AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221134907
Éditeur : Robert Laffont (20/08/2015)

Note moyenne : 3.51/5 (sur 66 notes)
Résumé :
« C'est un livre court, mais aussi dense qu'un diamant. »
Irish Times
Ils sont deux à la surveiller, à l'interroger pour lui faire dire ce qu'elle n'a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnaît pas et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu'elle refuse. Seule, à l'écart du monde, dans un lieu protégé, elle tente de s'opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger. Lenteme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Sando
  11 septembre 2015
Ils sont là pour écrire la légende, façonner le mythe à partir duquel ils pourront bâtir un monde nouveau. Ils sont là pour l’écouter, recueillir son témoignage, elle qui fût la mère du christ, qui lui a donné la vie et l’a vu s’éloigner, s’enorgueillir du pouvoir de fascination et d’attraction qu’il exerçait sur les gens, pour finalement assister à ses derniers instants sur la croix… Mais ses réponses à leurs questions ne leur conviennent pas… Pas assez éblouissantes, pas suffisamment extraordinaires pour enjoliver la réalité. Cependant, Marie refuse de mentir, d’apporter des détails qui n’existent pas, elle ne veut pas que son fils devienne une icône au profit de quelques opportunistes, c’est pourquoi, sentant venir la fin, elle nous livre son propre témoignage de la vie de son fils, mort sur la croix au nom de tous les chrétiens…

Voici un sujet traité de manière pour le moins originale et audacieuse! Certes, la vie de Jésus n’est pas un point de départ vraiment novateur, en revanche le fait de la découvrir à travers les yeux de sa mère redonne un nouvel intérêt à l’histoire. Loin d’être une femme fanatique et aveuglée par les miracles provoqués par son fils, Colm Toibin dépeint une Marie cartésienne, refusant de céder à la facilité d’une croyance totale, fondée sur des tours de passe-passe. Il décrit une mère inquiète face aux excentricités de son fils et à son insouciance, une femme consciente du danger qu’il y a à se mettre en scène et à offenser les puissants, une mère qui sent venir le danger à grands pas mais s’avère impuissante à protéger son fils…
Ce qui subjugue d’abord, c’est l’écriture de Colm Toibin, à la fois puissante et envoûtante. La voix de Marie est parfaitement incarnée et trouve écho chez le lecteur, emporté dans ce long monologue par sa force et son lyrisme. Dans un cri déchirant et douloureux, une mère livre ses derniers souvenirs de son fils et nous bouleverse par la justesse et l’intensité de son témoignage. Un roman court mais terriblement intense et un auteur à découvrir !
Challenge Variétés: Un livre d'un auteur que vous n'avez jamais lu
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
Annette55
  13 décembre 2016
Comment ne pas être ému, bouleversé par ce récit puissant écrit comme un conte qui relate l'histoire d'une mére , son récit, son vécu, un cri déchirant quelques années après la crucifixion de son fils, Jésus?
La narratrice est Marie, la mére de Jésus, une mère dévastée, désemparée, souffrante, face à l'injustice infligée à son fils, surveillée et questionnée par deux visiteurs.........
Marie : une mére qui se livre avec pudeur, sur le perte et le martyre de son fils, qu'elle a vu entravé et sanglant .
Marie, une mère aimante, déchirée par le chagrin et le deuil, rongée par les doutes et la culpabilité qui souhaite dire la vérité, continue cependant à vivre, digne.....
C'est le récit essentiel d'une survivante, traumatisée, un texte écrit à la première personne, au présent, avec des mots très courts, la relation d'une mère à son fils , sujet principal du récit, que l'auteur ne nomme jamais .......
Ce receuil des derniers mots d'une mére, orpheline de son enfant, doté d'une plume baignée de poésie et de mélancolie est un récit somptueux, fort, lyrique, magnifique, percutant, bouleversant , pétri d'humanité et d'universalité !
L'auteur Irlandais : (j'aime cette littérature ), que l'on soit croyant ou pas nous livre un beau témoignage, sur un sujet traité de manière originale , un cri déchirant qui ne laissera personne indifférent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Hamisoitil
  04 octobre 2015
Voilà un livre qui me tentait énormément depuis la rentrée littéraire 2015 et une fois entre mes mains, je l'ai lu de suite. le Testament de Marie est un livre puissant, fort, émouvant... écrit presque comme un conte, mais qui relate surtout l'histoire d'une mère, son récit, son vécu quelques années après la crucifixion de son fils. L'auteur, Colm Toibin, lui donne la parole.
Athée ou croyant, on connait tous l'histoire de Jésus, de sa naissance en passant par les miracles pour finir crucifié sur la croix...sauf qu'ici, Marie ne prononce en aucun cas, le prénom de son fils, Jésus. On le devine tout simplement parce que tous les éléments sont là pour que l'on sache, qu'il s'agit bien de lui.
Nous sommes chez Marie. Deux hommes sont là pour la surveiller mais surtout pour l'interroger. Pourquoi ? Pour faire connaitre Jésus, sa divinité, celui qui se dit Fils de Dieu au monde entier. Marie est vieille et veuve. La mémoire n'est plus aussi intacte qu'avant, alors, elle puise au fond d'elle pour se remémorer et tout lui revient.
Elle se souvient de cet enfant qu'elle a mis au monde. Cet enfant qu'elle a tant aimé et protégé. Cet enfant devenu adulte.
Elle se souvient des paroles sur lui. Des gens qui parlaient de lui. Des miracles. Elle se souvient d'avoir vu la foule le suivre partout dans la ville. Elle se souvient d'avoir entendu dire, que son fils avait fait marcher un infirme. Elle se souvient d'avoir vu de ses propres yeux la résurrection de Lazare, par son fils. Elle se souvient des pieds sur la mer agitée afin de la calmer. Elle se souvient de tout ça.
Elle se souvient de la trahison de son cousin, Marc. Elle se souvient des clous qui ont percé la chair de son enfant, de cette couronne d'épines qui lui transperçait la peau. Elle se souvient de tout ça. Elle se souvient du souhait du peuple de libérer ce voleur contre son fils. Elle se souvient du regard échangé avec lui quand il traînait sa croix sur la colline. Elle se souvient des cris, des hurlements, de cette haine du peuple envers son fils. Tuez-le ! Tuez-le ! Elle se souvient de tout ça. Ne pas agir. Regarder tout ça de loin. Brisée au plus profond d'elle. Une souffrance mêlée à la peur.
Livre intense, dur, incroyable qui donne la chair de poule. Une mère complètement désemparée et dévastée face à l'injustice infligée à son fils. Prête à tout pour le sauver mais qui va finalement se rendre compte que le sort est déjà scellé. Maintenant, il faut partir, se cacher quelque part et attendre. le rêve qui l'emporte. le revoir dans un rêve. le border ; l'apaiser. Son fils sur la croix. Une mère qui pleure son enfant. Voici, le Testament de Marie.
Un livre que je vous recommande ! N'hésitez surtout pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Kenehan
  05 mars 2019
Franchement, la religion, et notamment les religions monothéistes, est loin de m'inspirer dans mes lectures. Au contraire, j'aurais plutôt tendance à éviter ce genre-là dans la littérature. D'ailleurs, il est prévu que je fasse l'impasse sur les ouvrages d'Anne Rice, auteure que j'adore, consacrés à la vie de Jésus. Et me voilà à faire une petite entorse avec ce court roman de Colm Tóibín, littérature irlandaise oblige !
"Le testament de Marie", c'est avant tout une voix : celle de Marie, mère de Jésus. La Bible n'étant pas réputée pour laisser la parole aux femmes, Marie semble en fin de compte toute aussi mutique que ses représentations. Ma méconnaissance des Ecrits et mes a priori me font peut-être dire des bêtises, tant pis. Je suis ouvert aux corrections. Toujours est-il que Colm Tóibín se propose de remédier à cela et nous propulse au plus près de celle qui sera vénérée comme la Vierge.
Recluse depuis la mort de son fils, Marie vit cloîtrée chez elle et souffre la régulière visite de deux hommes qui ne cessent d'insister pour recueillir sa parole. Ils en sont persuadés, de Jésus, on en parlera encore longtemps et il est plus que jamais temps d'écrire sa légende. Parce qu'au final, c'est de cela dont il s'agit : non pas de recueillir le témoignage d'une mère sur son fils disparu mais de modeler un récit mythique sur cet homme déjà déifié par ses disciplines. Marie n'est pas dupe et c'est grâce à cette ultime étincelle de détermination qu'elle ne fléchira pas pour livrer sa version, qu'elle s'en tiendra à sa parole et à ses mots propres et n'ont à ceux que ces hommes tentent de lui extorquer et de lui suggérer.
C'est à travers ce prisme original, celui d'une femme en deuil de son enfant, que Colm Tóibín revient sur les évènements clefs qui ont marqué la vie du Christ. Et alors qu'il aurait pu succomber au sensationnel typiquement hollywoodien, notamment dans la mise en scène des miracles, il évite la démesure pour se recentrer sur l'essentiel. C'est sobre, intimiste et d'une telle justesse qu'on ne peut qu'être pris aux tripes par toute la souffrance et la culpabilité qui étreint cette femme. Un autre élément, plus ponctuel dans le récit mais tout aussi marquant d'un point de vue émotionnel, est la résurrection de Lazare et la manière dont elle est évoquée. Habituellement présentée comme un miracle extraordinaire, Colm Tóibín ne se prive pas d'en analyser les terribles conséquences sur Lazare lui-même, toute l'horreur que cela doit être d'être arraché à la mort, surtout après un si long délai d'inhumation...
Tout en subtilité, Colm Tóibín rend à Marie toute son humanité et ses failles. Plus que la Vierge, Marie est avant tout une femme et une mère qui se soucie peu de la véracité des actes attribués à son fils. A-t-il vraiment accompli tous ces miracles ? Doit-il être adulé ? Est-il seulement le fils de Dieu ? Qu'importe tant tout ce qu'elle retient ce sont les puissants qu'il n'a cessé de provoquer, c'est la transformation de ce fils qu'elle ne reconnaissait plus par moment, c'est sa chute qu'elle n'a pu empêcher, c'est sa crucifixion qui aura fini de la brisée.
Un premier essai vraiment concluant dans la bibliographie de Colm Tóibín alors même que le sujet ne me tentait pas du tout. Il possède un style simple mais pourvu d'un réel talent littéraire au point de vous happer dans son récit par l'émotion. Un point finalement ambivalent tant certaines émotions impulsées ne sont pas agréables à ressentir. Mais c'est là toute la force de ce roman. En tout cas, j'ai été réceptif et très bon public.
Challenge MULTI-DÉFIS 2019 : Un livre centré sur la relation mère/enfant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
argali
  12 octobre 2015
Ils sont deux à la surveiller, à l'interroger pour lui faire dire ce qu'elle n'a pas vu. Ils dressent de son fils un portrait dans lequel elle ne le reconnait pas, et veulent bâtir autour de sa crucifixion une légende qu'elle refuse. Seule, elle tente de s'opposer au mythe que les anciens compagnons de son fils sont en train de forger.
Mon avis :
Ce récit est avant tout celui d'une mère. Une mère qui a mis au monde un enfant, l'a chéri, soigné, aimé et ne le reconnait pas dans ce meneur d'hommes - ces égarés comme elle les appelle - qu'il est devenu ; adulé par certains, craint par d'autres. Elle ne voit en lui que son enfant, doux, peureux, respectueux et ne comprend pas le rôle qu'on lui attribue, qu'on veut lui faire jouer.
Quand le récit commence - un long monologue où elle confie ses sentiments, ses impressions –Marie a la visite de deux hommes qu'elle appellera « mes visiteurs ». On comprend que son fils est mort quelques mois auparavant. Que veulent ces deux hommes qui tentent de lui arracher ses souvenirs, le moindre mot, le moindre détail qu'elle aurait retenu ? En colère, Marie refuse de se plier à ce qu'ils semblent attendre. Elle racontera les choses dans toute leur atrocité. Voir mourir son enfant est une douleur indicible pour une mère. Elle n'a rien d'autre à dire que les faits bruts. Et dans un long cri d'amour elle nous parle de maternité, de famille, d'exil, d'Eglise et du supplice de son fils, son petit.
Après, entre autres, Dan Brown, Sarramago, Schmitt, Mélanie Chappuis... Colm Toibin prête une voix à Marie, mère du Christ, elle qui n'intervient qu'une fois dans les Evangiles, lors des Noces de Cana. Il tente de percer le silence d'une mère, d'approcher son humanité derrière la figure sacrée. Loin de l'image de la Mater dolorosa, des pietà, l'auteur nous montre une mère brisée par un fils qu'elle n'a pas compris, qui a laissé se bâtir une légende autour de lui et a pris des risques au nom d'une ère nouvelle dont elle ne voit pas la nécessité. Un fils qu'elle ne nomme plus d'ailleurs.
Sans doute ce roman choquera-t-il certains mais personnellement, je l'ai trouvé criant de vérité en ce qui concerne les sentiments d'une mère, une femme simple, qui voit son fils prendre des risques qui lui semblent insensés. Déchirée par une foule de sentiments, broyée par un destin qui la dépasse, cette Marie de chair et de sang m'a beaucoup touchée.
Je vous conseille vivement de découvrir ce livre et de vous faire votre propre avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   08 septembre 2015
Les pensées qui me venaient malgré moi étaient des pensées liées au temps – le temps qui transforme un bébé sans défense en un petit garçon, avec les peurs, les inquiétudes et les menus cruautés qui sont celles d’un petit garçon, avant de créer un jeune homme avec ses mots à lui, ses pensées, ses émotions secrètes.
Commenter  J’apprécie          60
LadyDoubleHLadyDoubleH   19 août 2015
Je ne croyais pas que l’ombre maudite de ce qui s’était passé puisse s’effacer jamais. C’était là, dans mon cœur, charriant l'obscurité en moi de la même manière que le sang. Ou c'était un compagnon, un étrange ami qui me réveillait la nuit, et de nouveau au matin, et passait ensuite la journée près de moi. C'était une pesanteur en moi, qui devenait souvent un poids que je ne pouvais porter. Qui s'allégeait parfois, mais ne disparaissait jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LadyDoubleHLadyDoubleH   20 août 2015
Ils ont enfoncé le premier clou à la jonction de la main et du poignet. Il hurlait de douleur et se débattait en vain pendant que le sang giclait et que les coups de marteau résonnaient sous l'effort des hommes pour faire pénétrer la longue pointe dans le bois de la croix tout en écrasant la main et le bras.
Commenter  J’apprécie          40
Annette55Annette55   13 décembre 2016
"La mémoire emplit mon corps autant que le sang et les os."
Commenter  J’apprécie          190
KenehanKenehan   13 février 2019
Avant leur départ, je lui ai dit que, toute ma vie, chaque fois que j'avais eu l'occasion de voir plus de deux hommes réunis, j'avais vu la bêtise et j'avais vu la cruauté ; mais c'était toujours la bêtise que je remarquais en premier.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Colm Toibin (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colm Toibin
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'apporche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
COFFRET DE NOEL
Coffret Polar poche
Le syndrome de Croyde de Marc Welinski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/77357-divers-litterature-le-syndrome-de-croyde.html
La nuit n'est jamais complète de Niko Tackian aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/78126-poche-la-nuit-n-est-jamais-complete.html
L'Affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/89329-divers-polar-l-affaire-leon-sadorski.html
Coffret détente poche
Lettres à Stella de Iona Grey et Alice Delabre aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/81414-divers-litterature-lettres-a-stella.html
La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott et Lorraine Cocquelin aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=91491&id_rubrique=338
Nora Webster de Colm Toibin et Anna Gibson aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/88187-divers-litterature-nora-webster.html
Coffret littérature poche
Magic Time Magic Time de Doug Marlette et Karine Lalechere aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/76601-divers-polar-magic-time.html
Le chagrin des vivants de Anna Hope et Élodie Leplat aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/87463-divers-litterature-le-chagrin-des-vivants.html
Churchill m'a menti de Caroline Grimm aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/63342-romans-churchill-m-a-menti.html
Coffret Histoire
Speer de Martin Kitchen et Martine Devillers-Argouarc'h aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/94858-encyclopedie-speer--l-architecte-d-hitler.html Je suis Jeanne Hebuterne de Olivia Elkaim aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/89143-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html
Liberia de Christophe Naigeon aux éditions Tallandier
https://www.lagriffenoire.com/79515-romans-liberia.html
Coffret histoire poche
Le secret du docteur Barry de Sylvie Ouellette aux éditions de Borée https://www.lagriffenoire.com/86135-romans-le-secret-du-docteur-barry.html
L'impératrice cixi de jung chang aux éditions Tallandier
https://www.lagriffenoire.com/82501-poche-l-imperatrice-cixi-la-concubine-qui-fit-entrer-la-chine-dans-la-modernite.html
L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche
https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-li
+ Lire la suite
autres livres classés : marieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Irlande

Le pays est divisé en deux : l'Irlande du Nord et...

La République d'Irlande
Le Royaume d'Irlande
La Principauté d'Irlande

11 questions
98 lecteurs ont répondu
Thèmes : irlande , paysCréer un quiz sur ce livre
.. ..