AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782258112841
396 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (02/10/2014)
3.45/5   136 notes
Résumé :
Une année au coeur d'une prison américaine pour femmes, un récit saisissant qui a inspiré la série télévisée du même nom, déjà culte aux Etats-Unis.

Piper Kerman est une jeune femme comme tant d'autres : elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d'argent pour un trafiquant de drogues dix ans plus tôt. Mais le passé l'a rattrapée. Condamnée à quinze mois d'incarcération dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 136 notes

Shenandoah
  24 janvier 2015
Orange is the New Black est, à l'heure actuelle, l'une des mes séries télé préférées, possédant un casting d'actrices talentueuses et se déroulant dans un contexte, rarement, voire jamais vu à la télé (les prisons pour femmes). J'étais donc très curieuse de lire le livre qui a inspiré cette série, d'autant plus qu'il s'agit d'une histoire vraie.
Piper Kernan vient de finir ses études lorsqu'elle tombe amoureuse de Nora, qui se révèle être une trafiquante de drogue. Piper va se retrouver mêlée au trafic lorsqu'elle accepte de transporter une valise d'argent. Quelques années plus tard, alors qu'elle a mis son passé derrière elle et vit à présent une vie rangée, la justice la rattrape, et Piper est condamnée à 15 mois de prison. Ce livre est le récit de son incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut.
J'ai trouvé ce livre immédiatement prenant. L'écriture est simple, et le ton parfois familier de Piper nous donne l'impression qu'elle est en face de nous, en train de nous raconter son histoire. Elle nous fait bien ressentir ses émotions, les raisons qui l'ont poussée vers la vie excitante que lui promettait Nora, son désarroi quand elle se retrouve plongée dans ce monde parallèle qu'est la prison, mais également les bons moments, car il y en a malgré tout.
Nous découvrons avec Piper la vie en prison, avec ses règlements et ses coutumes plus ou moins absurdes (la prison fournit la lessive, mais pas le savon,  les prisonnières dorment au-dessus des couvertures et pas dans le lit...), mais également les dysfonctionnements du système. Ce livre propose donc également une critique des prisons américaines, notamment en ce qui concerne les formations plus que sommaires qui sont supposées aider les détenues à réintégrer la société, les condamnant presque à coup sûr à retourner en prison à plus ou moins long terme.
Évidemment, Piper est assez privilégiée, déjà en étant dans une prison de basse sécurité, mais surtout parce qu'elle est blanche, éduquée, bien entourée et sans problèmes d'argent. le décalage entre elle et ses codétenues est parfois flagrant, et il est évident que l'histoire que pourrait raconter certaines d'entre elles n'aurait pas cet aspect "expérience enrichissante" que possède parfois le récit de Piper. Heureusement, elle est tout à fait consciente de cet état de fait, et, si elle a parfois des moments d'abattement, elle ne s'apitoie jamais sur son sort et relativise toujours ses problèmes par rapport aux situations dans lesquelles se trouvent ses camarades.
Est-il utile de préciser que la série télé a beaucoup brodé sur ce livre ? Certes, des éléments ou personnages marquants de la série sont tirés presque tels quels du livre, mais tout est très exagéré pour augmenter la tension dramatique. Quand je pense que certains critiques se plaignent de l'irréalisme de la série car elle manquerait de violence pour une histoire qui se passe en prison, ils n'ont pas intérêt à lire le livre, qui en possède encore moins. Bon, c'est sans doute les mêmes qui râlent de l'absence de personnages masculins (dans une prison pour femmes... no comment...).
Bref, c'est un livre très agréable à lire, parfois émouvant, mais souvent étonnement drôle. Il n'y a absolument pas besoin de connaître la série pour l'apprécier vu qu'il s'agit avant tout du témoignage d'une femme qui nous fait découvrir ce monde qui, je l'espère, est et restera étranger à la plupart d'entre nous. Je conseille donc chaudement cette lecture, d'autant plus que le livre vient tout juste d'être traduit en français !
Challenge Variétés 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Marple
  15 mars 2015
Orange is the new black, le titre sonne comme celui d'une série (ce qu'il est effectivement aussi) ou d'un article de magazine féminin... Ce n'est pas un hasard, car ce livre s'en rapproche beaucoup ! À la fois par ses bons côtés : humour, légèreté, style enlevé, témoignage, sujet d'actualité... Mais aussi par ses mauvais : parfois superficiel, beaucoup de survol et peu d'approfondissement, passage sous silence des réalités sociales difficiles, vite lu mais certainement aussi vite oublié...
Pas de raison pourtant de bouder notre plaisir, car Piper pourrait être une copine, avec son boulot dans le marketing, son chouette fiancé, sa passion de la course et des livres, bref sa vie sympa qui ressemble un peu à la nôtre. Sauf que Piper a fait des mauvais choix dans sa jeunesse, qu'elle doit aujourd'hui payer en passant 15 mois en prison. Désarçonnée mais positive et très humaine, elle les occupe en travaillant aux ateliers électrique et de construction, en se faisant des amies abîmées, sympathiques ou allumées, en observant la prison, ses règles et son cortège de surveillants plus ou moins concernés ou de directeurs jemenfoutistes, en pratiquant assidûment le yoga, la course et la lecture, mais aussi en comptant les jours entre les parloirs avec son fiancé et ses proches.
Le livre est intéressant, d'abord parce qu'il nous parle d'un sujet qu'on ignore généralement, ou qu'on choisit d'ignorer, celui de la prison. Il est intéressant ensuite pour la galerie de portraits des détenues, très variée et très juste : junkies, petites nanas amoureuses d'un gros dur, militantes engagées, grandes gueules, en bonne ou en mauvaise santé, bosseuses ou paumées... Tout un monde de femmes qui cohabitent avec solidarité, optimisme et souvent tendresse. Dommage toutefois qu'il y ait autant d'anecdotes et aussi peu d'explications fouillées, par exemple sur l'évolution de sa relation avec son chéri, ses discussions dans la prison ou au parloir, ses pensées, son travail, son ressenti... Il ne me reste plus maintenant qu'à regarder la série, pour voir si ses ces aspects sont mieux développés !
Challenge Variété
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Shan_Ze
  30 octobre 2015
C’est bien le livre qui a inspiré la série ! Mais le livre et la série télé ont beau porter le même nom, ce qu’il s’y passe est quand même très différent. Incarcérée pendant quinze mois pour son rôle actif dans un trafic de drogue, Piper Kerman découvre les différentes facettes de la prison pour femmes de Danbury, Connecticut.
C’est par la série que j’ai commencé, j’en suis présentement à la saison 3. Quand j’ai su que la série, adaptée par Jenji Kohan, qui a également produit Weeds, venait d’un livre, il me fallait absolument lire le livre ! J’aime beaucoup cette série même s’il y a ce petit côté bad girl et l’humour y est très présent.
Je ne saurais dire si j’en préfère l’un à l’autre mais il y a de grandes différences entre les deux : la série est plus violente, on y voit plus de drogues circuler… Oui, plus de show, de trash, de sexe dans la série, quoi. Normal pour faire de l’audience. C’est amusant aussi de reconnaitre dans quelques personnages, ceux qui ont inspiré la série.
Si on se concentre sur cette autobiographie, celle-ci reste assez sérieuse dans le ton. Piper regrette son geste et pense avec nostalgie à sa vie qu’elle commençait à construire avec Larry. Mais surtout la jeune fille parle des prisonnières et de leurs difficultés de réinsertion après un passage plus ou moins long en prison. Elle dénonce aussi le système judiciaire américaine qui utilise la prison comme moyen de punition alors qu’il pourrait se servir des moyens de prévention. J’ai été surprise par la complicité qu’il peut exister entre ces femmes même si les différences entre Blancs, Noirs, Latinas (sic) etc. ne sont pas ignorées. Ca n’empêche au milieu de rester dur et très restrictif dans la surveillance, le contrôle et la sécurité.
Un beau portrait de femme et un magnifique témoignage : malgré ses erreurs, elle a su rester forte pendant son séjour carcéral et rebondir par la suite. A découvrir ! (Un petit mot sur la couverture : elle reprend les personnages de la série mais je la trouve que les expressions de chacun sont trop exagérées, ça donne à l’ensemble, un côté pas très naturel.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Patience82
  15 janvier 2017
Je connaissais la série que j'apprécie bien, jusqu'à ce que je découvre que c'était inspiré d'un livre autobiographique. Et j'ai découvert un livre plutôt différent, moins violent, avec moins de scènes et d'évènements chocs. Pour être honnête, j'ai préféré le livre. Il est beaucoup plus axé sur la vie du quotidien, la façon dont s'organise la communauté carcérale. On ne parle que très peu des crimes qui ont été commis, les détenues essayent de laisser ça au dehors.
Cette histoire donne un aperçu de la prise en charge pas très valorisante des prisonniers aux Etats-Unis. J'ai eu la sensation que l'Etat veut simplement mettre aux oubliettes les éléments perturbateurs de la société, sans jamais essayer d'arranger les choses.
Mais ce récit ne tombe pas dans le pathos, le ton reste réaliste mais léger, avec de l'optimisme, probablement dû au fait que l'auteure pouvait se permettre cet optimisme grâce à son entourage.
Je dois dire aussi qu'après avoir fermé ce livre, j'ai eu envie de donner toute ma bibliothèque à la prison la plus proche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
stokely
  13 février 2021
Je souhaitais absolument lire ce livre avant de voir la série sur Netflix, je me demande d'ailleurs maintenant comment autant de saisons ont pu être tourné sur un livre aussi court.
J'aime ce genre de récit histoire fictive qui se passe autour de la prison comme par exemple Meurtres pour Rédemption de Karine Giebel ou la ligne noire de J-C Grangé, j'avoue que ce sont deux livres se déroulant en partie en prison qui m'ont vraiment marqués, quand je tombe également sur ce type de reportage je reste en général scotché devant également.
Ici j'en attendais donc beaucoup surtout que cela est autobiographique car l'auteur Piper Kerman a elle-même séjourné en prison dix ans après avoir été condamné pour trafic de drogues, je n'ai malheureusement pas appris de grandes nouveautés car étant adeptes de thrillers/policiers également il y a beaucoup de choses que je connaissais déjà.
Le ton de la plume est juste sans tombé dans le pathos, même drôle pas moment et on y voit pas mal l'entraide entre femmes sur certains points comme lors des nouvelles arrivées ou sortie de peine, le fait de cantiner pour que les nouvelles détenues puissent avoir des produits d'hygiène élémentaires lors de leur venue à la prison.
Il est également question de travail car certaines détenues ont accès à des postes rémunérer une misère pour pouvoir améliorer leur quotidien en prison, il est également question des différentes communautés présentes.
Une bonne lecture mais cependant moins marquantes que d'autres que j'ai pu faire sur le sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   31 décembre 2015
Avez-t-on repéré ma valise ? Je savais que transporter plus de dix mille dollars non déclarés était illégal , sans parler de le faire pour un baron de la drogue de l'Ouest africain . Les autorités étaient -elles sur ma piste ? Je devrais peut-être tenter de passer la douane et m'enfuir en courant . Mais si ma valise était simplement retardée , j'abandonnerais en fuyant une grosse somme appartenant à un type qui pouvait sans doute me faire exécuter sur un simple coup de fil . Jugeant la seconde hypothèse un peu plus terrifiante , je résolus de rester .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
iris29iris29   31 décembre 2015
Tout près des ateliers des SCM, caché dans les bois à quatre cents mètres environ , se trouvait le champ de tir de la prison . Les surveillants pouvaient y passer un agréable moment avec leurs armes à feu et les claquements de multiples détonations composaient un fond sonore à nos journées de travail . Il y avait quelque chose de perturbant dans le fait de s'échiner pour la prison en écoutant nos geôliers s'entraîner à nous tirer dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Patience82Patience82   15 janvier 2017
La plupart des femmes que j'ai connu en prison n'avaient pas eu dans la vie des possibilités que beaucoup d'entre nous tiennent pour acquises. Il semble parfois que nous ayons installé des portes à tourniquet entre nos quartiers les plus pauvres et nos pénitenciers. L'Amérique a investi massivement dans les prisons au lieu de le faire dans les institutions publiques qui préviennent le crime et renforcent les communautés : écoles, hôpitaux, bibliothèques, musées, centres communautaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
iris29iris29   30 décembre 2015
Je participais à un rituel absurde consistant à se lever tôt pour éviter la cohue parce que la prison , c'est faire sans cesse la queue . Pour de nombreuses femmes , ça n'avait rien de nouveau , j'en étais consciente . Quand on a le "malheur "d'être assistée - logement social , Médicaid , bons alimentaires - , on passe un temps insensé de sa vie à faire la queue .
Commenter  J’apprécie          50
iris29iris29   01 janvier 2016
- Piper, je crois que le plus difficile en prison pour toi , ce sera les règles de poules mouillées appliquées par des poules mouillées . Appelle -moi si tu as des ennuis . Et ne te fais pas d'amis .
Commenter  J’apprécie          100

Video de Piper Kerman (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Piper Kerman
Orange Is the New Black - Saison 1 - Bande-annonce officielle
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1136 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..