AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Corinne Quentin (Traducteur)
EAN : 9782203003224
72 pages
Éditeur : Casterman (30/11/-1)
3.67/5   193 notes
Résumé :
" Toute l'oeuvre de Taniguchi est imprégnée d'un appel à vivre avec un coeur pur et ceux qui l'aiment la lisent précisément pour cela : parce qu'elle permet d'entrer en contact avec le Petit Prince qui est en nous.
Les émotions incroyablement fortes qui naissent des histoires de Taniguchi redonnent confiance en la possibilité d'une humanité tendre et font à nos coeurs comme une enveloppe chaleureuse et ressourçante. " Stéphane et Muriel Barbery (Auteur de l'É... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 193 notes
5
5 avis
4
20 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

Wyoming
  19 septembre 2021
Très fraîche cette bande dessinée, peut-être un peu naïve, rassemblant néanmoins de beaux sentiments dans un univers d'enfance plutôt dur avec la mort du père, la maladie de la mère, et une touche de fantastique qui passe très bien.
Les enfants voudraient voir leur mère guérie, ils vont aider par ailleurs une animal, une salamandre prisonnière d'un musée à retrouver son univers naturel. Et là, intervention du merveilleux pour aller vers un renouveau familial.
L'histoire est suivie d'une très intéressante interview de l'auteur qui explique sa relation à la mélancolie et à la mort et leur traduction dans le scénario de son histoire et même dans l'ensemble de l'univers de ses dessins dont le trait m'a paru très agréable tout en parcourant cette montagne magique.
Commenter  J’apprécie          710
Nastie92
  17 novembre 2014
Une bd du mangaka Jirô Taniguchi ? Voilà qui promet d'être original. Et ça l'est.
L'auteur explique dans la préface ce qui l'a conduit à créer cet album.
Baignant depuis longtemps dans l'univers du manga japonais, il découvre les comics américains et les bandes dessinées européennes : il est aussitôt conquis, et voici ce qu'il dit : "j'avais envie de créer moi aussi une oeuvre dans ce style qui m'enthousiasmait tant. La BD a bien sûr une tradition et des usages propres, mais en introduisant son style dans le mode d'expression qu'est le manga, en les combinant, j'avais l'espoir que pourrait naître une forme d'expression nouvelle."
On comprend que, pour un artiste, la perspective de créer un nouveau genre soit exaltante ; Taniguchi s'est donc lancé.
Je trouve l'essai plutôt réussi, et cet album est original, ni tout à fait une bd, ni tout à fait un manga, une sorte d'hybride.
L'histoire est courte, assez touchante, et mêle réel et imaginaire. Des lieux, des personnages (humains et mythiques) sont mélangés, et le tout donne quelque chose d'étrange, dans une atmosphère générale un peu diffuse : on se croirait dans un rêve.
On retrouve la qualité des dessins que l'on connaît chez Taniguchi, mais ici les traits sont plus nets, plus marqués. Les couleurs sont très belles et soulignent l'atmosphère à la fois triste et un peu surnaturelle de l'album.
On retrouve également la passion de l'auteur pour la montagne, dont il fait ici non seulement le lieu, mais un personnage principal de l'histoire. Il explique, dans l'interview qui conclut le livre, qu'il a vécu enfant au pied du mont Oyama, et que de là vient certainement sa fascination pour les sommets.
Cette interview, menée par Stéphane et Muriel Barbery, est très intéressante. Taniguchi y explique le travail qu'il a fait sur cet album, et l'on découvre des traits de sa personnalité qui expliquent certains aspects de son oeuvre. Notamment le fait que ses albums soient généralement doux, mais d'une douceur liée à une certaine forme de tristesse. Il dit : "La mélancolie me semble être une sorte de remède pour équilibrer l'esprit. Si, comme vous le dites, la mélancolie a à voir avec la sensation d'impermanence, je trouve cela très beau ou plutôt c'est ce qui, dans les sentiments humains, me semble le plus subtil, le plus insaisissable, et sans doute le plus précieux." Pour ajouter un peu plus loin qu'il y voit "un état nécessaire qui porte à la réflexion et au calme." Et de conclure : "Une euphorie permanente serait trop fatigante."
Si le coeur vous en dit, faites une petite balade dans cette montagne magique. Vous vivrez un petit moment triste et doux, un peu hors du temps. Un tout petit moment, comme dans un rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
Nowowak
  10 juillet 2021
Je pense que je n'ai pas grandi. Je suis toujours cet enfant qui veut découvrir les choses derrière les choses tout en ayant parfois la frousse. Une grotte m'envoûte mais je suis un rien (un gros rien) claustrophobe. Les montagnes enneigées m'attirent mais j'ai le vertige. Pour sauver quelqu'un de proche tout est possible, à commencer par dépasser ses limites. La santé est le bien le plus précieux.
Des trésors j'en ai cherché mille. Mes yeux d'adulte en cherchent toujours et il est rare que je marche sans me mettre sur la pointe des pieds, sans soulever une pierre, sans écouter un oiseau, sans tourner le regard vers une porte cochère ouverte, sans me glisser dans une cour qui n'attend que moi ou un escalier au charme nostalgique. Même dans les villes bétonnées je me sens comme ces gamins explorateurs d'une île inconnue.
Ce joli conte rempli de belles images nous replonge dans notre enfance faite de monstres cachées sous le lit et de sorcières à ventouses planquées dans la penderie. C'est aussi le monde des grands qui vous racontent n'importe quoi pour vous faire peur. le monde des jeux de cache-cache qui nous entraînent vers des couloirs dont on dit que ce sont les antichambres de l'horreur. Qui ne s'est jamais perdu dans les entrelacs des caves et des souterrains de son immeuble ne comprendra pas ces angoisses rétrospectives.
Quand on repense à son enfance on se dit que l'on aurait du faire ça ou dire ceci. Pas de touche back, ce qui est fait est fait, ce qui n'a pas été fait est perdu. Petit je ne voulais pas devenir auteur de manga ou cosmonaute. Je me laissais glisser sur la vague, j'essayais de gérer mes émotions, ce qui est déjà un gros boulot quand on a des parents loin de ceux de Ken-Ichi et que l'on n'est pas né à Tottori mais dans le 92. Ado, je voulais devenir riche et célèbre sans comprendre ce que c'était. Etre riche est ne manquer de rien sauf du superflu, être célèbre est connaître des gens qui vous aiment. Etre heureux est posséder une bonne santé physique et morale. Je souhaite donc que ceux qui me lisent connaissent ce bonheur.
Nowowak

Lien : https://pasplushautquelebord..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4320
manU17
  23 mai 2013
Ken-Ichi, un jeune garçon, est confié à ses grands-parents avec sa soeur Sakiko. Leur mère doit être hospitalisée pour une grave maladie. Tout est préférable plutôt que se morfondre en repensant à son père défunt ou à sa mère qu'il craint de ne plus revoir elle non plus. L'été arrivé, quoi de plus dépaysant pour Ken-Ichi que de partir à l'aventure avec ses copains. La pêche aux écrevisses, prétexte à patauger dans le cours d'eau, laisse place à de secrètes excursions sur la montagne qui domine Tottori. Il ne reste désormais plus que les ruines de l'ancien château qui la couronnait autrefois.
Cependant, une légende aussi intrigante qu'effrayante a un effet attractif incontrôlable sur les jeunes esprits avides de sensations fortes. On raconte que les grottes et souterrains qui lui dévorent les entrailles abriteraient une « sorcière ventouse » qui se nourrirait de jeunes enfants à la chair tendre… On dit même que la montagne aurait grondé et bougé, le jour où la municipalité ce serait décidée à y faire quelques travaux d'aménagements pour le tourisme…
Après la frayeur provoquée par l'exploration des premiers mètres d'une galerie, la présence de la sorcière s'étant fait ressentir ou était-ce tout bonnement la fertile imagination des juvéniles explorateurs, une averse va conduire Ken-Ichi à s'abriter dans un vieil édifice colonial abritant un musée du folklore régional. Un endroit assurément plus paisible mais non moins propice à l'imagination. Pour preuve, une sorte d'énorme salamandre va s'adresser à lui. Elle l'attend depuis dix ans, il a été choisi !
L'histoire ne fait que commencer.
C'est suite à sa découverte des « mangas étrangers », dans un premier temps les comics américains puis plus particulièrement la bande dessinée européenne, qu'est venue à Jiro Taniguchi l'envie d'abord et l'idée ensuite de la Montagne Magique. Cette montagne possède indéniablement un terreau fertile à l'imagination et nous replonge dans nos années de jeunesse quand le moindre début de grottes, la moindre vieille ruine recouverte de lierres et de ronces nous donnaient des ailes et des allures d'aventuriers qu'aucun danger ne pourrait jamais faire reculer. Un dessin sobre et touchant au service d'un univers éminemment poétique et fantasmagorique qui ne manquera pas de vous transporter si vous avez su garder votre âme d'enfant.
La Montagne Magique de Taniguchi, évasion réussie…

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
dancingbrave
  28 mai 2018
Mélancolie, esprits inquiétants, esprits protecteurs, puissances telluriques, visages tristes, calmes, résignés. Couleurs bistres, pastelles, parfois sépia. Telles sont les impressions que me laissent ce magnifique manga de Jiro Taniguchi.
L'histoire, en elle-même, importe peu ; sorte de conte fantastique qui n'est que le support à ce travail que l'auteur effectue sur nous, faisant entrer en résonnance esprit, coeur et matière.
Chaque fois que je lis un Taniguchi, j'éprouve ce sentiment de confort cotonneux, ce contrepoids apaisant à l'effervescence insipide de la recherche outrageante du pseudo bonheur à tout prix.
La mélancolie, la nostalgie, le calme ont beaucoup plus à voir avec le vrai bonheur. Tel est le message très clair de l'auteur.
Commenter  J’apprécie          411


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2008
Lecture jeune, n°126 - Eté 1967, à Tottori, petite ville de province, deux enfants ont été confiés à leurs grands-parents, tandis que leur mère, gravement malade, est à l’hôpital. Pour échapper au désoeuvrement et à l’inquiétude familiale, l’aîné explore la montagne. Dans le musée local, une salamandre lui propose un étrange marché : si les enfants l’aident à regagner la source magique, au coeur de la montagne, leur mère guérira miraculeusement. Grand amateur de bandes dessinées, Jirô Taniguchi comble un rêve ancien en parant son dernier manga des atouts luxueux des albums européens : publié en grand format, en couleurs, sous une couverture cartonnée impensable au Japon, ce joli conte initiatique et fantastique ne devrait pas dérouter les jeunes lecteurs, qui goûteront l’élégance du trait et la sensibilité du récit.

Et ils seront certainement émus par ce retour de l’auteur à Tottori (sa ville natale) et à ses thèmes favoris : la nostalgie de l’enfance, l’enchevêtrement douloureux de la vie et de la mort, la présence protectrice d’ombres bienfaisantes, la splendeur d’une nature aujourd’hui menacée.

Charlotte Plat
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
dancingbravedancingbrave   03 mai 2018
[…] La mélancolie a à voir avec la sensation d’impermanence, je trouve cela très beau ou plutôt c’est ce qui, dans les sentiments humains, me semble le plus subtil, insaisissable et, sans doute, le plus précieux. La mélancolie n’est pas considérée comme une maladie mais comme l’état le plus pur de l’individu, et donc aussi le plus vulnérable.[…] L’état dépressif n’est pas absolument mauvais et je pense même que c’est un état nécessaire qui porte à la réflexion et au calme. […] Je pense qu’il faut toujours garder cette sorte d’interstice, de vide, dans son esprit, son cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
missmolko1missmolko1   14 juin 2015
J'ai grandi a Tottori, une ville fondée au Moyen-age autour d'un château. De quelque endroit de la ville que ce soit la montagne faisait toujours partie du paysage. Jusqu’à la 11e année de l’ère Meiji (1878) pendant laquelle il fut détruit le donjon du château se dressait a son sommet. Ensuite, pour nous les enfants, les ruines, au flanc de la montagne, sont devenues notre terrain de jeu.
Commenter  J’apprécie          140
dancingbravedancingbrave   02 mai 2018
Je vis parfois (un léger état dépressif) mais j’ai l’impression que c’est un état nécessaire à l’être humain. Comme il y a la clarté et l’obscurité, la lumière et l’ombre, je pense que si l’Homme était toujours dans un état d’euphorie il exploserait. La mélancolie me semble être une sorte de remède pour équilibrer l’esprit.
Commenter  J’apprécie          162
Nastie92Nastie92   17 novembre 2014
La grand-mère : Oh ! Quelle bonne surprise ! Ken-Ichi qui fait ses devoirs !
Sakiko (la petite sœur) : C'est pas ce que tu crois, Mamy ! C'est parce que tous ses copains sont partis en vacances avec leurs parents. Pas vrai, Ken ?
Ken : Sakiko ! Tu peux pas la fermer !
Commenter  J’apprécie          170
WyomingWyoming   19 septembre 2021
Si j'en avais encore la force, je serais prêt à aller un peu partout où je pourrais me trouver ainsi en relation avec la nature et les gens.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Jirô Taniguchi (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jirô Taniguchi
Cinéma : le "Sommet des Dieux"
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Jirô Taniguchi

Dans quel film le mangaka apparaît-il?

Quartier lointain
L'élégance du hérisson
Stupeur et tremblements

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : Jirô TaniguchiCréer un quiz sur ce livre

.. ..