AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B08BPK51M6
Éditeur : Flamant Noir (10/07/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Résumé :

Mai 1981 – soir de l’élection présidentielle.

Toutes les polices de France et les journalistes sont sur les dents, accaparés par cet événement national. Une aubaine pour Tonton – truand émérite – qui a une idée de génie !

Il décide de profiter de cette grande kermesse pour monter le casse du siècle avec l’équipe qu’il vient d’embaucher. Ils ont huit heures, pas une de plus, pour s’enrichir.

M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Pilly
  13 juillet 2020
Ce fut une lecture distrayante.
J'ai beaucoup pouffé au début, et puis je me suis sans doute habituée (lassée ?) au ton, proche de l'univers d'Audiard et Lautner.
Comme je l'ai vu dans une autre critique, c'est là que se situe l'essentiel de l'intérêt de ce livre, donc il faut y adhérer. Mettez, entre autre, de côté vos idées féministes, sinon vous risquez bien de grincer des dents à certains moments.
Cela dit, j'ai tout de même bien aimé l'histoire. Et la fin... j'avoue que je ne m'y attendais pas.
De plus, il y a des petites réflexions bien senties sur la société dans laquelle nous sommes.
Je pourrais certainement relire avec plaisir un livre sur ce Tonton, mais plus par petites touches, pour me délasser les neurones, et actionner mes zygomatiques.
Si vous vous poilé(e) devant les Tontons Flingueurs, probable que cet autre Tonton aura le même effet sur vous.
Commenter  J’apprécie          00
Amnezik666
  07 juillet 2020
Incontestablement la plus grande force de ce roman réside dans son ton, un cocktail aussi subtil qu'agréable entre Frédéric Dard et Michel Audiard ; le genre de mélodie qui ne peut qu'enchanter les oreilles des amoureux de la langue française. et plus encore quand ceux-ci ne sont pas insensibles à la gouaille et au charme de l'argot parisien.
Mais Samuel Sutra ne se contente pas de jour avec les mots (même s'il le fait admirablement), il joue aussi avec ses personnages, les confrontant à des situations qui flirtent souvent avec le burlesque et ponctuant leurs échanges de dialogues truculents. C'est que du bonheur pour le lecteur qui se laisse entraîner sans vraiment se poser de questions !
Il faut dire qu'au niveau de ses personnages l'auteur n'y va pas de main morte pour nous offrir une sympathique galerie de portraits que l'on n'est pas près d'oublier. À commencer bien entendu par notre fameux Tonton, qui, selon les exigences du contexte, saura si montrer aussi habile à manier les bons mots que de jouer des poings.
À ce titre sa visite chez Maxim's (et surtout sa sortie) a été purement et simplement jubilatoire ; à éviter en public si vous ne voulez pas que les autres vous regardent bizarrement… sans parler du petit désagrément que représente le risque de se pisser dessus à force de se marrer.
Je ne vous parlerai pas de la fine équipe qui aidera (même si parfois ça reste à prouver) Tonton à monter son coup. Il faut le lire pour le croire !
N'allez pas croire que l'intrigue à proprement parler est surtout prétexte pour Samuel Sutra à s'amuser et à nous amuser, tout en restant plutôt légère elle est toutefois bien construite et menée d'une main de maître.
Concernant le choix du titre, force est de reconnaître qu'il est parfaitement adapté à la situation du présent roman. Plus d'une fois je me demandé qui pouvait bien être cet « autre » et pourquoi il voulait tant chier dans les bottes de Tonton.
S'agissant de ma première incursion dans l'univers de Tonton, je n'ai pas d'éléments de comparaison, mais ce bouquin m'a clairement donné envie de poursuivre mon exploration. J'irai même plus loin en affirmant qu'il me ferait presque regretter de ne pas m'être laissé tenter plus tôt.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Imaginoire
  30 juin 2020
Je découvre en même temps ce personnage de « Tonton » et la plume de Samuel SUTRA avec ce septième opus de la série. Néanmoins comme ce dernier raconte les origines de ce personnage loufoque, nous ne sommes pas perdus.
Ce que je retiendrai surtout de cette lecture, c'est plus la forme que le fond. En effet, même si cette histoire de casse du siècle pourtant avec sa touche d'originalité, est plutôt bien construite, tout l'intérêt se trouve dans le style de SUTRA. Ce romancier est un digne héritier des Dard, Audiard et Lautner. Il joue avec les mots, les dialogues et certaines situations sont désopilants.
Nous nous retrouvons plongés en mai 1981, juste avant l'élection présidentielle. Tonton un truand à fort potentiel tente de monter le casse parfait avec une équipe qui sera principalement composée de bras cassés. C'est un « Ocean Eleven » burlesque.
Même si « Un truand peut en cacher un autre » n'est pas un chef d'oeuvre littéraire et je ne pense pas que ce soit sa vocation, il m'a vraiment donné envie de lire d'autres récits de Samuel SUTRA. Et pour un peu de légèreté, la série des « Tonton » me paraît tout à fait adéquate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DominiqueTh
  12 juillet 2020
Les dix premières pages tournées, impossible de lâcher l'affaire. Les zygomatiques turbinent et la planque à citations déborde.
Un régal !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
PillyPilly   13 juillet 2020
D'une, mon petit, tu ferais mieux de continuer à te méfier de ton père. Je la connais, sa comédie. Je pense que c'est un enfumage destiné à endormir les flics, et m'est avis qu'il est bien moins ravagé du bulbe qu'il ne s'efforce de le montrer. Il fouille dans tes affaires, preuve qu'il colle encore à la route. Et ensuite, je te connais, mon petit Aimé. Tu vas faire une connerie. T'as l'œil fumelard du type qui s'apprête à faire une sortie de route, avec un plan mal cousu et une équipe finie à la pisse ! Une mère sent ces choses-là, c'est quand même moi qui t'ai pondu ! Que ton père s'en tamponne que tu te fasses poinçonner, on le connaît, il est pas très démonstratif. Te dire qu'il se fout que tu prennes une praline dans le buffet, c'est sa manière à lui de te dire qu'il t'aime. Enfin, je pense, j'en sais trop rien, je l'ai jamais vraiment décodé, ce con. Mais moi, je suis ta mère. Que mon petit garçon se fasse dessouder, je te le dis du fond du cœur, ça me ferait un petit quelque chose quand même !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   13 juillet 2020
Voyant sa mère sur le point de se lancer dans cette épreuve d'épluchage de régiment, le fils aimant s'empressa de l'arrêter :
- Pas la peine maman : Tu me mettras pas de couverts.
Lucette reteint le geste. Non pas celui d'entamer la première pomme de terre qu'elle tenait déjà en main, mais celui de la jeter au visage de son fils, économe compris, en visant les yeux.
- Comment ça, Môssieur ne mangera pas ? En quel honneur ?
- J'ai une arnaque sur le feu. Faut que je m'en occupe dès ce midi. Du genre qui peut pas attendre.
La vieille dame soupira, et porta sa main sur le cœur pour soulager le spasme qui venait de secouer son palpitant presque centenaire :
- Ah, tu m'as fait peur ! J'ai cru que tu n'avais pas faim !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   13 juillet 2020
Il n'y avait qu'en sa maman que Tonton avait confiance. Et en Mamour. Mais demander à l'aveugle de piloter son Opel entre la vallée de la Chevreuse et Saint-Maur, il avait beau avoir tourné cette possibilité dans tous les sens, il ne lui avait trouvé que beaucoup d'inconvénients pour trop peu d'avantages.
Commenter  J’apprécie          10
PillyPilly   13 juillet 2020
- Y'a gourance sur ce bonhomme, Gérard. Tu t'égares. Tu confonds. T'amalgames, t'agglutines avec les peigne-culs que t'as dû fréquenter. T'as croisé une guirlande de baltringues, alors tu t'imagines qu'on a le quotidien décoré pareil ? Ce mec, c'est LE taulier. Un quarteron de Corse, trois quarts d'Irlandais de souche et, s'il reste de la place, on a dû lui coller du sang de syndicaliste chauffé à blanc. Dans le milieu, on met des guillemets quand on parle de lui, et on le cite en italique, la tête en biais !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   13 juillet 2020
Chez les Duçon, on a du savoir-vivre. On ne dégaine que pour tirer, pas pour agiter le canon comme une serviette à un banquet !
Commenter  J’apprécie          20

Video de Samuel Sutra (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Samuel Sutra
Samuel Sutra, "Kind of black", Éditions Terriciae, 1er juin 2013.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16062 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre