AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290148687
Éditeur : J'ai Lu (07/10/1999)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 128 notes)
Résumé :
Géologue, naturaliste d'une longévité et d'une endurance peu communes, Théodore Monod parcourt depuis soixante ans sa terre de prédilection : le Sahara. Le jeune savant nous entraîne ici dans ses premières Méharées : au cours de ces longs raids à dos de chameau, il va couvrir jusqu'à six cents kilomètres à travers la Mauritanie ou le sud marocain. Mais bien plus que la performance, c'est la nature qui l'intéresse : falaises, sables et pierres ; scorpions, serpents o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  03 juillet 2015
Théodore Monod, océanographe devenu saharien nous fait partager sa passion du désert. Demeurant navigateur mais ayant changé de monture ; troquant son bateau pour les méharis, il traverse cet univers impitoyable.
Chercheur de cailloux, de traces laissées par les hommes, de tessons de poterie, « Sautillant pieds nus dans des touffes de cram-cram, généreusement chargées d'épillets mûrs à point aux mille aiguillons barbelés, les poches gonflées d'excréments secs et crayeux de crocodiles en guise de pièces à conviction. »
Explorateur infatigable, il nous raconte son désert avec humour et beaucoup d'humilité. Il nous parle cette vie sauvage, élémentaire, dépouillée, désagréable, mais saine. Une vie qui ne confond pas l'accessoire et l'essentiel, comme dans nos sociétés « civilisées ».
Le désert est pour lui aussi la joie de la découverte. Il veut y aller voir de ses yeux, avec son marteau, son calepin et son anéroïde. Voyageur qui apprécie l'immensité, les horizons sans limites, qui lui donnent un sentiment de liberté.
Ce marcheur du désert reçoit en échange de ses efforts une leçon d'humilité. L'homme est remis à sa juste place, cohabitant avec les bêtes, combattant l'hostilité de la nature, spectateur et non « Roi de la création ».

J'ai aimé découvrir cet homme humble, drôle, tolérant et profondément humaniste, ainsi que sa passion pour ce désert qui sait rester beau dans son extrême dépouillement ; « un endroit qui est propre et qui ne ment pas ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          707
RChris
  14 octobre 2016
Je ne suis ni un trekkeur ni un navigateur solitaire et pourtant Monod m' a emmené dans l'immensité, la chaleur de ses voyages.
Fait de chroniques disjointes, ce livre nous fait traverser les déserts et nous entraîne dans des contrées colorées, sèches et aventureuses. La traversée, pourtant monotone, ne se répète pas, émaillée d'anecdotes, de descriptions toujours variées.
Le vocabulaire sophistiqué, technique ou exotique contribue à nous dépayser. le style donne sa place à la dérision, clin d'oeil pour nous rappeler que l'auteur n'est pas un surhomme.
Commenter  J’apprécie          321
IreneAdler
  30 janvier 2014
Marin, c'est sur les dunes qu'il a choisi de naviguer. Savant, il a contribué à à éclaircir le mystère saharien. Histoire, botanique, géologie, il a grandement comblé le vaste blanc qu'était le Sahara des cartes des années 1930. Comme un vrai Saharien, il a choisi le seul véhicule capable de le franchir sans (trop) d'encombres : le chameau.
Il nous livre ses premières pérégrinations désertiques, ses découvertes parfois surprenantes (le Sahara fut un jour vert et lacustre), les problèmes qui surgissent (eau, blessures...) avec un humour discret et parfois un peu d'autodérision. Et surtout son amour du désert, vie à l'opposée de celle d'Europe, qu'il juge futile, coupée de la nature (destruction des fonds océaniques, déjà ; claustration), sur la voie de la surconsommation (nourriture, objets.) Ces réflexions, datant des années 1930, m'ont semblé très contemporaines (écologie, nature, nourriture) Il est pour un mode de vie plus frugal, presque végétarien, plus de respect et de contacts avec la nature.
80 ans plus tard, voyez où nous sommes...
PS : la carte du Sahara de mon édition (Arthaud poche) est quasi illisible. Ce n'est pas très agréable, d'autant que je ne connais pas la topographie des lieux. J'espère que celle de l'édition Babel est mieux imprimée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
miriam
  15 décembre 2013
Incontournable! (je déteste cet adjectif) . Comment, après plusieurs voyages en contrées désertiques, ai-je pu passer à côté de ce livre? peut être étais-je impressionnée par l'envergure de l'auteur.
C'est avec un plaisir sans mélange que je goûte cette lecture.
si la monotonie du désert effraie certains, ce livre est tout sauf monotone! Chaque chapitre est écrit sur un ton, un style différent. Tour à tour, le géologue, le naturaliste prend la parole et jamais de façon pédante, toujours accessible et souvent drôle; Puis il convoque la Bible, dans ce qu'elle livre de plus documentaire sur la vie des nomades qui n'a pas tellement changé, Ensuite l'ethnologue cherche les pétroglyphes parfois des graffitis modernes, interroge des touaregs sur des langues en voie d'extinction. Tantôt il raconte un service militaire comme méhariste avec l'absurdité militaire sous la plume d'un pacifiste. Roman d'aventure, ce celui qui rencontre des crocodiles, collectionne leurs crottes fossilisées, prend un bout de bois pour une vipère mais se fait piquer par un scorpion.
que d'aventures divertissantes!
Il va bien falloir que je rende le bouquin à la bibliothèque, mais je crois que je vais l'acheter!
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
terryjil
  02 octobre 2015
Pacifiste, sans alcool et végétarien (des opinions qui ne devaient pas être fréquemment réunies dans les années 1930), Théodore Monod a écrit un bon livre très sympathique, plein d'humour ( ah, la blague du "serpent", ou celle de la "cacahuète"!). du recul et du pragmatisme pour décrire les réalités arides de la vie au désert, et de la passion pour l'avancée du savoir et la beauté d'une vie dépouillée de superflu. Pas d'histoire linéaire ni de conclusion, mais des anecdotes, des pensées, des récits de voyages, le tout en paragraphes court et faciles à lire; enfin, avec un bémol: parfois des mots et des expressions très peu courants! qu'est-ce que le livret Chaix, qu'est-ce qu'un calotropis, une primulacée, qui était Psichari? J'aurais apprécié quelques notes de bas de page dans mon édition Babel, à laquelle je n'ai rien à reprocher par ailleurs (l'impression est bonne, le papier est toujours blanc et les pages tiennent toujours ^^)...
Commenter  J’apprécie          91
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   02 juillet 2015
Ils ne comprennent pas, ils ne peuvent pas comprendre que l'on puisse se préoccuper d'autre chose que de ce qui se mange ou se vend; l'hypothèse est absurde, invraisemblable. Alors ? Alors, ou bien, de ces cailloux, le mystérieux voyageur, qui échappe aux classifications usuelles - n'étant ni caporal, ni capitaine, ni boutiquier - va tirer de fabuleuses richesses, de l'or, une fortune, ou bien, tout simplement c'est un 'majnoun', un fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
gouelangouelan   01 juillet 2015
Au lieu de chercher dans la prohibition islamique prétexte à plaisanteries plus ou moins spirituelles, au lieu de nous réjouir publiquement, avec une presse vendue à la cause du vin "national", des progrès de la consommation des boissons fermentées ( c'est à dire en français, de l'alcool et de l'alcoolisme) en pays musulman, sachons admirer un grand exemple et renonçons au fallacieux espoir que la vue d'un sous-officier ivre soit toujours de nature à rehausser, aux yeux de l'indigène saharien, le prestige du "chrétien" et du "civilisé".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
gouelangouelan   03 juillet 2015
Dans tous les pays du monde, et de tout temps, les gamins , les désœuvrés, les amoureux et les artistes ont tenu à décorer les murailles, naturelles ou non, les troncs d'arbres, les bancs , les pupitres, les portes, les piliers, les nefs - d'église et de mer - , toutes les surfaces disponibles.
Des gribouillis de l'écolier...à Michel-Ange... en passant par les silhouettes de bisons tracées par les hommes des cavernes...la tentation artistique est irrésistible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
gouelangouelan   03 juillet 2015
D'aussi prodigieux changements dans l'aspect d'un pays donnent à réfléchir et parlent singulièrement à l'imagination : le vertige du temps, comme celui de l'éternel devenir des choses matérielles, vous prend aux entrailles. Oui, comme dit l’Écriture, "la figure de ce monde passe..."
Commenter  J’apprécie          130
terryjilterryjil   02 octobre 2015
On s'en passera [du feu], accident heureusement très rare, car il est mal fait pour entretenir la belle humeur au camp: le feu, au bout d'une longue étape d'hiver, ce n'est pas seulement le riz et le thé, c'est la lumière, c'est la chaleur, le bien-être, la joie, quelque chose de beau et de vivant à contempler, enfin, après vingt-quatre heures de chaos, dans un paysage d'avant la création.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Théodore Monod (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Théodore Monod
Théodore Monod, Arpenteur de l'Univers 1ère Partie. Ces deux vidéos existent également en livret avec 2 CD. Une série d'entretiens.
LES GRANDES HEURES. INA/RADIO FRANCE
Dans la catégorie : Togo (Géographie)Voir plus
>Géographie générale>Géographie de l'Afrique>Togo (Géographie) (35)
autres livres classés : saharaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
409 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
.. ..