AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020059002
Éditeur : Seuil (01/06/1981)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Marie Susini est née en Corse et y fut élevée chez les religieuses dès l'âge de six ans - période qu'évoque son premier roman Plein soleil, publié en 1953 - avant de venir sur le continent à Marseille, puis à Paris.
Elle a fait des études classiques, de philosophie et de lettres, tout en suivant des cours à l'École du Louvre. Si Marie Susini a fui l'enfermement de l'île, et l'encagement que la famille traditionnelle réservait aux filles, elle reste attachée à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
fanfanouche24
  22 juillet 2013
Un magnifique album de photographies en noir et blanc, accompagné
du texte tout aussi flamboyant de Marie Susini, qui dit son bonheur, mais
surtout sa douleur d'être corse, avec la hantise de l'enfermement de
l'insularité...
Marie Susini exprime au plus près son attachement viscéral et tourmenté à son île, dont elle a ressenti tout au long de sa vie la force de ses racines et le
besoin de s'en éloigner pour exister.
J'avais, en 1981, au début de mon parcours de libraire, découvert cet album,
avais admiré les clichés en noir et blancs: paysages et portraits corses, sans avoir pris le temps de lire le texte, reflet très authentique et tourmenté par rapport à la terre corse, aussi tourmentée et riche de tous les contrastes de cette terre.
Un très beau livre alliant les mots et l'intensité du noir et blanc des images.
En cette période d'été, une lecture et perception de l'ile de Beauté, rédigée par une corse , en dehors de tous les clichés et les approximations
habituelles....trop réducteurs
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
araucaria
  20 décembre 2013
Très beau livre d'art. de superbe photos en noir et blanc de l'artiste Chris Marker accompagnées d'un texte écrit sous forme d'essai de l'auteure corse Marie Susini. Pour le plaisir de la découverte de l'île.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          181
Marti94
  09 mai 2016
Je suis assez déçue par ce livre emprunté à la bibliothèque pour préparer mes vacances en Corse. Avec « La renfermée, la Corse » publié en 1981 par Marie Susini, je m'attendais à un beau livre de photographies commentées avec une pointe de nostalgie.
Eh bien, j'ai découvert un texte agressif et des photos en noir et blanc que je n'ai pas trouvé très belles. Je dis agressif car Marie Susini semble en colère. Pour elle, les touristes ont dénaturés l'île, ce sont des sauvages (elle évoque les « invasions sauvages » des touristes) et la France ne s'est jamais occupée des insulaires. Bonjour l'ambiance !
On voit qu'elle a des comptes à rendre car elle admet qu'elle ne la regrette pas son île qui est « terrifiante dans sa rigidité ». Elle a vécu les carcans de la tradition, emmurée dans sa condition de fille, pour constater, finalement, que cette éducation stricte (et c'est peu dire) lui a permis d'écrire car le silence était imposé.
Bon, je ne suis pas convaincue mais je vais essayer de n'a pas rester sur cette impression négative et aller voir du côté des romans de Marie Susini.
Lu en mai 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   20 décembre 2013
Treize heures de mer entre la Corse et les côtes françaises. Treize heures qu'on faisait de nuit. Le paquebot, un rafiot sans confort, quittait Ajaccio le soir au coucher du soleil, le lendemain peu après l'aube on était devant Marseille. Si la mer était calme. Car il faut toujours compter avec la fureur imprévisible de la Méditerranée. Quand elle se déchaîne avec sa fougue incontrôlée, il en va tout autrement, comme à mon premier voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
araucariaaraucaria   20 décembre 2013
Rien n'est plus surprenant, plus inattendu que le paysage corse. Un amoncellement de pics et de ravins, de rocs énormes aux arêtes vives, blocs suspendus de granit étincelant, un excès de pans coupés, tranchants comme du métal, partout la violence, partout la démesure, et la nature arrive à composer une harmonie singulièrement légère et délicate, toute vaporeuse, comme si la matière était du voile de mousseline, l'exécution d'un simple jeu d'enfant. Cela tient du miracle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   22 juillet 2013
Jamais je ne vois la Corse aussi bien, jamais je ne me sens aussi près d'elle que lorsque je suis à Paris où j'ai choisi de vivre, loin d'elle. Et même elle se fait parfois si proche que je sens encore l'intense parfum du maquis au printemps, l'odeur âcre de la terre, lourde des olives noires, celle de la pierre chauffée par le soleil de midi dans l'air tout bleu de la plage. J'entends encore le chant continu de l'oiseau la nuit dans les branches des orangers. Ce visage d'icône devant moi, c'est le visage de ma grand-mère, un visage étroit, lisse malgré son grand âge, un foulard noir noué sous le menton. Un jour elle est allée si loin dans la douleur que l'orient de ses yeux sombres n'a plus reflété que la nuit. (p.89)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24fanfanouche24   22 juillet 2013

Il y a là-bas des matins qui sont comme le premier matin du monde. (...)

Ce paysage aura toujours pour moi la force de la première image que j’ai regardée lorsque j’étais enfant, et comme la première page qu’il m’a été donné de lire. Si le sens profond de ces lignes demeure à déchiffrer, déjà se révélait à moi une présence non soupçonnée encore, déjà me bouleversait la grandeur de cette aventure toute simple qu’est le jour qui commence.
Rien n’est plus surprenant, plus inattendu que le paysage corse. Un amoncellement de pics et de ravins, de rocs énormes aux arêtes vives, blocs suspendus de granit étincelant, un excès de pans coupés, tranchants comme du métal, partout la violence, partout la démesure, et la nature arrive à composer une harmonie singulièrement légère et délicate, toute vaporeuse, comme si la matière était du voile de mousseline, l’exécution un simple jeu d’enfant. Cela tient du miracle.(p.25)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24fanfanouche24   22 juillet 2013
Une très haute chaîne de montagnes, ses pics couverts de neige, qui sort brusquement de la mer ici d'un bleu sombre, voilà ce que les touristes découvrent quand ils viennent en Corse. Je me demande s'il y en a beaucoup parmi eux à pressentir, aussitôt qu'ils la voient, cette menace diffuse qui accompagne l'émerveillement et qu'on éprouve devant toute œuvre d'art. (p.26)
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : Corse (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1511 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre