AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290034095
122 pages
Éditeur : Editions 84 (16/09/1999)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 255 notes)
Résumé :
Fils d'immigrés russes blancs, Aliocha souffre de se sentir différent des autres élèves de son école. C'est tout ce que représentent ses parents qu'il stigmatise : leur gêne financière, leur attachement viscéral à une lointaine Russie. Le pays, la culture ou la langue, Aliocha les a radiés de sa mémoire et rejette l'héritage aux couleurs fanées dont ses parents l'abreuvent.

Sa patrie c'est la France, sa langue sera désormais le français qu'il admire ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  20 juin 2014
Neuilly, 1924…
Thierry, un adolescent contrefait, issu d'une famille bourgeoise, a la santé fragile. Sa passion : la littérature. Son meilleur ami : Aléxis, Aliocha, en fait ; un fils d'émigré Russe que ses origines et l'organisation très Russe de ses parents qui ont fuit la révolution bolchévique encombrent un peu, voire beaucoup…
Il faudra l'insistance de Thierry à lui répéter la chance qu'il a de pouvoir lire les grands auteurs russes dans le texte et sa disparition tragique pour convaincre Aliocha « d'attaquer » Tolstoï dans sa langue d'origine ; une grande joie pour ses parents qui ne désespèrent pas de rentrer un jour en Russie en même temps qu'une découverte pour Aliocha
L'amitié entre deux adolescents est un thème récurrent dans la littérature : « Silbermann » de Jacques de Lacretelle et « l'ami retrouvé » de Fred UhlmanTroyat ajoute ici, en plus de la démarche initiatique conduite par Thierry envers Aliocha, une dimension supplémentaire : celle de l'acceptation de ses origines. On imagine aisément un coté plus ou moins autobiographique de la part de Troyat, lui-même d'origine Russe…
Un grand roman de la part d'un grand auteur, souvent décrié, mais que pour ma part, je lis et relis toujours avec le même plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          711
najnaje
  05 mars 2014
Une très belle histoire d amitié entre deux adolescents, leur point commun le handicap. Thierry enfant bourgeois handicapé par une bosse dans le dos et à la santé fragile, passionné de littérature. Alexis (Aliocha) enfant d immigré Russe trouve ses origines un peu encombrantes voir handicapantes et préfère se sentir français en se consacrant exclusivement à la littérature et la culture française. Ses parents vivent dans le folklore russe avec l espoir de retourner un jour en Russie . Thierry très érudit initie Aliocha à la littérature française non sans insister sur le fait qu Aliocha à une chance extraordinaire de pouvoir lire les plus grands auteurs russe dans sa langue d origine, ce qui a tendance à agacer Aliocha. Mais un jour Aliocha perds son ami des suites d une pneumonie, ce qui va le réconcilier avec ses origines, en mémoire de son ami il lira Tolstoi, ce qui fera le bonheur de ses parents. Je me suis retrouvée dans ce récit, enfant d immigrés j ai eu moi même beaucoup de mal à concilier ma culture d origine et la culture française en rejetant ma culture d origine dans un premier temps et de la découvrir bien plus tard avec beaucoup de bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6210
Mimeko
  24 avril 2020
Le jeune Alexis, en dernière année de collège, ne sait plus comment se comporter avec ses parents. Russes blancs, ils ont dû fuir le pays avec l'arrivée des Bolcheviks, abandonnant biens et richesse, mais ne désespérant pas d'y retourner... Et justement en ce mois de janvier 1924, leur rêve de revenir dans leur mère-patrie est ravivé avec la mort de Lénine, qu'ils célèbrent avec joie et espoir. Leur fils, que les parents surnomment affectueusement Aliocha, est déchiré entre l'amour qu'il porte à ses parents et leurs espoirs, et ses propres envies, réussir à l'école, s'acculturer à ce pays dont il connaît le fonctionnement, dont il aime la langue plutôt que la Russie, ce pays dont il n'a connaissances qu'au travers des souvenirs idéalisés de ses parents. Au collège, il déploie tous ses efforts, en vain, pour se faire accepter de ses petits camarades moqueurs qui ne cessent de lui rappeler ses origines d'émigré russe. Tous, sauf le jeune Thierry, brillant, sensible, premier de la classe, issu d'une famille bourgeoise et c'est le fait qu'il soit bossu qui rapproche les deux enfants, chacun portant son content de complexe et de gêne, l'un par rapport à son physique, l'autre par rapport à des parents qui parlent le français avec un accent, à l'exubérance slave, démonstratifs et grégaires. L'influence réciproque des deux adolescents va conduire malgré la différence de statut social, à une amitié sincère et profonde, faisant grandir les deux garçons au point d'en devenir fondatrice, jusqu'à un drame marquant à tout jamais l'un d'entre eux.
Avec Aliocha, Henri Troyat évoque les déchirements des enfants d'émigrés partagés entre l'amour et la tendresse de leurs parents et leur besoin de se faire accepter dans la société dans laquelle ils se construisent. Alors quelque fois c'est la honte que le jeune Aliocha ressent envers ses parents, leur accent, leur façon de se mouvoir ou d'être, dans une société qui n'est pas la leur et dont ils ne possèdent ou ne veulent pas posséder les codes de peur d'oublier leur mère patrie. Le jeune Alexis est toujours ému par l'amour de ses parents mais reste fermé quand ceux-ci ne cessent de se complaire dans leur lustre et leur gloire passés.
Henri Troyat, évoque sa propre expérience de vie de fils d'émigrés russes dans le Paris des années vingt où les Russes blancs étaient stigmatisés car voyants, exubérants, n'ayant pas compris alors que leur destin hors de Russie était définitif. Et c'est grâce au regard de son ami, Thierry que le jeune Aliocha se réconciliera avec sa culture et notamment la littérature russe et ses grands écrivains.
Un récit tendre, émouvant propre à toucher toutes les personne déracinées ou partagées entre plusieurs cultures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Myriam3
  03 février 2017
J'avais toujours pensé qu'Aliocha était le récit d'une enfance pauvre et malheureuse, comme il y en a tant eu dans la littérature du siècle dernier.
Or, Aliocha est un jeune adolescent qui grandit, enfant unique, auprès de deux parents aimants, ouverts et compréhensifs dans le Paris des années 20.
Russes blancs, la petite famille a fui la Russie et y ont laissé leurs richesses pour s'installer dans un petit appartement en attendant le retour de jours meilleurs. La Russie n'est jamais loin: en déco sur les murs, le dimanche à la messe, le soir dans les longues discussions, dans les repas, dans les livres de la bibliothèque. le père d'Aliocha, d'ailleurs, ne perd pas espoir d'y retourner un jour, quand tout ira mieux.
Aliocha, de son côté, fuit ses origines et ne jure que par la littérature française. Il devient l'ami de Thierry, jeune garçon de bonne famille, très intelligent et cultivé mais fragile physiquement. Leur amitié est tout de suite intense, comme si un danger la mettait en péril, et les deux garçons ne se quittent plus. Avec lui, Aliocha découvrira la vie d'une famille française, mais surtout affermira sa vocation d'écrivain.
C'est un court roman sensible sur l'amitié mais aussi sur le difficile choix à faire quand on se trouve entre deux cultures, deux pays et Troyat exprime magnifiquement cette difficulté à s'assumer différent.
Peut-être aussi que je finirai par lire Anatole France un jour, tout comme Thierry et Alexis!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Annette55
  11 juillet 2014
Voici un court roman d'apprentissage lu d'une traite, une histoire émouvante,une écriture simple qui va droit au coeur,un thème douloureux traité avec sensibilité, justesse, finesse....
Une amitié précieuse entre deux garçons: Aliocha, élève de troisième dans un lycée de Neuilly, fils d'émigrés russes blancs,usés par l'exil et la gêne matérielle,et Thierry Gozelin, de santé précaire, passionné de littérature, issu d'un milieu social différent....
Une amitié faite de joies intellectuelles, où chacun découvre, grâce à l'autre des motifs de respect, d'admiration en compagnie des poètes et des romanciers notamment l'emblématique :" les Dieux ont soif" d'Anatole France......
Thierry tente de persuader...en vain , son ami, de lire les auteurs russes en version originale mais Aliocha, qui se rêve écrivain préfère Balzac...Hugo...Molière......la Fontaine.....
Une amitié intense, vraie,tissée d'émotions, qui apprendra à Aliocha à s'accepter tel qu'il est, dans sa nature double....forcément...
Aliocha aurait- il un côté autobiographique de la part d'Henri Troyat, lui même d'origine russe?
Un beau livre que j'avais déjà lu il y a longtemps comme "Tant que la terre durera" et "les semailles et les moissons", ouvrages en plusieurs tomes du même auteur....





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   23 avril 2020
Enfin, à Paris, on avait déposé les valises. Persuadés que leur exil serait de courte durée, Les Krapivine avaient joyeusement dépensé le peu d'argent qu'ils avaient pu sauver du désastre. Alexis se rappelait qu'à cette époque ses parents sortaient presque chaque soir. Le matin, il retrouvait au pied de son lit, des accessoires de cotillons qu'ils avaient rapportés de quelque cabaret à la mode. Puis la gêne s'était installée. Les Bolcheviks tenaient bon en Russie. L'espoir d'un prochain retour s'éloignant, il avait fallu se restreindre. On avait troqué le somptueux appartement de l'avenue du Roule à Neuilly, contre le modeste deux-pièces de l'avenue Sainte-Foy. Le premier était loué meublé, le second vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
feanorafeanora   31 janvier 2013
Quant à son dédain pour les problèmes russes, il le jugeait ridicule.
"Tu regretteras plus tard de ne t'être pas davantage intéressé à ton pays d'origine. Je crois qu'on peut être profondément russe et aimer la France. Quand je rentrerai à Paris, j'espère te convaincre.""
Commenter  J’apprécie          190
Lili017Lili017   25 septembre 2018
On eût dit que, sur terre, il y avait les Blancs, les Noirs, les Jaunes, et enfin une race à part: les émigrés. Et nul ne pouvait s'évader de cette condition d'émigré comme nul ne pouvait changer la couleur de sa peau.
Commenter  J’apprécie          170
genougenou   21 juin 2013
Il a les traits fins. Il est blond aux yeux verts. Il voudrait être français et souhaite devenir écrivain. Il s’intéresse à la littérature mais aussi aux filles, notamment à Gisèle. > Thierry Gozelin : Ami d’Aliocha. Il n’est pas très beau physiquement. Exclu en classe, on se moque de lui. C’est pourtant un élève brillant et remarquable. Son intelligence atténue les moqueries. A la fin du roman, il meurt d’un œdème aigu du poumon. > Gisèle : C’est la cousine de Thierry.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MimekoMimeko   23 avril 2020
Bien que peu pratiquants, les Krapivine se rendaient souvent, le dimanche, à l'église orthodoxe de la rue Daru, et ils exigeaient que leur fils les accompagnât. Alexis les soupçonnait d'assister à la messe moins pour remplir leurs devoirs religieux que pour se replonger dans la foule de leurs compatriotes. On était entre exilés, on se serrait les coudes, on communiait dans la même foi, dans la même misère, dans le même espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Henri Troyat (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
“Les Âmes mortes” de Nicolas Gogol par Henri Troyat. Première diffusion le 22 juin 1953 sur La Chaîne Nationale. “Les Âmes mortes” ? Le rôle de Pouchkine, les doutes immenses qui tourmentent Gogol, avant, pendant et après l’écriture : doutes d’écrivains, puis tourments d’un homme qui a reçu un don de Dieu et qui croit ne pas savoir offrir un don à Dieu ; qui se reproche la peinture de la bêtise et de la médiocrité…et pense que décrire “de belles âmes” serait d’essence supérieure… Gogol qui avait croisé un illuminé au terme de sa brève-vie (d’autant plus brève qu’il y avait eu cette rencontre). Les doutes et les tourments de Gogol qui confie dans une lettre à un ami qu’il a chargé ses héros de ses propres indignités ? Nous pouvons ne pas les connaître, nous pouvons lire “Les Âmes mortes” et considérer, comme Henri Troyat tout jeune garçon, qu’il s’agit du “livre le plus drôle de toute la Littérature”.
Thèmes : Littérature| Littérature Russe| Les Âmes mortes| Henri Troyat| Nikolaï Gogol
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : émigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre

.. ..