AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Scarlett et Browne tome 1 sur 2
EAN : 9782075158992
384 pages
Gallimard Jeunesse (14/04/2022)
4.01/5   96 notes
Résumé :
Dans une Angleterre post-apocalyptique, la nature a repris ses droits et est désormais hostile aux humains. Soumis à des lois répressives, les survivants vivent dans des villes fortifiées. Scarlett, une rebelle recherchée dans toutes les cités, s'apprête à braquer une banque. Elle fait alors une rencontre qui bouleverse sa vie.
Que lire après Scarlett et Browne, tome 1 : Récits de leurs incroyables exploits et crimesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 96 notes
5
12 avis
4
25 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
(Lu dans le cadre du comité de lecture Ados)
Entre post-apo et western, avec un zeste de "nature-writing" et une dose de "road-movie", mâtiné de fantastique, ce roman mixe avec bonheur plusieurs genres et nous fait voyager dans un Royaume-Uni dévasté par un mystérieux cataclysme. Les villes d'antan ont disparu, ne subsistent que quelques cités farouchement défendues contre les "infâmes", des créatures semi-humaines aux moeurs effrayantes, mais aussi contre des animaux devenus gigantesques et redoutables. Dans ce monde hostile, Scarlett, une jeune femme déterminée trace sa route, pillant les banques, tuant ceux qui oseraient s'en prendre à elle, et revendiquant fièrement son aptitude à s'en sortir seule. Lors d'un de ses périples à travers le pays, alors qu'elle vient de commettre un hold-up pour rembourser une dette et est poursuivie par ses victimes, elle croise la route d'un adolescent coincé dans les toilettes d'un car accidenté, alors que tous les autres passagers sont morts, sans doute victimes d'une attaque d'infâmes. Elle l'aide à s'en sortir, pensant simplement le raccompagner aux abords d'une route par la suite, mais les choses vont se passer bien différemment. Albert Browne va s'attacher à ses pas, et la farouche amazone se retrouve affublée d'un compagnon pas du tout dégourdi, qui ne connaît rien à la vie, ayant passé toute son existence prisonnier d'un centre où il faisait l'objet de cruelles expériences. D'abord excédée par les maladresses d'Albert, elle va peu à peu s'apercevoir qu'il possède quelques ressources cachées, qui pourraient bien lui être utiles...

Il s'agit du premier tome d'une série destinée plutôt aux grands ados/jeunes adultes, et je pense qu'il aura facilement du succès auprès de jeunes lecteurs (ou moins jeunes d'ailleurs !). L'univers est bien construit, on y trouve des éléments réels, mais complètement transformés, comme la ville de Londres qui a été engloutie, et l'embouchure de la Tamise où se sont réfugiés les habitants des "îles libres", ceux qui refusent le joug des "maisons de foi", ces institutions qui font régner l'ordre à coup de pendaisons. C'est là aussi que se réfugient les imparfaits, ceux qui portent une tare ou une infirmité et qui sont impitoyablement éliminés dans les villes. Les animaux sont ceux que nous connaissons, mais ils ont muté et sont devenus des prédateurs redoutables, sur terre ainsi que dans l'eau. Scarlett est un personnage à priori froid et sans états d'âme, j'ai eu un peu de mal à éprouver de la sympathie pour elle au début. Mais mon ressenti a évolué au fil du récit... En ce qui concerne Albert, je l'ai trouvé en même temps agaçant et profondément attendrissant quand il s'émerveille devant les miracles de la nature. On comprend vite qu'il est lui aussi poursuivi, et que les deux jeunes gens vont devoir s'entraider s'ils veulent échapper à leurs poursuivants respectifs. Deux autres personnages vont intervenir dans leur fuite, un vieil homme propriétaire d'un bateau, plutôt une épave en fait, et sa petite-fille Ettie, une gamine qui ne dit pas un mot et dont je n'ai pas trop compris l'intérêt pour l'histoire.

Pour résumer, un univers dur envers les faibles, une nature hostile mais souvent belle, et des héros aux caractéristiques plus subtiles qu'il ne semble au premier abord. Pas vraiment mon style de lecture, mais l'alchimie fonctionne, et le message sous-jacent (les apparences sont souvent trompeuses) fonctionne parfaitement. Une série que je n'hésiterai pas à acquérir pour mes élèves., et que je recommande à partir de 14 ans environ.
Commenter  J’apprécie          356
J'aime beaucoup les éditions Gallimard, qui ont la particularité dans leurs histoires, de nous embarquer dans des univers imaginaires fascinants, pour vivre mille et une aventures tout à fait étonnantes. La saga Scarlett et Browne n'échappe pas à la règle, puisque Jonathan Stroud a crée un monde dévasté, envahi par de vils créatures nommées les Infâmes. Dans ce monde apocalyptique, une jeune hors-la-loi, Scarlett McCain, tente de survivre en braquant notamment des banques pour récolter un butin considérable. Elle n'en est pas à son coup d'essai, puisque recherchée dans tout le pays. En prenant la fuite suite à un énième braquage, Scarlett va venir en aide à Andrew Browne, un jeune homme apeuré, maigrelet, qu'elle découvre coincé dans un bus renversé, où la totalité des passagers, hormis lui, a visiblement succombé à une attaque d'Infâmes. Sans s'expliquer pourquoi, Scarlett va prendre Albert sous son aile et va l'aider à réaliser son rêve : atteindre les Îles Libres – l'Angleterre -, où une vie meilleure l'attend soit-disant.

Le duo Scarlett/Albert est parfaitement étonnant, dans le sens où les deux jeunes gens sont totalement aux antipodes l'un de l'autre. On a d'un côté Scarlett, l'intrépide et vivace rebelle au caractère bien trempé, que rien ne semble effrayer. de l'autre, nous avons Albert, garçon chétif et mystérieux, réservé et facilement impressionnable, très curieux, mais naïf et insouciant. Toutes les qualités de l'une font défaut à l'autre et inversement. En somme, c'est un duo qui se complète parfaitement, mais qui demande quand même un certain temps d'adaptation.

Le personnage d'Albert est dès le départ très attachant. Il nous renvoie l'image d'un garçon perdu et apeuré, qui nous donne tout de suite envie de prendre soin de lui… contrairement à Scarlett, qui renvoie un visage froid et totalement fermé d'une jeune fille sans coeur ni sentiment. Mais il ne faut jamais se fier aux apparences, puisque le gentil Albert cache bien des mystères sur sa personnalité. C'est là même le message principal que veut délivrer Jonathan Stroud : il ne faut jamais juger quelqu'un de premier abord, mais plutôt prendre le temps de le connaître avant de tirer des conclusions souvent trop hâtives.

Nous voilà donc brinquebalé dans un road-trip détonnant, direction les terres dévastées de la Grande-Bretagne. le paysage est changeant au fil du récit, puisque notre duo d'intrépides semble s'enfoncer toujours plus profondément dans les affres sombres d'un pays incertain, où règne terreur et créatures monstrueuses. Un milieu hostile, abîmé par les ans et les destructions successives, qui fait véritablement froid dans le dos. Ajoutez à cela des assaillants imprévus, venus récupérer de force ou de gré notre si gentil Albert, et vous aurez le cocktail parfait de ce roman d'aventures imaginaires.

Un roman post-apocalyptique intéressant, dynamique, à l'univers sombre et mystérieux. Nos deux protagonistes sont véritablement les piliers de ce récit, aux antipodes l'un de l'autre mais réellement attachants. J'ai hâte de découvrir la suite de leurs aventures mouvementées.
Lien : https://analire.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          130
Le début des aventures toutes inédites de " Scarlett & Browne" se montrera un peu perturbant sur les premières pages. Et oui, même parvenu aux cent premières pages, le lecteur pourra difficile répondre à la question importante de l'appréciation: est-ce que j'aime bien ce que je lis?

Encore difficile à dire puisque bien que ce soit plus que correctement écrit, nous ne saurons pourtant pas où nous allons.
L'écriture, c'est elle qui nous maintiendra car le sort d'un mauvais livre est vite tranché en général, nous tombant sans résistance des mains.
Nous aurons foi en l'auteur Jonathan Stroud et en l'appréciation que nous conserverons de ses autres séries à succès.
Autre accroche de dernière minute: l'alchimie Browne/ McCain, un duo vraiment improbable.

Que mijotez-vous, monsieur Stroud?
Sur ces autres univers et autres séries fantastiques, l'auteur Jonathan Stroud aura pris soin toujours de nous installer dans sa "voiture d'aventure" clé en main, de nous resituer dans le temps et l'espace, l'histoire pouvait commencer sans se poser de question, même si il y avait d'autres choses par la suite à découvrir forcément pour nous allécher. Il ne fallait pas nous perdre surtout pour bien nous ferrer.
Il est malin, ce monsieur Stroud.
Ici en revanche et sciemment, nous serons un peu rallenti.
Si quelques cartes géographiques d'introduction nous replacerons au Royaume Uni, nous noterons bien que le royaume sera redivisé en sept parties: la Northumbrie, la Mercie, le Pays de Galles, les Cornouailles, l'Ecosse, le Wessex et l'Anglie.
Nous aurons bien quelques pistes de réflexion personnelles( bon sang de bois!): la Mercie par exemple, ce royaume date du moyen-âge, pareil pour le Wessex et la Northumbrie.
Serions-nous partis dans le passé des duchés avant même son unité, tandis qu'à cette époque là chaque division cultivait dans son coin sa culture et sa religion?

Nous ne serons pas dans le passé historique de l'Angleterre car les premières pages du livre nous engageront sur un hold-up. Baam! Pan!
La braqueuse, l'une des protagonistes principaux, Scarlett McCain, évoquera dans le feu de l'action du shewing gum, un jeans, un car. Ce sont bien les marques du monde moderne, n'est-ce pas?
Elle sera pourchassée par des milices, des sortes d'hommes de loi mandatés coiffés d'un melon comme les "Pinkerton" américain. Un melon vert, ce n'est pas courant. Nous serions tentés de penser que nous pourrions naviguer à quelques petits mètres d'une frontière donnant sur le Futur.

Ce choix de nous perdre un peu misera sur la surprise et sur une efficace mise en place de chacune des pièces du puzzle petit à petit.
D'une façon ou d'une autre, nous sommes déja accroché.
Bien joué, monsieur Stroud.

Comme dit plus haut, l'un des as dans la manche de l'auteur sera le choix de son duo avec tout le potentiel divertissant de leurs échanges dans le feu de l'action.
Jonathan Stroud, en plus de son intrigue, du parcours plein de rebondissements qui devra faire mouche, misera sur un caractériel duo de personnages qui détonneront et s'enverront paître en enfer avec tonus, sarcasmes et humour: rappelez-vous, jeunes fans de Stroud, Bartimeus le mauvais génie et l'impatiente guerrière Asmira, Bartimeus et l'orgueilleux magicien Nathaniel, Lucy Carlyle et son fringant patron Anthony Lockwood.
Cette fois, c'est Scarlett la voleuse de banques qui sera forcée de coopérer avec un pauvre jeune garçon fraichement accidenté, ramassé sur le chemin de sa fuite, le bavard et fragile Albert Browne.
Grâce à cela, l'auteur continuera de faire durer son suspens quant à la révélation de son univers mais mais... mais, on y viendra, rassurez-vous. La clé, c'est Albert, on vous le dit.
De ce gringalet à priori sans défenses découlera le reste. Il n'est pas tout le monde. Son passé permettra de répondre à certaines de nos questions.
Albert donnera l'impression d'un personnage déconnecté, il est aussi naïf, incapable et innocent que Scarlett est désabusée, rude et forgée à la débrouille.
Où fut-il enfermé durant toute la période de son enfance?
Grâce aux rencontres de Scarlett et à ses combines pour échapper à la police et à ses créanciers, oui, nous y verrons plus clair.
Il existe donc encore des créanciers après la fin du monde? Flûte.

L'image de la première de couverture déflorera un fond possible post-apocalyptique mais sur les premiers chapitres, nous cernerons tout de même des économies qui résisteront au grand éffondrement, il semble y avoir un après avec du bon argent à se faire dans certains royaumes et certains commerces.
Après la rencontre de Scarlett et Albert, nous nous douterons de la sauce à laquelle nous serons dévoré. Et cela promet.
D'autant que d'un lieu à un autre, les nuits grouilleront d'une recrudescence de bêtes sauvages affamées et d'une taille anormale.

Il est étonnant qu'un personnage doué d'autant de clairvoyance extraordinaire tel qu'Albert n'est pas vu venir ces futurs récits de " leurs incroyables exploits et crimes".
Ce n'est que le LIVRE 1 de cette nouvelle série, il y devra y avoir donc matière à nous faire cogiter pour la suite en semant des cailloux. Il faudra ramasser et continuer le chemin. Nous jouerons le jeu avec grand plaisir.
Commenter  J’apprécie          10
Aussitôt reçu, aussitôt lu. Et que dire à propos de ce roman – si ce n'est qu'il m'a agréablement surprise, que j'ai passé un bon moment de lecture et que j'ai dévoré ses quelques 400 pages en deux jours seulement ?

Bon. Commençons par le commencement.

L'histoire se déroule au coeur d'une Angleterre futuriste et dystopique scindée en sept royaumes et peuplée de créatures dangereuses. Ça y est, vous voulez en savoir plus ? Je m'en doutais.

Le pitch m'a immédiatement tapé dans l'oeil et le concept m'a plu, autant que la construction du monde – qui était pour moi LE point fort de l'oeuvre. En réalité, je ne me suis pas ennuyée un instant. Même si, je le sens, l'auteur a réservé bien des choses pour le deuxième tome.. En tout cas, c'est ce que j'attends. Plus de détails, de révélations, de batailles et d'aventures !

Aussi, ce récit est porté par deux protagonistes hauts en couleurs. La première se nomme Scarlett ; elle vole, braque des banques, tue, bref, c'est une hors-la-loi qui mène sa vie comme elle l'entend. Elle a un tempérament de feu, un courage sans limite et rien ne l'arrête. Enfin, presque.. Nous suivons également Albert, un jeune garçon mystérieux qui cache un bien lourd secret. Il est naïf, insouciant, curieux, incapable de se défendre ou de s'en sortir seul et, plus que tout, il ne sait rien du monde qui l'entoure. Pour autant, j'ai adoré les remarques drôles et pertinentes qu'il arrivait à placer. Certaines scènes étaient cocasses grâce à ses interventions plus ou moins subtiles.

En ce qui concerne le rythme, je n'ai rien à redire puisqu'il se passait toujours quelque chose. En même temps, quand on cherche à fuir des personnes dangereuses, nos journées ne sont pas forcément reposantes.. Et puis, je me suis beaucoup attachée à Scarlett et Albert, qui sont atypiques et forment un duo improbable, drôle et touchant.

Je ne connaissais pas les écrits de Jonathan Stroud et les incroyables retours sur lesquels je suis tombée m'ont, consciemment ou non, amenée à avoir de grandes attentes. Verdict, je n'ai pas été déçue (bien au contraire). Amateurs de romans qui mêlent aventure, action, mystère et monstres, le tout saupoudré d'une touche « western » : celui-ci est fait pour vous !

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoi de ce livre et pour la confiance qui m'a été accordée. ♥
Commenter  J’apprécie          50
Appréciant beaucoup le style de Jonathan Stroud, j'ai forcément voulu tenter la lecture de cette nouvelle série.

Comme souvent avec Stroud, le roman commence sans réelle introduction du contexte ou de ses personnages. On se lance donc à l'aventure avec Scarlett McCain, dans une Angleterre visiblement ravagé par quelques cataclysmes dont on ignore tout. Mais comme c'est un contexte « normal » pour Scarlett, la narration ne va pas prendre le temps de nous en expliquer plus. On découvrira au fur et à mesure ce que sont les « maisons de foi », les « Terres Sauvages » ou encore les « Infâmes » (bien que le nom à lui seul nous fait comprendre qu'on a pas trop envie de les croiser de si tôt).
On aime ou on aime pas cette contextualisation progressive, mais ça a le mérite de nous éviter l'éternel narrateur, qui explique par le menu, l'histoire du monde depuis sa création.

Tout comme Lockwood&co, la précédente série de l'auteur, comprendre qu'il s'agissait de notre monde moderne, qui à la suite de quelque chose (le Problème dans Lockwood, ici une sorte de Déluge) a glissé vers autre chose, suffit.

Coté personnage, si leur personnalité est un peu archétypée : Scarlett la cynique criminelle qui a tout de même un bon fond, et Albert Browne, l'innocent un peu benêt qui cache un sombre secret, force est de constater que leur association fonctionne bien, et leur échanges sont souvent rythmés voir carrément drôles. le duo est plus tard rejoint par Joe et Ettie, et pour l'instant... on ne voit pas trop à quoi ils servent, à voir peut-être dans le tome 2…
Stroud évite aussi de tomber dans l'écueil d'une improbable romance, en tout cas dans ce tome 1. Au fur et à mesure du roman, on sent une vraie affection se développer entre Scarlett et Albert, sans pour autant se transformer en « personnage féminin + personnage masculin = romance obligatoire ».
D'ailleurs, ce roman étant techniquement un roman jeunesse (plutôt ado/young adult tout de même) on évite aussi la violence ou la sexualité à foison. Si ce genre de thèmes ne sont pas mauvais en soit, beaucoup d'auteurs se sentent obligé d'en ajouter pour « faire adulte ». Ici, la violence et le sanglant ne sont pas absents, mais dosé comme il faut. Assez pour faire comprendre l'horreur, mais pas au point de tomber dans le spectacle macabre.

Au niveau de l'intrigue, si ce n'est pas franchement novateur dans le style road-trip post apocalyptique, la lecture reste plaisante, grâce à l'écriture fluide de Stroud.

« Scarlett &Browne » s'inscrit ainsi parfaitement dans le style de l'auteur, oscillant entre des scènes très sombres, voire sanglantes, et d'autres humoristiques et pittoresques. Stroud mélange parfois même les deux dans cette oeuvre, grâce au personnage de Scarlett, qui, affreusement cynique, n'hésite pas à lancer des railleries ou des reproches à Albert même dans les pires moments. Albert n'est pour autant pas en reste, son côté « innocent » lui ôtant parfois tout filtre, disant à voix hautes là encore souvent au pire moment, ses pensées les plus improbables.

Ce genre de bouquin n'est pas franchement mon style, et je ne l'aurais surement pas lu si je n'appréciais pas déjà l'auteur, mais je dois admettre avoir passé un bon moment, d'autant que le livre se finit assez rapidement.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Ricochet
29 juin 2022
Avec une très belle plume, Jonathan Stroud tient son lectorat en haleine, enchaînant les rebondissements tout en prenant le temps de dévoiler son jeu. Ainsi se réjouit-on de découvrir la suite qui promet d’être aussi captivante et stressante que le premier volet.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Elle avait disparu.
Elle n’était nulle part. Elle avait sans doute été dévorée ou écrasée par l’ours. Une forme de regret envahit le garçon, et il ressentit une émotion qu’il eut envie d’exprimer à voix haute :
- Fille ou femme, qui que tu aies été, prononça-t-il, je te remercie pour ta compagnie, si brève fut-elle, et je te souhaite le meilleur dans l’au-delà où tu vas désormais te reposer. Je t’oublierai jamais, ni ta chevelure, ni ton mauvais caractère, ni la façon dont tu levais tes yeux vert sombre au ciel. Je suis désolé de ne même pas avoir connu ton nom.
Une voix s’éleva en provenance de l’ours, un grondement sourd qui semblait surgir d’un trou dans la terre.
- Tu arrêtes tes conneries et tu me files un coup de main, oui ? dit la voix. Je suis en vie !
Sous le choc, le garçon recula. Il regardait la forme velue d’un air troublé.
- Seigneur ours, il me semble bien que vous vouliez ma peau. Et que vous avez de toute évidence tué la seule personne qui m’ait jamais témoigné de la gentillesse, alors nous sommes quittes. Je ne vous souhaite aucun mal, mais je crains que vous deviez vous débrouiller seul.
Un flot d’insultes jaillit de l’ours :
- Tu te fous de moi ? rugissait la voix. Je suis dessous ! Sors-moi de là !
Commenter  J’apprécie          20
Ce matin-là, tandis que l'aube humide et blanchâtre s'étendait sur les marais, Scarlett McCain se réveilla auprès de quatre morts. Quatre ! Elle n'avait pas conscience d'avoir tué autant d'hommes. Pas étonnant qu'elle ait des courbatures.
Commenter  J’apprécie          80
- Tu tues, tu mens, tu voles, tu frappes un type pour lui piquer sa barque. Je ne peux que remercier le ciel que ta limite, ça soit les jurons sinon, je n’ose même pas imaginer.
Commenter  J’apprécie          40
Plus loin, il y avait une esplanade ensoleillée. Albert s'y avança. Et là, pour la toute première fois, malgré les efforts des gardes de Stonemoor qui avaient consacré leur vie à empêcher ce gendre d'évènement, Albert Browne pénétra dans une ville de survivants.
Commenter  J’apprécie          20
Le secret d’un hors-la-loi, c’est sa rapidité. Voyager léger, n’avoir ni attache ni allégeance. Il pille une ville, passe à la suivante. Entre deux, il disparaît dans les terres inhabitées. Sans regrets. C’est ce qui le différencie de ces crétins qui tremblent derrière les murs de leur petite maison. La forêt est trop dangereuse pour qu’ils s’y aventurent à votre recherche.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jonathan Stroud (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Stroud
Lockwood & Co. | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : apocalyptiqueVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (222) Voir plus



Quiz Voir plus

L'amulette de Samarcande

Comment s'appelle le Héros principal qui est l'élève de M.Underwood

Nathael
Nathanael
Nathaniel
Nathan

7 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : La trilogie de Bartiméus, tome 1 : L'amulette de Samarcande de Jonathan StroudCréer un quiz sur ce livre

{* *}