AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782844854131
128 pages
Éditeur : Allia (30/11/-1)
3.09/5   17 notes
Résumé :
Avec humour et ironie, Italo Svevo met en scène les motifs de la vieillesse, de l’amour et de la solitude. Le narrateur, un vieil homme d’une soixantaine d’années, tombe sous le charme de la jeune conductrice d’un tramway de Trieste. Sous couvert d’une philanthropie protectrice, il lui propose un rendez-vous, qu’elle accepte. Le bon vieux et la belle enfant entament une idylle. Malheureusement, cette romance s’interrompt précipitamment lorsqu’il tombe malade. Le vie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Erik35
  03 octobre 2017
TROP BON, TROP...?
C'est en 1929 que paraîtra - dans un recueil regroupant d'ailleurs deux autres textes relatifs au vieillissement - ce court récit intitulé La Nouvelle du Bon Vieux et de la Belle Enfant. Son créateur, le romancier italo-souabe Italo Svevo venait de mourir l'année précédente à l'âge de soixante-cinq ans, tandis que la célébrité littéraire tant attendue plus jeune, rêve blessé et des années repoussé, est enfin là, depuis trois ans à peine.
Dans cette histoire ironiquement exemplaire, on suit le parcours d'un vieil homme bientôt parvenu au seuil de son existence et qui s'amourache d'une jeunesse aux yeux bleus, conductrice de tramway et néanmoins belle enfant de cette histoire. le vieux barbon va s'exhiber avec sa conquête inattendue, la couvrir de cadeaux, se penser revenu à ses vingt ans... Jusqu'à tomber sérieusement malade. Cependant, le temps de la convalescence aura suffit à la jeune fille pour oublier son naïf philanthrope et fricoter avec un homme de son âge. le géronte les croisera bientôt dans la rue et décide de reprendre cette idylle réchauffée mais cette relation ira de mal en pis et, désabusé, bientôt déçu, le vieil homme s'enfoncera à nouveau dans sa solitude mais décidera de faire de cette histoire un grand roman sur l'amour dont le titre sera "Des rapports entre la vieillesse et la jeunesse".
Histoire d'un vieil homme qui refuse d'accepter son âge, pire : qui se ment à lui même et qui, l'espace d'un moment, décide de ne plus rien savoir de ce que sa propre expérience passée a pu l'enrichir (mais la vie n'aura de cesse de le rattraper), cette nouvelle d'une ironie mordante, au style volontairement très distancié est aussi un monde en miroir dans lequel il n'est pas superflu de songer que le vieillard qui se met à rédiger une oeuvre explorant et prenant prétexte de cette mésaventure d'une vieille ganache qui se refuse à regarder la vérité en face n'est autre que ce triestin d'Italo Sevo.
Comble du désespoir et de l'humour, sans aucun doute que le portrait de ce vieil aigrefin, mais d'une certaine manière, étonnant pied de nez à cette vie de labeur sans joie, tandis que la reconnaissance littéraire s'était refusée à lui, qui aura fini par sourire sur le tard à celui souvent considéré comme l'un des premiers modernes des lettres italiennes du XXème siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Unhomosapiens
  02 août 2018
Histoire d'un vieux monsieur qui pense redécouvrir l'amour avec une jeune femme qui s'occupe de lui, plus par compassion que véritable amour. Plus que cette réflexion sur les espoirs amoureux du grand âge et la peur de vieillir, c'est la description de la vie triestine qui m'a paru la plus intéressante, Svevo étant indissociable de cette ville. Court roman qui m'a laissé peu de souvenirs.
Commenter  J’apprécie          140
zizza
  05 février 2017
Un vieil homme rencontre une jeune femme, par laquelle il se sent attiré. Il l'invite à dîner et plus si affinités le lendemain, et ils finissent bien sûr par avoir une liaison. La jeune femme vient donc régulièrement, puis leur liaison s'interrompt mais les deux se revoient de temps en temps, et le vieil homme lui donne de l'argent. le vieil homme ne cesse de revenir sur ses décisions.
C'est un récit assez court (70 pages), où on retrouve un style déjà présent dans d'autres romans, comme senilità: un regard assez distancié et sans empathie sur des personnages qui sont dans la théorie plus que dans l'action, qui réfléchissent beaucoup au lieu d'agir, et n'agissent finalement pas. Ce qui s'ajoute en plus dans cette nouvelle, c'est le fait que les personnages n'ont pas de nom, ils n'ont donc pas d'identité, on ne sait d'eux que ce qu'ils font et disent.
Le vieil homme en effet décide d'abord d'avoir une liaison avec la fille, l'aime, puis change d'avis car il est malade, puis la rappelle, puis rechange d'avis, puis la voit avec un homme et devient jaloux, etc. J'ai dû en oublier. Finalement ce qui l'intéresse réellement, ce sont les relations au sein de la société entre la jeunesse et la vieillesse, et finit par écrire lui-même un essai sur le sujet. On a donc une mise en abyme du récit, derrière laquelle on peut apercevoir l'écrivain lui-même à deux reprises: "il mio buon vecchio divenne scrittore" (mon bon vieux devint écrivain). le vieux est-il donc le porte-parole de l'écrivain? Peut-être.
Je ne mets que trois étoiles, car j'ai du mal à adhérer à ce style d'écriture et je n'aime que très modérément ces personnages construits par choix sans épaisseur, car je ne m'y attache pas, on ne peut pas s'y attacher. J'ai donc mis du temps à lire ce récit, quand bien même il ne fait que 70 pages. Cela dit, cela reste très intéressant à décoder, par rapport au regard de l'écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
zizza
  05 février 2017
Un vieil homme rencontre une jeune femme, par laquelle il se sent attiré. Il l'invite à dîner et plus si affinités le lendemain, et ils finissent bien sûr par avoir une liaison. La jeune femme vient donc régulièrement, puis leur liaison s'interrompt mais les deux se revoient de temps en temps, et le vieil homme lui donne de l'argent. le vieil homme ne cesse de revenir sur ses décisions.
C'est un récit assez court (70 pages), où on retrouve un style déjà présent dans d'autres romans, comme senilità: un regard assez distancié et sans empathie sur des personnages qui sont dans la théorie plus que dans l'action, qui réfléchissent beaucoup au lieu d'agir, et n'agissent finalement pas. Ce qui s'ajoute en plus dans cette nouvelle, c'est le fait que les personnages n'ont pas de nom, ils n'ont donc pas d'identité, on ne sait d'eux que ce qu'ils font et disent.
Le vieil homme en effet décide d'abord d'avoir une liaison avec la fille, l'aime, puis change d'avis car il est malade, puis la rappelle, puis rechange d'avis, puis la voit avec un homme et devient jaloux, etc. J'ai dû en oublier. Finalement ce qui l'intéresse réellement, ce sont les relations au sein de la société entre la jeunesse et la vieillesse, et finit par écrire lui-même un essai sur le sujet. On a donc une mise en abyme du récit, derrière laquelle on peut apercevoir l'écrivain lui-même à deux reprises: "il mio buon vecchio divenne scrittore" (mon bon vieux devint écrivain). le vieux est-il donc le porte-parole de l'écrivain? Peut-être.
Je ne mets que trois étoiles, car j'ai du mal à adhérer à ce style d'écriture et je n'aime que très modérément ces personnages construits par choix sans épaisseur, car je ne m'y attache pas, on ne peut pas s'y attacher. J'ai donc mis du temps à lire ce récit, quand bien même il ne fait que 70 pages. Cela dit, cela reste très intéressant à décoder, par rapport au regard de l'écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marpesse
  08 mars 2015
Pour mon premier Italo Svevo, je suis déçue et je ne sais pas si je lirai de si tôt l'autre livre que j'avais prévu : Senilita.
Le bon vieux et la belle enfant raconte l'histoire d'un "vieillard" (précisons que l'homme a 60 ans!) qui s'éprend d'une jeune fille aux yeux bleus, conductrice de tramway. Il lui donne rendez-vous le soir même et elle ne fait pas de difficulté pour devenir sa maîtresse. le sujet m'aurait intéressée, mais très vite, je me suis ennuyée. le vieux tombe malade à force d'excès (sexe, boisson, nourriture) : son angine de poitrine le force à renoncer à elle. Et l'idée, peu à peu, lui vient d'écrire ses pensées sur la vieillesse et la jeunesse, de démontrer que la vieillesse est juste une jeunesse qui a faibli et qui se doit de rendre solide, en l'éduquant et non en s'opposant à elle, la jeunesse. Cette deuxième moitié de la nouvelle part dans un délire auquel je n'ai pas pris part et, à la dernière ligne, je me suis même dit : "Ca n'a ni queue ni tête". J'ai été gênée à plusieurs reprises par des phrases pas bien belles ou mal construites, des lourdeurs dues à la traduction, j'imagine.
Je persévère avec la deuxième nouvelle, le Vin généreux. Un homme assiste au mariage d'une de ses nièces. Ce soir-là, il fait des excès, ce que lui reprochent sa femme et sa fille. Mais le vin le rend désagréable, il dit leurs quatre vérités aux gens présents. de retour chez lui, sa nuit est agitée de cauchemars. J'ai terminé en diagonale, n'y trouvant pas d'intérêt et n'étant pas retenue par la langue. Je n'ai donc pas lu la troisième et dernière nouvelle : Une farce réussie.
Lien : http://edencash.forumactif.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Telerama   07 septembre 2011
Ironique, désabusé, lapidaire, ce texte bref mêle habilement la fiction et la réflexion sur les âges de l'amour et les incertitudes du désir.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Erik35Erik35   25 octobre 2016
Il est évident qu'un excès d'années est plus dangereux qu'un excès de vin, de nourriture et même d'amour. Il est possible que l'un de ces excès aggrave l'autre, mais je me garde de l'affirmer.
Commenter  J’apprécie          20
zizzazizza   05 février 2017
Ci fu un preludio all'avventura del buon vecchio, ma si svolse senza ch'egli quasi l'avvertisse. In un breve istante di riposo dovette ricevere nel suo ufficio una vecchia donna che gli presentava e raccomandava una fanciulla, la propria figlia.
Commenter  J’apprécie          10
Erik35Erik35   25 octobre 2016
Le nom d'un vieux est toujours un peu vieillot et impose par conséquent des devoirs à celui qui le porte.
Commenter  J’apprécie          20
zizzazizza   05 février 2017
Ci fu un preludio all'avventura del buon vecchio, ma si svolse senza ch'egli quasi l'avvertisse. In un breve istante di riposo dovette ricevere nel suo ufficio una vecchia donna che gli presentava e raccomandava una fanciulla, la propria figlia.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Italo Svevo (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Italo Svevo
Avez-vous lu Italo Svevo ? - Séminaire RDJ .Avez-vous lu Italo Svevo ? Dimanche 15 décembre à 11h Avec : Maurizio Serra, diplomate et écrivain À l?occasion de la parution de son essai, Italo Svevo, ou l?antivie (Grasset). Une rencontre animée par Alexis Lacroix ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE Les séminaires de La Règle du jeu Tous les dimanche à 11h, au cinéma Saint-Germain 22 rue Guillaume Apollinaire Paris 6ème. Métro : Saint-Germain-des-Prés Renseignements ou inscription à la newsletter : redaction@laregledujeu.org Avec le soutien de Pierre Bergé et de la fondation André Levy
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4209 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre