AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michèle Bouchet-Forner (Traducteur)
EAN : 9782266096560
480 pages
Pocket (07/06/1999)
4.22/5   53 notes
Résumé :
Le Rub-al-Khali, Les Sables, l'Empty Quarter, le Royaume du vide : le Désert des déserts, 1 300 kilomètres sur 800 de dunes rouges, orange, collines escarpées, falaises entrecoupées de vallées blanches, givrées par le sel.

Dans les années de l'immédiat après-guerre, un homme s'y aventure par deux fois, traverse ce territoire interdit de bout en bout. Fils d'un ambassadeur britannique, élevé en Éthiopie, Thesiger ne s'est jamais adapté au confort de la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Corboland78
  29 mars 2012
Wilfred Thesiger (1910 - 2003) était un explorateur et un écrivain britannique. Il est surtout connu pour ses descriptions des peuples nomades africains et asiatiques.
Son ouvrage, le Désert des Déserts est sous-titré « Avec les Bédouins, derniers nomades de l'Arabie du Sud ». Il s'agit du récit de ses deux expéditions pour cartographier le sud de l'Arabie entre 1945 et 1950. Des milliers de kilomètres parcourus à dos de chameaux, à travers les dunes et déserts de sable, accompagné de quelques Bédouins fidèles, partageant avec eux joies et souffrances quand la nourriture et l'eau venaient à manquer.
Seul un amoureux fou du désert pouvait se lancer dans une telle aventure et Wilfried Thesiger l'était assurément. Même si le lecteur ne se sent pas apte à dupliquer l'exploit, il peut en comprendre les motivations quand l'auteur écrit « Dans le désert, j'avais fait l'expérience d'une liberté impossible dans le monde civilisé, d'une vie allégée de tout bien personnel et appris qu'en fait ce qui n'est pas de première nécessité encombre. »
Si le voyage vous tente, vous saurez tout sur la vie des Bédouins et vous en apprendrez énormément sur les chameaux. L'origine du tam-tam arabe vous sera révélée, coutumes et us des tribus n'auront plus de secrets pour vous.
Mais Thesiger ne devra pas seulement faire avec les particularités des autochtones, il devra aussi déployer des talents de fin politique et des ruses dignes de Sioux, pour passer outre (d'eau fraîche !) les interdictions de circuler dans certaines zones ou slalomer entre les tribus rebelles pour parvenir à ses fins. Bien entendu on songe à Lawrence, mais c'est un compliment.
Un texte très moderne aussi car Thesiger qui ne voyage qu'à dos de chameau, devine déjà les conséquences induites par les forages pétroliers, de l'arrivée proche de voitures et avions dans la région sur le mode de vie des nomades : « des forces économiques échappant totalement à leur contrôle, finiraient par les condamner à vivre dans les villes où, « main-d'oeuvre non spécialisée », ils rôderaient sans espoir le long des rues ».
Un très beau texte écrit par un Européen de nationalité, mais Bédouin de coeur, ayant vécu au plus près de ces hommes, en parfaite harmonie avec la nature, même quand elle se montrait hostile de prime abord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
GabySensei
  06 décembre 2011
Wilfred Thesiger est l'un des plus grands explorateurs du XX ème siècle. Et pour notre plus grand bonheur c'est aussi un écrivain remarquable.
Dès les première lignes du livre on comprend que l'on entre les mains un livre qui "restera". Chaque mot fait sens et se nourrit de la grande expérience de l'auteur. Il nous raconte plusieurs années d'exploration dans les déserts de la péninsule arabique juste après la deuxième guerre mondiale. Il avait été mandaté par la société royale de géographie afin d'étudier la reproduction des criquets. Mais il s'agit d'un alibi qui va très vite se perdre dans les sables car Thesiger est beaucoup plus intéressé par les hommes. A l'époque, la civilisation occidentale n'avait que très peu pénétrée ces contrées. Il nous fait découvrir ces bédouins du désert qui vivent de la même manière depuis la nuit des temps et qui, sous l'action inspirée de Mahomet ont été à "l'origine d'un des plus grands ébranlements de l'histoire humaine".
Ce livre bien qu'édité dans une collection d'éthologie se dévore comme un excellent roman d'aventure.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Voirac
  22 décembre 2021
AVEC LES BÉDOUINS SUR LES TRACES DE LAWRENCE.
Aventurier-naturaliste et géographe anglais, l'auteur est un des premiers européens à explorer le désert du sud de l'Arabie Saoudite et à en dresser les cartes entre 1946 et 1948. Parcourant ergs et regs à dos de chameau avec une petite troupe armée de bédouins, il partage la vie des nomades et nous fait découvrir leurs moeurs probablement millénaires. Dernier témoignage d'un peuple loyal, hospitalier, endurant et austère, dont les coutumes ont disparu depuis avec les puits de pétrole et les pick-up 4x4. L'auteur nous fait vivre en direct la beauté des paysages, nous fait partager sa soif d'un puits à l'autre, nous donne faim en ne buvant que du lait de chamelle, nous fait trembler pendant les attaques des arabes qui veulent tuer l'infidèle… bref, une vraie traversée du désert en 400 pages. Les noms des tribus et des personnages arabes sont nombreux et difficiles à mémoriser, mais finalement peu utiles à la compréhension globale. En revanche , les cartes sont précieuses pour suivre l'itinéraire. Un document mémorable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
008micado
  11 février 2020
L'auteur se veut explorateur. Au travers les missions qu'il sollicite auprès du centre britannique des recherches sur les locustes, il veut être le premier européen à traverser vraiment le désert d'Arabie. Au fil des pages l'auteur décrit longuement les bédouins, les paysages mais ses réflexions et digressions sont omniprésentes et pour le moins dérangeantes. Il craint l'arrivée des progrès des la société post première guerre mondiale sans jamais imaginer les bienfaits ou les résistances qu'ils pourraient générés dans le pays. le livre est empreint de paternalisme même si l'auteur a une vision légèrement éloignée du racisme de l'époque . Je n'ai pas vu grand intérêt à ma lecture. J'ai été très agacée par l'auteur et son ego plutôt encombrant.
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  30 juin 2021
Thesiger fait partie de cette caste singulière de voyageurs et aventuriers anglais qui arpentèrent les contrées les plus inaccessibles du monde . Comme Burton ou Lawrence il part explorer des lieux réputés mortels à l'étranger ,se fondant dans les peuples autochtones et payant de chair et de sang le tribut de l'aventure. Moins politique et narcissique que Lawrence il nous permet de découvrir ce désert d'Arabie (pas encore Saoudite) terre de brigands et de prophètes . Un livre magnifique.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   21 avril 2018
Seuls les Bédouins sont capables de vivre dans les déserts qui couvrent la majeure partie de l’Arabie. Les autres Arabes se sont installés dans les rares endroits où il est possible de vivre de la culture de la terre. A l’exception de quelques serfs et de la populace de certaines grandes villes, tous ces Arabes sont membres de tribus. La plupart d’entre eux vivent au Yémen, cette fertile région d’Arabie que les Romains appelaient Arabia Felix, et qui est, peut-être, le berceau de la race sémitique. Les Arabes eux-mêmes font une distinction entre les « Arab al Araba », ou Arabes purs, qui prétendent descendre de Qahtan, ou Joktan, et sont originaires du Yémen, et les « Arab al Mustaraba », ou Arabes d’adoption, qui descendent d’Adnan, lui-même descendant d’Ismaël, et sont originaires du Nord. Les spécialistes européens ont confirmé l’existence de deux races en Arabie, les Arabes du Sud, à la tête ronde, et les Arabes du Nord, à la tête allongée ; mais toutes deux vivent en Arabie depuis les premiers âges. Coupés du monde extérieur par le désert et par la mer, les habitants de l’Arabie ont conservé la pureté de leur race. Les pays avoisinants, l’Égypte, la Syrie, et l’Iraq, ont été de grandes voies d’invasion, mais on ne trouve pas trace de pénétration dans la péninsule Arabique. Certes, les Éthiopiens, les Perses, les Égyptiens et les Turcs ont périodiquement essayé d’imposer leur loi au Yémen, à Oman, au Hedjaz et même au Nedjd. Ils ont occupé les grandes villes et se sont lancés, souvent sans succès, dans des guerres intermittentes contre les tribus. Certes, leurs mercenaires ont laissé des descendants dans les villes de garnison, mais jamais ils n’ont mêlé leur sang à celui des membres des tribus. Aucune race au monde ne fait aussi grand cas de son lignage et aucune n’a su garder son sang aussi pur. Bien sûr, dans les villes, en particulier dans les ports, d’autres sangs se sont mêlés au sang arabe, mais cela ne représente guère qu’un peu d’écume sur les rives du désert.

Tout en cheminant, je songeais qu’il n’existait une telle continuité nulle part ailleurs que dans le désert d’Arabie. Ici, des nomades de race sémitique, ressemblant à mes compagnons, avaient dû garder leurs troupeaux bien avant que les Pyramides ne fussent construites ou que le déluge n’effaçât toute trace humaine dans la vallée de l’Euphrate. Sur tout le pourtour du désert, les civilisations qui se succédèrent connurent la grandeur, puis la décadence : les Minéens, les Sabéens et les Himyarites au sud de l’Arabie ; l’Égypte des Pharaons ; Sumer, Babylone et l’Assyrie ; les Hébreux et les Phéniciens ; les Grecs et les Romains ; les Perses ; l’Empire musulman des Arabes, et enfin, les Turcs. Ces civilisations durèrent quelques siècles, ou plusieurs milliers d’années, puis elles s’effondrèrent ; de nouvelles races apparurent, puis disparurent ; des religions surgirent, puis tombèrent en désuétude ; les hommes, tentant de s’adapter à un monde changeant, se transformèrent ; mais dans le désert, les tribus nomades continuèrent à vivre selon un mode et un rythme de vie quasiment inchangés, au cours de ces millénaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Corboland78Corboland78   29 mars 2012
Nous étions quatre à avancer depuis un mois avec des ressources très modestes - peu d'eau et encore moins de nourriture. L'un de nous a eu la chance de tuer un lièvre. Nous discutâmes longtemps de la manière dont il fallait l'accommoder. Finalement, nous avons trouvé un puits et nous l'avons préparé. Ce fut long et mon impatience allait croissant. Soudain, au moment de s'attaquer au lièvre, nous avons vu surgir quatre Bédouins. Nous les avons accueillis, nous leur avons offert du café et des dattes. Et comme ils n'avaient pas mangé de viande depuis plusieurs mois, le lièvre leur fut donné. Nous n'en avons pas mangé un seul morceau. Pour mes compagnons, c'était normal puisque les nouveaux arrivants étaient nos hôtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cielo1984Cielo1984   25 mai 2013
Ce que je cherchais, à travers les épreuves qu'impose l'exploration des déserts et au contact des peuples qui les habitent, c'est la paix de l'âme. Certes, j'avais assigné un but à chacun de ces voyages, mais il n'avait en soi que fort peu d'importance. (…) Non, ce n'est pas le but qui importe, mais le chemin qu'on accomplit pour l'atteindre, et, plus le parcours est difficile, plus le voyage a de prix. (…) Mon hostilité à l'égard des inventions modernes tient peut-être précisément à ce qu'elles rendent les choses trop faciles. (…) Pour ma part, je n'aurais guère aimé traverser le Désert des déserts en automobile. Heureusement, cela était impossible à l'époque où j'entrepris mes voyages, car franchir les Sables à dos de chameau, alors que cela pouvait se faire en voiture, aurait réduit l'aventure à un simple exploit sportif. ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   08 février 2013
Vivant une vie impitoyablement rude, ils sont eux-mêmes sans indulgence pour qui manque de patience, de bonne humeur, de générosité, de loyauté ou de courage. Ils n’accordent aucune circonstance atténuante aux étrangers. Celui qui prétend partager leur vie doit respecter leurs conventions et se conformer à leurs normes. Il faut en avoir fait l’expérience pour se faire une idée réelle des épreuves physiques auxquelles ils sont soumis sans trêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
liberligerliberliger   02 novembre 2012
Non, ce n'est pas le but qui importe, mais le chemin qu'on accomplit pour l'atteindre, et, plus le parcours est difficile, plus le voyage a de prix. Qui oserait prétendre qu'il est moins exaltant d'escalader une montagne que d'arriver au sommet par le funiculaire ? Mon hostilité à l'égard des inventions modernes tient peut-être précisément à ce qu'elles rendent les choses trop faciles.
Commenter  J’apprécie          70

Dans la catégorie : Sociologie des françaisVoir plus
>Groupes sociaux>Groupes raciaux, ethniques, nationaux>Sociologie des français (135)
autres livres classés : BédouinsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
532 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre