AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Hélène Amalric (Traducteur)
EAN : 9782070362738
400 pages
Gallimard (22/01/2009)
3.94/5   118 notes
Résumé :
On a décapité un ange, l'ange de pierre qui veillait sur la tombe de Hayley une gamine morte il y a vingt ans et qui fut-elle -même décapitée.
Pour Caroline, la mère c'est le cauchemar qui continue. Comme s'il ne suffisait pas d'avoir perdu sa fille, quelqu'un semble vouloir ressusciter ce douloureux passé.
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 118 notes
5
8 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

J'ai été agréablement surprise par ce roman. C'est une auteure que je découvre et je dois dire que ce livre a rendu mes trajets en métro plutôt plaisants.

Cette histoire m'a fait pensé aux romans de Mary Higgins Clark: on retrouve le côté familial avec des personnages attachants, une tragédie qui vient briser un peu cette utopie et une enquête avec du suspense. Ici on se demande si l'auteure va basculer dans le genre paranormal ou non, puisque des événements font ressurgir le drame de la petite fille morte il y a des années.

J'ai beaucoup aimé l'histoire ainsi que ses personnages. Notamment Caroline qui est à la fois forte, raisonnée et sensible. J'ai également aimé son cadre de vie dans lequel l'auteure nous plonge.

Le style d'écriture est simple et j'ai trouvé agréable que l'auteure ne s'attarde pas sur des détails inutiles pour brouiller les pistes.

En plus de cela, la fin est assez surprenante.

Mon avis sur ce livre est donc positif car j'ai passé de bons moments, et ce sont ces petits moments de plaisir que l'on recherche dans la littérature après tout ;-)

A lire.

Commenter  J’apprécie          510

Voici un policier plaisant à lire.

Dire que le suspens est fort serait exagéré selon moi, mais j'ai quand même bien apprécié l'intrigue parce qu'elle nous tient en haleine jusqu'au bout, et également  l'écriture avec son style facile mais  pas mièvre.

Un agréable moment de lecture.

Commenter  J’apprécie          220

J'ai beaucoup aimé ce thriller qui m'a tenu en haleine de la première à la dernière page. Je l'ai dévoré mais ça, ce n'est pas exceptionnel vu mon rythme de lecture lol

Ce n'est pas un roman emprunt de surnaturel mais bien un thriller.

On sait que les fantômes n'existent pas, n'empêche qu'il y a des phénomènes difficiles à expliquer comme une voix d'enfant au téléphone qui se dit être Hayley ou autre exemples : de mystérieux messages..

C'est troublant car il est facile de penser qu'il y a un fantôme revenu se venger et que la petite est finalement vivante.

Est ce le cas ??

Et bien je ne vous le dirait pas : )

Il est impossible de deviner ce qui va se passer et je ne m'attendait pas du tout à cette fin. Ce roman m'a vraiment surpris de la première à la dernière page.

Il y a beaucoup de suspense, des surprises..

Le dénouement fait froid dans le dos, c'est machiavélique, super bien trouvé, chapeau à l'auteur !

Ce n'est pas un roman violent malgré les meurtres, il n'y a pas de violence gratuite et aucunes scènes gores.

On ne s'ennuie pas du tout, il n'y a pas une seule longueur et c'est vraiment un thriller à découvrir pour les amateurs du genre.

Commenter  J’apprécie          100

J'ai commencé le roman "Noir comme le souvenir" à reculons. La couverture et son résumé ne sont pas du tout représentatifs du contenu et j'ai bien failli passer à côté d'un moment de lecture agréable.

Le roman policier débute par une scène d'enlèvement. Un père de famille laisse sa petite fille sans surveillance quelques instants et un individu déguisé en clown en profite pour la kidnapper. Bien sûr, le clown (ou Twinkle) nous fait immédiatement penser au célèbre roman "ça" de Stephen King. Cependant, le thriller de Carlene Thompson fait moins dans l'épouvante que son collègue, même si je reconnais avoir eu parfois des frissons.

Caroline est une mère de famille comblée avec Greg et Melinda, 15 et 8 ans. Mariée à un gynécologue, elle semble mener une vie équilibrée. Cependant, on apprend très vite que Caroline a été l'épouse d'un autre homme, un artiste prénommé Chris. Avec lui, elle a eu une petite fille nommée Hayley, assassinée à l'âge de 6 ans. Je vous épargne les détails glauques. Dans le livre, il y en a et cela fait partie des choses que j'ai moyennement apprécié. Sûrement parce que cela touche une enfant. Les âmes très sensibles peuvent donc s'abstenir !

