AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Anna Gibson (Traducteur)
EAN : 9782264043160
432 pages
Éditeur : 10-18 (05/03/2008)
3.84/5   29 notes
Résumé :
Le roman s’attache à cinq années de l’existence du romancier Henry James, de 1895 à 1899. Il commence par l’un des événements les plus douloureux de l’existence de James : l’échec retentissant de sa pièce de théâtre, Guy Domville, à Londres en janvier 1895. Lors de la première, les applaudissements des amis de James sont noyés sous les sifflements du public. Dans un théâtre voisin, en revanche, la nouvelle pièce d’Oscar Wilde fait un triomphe. Après ce fiasco, James... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
LadyDoubleH
  05 octobre 2014
Colm Toibin (écrivain irlandais que j'affectionne particulièrement) réussit avec ce roman le tour de force - quand on sait l'immense talent d'Henry James – de nous faire entrer dans la vie et l'oeuvre de cet écrivain américain majeur, avec un ton et une atmosphère qui ressemblent à un de ses romans. On lit ce livre sur Henry James en ayant l'impression d'être dans un roman d'Henry James où il se raconterait lui-même, et qui décortiquerait les mécanismes de la création et les paysages mouvants aux ramifications multiples, que sont les interactions humaines.
Tout au long de cette biographie romancée, on suit et on accompagne Henry James durant cinq années de sa vie, de 1895 à 1899. Un voyage où espace et temps se mêlent, de la vieille Europe au nouveau continent, en arpentant les méandres et les voies de la mémoire et des souvenirs, des pertes et des ruptures, des interrogations, des désillusions et des succès. Une pérégrination dans la vaste intelligence d'un homme.
Ce livre m'a permis de comprendre intimement (en tous cas il me semble ; et si tant est qu'on puisse oser dire que l'on comprend ainsi les grands hommes) Henry James et son oeuvre. Très vite ensuite je me suis plongée avec bonheur dans le pavé qu'est « les Bostoniennes » (d'Henry James, donc ; du Maître)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
stcyr04
  06 août 2021
Le maître dont il est question ici est Henry James, sans contredit un des plus illustres représentants du roman dans sa plus noble acception, héritier de la tradition du XIXème siècle, et précurseur de la modernité, le plus britannique des auteurs américains. Colm Tóibín nous offre une biographie romancée intimiste. Des origines puritaines d'une famille issue de la Nouvelle Angleterre, marquée par la Guerre de Sécession, à son établissement dans sa terre d'élection d'Angleterre. le romancier Irlandais trace le portrait d'un homme tout à son art, goûtant volontiers la réclusion des cottages, inclinant à la solitude et au silence de l'introspection. Il évoque à demi-mot les inclinations particulières de James, ses amitiés contrastées, la fragilité nerveuse constitutive des membres d'une famille adonnée depuis des générations aux travaux de l'esprit. C'est surtout la fabrique du roman qui nous est donnée de voir, la salle des machines, comment un auteur s'approprie, sans trop s'embarrasser de délicatesse, les motifs de la vie réelle de ses contemporains, pour le retravailler et le remodeler au service de son art.
L'argument de départ du maître est attrayant, mettre en scène une figure de la littérature mondiale dans son travail de recréation. L'exécution en est sobre et solide, trop sobre peut être, le caractère et la personnalité d'Henry James prêtant à l'évidence plus aux demi-teintes qu'aux envolées lyriques, alors fendons-nous d'une litote bien de circonstance : pas inintéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Enya75
  20 novembre 2018
En 1895, après l'échec de sa pièce Guy Domville, James se réfugie en Irlande pour y retrouver l'inspiration grâce à une tranquillité qui va le ranimer. C'est cet épisode de la vie de l'écrivain, de janvier 1895 à octobre 1899, qui est la source de ce roman biographique.
Chaque chapitre est consacré à un thème précis de la vie d'Henry James. James le solitaire a besoin de son entourage pour y trouver l'inspiration... Quand Oscar Wilde triomphe, James perd pied, quand Wilde sombre, Henry James ressuscite... La jeunesse de James aux Etats-Unis... le suicide à Venise de Constance Fenimore Woolson, son amie...
Le roman est pudique, il y a des non-dits, comme l'homosexualité, la peur du qu'en dira-t-on à ce propos, mais tout est dit avec tact et subtilité, sans complaisance cependant, car Colm Toibin ne fait pas abstraction des défauts de l'écrivain mais on sent une réelle admiration pour celui-ci dans le récit.
J'ai lu un roman de qualité, bien écrit, la plume de Toibin est joliment adroite et subtile mais il y a tant de longueurs et de lenteur que je me suis hélas ennuyée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bellonzo
  05 janvier 2014
La littérature irlandaise est si riche que cette rubrique deviendra récurrente car j'aimerais faire partager ma passion pour le pays de Joyce,Wilde,Becket,Yeats...En attendant voici Colm Toibin dont le Maître vient de sortir chez Robert Laffont.C'est un ouvrage très riche,qui explore cinq années de la vie du grand écrivain américain Henry James(Le tour d'écrou,Washington Square,Portrait de femme),lors de sa vie en Angleterre.Toibin,admirateur du Maître,nous entraîne dans le trouble de la création littéraire chez Henry James avec entre autres un joli tableau de la vie des artistes anglo-américains sous les pins de Rome,au bon vieux temps où ne voyageaient que des aristocrates,des écrivains ou des sculpteurs.On y trouve aussi une intéressante étude de la famille américaine,celle de la Nouvelle-Angleterre,de Boston,la seule authentique n'est-ce pas?On est là totalement dans le cinéma d'un James Ivory par exemple.

D'autres romans de Colm Toibin sont tout aussi réussis:Le bateau-phare de Blackwater,Désormais notre exil,et mon préféré,La bruyère incendiée.Mais l'Irlande nous offre bien d'autres auteurs dont on reparlera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jmb33320
  21 mai 2018
Ce roman (ou biographie romancée) est très subtil. le modèle (Henry James) a déteint sur le style de Toibin, mais pour le meilleur. Contrairement à celui de David Lodge, "L'auteur, l'auteur", que j'ai lu et également apprécié, il ne fait référence qu'au cinq années qui suivent l'échec de James au théâtre et non pas à l'ensemble de sa vie. Toutefois, il s'agit aussi d'un retour sur le passé de James, de son enfance à 1899. Et au final reste l'impression qu'on ne peut jamais cerner tout à fait qui que ce soit, avec ses hésitations, ses regrets et qu'il nous faut bien vivre avec eux...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   25 septembre 2019
Maintenant qu'il avait pris ces coûteux engagements, il fallait que les rentrées suivent. Cependant ce n'était pas cela qui le remplissait d'un pressentiment innommable. Il mit des semaines à le cerner, puis en un éclair, il comprit : en montant au premier étage de Lamb House, et en entrant dans la chambre où il dormirait, il avait eu la certitude d'entrer dans la chambre de sa mort. Le terme du bail - vingt et un ans - le conduirait jusqu'à la tombe. Cette maison avait vu passer des hommes et des femmes pendant presque trois cents ans ; elle l'invitait maintenant à goûter brièvement son charme, elle l'attirait entre ses murs et lui offrait son hospitalité provisoire. Elle l'accueillerait, puis elle le rejetterait, comme elle l'avait fait pour les autres. Il s'aliterait dans une de ces chambres ; son corps froid reposerait dans cette maison. Cette pensée le glaçait et le réconfortait en même temps. Il avait accompli ce voyage sans hésiter pour découvrir le lieu de sa mort et lui retirer ainsi une partie de son mystère, une de ses dimensions inconnues. Mais il avait aussi l'intention d'y vivre, d'y connaître de longues journées de travail et de longues soirées au coin du feu. Il avait trouvé sa maison, lui qui avait erré avec tant d'inquiétude, et il lui tardait de sentir sa présence enveloppante, sa familiarité et sa beauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LadyDoubleHLadyDoubleH   25 décembre 2014
En approchant de Venise à la tombée de la nuit, il sut que ni le tourisme ni le temps n'avaient réussi à en abîmer le mélange de tristesse et de splendeur. Il se rendit directement en gondole de la gare au Palazzo Barbaro, le long de canaux secondaires qu'il lui semblait vaguement reconnaître. Ces trajets en gondole s'accompagnaient toujours d'un sentiment solennel, comme si le voyageur était conduit théâtralement vers son destin. Mais ensuite (...) l'autre Venise apparaissait ­ - somptueuse et ravagée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CarosandCarosand   25 septembre 2019
Henry pensait qu'une histoire devait être capable de suggérer tout et n'importe quoi, y compris le plus invraisemblable. Ainsi, il autorisait sa gouvernante à se raconter des histoires, chose qu'il n'avait permise à aucun de ses personnages auparavant ; il lui permettait de jouir du danger, de lui faire signe, de l'aguicher, de le désirer. Il prenait un immense plaisir à lui faire peur. Il transforma la solitude, l'isolement de son héroïne en un désir brûlant de rencontrer quelqu'un, d'apercevoir un visage à la fenêtre ou une silhouette au loin.
Ce désir, il le savait, lui viendrait à lui aussi quand la porte du jardin grincerait, quand les branches des arbres fouetteraient ses vitres pendant qu'il lirait le soir à la lueur de la lampe, ou qu'il s'allongerait sans trouver le sommeil dans la vielle maison de Rye, et alors - juste avant que de plus nobles pensées aient l'occasion de faire surface - sa première impulsion serait d'accueillir à bras ouverts ce qui se présentait ainsi pour rompre la triste et impuissante monotonie du moi ; il éprouverait l'espoir forcené que cela soit enfin arrivé, quel que soit cela. Même sous sa forme la plus sombre, cela lui offrirait le même instant de décharge pure et intense que la foudre à un paysage craquelé par la sécheresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CarosandCarosand   20 septembre 2019
Au fil des ans, il avait découvert quelque chose chez les Anglais qu'il avait discrètement et fermement adapté à son propre usage. Il avait observé de quelle manière les hommes, en Angleterre, respectaient en général leurs propres habitudes au point d'y plier tout leur entourage. Il en connaissait qui ne se levaient pas avant midi, ou qui dormaient chaque après-midi dans un fauteuil, ou qui mangeaient du bœuf au petit déjeuner, et il constatait que ces préférences avaient fini par entrer dans le rituel domestique et n'étaient pour ainsi dire jamais commentées. Ses habitudes à lui étaient, pour l'essentiel, faciles à satisfaire ; ses penchants restaient urbains et ses manies modérées. Il lui était ainsi devenu commode de décliner toutes les invitations, en s'avouant occupé, surmené, requis nuit et jour par son art. Son époque de dîneur invétéré dans les grandes maisons londoniennes appartenait, du moins l'espérait-il, au passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CarosandCarosand   24 septembre 2019
Il avait veillé à ne pas trop ébruiter sa nouvelle méthode, mais il regretta bientôt d'en avoir parlé à quiconque ; ceux qui savaient qu'il dictait désormais ses mots à une machine, transformant ainsi l'art littéraire en entreprise industrielle, émirent aussitôt de sombres pronostics quant à son avenir d'écrivain. Il leur assura qu'on pouvait lui faire confiance, que son style ne serait jamais simplifié ou frelaté par quelque raccourci ou facilité que ce soit, et que son commerce avec la muse avait, tout au contraire, tiré profit de l'arrivée de la machine et de l'Ecossais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Colm Toibin (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colm Toibin
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'apporche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
COFFRET DE NOEL
Coffret Polar poche
Le syndrome de Croyde de Marc Welinski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/77357-divers-litterature-le-syndrome-de-croyde.html
La nuit n'est jamais complète de Niko Tackian aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/78126-poche-la-nuit-n-est-jamais-complete.html
L'Affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/89329-divers-polar-l-affaire-leon-sadorski.html
Coffret détente poche
Lettres à Stella de Iona Grey et Alice Delabre aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/81414-divers-litterature-lettres-a-stella.html
La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott et Lorraine Cocquelin aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=91491&id_rubrique=338
Nora Webster de Colm Toibin et Anna Gibson aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/88187-divers-litterature-nora-webster.html
Coffret littérature poche
Magic Time Magic Time de Doug Marlette et Karine Lalechere aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/76601-divers-polar-magic-time.html
Le chagrin des vivants de Anna Hope et Élodie Leplat aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/87463-divers-litterature-le-chagrin-des-vivants.html
Churchill m'a menti de Caroline Grimm aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/63342-romans-churchill-m-a-menti.html
Coffret Histoire
Speer de Martin Kitchen et Martine Devillers-Argouarc'h aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/94858-encyclopedie-speer--l-architecte-d-hitler.html Je suis Jeanne Hebuterne de Olivia Elkaim aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/89143-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html
Liberia de Christophe Naigeon aux éditions Tallandier
https://www.lagriffenoire.com/79515-romans-liberia.html
Coffret histoire poche
Le secret du docteur Barry de Sylvie Ouellette aux éditions de Borée https://www.lagriffenoire.com/86135-romans-le-secret-du-docteur-barry.html
L'impératrice cixi de jung chang aux éditions Tallandier
https://www.lagriffenoire.com/82501-poche-l-imperatrice-cixi-la-concubine-qui-fit-entrer-la-chine-dans-la-modernite.html
L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche
https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-li
+ Lire la suite
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre