AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253079743
288 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (07/04/2021)
3.91/5   291 notes
Résumé :
En intégrant une association de bénévoles à l'hôpital, Gabriel devient berceur de bébés.
Anna, jeune médecin, s'apprête à mettre au monde, seule, son premier enfant.
Chacun a son propre combat à mener, un fossé les sépare, et pourtant leur rencontre va tout changer.
Et si, ensemble, ils apprenaient à se reconstruire ? À vaincre leurs peurs et à affronter les fantômes du passé ?

Les Yeux couleur de pluie, Entre mes doigts coule le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 291 notes

musemania
  31 mai 2020
Depuis le début du mois de mars, nous connaissons une crise sans précédent qui a occasionné de nombreuses conséquences notamment, dans le milieu de l'édition. Des maisons d'édition rencontrent de grosses difficultés financières par le fait que certains livres ont été postposés à plusieurs semaines, voire mois et même l'année prochaine. Des auteurs qui lançaient leur dernier « bébé » dans le monde littéraire au début du confinement ont vu les rencontres annulées avec leurs lecteurs,… et j'en passe.

C'est pourquoi à ma petite échelle, je souhaiterais mettre en lumière au fil des semaines et mois prochains des livres qui sont sortis quelques temps avant le début du confinement pour que nous les oublions pas. Bien entendu, vous me direz que les auteurs « banckables » et les « grosses » maisons d'édition n'en ont pas forcément besoin puisque leur situation financière ne s'en retrouve pas forcément en danger. Mais si je vous en parle, c'est parce que ces livres m'ont plu et qu'ils méritent un second souffle. Une fois que le cours de la vie d'édition aura repris normalement, certains de ces livres risquent d'être mis de côté et ce serait dommage pour eux.

C'est ainsi que je vais vous parler du livre « Va où le vent te berce », le dernier né de Sophie Tal Men qui est paru peu de temps avant le confinement (le 26 février pour être exact) et dont la rencontre littéraire devait avoir lieu fin avril à Bruxelles (rencontre bien entendu annulée vu le confinement strict).

J'ai trouvé ce livre à la fois très lumineux et très doux. L'histoire se situe en Bretagne, notamment au sein du service de maternité de l'hôpital de Brest. Gabriel, force de la nature et boxeur à ses heures perdues, fait partie d'une équipe de volontaires un peu particulière puisqu'il y est berceur de bébés. Il y fait la rencontre d'Anna, revenue peu de temps avant son accouchement, d'Argentine où elle y a connu un drame terrible. Alors que tout les éloignait, ces deux êtres auront plus d'une chose en commun.

Malgré un florilège de protagonistes, chacun y trouve sa place (j'ai adoré en particulier Giagia, haute en couleurs). Gabriel et Anna sont deux âmes en perdition mais leur rencontre pourra peut-être changer le cours des choses. Roman basé notamment sur la reconstruction de soi, il est difficile de ne pas y ressentir de nombreuses émotions mais de celles qui font du bien.

C'est le genre de lecture, sans prise de tête. On y rencontre des personnages attachants, dans une ville que je ne connais que par mes lectures (Brest). L'auteure m'a fait, par son style d'écriture très fluide, découvrir un peu plus la Bretagne et ses spécialités (clin d'oeil aux recettes 😉 Je ne connaissais pas Sophie Tal Men avant cette lecture mais cela m'a donné envie de découvrir ses autres romans. Vu la période difficile affrontée depuis plusieurs mois et qui reste malgré tout présente, c'est parfois bien de pouvoir se laisser aller dans une bulle, loin de toute agitation et de bruits. Cette histoire d'êtres blessés ne vous donnera que plus encore envie de profiter des petits bonheurs de la vie.

Par cette aura si solaire et remplie de douceurs, ce livre sera parfait pour cet été et vous fera passer un agréable moment lors de vos prochaines vacances.
Je remercie Sarah Altenloh et les éditions Albin Michel pour leur confiance.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
LaetiLitEntreLesLignes
  29 février 2020
Nouvel opus de la "Breizh Anatomy" et c'est à nouveau un franc succès !
Je ferai un bref résumé cette fois, je m'attarderai plus sur mon ressenti final.
Anna, médecin, a vécu un drame et revient sur les terres de son enfance : la Bretagne. Elle ne revient pas seule...
Gabriel est un écorché de la vie et a, lui aussi, besoin de se reconstruire. Il intègre une association qui travaille avec les hôpitaux. Elle consiste à bercer les nouveaux nés pour ainsi les rassurer et les apaiser.
C'est le retour de Matthieu, Marie-Lou, Yvonne, le Gobe-Mouche, Écume... pour notre plus grand plaisir !
Pour toutes les personnes ayant déjà été frappées par cette vague bretonne lors de ses 4 derniers romans, foncez les yeux fermés ! À nouveau, Sophie Tal Men nous prouve qu'elle maîtrise l'expression des sentiments. Lecture fluide avec une certaine accoutumance ! L'auteure nous transmet son amour pour sa région, ainsi que sa passion professionnelle. Les petits dictons bretons m'ont bien fait sourire.
Roman d'une grande sensibilité... Une bulle de bienveillance, une parenthèse en Bretagne, des allusions gourmandes, une plume qui chavire les coeurs et décrit les sentiments à la perfection... C'est ce que vous trouverez en vous plongeant dans ce roman (et aussi quelques surprises en fin de roman... Mais... Chuuuut)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
mariechrist67
  09 novembre 2020
C'est la deuxième fois que je lit Sophie Tal Men, ma précédente lecture était "les yeux couleur de pluie". J'y retrouve donc les mêmes personnages et ne suis pas dépaysée.
Anna, chirurgien, en est la vedette ! Après la perte de son compagnon, elle met au monde un garçon qu'elle prénomme Andrea. A la maternité le bébé pleure sans discontinuer et son amie Marie fait appel à Gabriel, berceur (oui ça existe, ils ont le don de bercer les bébés et de les calmer !) pour apaiser le petit Andrea.
A la vue d'Anna, Gabriel est fasciné ! Quel va être le dénouement de l'histoire ?
Pas de grosse surprise. Tout se déroule comme on peut le deviner très longtemps avant la fin du roman.
L'écriture est fluide, simple. Ce livre est plaisant et agréable à lire. Mais un peu trop. Tout va bien dans le meilleur des monde.
Comme pour le précédent titre, je n'ai pas été séduite outre mesure par ma lecture.
Amateurs de romances et de romans faciles je vous le recommande vivement.
Commenter  J’apprécie          280
lesjolismotsdeclem
  06 mars 2020
Brest. Cette ville que je déteste et que j'aime à la fois. Ville qui a vu porter mes espoirs de jeunesse, mes rêves estudiantins et qui vu naître ses amours avortés. Ville dans laquelle j'ai vécu le temps de mes études, du Lycée à la fin de Master. Ville de marins, bercée par la mer qui l'enlace et les bars de Kersauson. Brest. Cette ville que je déteste mais qui me rassure, parce qu'immuable, comme les amitiés que j'y ai créées.
Vivre à Brest. Hors de question. Mais lire Brest, avec grand plaisir. D'autant plus quand il s'agit de s'immerger dans les aventures de « Breizh Anatomy », des internes en médecine de Sophie Tal Men, aux vies pleines et truculentes, qui nous font passer du rire aux larmes. C'est avec une hâte non dissimulée que j'ai entrepris ma lecture de Va où le vent te berce, fébrile à l'idée de retrouver la rue du Bois d'Amour et ses charmants occupants. « En intégrant une association de bénévoles à l'hôpital, Gabriel devient berceur de bébés. Anna, jeune médecin, s'apprête à mettre au monde, seule, son premier enfant. Chacun a son propre combat à mener, un fossé les sépare, et pourtant leur rencontre va tout changer. Et si, ensemble, ils apprenaient à se reconstruire ? À vaincre leurs peurs et à affronter les fantômes du passé ?«
C'est avant tout l'histoire de rencontres. de celles qui changent votre vie à jamais. Pour le meilleur. La rencontre d'une mère avec ses enfants. Cet amour inconditionnel et instantané, qu'on appréhende, tantôt pataud, tantôt virtuose. La rencontre de deux êtres abîmés par la vie, sauvages, qui trouvent en l'autre une planche de salut, une fois les masques tombées. La rencontre d'un homme avec lui-même, par le biais de son contact privilégié avec les enfants.
C'est aussi la vie en ‘tribu'. Celles des internes de médecines, liés par leurs études, les nuits blanches, leurs vies, qui les malmènent parfois. Cette famille qu'ils se sont créée et qui prévaut sur le reste.
C'est surtout l'histoire de la vie. Celle qui vous malmène, et vous laisse des séquelles. Celle qui blesse des enfants, trop innocents pour se défendre et qui abîme des adultes pas préparés à tant de cruauté. Celle qui vous répare également, qui vous grandit, qui vous construit, qui vous fait vous dépasser, devenir la meilleure version vous même. Cette histoire qui a raisonné en moi d'une façon singulière, qui a trouvé un écho dans ma propre vie.
Cette lecture fut un vrai coup de coeur. Aussitôt achetée, aussitôt dévorée. Impossible à reposer tant les émotions qu'elle a suscité en moi étaient fortes et profondes. Je ne remercie pas Sophie Tal Men de m'avoir tirer les larmes dans les transports en commun, Malgré tout, je ne saurai que vous recommander cette belle histoire de résilience qu'est Va où le vent te berce. Parce que les mots décrivent à merveille les sentiments. Que le pathos n'a jamais sa place. Et que les histoires d'amour qui ne nouent sous nos yeux sont tissées par des liens indéfectibles.
Belle lecture à vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Melinda_Celine
  28 avril 2020
Elle est chirurgienne et fragilisée par le décès du père de l'enfant qu'elle porte. Il est boxeur, berceur et initiateur d'une startup, après avoir été traumatisé dans sa tendre enfance.
Enfermés dans leur monde, leurs colères s'affrontent d'abord, puis provoquent leur rencontre.
L'auteure nous livre une histoire qui s'affermit en bord d'océan.
Si elle nous entraîne dans le quotidien de personnages à la fois meurtris et engagés, elle nous ouvre à leur entourage familier : une vieille dame envahissante et compatissante, un frère complice et différent à la fois, un cousin qui comprend, une tenancière de bar accueillante...
Un roman qui se glisse dans les fêlures et les soudent à la faveur de persévérances fidèles.
Lien : https://partagerlecture.blog..
Commenter  J’apprécie          300

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   03 mars 2020
Se pouvait-il qu’il ait le pouvoir de l’apaiser, lui aussi ? Par sa simple présence ? Lorsqu’il attrapa sa petite main au vol, celle-ci se referma aussitôt sur son doigt pour ne plus le lâcher. Et il se retrouva pris au piège, contraint de rester accroché jusqu’à ce que sa mère ne revienne.
Commenter  J’apprécie          180
rkhettaouirkhettaoui   23 mars 2020
Tout l’agressait ici : la musique d’ambiance de l’aéroport, le couinement des chariots à bagages, les odeurs de sandwichs jambon-beurre, les consonnes explosives des inscriptions en breton Aerborzh etrebroadel BrestBreizh… Comme si, ici, la réalité était plus brutale qu’ailleurs. Que tout était là pour lui rappeler le manque de l’autre. La renvoyer à sa vie d’avant, heureuse et insouciante, au goût du « tout est possible, tout s’ouvre à nous ». Alors que faire ? Maintenant qu’elle se trouvait engluée dans cet après amer au goût du « plus jamais ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sld09sld09   03 mai 2021
- Oui, mais en octobre, on se goinfre pour oublier que c'est le mois le plus triste de la terre ! C'est l'automne, l'approche de l'hiver...
- Tout ça parce que c’est ton anniversaire ! beugla son frère à travers la porte de la boucherie attenante.
- Pas du tout ! Et ne l’avise pas de révéler mon âge !...
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   23 mars 2020
Sauvage. Anna, l’était devenue à force de fuir la réalité. Et quand la réalité s’invitait par surprise en lui mettant le couteau sous la gorge, voilà qu’elle perdait ses moyens. Avec l’envie de hurler, mordre et pleurer à la fois. Fallait-il toujours être raisonnable dans la vie ? Pourquoi ne pas la laisser tranquille ? Ne pas l’oublier pour toujours ? Réfugiée dans la vieille Renault 4L toute rouillée, plantée au milieu des herbes hautes du jardin, Matthieu repéra sa longue chevelure noire qui brillait au soleil à travers les vitres poussiéreuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   24 mars 2020
C’était plus fort qu’elle : la vie était parfois si dure, si injuste, qu’elle avait l’impression qu’en faisant comme si l’horreur n’avait jamais existé, en jouant les naïves, elle la rendait plus supportable et plus légère. Plus poétique même. N’était-ce pas la même chose avec toutes ses croyances et superstitions ? Une manière d’éviter l’inacceptable ? De vouloir tout contrôler ? Evann avait deux ans lorsqu’il avait reçu ce coup sur la tête. Elle n’en savait pas beaucoup plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Sophie Tal Men (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Tal Men
Retrouvez notre émission "Studio Huyghens" ! Mélissa Da Costa, Anne-Gaëlle Huon, Sophie Tal Men, Gavin's Ruiz, François Roux, Eric Fouassier et Alexandre Jardin vous présentent leur roman paru ou à paraître au mois de mai. Vous découvrirez aussi la bande-annonce des "Lions de Sicile", premier tome de la saga des Florio de Stefania Auci .
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1206 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..