Ce passé resurgit lorsque une petite fille blonde qui prétend être Hayley débarque dans la vie de Caroline.

Ce que j'ai aimé, c'est la touche de surnaturel qui plane sur l'histoire.

Il y a beaucoup de meurtres au détriment d'une véritable enquête et de nombreuses ellipses. Bizarrement, je les ai trouvées justifier.

Le dénuement est surprenant mais très légèrement tiré par les cheveux, à l'image du reste du livre. Par exemple, Caroline décide une nuit de se rendre seule dans un cimetière pour récupérer un bouquet de fleurs. le personnage principal ne fait pas toujours preuve de beaucoup de discernement !

L'utilisation du personnage du clown est pertinent et la référence (volontaire ou non) à King ne m'a gênée non plus, au contraire !

Il s'agit d'un roman qui donne la chaire de poule sans faire dans le gore.

Le style de Carlene Thompson m'a fait penser à celui de Mary Higgings Clark.

Commenter  J’apprécie          20

C'est le deuxième roman que je lis de cet auteur et j'ai tellement adoré que je n'ai pas lâché les 150 dernières pages.

Au début, on se croit dans un roman fantastique ; l'esprit de la petite fille enlevée, massacrée et brûlée revient-elle pour se venger ? L'atmosphère en devient vite pesante, surnaturelle avec des voix d'outre-tombe, des histoires de fantômes, des bouquets de fleurs noirs avec des messages en lien avec le passé, cette poupée qui réapparaît... Chaque fin de chapitre relance le suspense et l'attention du lecteur par des évènements troublants et terrifiants. Cet arrière-plan troublant est présent pendant tout le livre, l'enquête suit son cours, les meurtres se succèdent. Mais qui donc est capable de tuer en faisant entendre une voix d'enfant à ses victimes ?

Le suspense est très bien entretenu, c'est haletant et joliment "flippant" !!

Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation

Bien qu'elle n'ait jamais été religieuse, quelque chose dans la musique qui résonnait doucement à l'orgue, dans la croix dorée brillant au-dessus de l'autel, dans le rayon de soleil hivernal transperçant les vitraux, l'emplissait du sentiment de la présence de quelque chose de plus grand et de plus puissant que l'homme. S'agissait-il d'un pouvoir bienveillant ? se demanda-t-elle. en pensant au meurtre de sa petite fille; cela lui paraissait impossible, et pourtant, ici, dans cet endroit calme et imposant, elle parvenait presque à croire en un Dieu veillant sur les humains perdus qui étaient Ses enfants, un Dieu qui avait une raison d'emporter les innocents.

Chapitre 12. II

Commenter  J’apprécie          10

Les gens qui sont bons avec les animaux sont des gens bien.

Commenter  J’apprécie          172

Il n’y a que dans la fiction que les gens ont des têtes suspectes. Les tueurs en série ont en général l’air parfaitement normal. Regarde Ted Bundy ou Albert DeSalvo, l’Étrangleur de Boston. S’ils n’avaient pas présenté une apparence parfaitement normale, ils n’auraient jamais pu approcher toutes ces femmes d’aussi près.

Commenter  J’apprécie          10

C'était All Hallows' Eve, la veille de la Toussaint, la nuit où les âmes des morts étaient censées visiter leurs anciennes demeures. Elle frissonna, puis se moqua d'elle-même. Même si elle avait été superstitieuse, ce qui n'était pas le cas, cette maison-ci était entièrement neuve. Personne n'y avait jamais vécu, il n'y avait donc personne pour y revenir, même sous forme d'esprit. Et pourtant, ce soir, quelque chose dans l'atmosphère de la maison la perturbait, un air d'attente et de conspiration, comme si la maison, ou quelque chose à l'intérieur l'observait.

Chapitre 3. II

Commenter  J’apprécie          00

Aujourd'hui, un air de désolation régnait sur la colline, et les feuilles volaient au-dessus des tombes dans le vent froid qui s'était levé lorsque le soleil s'était brusquement évanoui dix minutes plus tôt. (...). A l'époque de l'enterrement de Hayley, le cimetière était parfaitement entretenu. Mais la gérance avait changé, et depuis quelques années, Caroline avait remarqué avec désespoir l'aspect de plus en plus négligé des lieux.

Chapitre 2

Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Noir comme le Souvenir

David est médecin. Il est de garde à l’hôpital

3 soirs par semaine.
3 week-ends par mois.
Il a un horaire changeant.

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Noir comme le souvenir de Carlene ThompsonCréer un quiz sur ce livre