AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Gérard Conio (Traducteur)
EAN : 9782867463631
320 pages
Liana Lévi (02/04/2004)
3.92/5   13 notes
Résumé :
Varsovie, 1943, l'année terrible. Tourne l'Histoire, et ses folles atrocités. Tournent les destins croisés de personnes liées par une chaîne mystérieuse. Irma Seidenman a la chance d'avoir des cheveux blonds, des yeux bleus, et de vrais faux-papiers d'état-civil... D'autres ne peuvent pas en dire autant. trente ans plus tard, que sont-ils devenus ?
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lcath
  25 janvier 2020
C'est un livre bien troublant que celui-ci où la jolie Madame Seidenman est le point central d'une toile d'araignée. Tout autour on trouvera un beau panel de personnages essentiellement masculins, qui se débattent entre leur conscience et la guerre.
Cette guerre met à mal Pologne et Polonais, parce que c'est une guerre mais aussi parce qu'elle oblige à penser la Pologne comme pays, à penser les Juifs et le rapport au catholicisme. Elle ouvre aussi la porte sur un avenir sombre ou un totalitarisme en remplacera un autre.
Il y a une très grande tristesse dans ce roman comme un brouillard épais qui colle aux personnages et une certaine colère face à l'inéluctable destin des hommes et du pays.
Si la forme m'a étonnée au début j'ai très vite adhéré à ce roman, les allers et retours entre passé, présent et avenir donnent une vision élargie de la Pologne et chaque personnage ajoute une touche dans ce tableau.
Lien : http://theetlivres.eklablog...
Commenter  J’apprécie          130
topocl
  19 mai 2015
Andrzej Szczypiorski nous entraîne dans un curieux quadrille où les personnages se rencontrent, s'abandonnent, se retrouvent dans une chorégraphie nostalgique et terrible. On est à Varsovie, en 1942-43 « dans ce désastre, dans cette fin de toutes les fins. », une Varsovie qui ne sait renoncer à la bravoure de son âme polonaise, mais contrainte et terrorisée par le ghetto qu'elle enserre. Juifs ou polonais, héros involontaires, les protagonistes soumis par le joug nazi, cherchent un sens, s'interrogent sur leur foi et leur libre arbitre, croient encore, mais pas pour longtemps, à l'image d'une Pologne noble et libre.
Point d'actions héroïque, mais un quotidien ordinaire des petites actions généreuses ou infâmes d'une survie en état d'urgence. Il émerge de ce récit la solitude individuelle des destins brisés par l'émergence des totalitarismes, solitude dans laquelle l'horreur partagée crée une sorte de solidarité fugace. La trace en restera chez les survivants, souvenir et mémoire sont un des thèmes forts du livre. Et si Andrzej Szczypiorski s'autorise finalement une lueur d'espoir, elle est nuancée, vacillante, et bien précaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
Passagealest
  16 novembre 2018
L'histoire d'Irma Seidenman aurait sans doute été tout à fait différente si celle-ci n'avait été blonde et jolie. Car le roman a pour point de départ quelques jours de l'année 1943, dans Varsovie occupée par les troupes nazies, et la jolie Madame Seidenman est juive.
Outre qu'elle est blonde et jolie, Madame Seidenman a une deuxième chance : elle est la veuve du docteur Ignacy Seidenman, radiologue reconnu. Ainsi, lorsqu'elle est arrêtée malgré ses bons faux papiers d'aryenne, tout un réseau d'amis et d'anciens patients du couple se forme pour la sauver de la prison nazie et d'une mort certaine.
De l'incarcération de Madame Seidenman à son retour chez elle à la fin du roman, il ne se passe pas plus de deux jours. Pourtant, les quelque 300 pages qui font le roman forment le portrait, comme concentré dans une goutte d'eau, d'une société et d'une période beaucoup plus larges. La personne de Madame Seidenman, et son arrestation, ne sont en effet presque qu'un prétexte, un fil qui apparait et disparait au fil des pages et permet de relier le temps de quelques heures les personnages disparates qui oeuvreront à la maintenir en vie : un timide spécialiste de langues anciennes, un tout jeune étudiant participant au trafic d'oeuvres afin de subvenir aux besoins familiaux, un cheminot familier des luttes sociales et politiques d'avant-guerre, un Allemand de Pologne, et leurs propres parents et amis.
Lien : https://passagealest.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   22 février 2018
C’était une femme très belle, une blonde claire aux yeux bleus, au nez droit, fin, délicatement ciselé, à la bouche un peu ironique. Elle avait trente-six ans et possédait un bon capital en bijoux et en dollars or.
(...)
Il est vrai qu’à tout moment Stuckler se levait et regardait attentivement ses oreilles, mais il retournait aussitôt à son bureau. Elle avait entendu parler de ces sottises sur les oreilles des femmes juives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Andrzej Szczypiorski (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrzej Szczypiorski
Vidéo de Andrzej Szczypiorski
Dans la catégorie : Littérature polonaiseVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature polonaise (69)
autres livres classés : littérature polonaiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2716 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre