séquestrée et torturée.
Vous suivez toujours ? Et bien vous avez bien de la chance car moi, à ce moment du récit, j'ai bien failli décrocher me demandant où l'auteur voulait en venir…
Et puis, Dart va s'évader du commissariat, prenant Nora en otage. C'est le début d'une cavale qui va enfin permettre au récit de démarrer et de faire se rejoindre les fils de l'intrigue.
Ah Dick Dart… un méchant, un vrai, qu'on adore détester. Intelligent, pervers, imbu de lui-même, misogyne tout en ayant (ou parce qu'en ayant ?) un sens aigu de la psychologie féminine. Tout en lui faisant subir un véritable calvaire, c'est le seul qui s'intéressera vraiment à Nora, la cernera et la révélera à elle-même. Grâce à lui, elle ouvrira les yeux sur sa vie et cessera enfin d'être une victime; grâce à elle, il prendra la pleine mesure de lui-même...
« Je t'aime, moi non plus »
Tout le sel du roman vient de ce personnage et de sa relation avec l'héroïne, ce qui suscite un certain malaise chez la lectrice que je suis. C'est une véritable réussite de l'auteur dont je salue le sens de la psychologie (les autres personnages ne sont pas en reste) ainsi que celui, maniaque, du détail.
Malgré ces qualités, ce qui a tempéré mon plaisir de lecture, c'est que, même si l'atmosphère de Shorelands est baignée d'une certaine magie, le roman reste très terre-à-terre et tient beaucoup du polar. Pas que je n'aime pas ça, mais au vu du titre, je m'attendais à autre chose. Et puis, par moments, les ficelles sont vraiment très grosses (pour ceux qui l'ont lu, je pense entre-autres à l'intervention du personnage de Jeffrey).
Le troisième roman de Straub que je lirai sera le bon, j'y crois...


*extrait des « Essais » de Montaigne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
greg320i
  12 décembre 2011
Sur le thème " l'histoire DANS l'histoire ", il n'y a pas mieux .
Suivez ici mon présentoir :
Le club de l'enfer ? Une douce damnation, un beau roman, et ♪une belle histoire ♫ selon les paroles de Fugain .
Enfin, oublier ici de suite tendresse et mièvrerie , entrez plutôt dans ma confrérie .
Histoire de voir, cette fois, subtilité et atrocités ..

Mon sentiment premier à partagé ?
La complexité .
Compréhension et véritable attention sont donc ingrédients premiers dès lors que 'on veux apprécier ce Roman-fleuve .
Réflexion d'une part sur la morale " est-ce ou non pour l'héroïne LE Grand Départ ? "
Nous suivrons ensuite le parcours d'enfer -très long - d'une femme qui se rebelle.
Poursuite aussi cavalière qu'une cavalcade de chapitres qui vous accroche sans aucune anicroche.
Mùm , presque parfait mon cher Peter.
Le goût du psychologique subtilement joué ,un brin de choc post-traumatique ajouté , avouez que la salive vous en coulerai pour moins que cela ..
Se retrouver face à soi même , tel est donc désormais le combat de notre héroïne nommé Nora.
Tout aussi traumatisant qu'atypique dans le propos , sautant de l'horreur aux longueurs typique de l'auteur
(On ne se refait décidément pas , n'est pas monsieur Straub ? ) l'évidence reste encore le meilleur : le style.

L'art et la grande classe d'une plume, la manière diabolique de vous en décrire des point de vue tortueux, pointilleux, venimeux et mieux vaut ne pas en ajouter ici ..
..ses pires et moindre détails

C'est alors qu' arrive , , taDAA ! Pour nous chers lecteurs, pour tout amateur de bon goût horrifique " LE sadique "!
*Sourire en coin qui vient*
Celui qui reviens inlassablement comme une mauvaise grippe . Qu'on aime d'une façon infâme et non-dite .
Celui qui finira -ou non ? - par avoir la peau de l'héroïne .
Éponyme et délicieusement contrariant, ce roman non romancé de touches d'amour ou de passion ( mais qu'irait donc faire Peter Straub dans cette gluante galère de sentiments ? )
engendre surtout scènes déplaisantes et franchement déstabilisantes .
Que certains diront ragoutantes; ma foi, on aime ou on aime pas !
Jonglant entre engouement pour le psychodrame et le retournement de situation , la patte de l'écrivain de talent et de renom se retrouve ici mieux que jamais :
Détails minutieux, transcription des sentiments et enfin - et toujours ! - cette juste finesse dans l'art de peaufiner les protagonistes , jusqu'à leur attribuer l'adresse d' habileté en toute choses .
Oui, notre méchant sera donc féroce,ô ignoble, mais sain comme un vignoble : comprenez qu'il est un génie à sa façon.

Bienvenue dans le Club très restreint et très fermé des adorateurs de Peter Straub.
Un Enfer pour certains, un Paradis pour d'autre
AMEN.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Steamkeupon
  27 février 2015
Bon, comment dire... je suis content d'avoir enfin fini ce livre!
Honnêtement, franchement et sincèrement, je n'ai pris aucun plaisir à lire cette brique de 760 pages. Pourtant, Peter Straub m'avait séduit avec les chefs-d'oeuvre que sont "Koko" et "Ghost story". Mais ici, la magie n'a pas opérée.
L'histoire est tortueuse (mais ça n'est pas négatif), complexe et j'avoue, à certains moments, j'ai eu du mal à m'y retrouver. Peut-être n'étais-je pas assez concentré sur les péripéties des protagonistes ou bien, m'ennuyais-je simplement!
Les personnages sont fouillés et leurs personnalités plutôt bien développés. La preuve : on en déteste certains, on a de la compassion pour d'autres, certains nous font vibrer et d'autres nous énervent ferme, bref on a une certaine empathie pour eux.
Mais malgré ça, rien à faire, ce fut long, trop long!
De plus, je n'ai vraiment pas compris certains événements.
(SPOILER)
Par exemple, est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi à un certain moment le gros méchant/psycho/pas beau/quisentpasbon joue au médecin légiste en charcutant de manière artisanale (càd avec les mains et un couteau-suisse) une de ses victimes?!?! Et comment l'héroïne peut-elle l'aider (ok, sous la contrainte, mais quand même) en restant stoïque (càd sans gerber partout face à cette boucherie!) et en lui faisant la causette?!?!
Perso, là, j'ai rien capté...
Au final, un bouquin lourd à ingurgiter et à digérer.
Next!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
AnyoneAndNobody
  21 janvier 2016
Après ma déconvenue avec Ghost Story, j'ai hésité légèrement avant de commencer "Le Club de l'Enfer". Mais lorsque j'apprécie un auteur, je ne m'arrête pas sur une déception et j'apprécie Peter Straub.
J'ai aimé la manière dont l'auteur mène la danse, amenant le lecteur peu à peu vers des réponses tout en suggérant que ce ne sont peut-être pas les bonnes ou tout au moins, les seules. En fait, outre les réponses liées à l'intrigue, dés le prologue j'ai été encouragé à penser que ce serait un certain type de récit mêlé de thriller et le doute à perduré durant la plus grosse partie de ce roman, ce qui forcément, a créée un besoin et une envie de connaitre le fin mot de l'histoire.
En tant que tel le récit peut paraitre lent et il a une certaine langueur mais de mon point de vue, pour cette histoire c'est une bonne chose puisque ça m'a permis d'apprécier cette intrigue tout en réfléchissant aux différentes issues possibles à chaque mystère qui se présentait à Nora. Et puis le fait que les chapitres soient très courts pousse à continuer pour en savoir toujours plus.
Il a fait du bon boulot avec ses personnages également ; ils sont soignés, complexes et inspirent des émotions même ceux d'entre eux qui sont les moins présents. Je me suis particulièrement attaché à Nora qui est une femme forte mais pas parfaite, qui connait des moments de doutes et de faiblesse et continue malgré tout.
Je dois également mentionner Dick Dart ; l'antagoniste de Nora. Ce personnage est un cas à part tant il m'a fait ressentir des sentiments très contradictoires. Il parait complètement cintré mais en fait ce n'est pas le cas, il est juste totalement désinhibé. Ce qui m'a fasciné chez lui et m'a fait rire dans certains passages c'est son honnêteté à toute épreuve envers qui il est et ce qu'il pense. Il ne fait pas dans la demi-mesure. Je ne cautionne pas ses actes mais bien que tordu, vicieux et complètement dans le culte de sa personne il n'en reste pas moins fascinant.
J'ai passé un excellent moment avec ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
LanaTurnerLanaTurner   22 février 2017
il se tourna de profil, rentra le ventre, et se donna une petite claque d’encouragement, mi-gifle, mi-caresse, sur le sexe, lequel se dressa d’un centimètre supplémentaire. Dart avait oublié sa prisonnière. Son bien-aimé, le concombre, était tendu devant lui. Il l’empoigna avec force, et sa main exécuta des va-et-vient rapides, si bien que l’édifice se violaça tout entier, grossit encore et s’éleva, se courba. Satisfait, Dart fit face à son reflet.

Excitée par la vision d’elle-même, la chose rigide et incurvée qui se dressait devant lui, couronnée par une protubérance bleu-rouge aussi grosse qu’une petite pomme, se figea. Il avait les yeux vitreux, la bouche ouverte. Nora le crut sur le point d’éjaculer. Comme il se soupesait les testicules en gémissant, elle songea : Vas-y, décharge !

Les yeux, dans la glace, croisèrent les siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123
LanaTurnerLanaTurner   22 février 2017
"Ceci est un cours de réalité. Tout acte sexuel est un viol, pur et simple. Je mets ma queue dans votre chatte. J’ai connu des femmes que ça rendait folles de plaisir, mais c’était quand même un viol… (Il s’enfonça d’un centimètre.) Et vous savez pourquoi ? Parce que quand c’était fini, elles m’appartenaient. C’est ça, le secret."
Commenter  J’apprécie          222
LanaTurnerLanaTurner   22 février 2017
En général, elles ne sont pas heureuses : elles ont été fascinantes, la gent masculine faisait la queue pour entrer dans leur chatte, si j’ose dire, et ça s’est arrêté quand elles ont vieilli. Leurs maris sont morts. Personne ne s’intéresse à ce qu’elles racontent. À part moi. Je pourrais les écouter toute la journée. J’adore leur voix posée, élégante, rauque, emplie de lames de rasoir sous-jacentes, mais par-dessus tout, j’adore leurs histoires.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
LanaTurnerLanaTurner   25 février 2017
"Ça y est ? Nous avons surmonté notre joie ? Nous nous sommes habituée à l’enthousiasmante réapparition de notre vieil ami ? Nous sommes bien convaincue que toute manifestation bruyante aura pour résultat une opération artisanale de la trachée artère ?"
Commenter  J’apprécie          160
rkhettaouirkhettaoui   26 février 2016
Dans le passé, les accrocs qu’il faisait à la vérité servaient à lui ajouter un peu d’humour ou de couleur, quand leur raison d’être n'était pas la vantardise pure et simple.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Peter Straub (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Straub
Excerpt: Artist Talk | "In That Case: Anthony Discenza and Peter Straub"
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1621 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre