AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782896944439
160 pages
Alto (15/10/2019)
3.55/5   41 notes
Résumé :
Au XXIe siècle, entre deux révoltes féministes, une écrivaine se retire dans un chalet après avoir été victime de harcèlement sur les réseaux sociaux. Remontant le cours de la colère, une histoire familiale revient la hanter. Au coeur d’une tempête qui à la fois obscurcit et enlumine le paysage, elle appréhende la forêt où rien n’est tranquille. Abandonné et rongé par la mérule, le chalet voisin se dresse comme une menace. Et si on l’avait suivie ?

>Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 41 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

J'ai été d'abord attirée par le titre , qui me rappelait un souvenir émouvant: le beau regard d'un chevreuil se retournant vers moi... Et j'ai ensuite remarqué avec curiosité que l'auteure, que je ne connaissais pas, est québécoise. Attrait supplémentaire!

Ce livre, je l'ai acheté dans une librairie indépendante qui vient d'ouvrir dans la ville proche, chouette! Et un jeune homme originaire du Québec, y travaillant, m' en a parlé avec enthousiasme, m'apprenant, ce qui n'a pas manqué de m'intéresser, qu'Elise Turcotte était aussi poète . Définitivement conquise!

Ce n'est pas une lecture facile. Car la narration se fait à plusieurs niveaux: ce que confie la narratrice, oscillant entre souvenirs et présent et ce qu'elle met en scène ( j'utilise volontairement cette expression car le prologue donne une liste de personnages, comme au théâtre) dans ses écrits, en effet elle est romancière. Mais c'est une lecture riche, prenante.

Les thèmes du livre sont graves: les attaques violentes contre les féministes, le harcèlement familial, conjugal et la mise en danger psychologique d'un enfant... Entre onirisme, visions cauchemardesques et réalité inquiétante, oppressante, au profond de la nature, le lecteur entre dans les pensées éparses, fragmentées tout d'abord de la narratrice. Jusqu'aux révélations terribles.

le style poétique, allié à un environnement forestier sauvage, donne une dimension particulière à ce roman tout en intériorité. Et l'image finale est tellement belle... J'espère vous avoir donné envie. A découvrir!

Commenter  J’apprécie          420

Avant toutes choses, je me dois d'être sincère : cette lecture a été très mitigée pour moi. Malgré un résumé qui me plaisait, c'est la façon de conter l'histoire qui ne m'a pas séduite.

Une romancière décide de tout quitter et de s'installer dans un chalet au milieu des bois afin de fuir les réseaux sociaux où elle est la cible de harcèlement. C'est alors qu'elle se rend compte que le chalet, voisin du sien, est occupé par son ancien beau-frère avec qui elle ne s'est jamais entendue.

J'ai apprécié ce décor du chalet perdu dans la forêt. Ce qui a coincé avec moi est cette écriture très abstraite et déroutante à laquelle j'ai eu beaucoup de mal à accrocher. Je pense qu'il s'agit simplement d'un style que certains lecteurs pourront apprécier. Mais pour ma part, pour mon esprit assez cartésien, cela ne fonctionne pas.

Par l'intermédiaire de flash-backs, on apprend à mieux comprendre cette relation conflictuelle entre la romancière et son beau-frère. Mais hélas, j'ai trouvé que certains éléments pouvaient être plus construits et hélas, cela n'était pas le cas, ils étaient trop survolés à mon goût.

Des thèmes comme le sexisme, la société dominée par le patriarcat sont des sujets qui peuvent être discutés durant de nombreuses pages. En écrire un livre ne comptant qu'un peu plus de 150 pages fait que c'est comme si tout était trop « survolé ». Je pense que c'est ce goût de trop peu également qui fait que je ne retiendrai qu'une lecture bigarrée.

Ceci n'étant que mon humble avis personnel, je ne peux que vous conseiller et vous inviter à vous en faire le vôtre.

Je remercie Babelio et les éditions le Mot et le Reste pour l'envoi de ce livre dans le cadre de la Masse Critique Littérature.


Lien : https://www.musemaniasbooks...
Commenter  J’apprécie          326

Une forêt perdue, un ciel étoilé, un silence absolu. La neige, le vent dans les arbres.

Dans les bois un châlet, dans le châlet une femme.

Une écrivaine.

Elle est seule, retirée du monde et de sa violence, loin de la méchanceté des hommes et de la bêtise aveugle des réseaux sociaux.

Féministe convaincue, elle s'est peu à peu attirée les foudres d'une poignée d'internautes décerébrés, et celles de son propre beau frère, le manipulateur mysogine qui a déjà fait imploser la cellule famiaile et auquel elle fut la seule à oser tenir tête. 

Voilà les raisons de sa fuite au fin fond de la Beauce canadienne.

C'est là qu'elle compte reprendre son souffle, échapper au vacarme, revivre sans témoin. Pour cela il lui faut apprivoiser la solitude, se taire et oublier jusqu'au son de sa voix.

Il faut aussi "faire obstacle au temps qui [la] découpe en morceaux de chair fanée", se détacher si possible de la menace imprécise qui rôde.

Et puis il faut écrire, "nettoyer la carcasse des mots", faire remonter en surface toutes ces "petites bulles de non-dits" pour enfin n'être plus "broyée par ce qui flotte sans parole".

Tout un programme ... qui bientôt vole en éclats, quand le harcèlement redémarre de plus belle.

Au début le texte a de quoi surprendre, il m'a fallu du temps pour m'y accoutumer...

Il faut dire que l'écriture d'Élise Turcotte - figure reconnue de la littérature québécoise - est exigeante, déroutante, et remarquablement travaillée. Certaines images d'abord semblent confuses, déformées par le prisme de la paranoïa ou amplifiée par des figures de style parfois déconcertantes. Une chose est sûre : la plume impressionne !

Aussi n'est-il pas toujours simple de suivre la narratrice dans ses associations d'idées brumeuses, souvent dictées par l'angoisse, la colère ou la défiance de celle dont les cris d'alerte ne sont pas entendus.

La première lecture, donc, n'a donc rien d'évident (la narratrice d'ailleurs s'en excuserait presque : "je voudrais ne pas écrire en touches aussi discontinues. Avoir comme d'autres un pouvoir, chevaucher le flot des mots, capturer des histoires dans une contrée sauvage ou avoir de calmes certitudes comme Aron [le propriétaire qui lui loue le châlet] à la veste rustique. Mais ce que je suis m'en empêche, femme en lutte avec la langue, confronté aux pleins et au vide chaque minute, en déséquilibre sur la cime des phrases.")

Toutefois, pour peu qu'on accepte de lâcher prise, de ne faire qu'effleurer le sens caché de certaines tournures, on succombe vite au charme un peu perturbant de cette poésie sombre, tendue, qui dégage indéniablement quelque chose de puissant ... quelque chose que je serais bien en peine de qualifier plus formellement.

L'essentiel est là : avec ce roman grave et étonnant, Élise Turcotte pointe un doigt rageur sur le patriarcat, le sexisme ordinaire et l'impunité des harceleurs (sur la toile comme dans le cercle familial), tous ces épouvantables scandales révélés au grand jour par le mouvement #MeToo (#MoiAussi, pour nos ami(e)s Québecois(es) !)

Grâce à Babelio et aux éditions "Mot et le Reste", je découvre donc là une écriture singulière, et un univers qui l'est tout autant, chargé d'une tension pschologique diffuse que je ne suis pas près d'oublier.

Double satisfaction.

Commenter  J’apprécie          182

Comment un 3 étoiles appréhendé s'avérera un COUP de COEUR cinq étoiles ?

"Je compose d'intenses et jolis manifestes de quinze lignes que je dépose régulièrement sur mon masque social. Celui-ci prend peu à peu la place du paysage écrit que je reconstitue depuis des années. Maintenant, il faut que ça cesse" (page 9).

Dès les premières pages, je suis déstabilisée, pas du tout convaincue que j'embarquerai dans ce qui s'annonce pour moi un long monologue intérieur d'une écrivaine qui s'interroge sur sa démarche de création après avoir été harcelée sur les réseaux sociaux alors qu'elle commentait des sujets d'actualité en résonance avec le mouvement "Agressions non dénoncés" et tout ce que cela a engendré sur son sillage. Au fil du temps, les menaces s'intensifiant et craignant pour sa sécurité, celle-ci partira faire le vide dans un chalet en forêt où il n'y a ni radio, ni téléphone, ni internet.

Ma pensée polluée d'a priori, je tourne les pages à reculons. D'autant qu'au moment où j'écris ces lignes, au Québec sévit une vague de féminicides. Je suis fatiguée, pas envie d'aller là. Voudrais-je à mon tour rompre au silence cette prise de parole ? "Ce serait ben l'boutte", comme on dit chez nous. Je reprend donc ma lecture du début. Voilà qu'un constat s'impose. Élise Turcotte maîtrise son art. Virtuose des enchaînements, elle use de plusieurs niveaux narratifs, mélange les voix, peut-être sources distraction à mon premier contact où des subtilités m'ont échappées. Mais cette fois, la magie opère. Cette petite plaquette de 157 pages est d'une redoutable efficacité. Soudain, je suis happée dans ce qui se révèle un véritable thriller psychologique. C'est l'escalade, on a le vertige tant on est imprégné des malaises, de la menace qui plane et des frayeurs contre lesquelles tente de résister cette femme. On n'est plus du tout dans l'abstrait. La narratrice, après nous avoir dressé un portrait macroscopique d'une société qu'on perçoit trop souvent à l'extérieur de soi, nous aspire dans le goulot d'étranglement de la sphère privée, celle de la famille. Tout le roman repose sur le socle de la colère, celle qu'on refoule pour ne pas faire de vagues pour protéger le sacro-saint tissu familial au risque de le regretter. À quel prix sommes-nous prêt à maintenir la cohésion ?

"Ils ne veulent pas creuser, seulement rayer la surface de la vitre qui me sépare d'eux" . (p 41) "Peux-tu arrêter de t'obstiner avec... ! Ainsi donc, on en revient toujours là : parler est ma plus grande faute. Si je n'avais rien dit, si je n'avais pas été fidèle à ma colère, si j'avais enlevé le sable de mes souliers, aspiré la poussière du présent, penché la tête comme une vraie femme. Mais j'ai parlé". (p 44)

La parole trop "forte" est toujours remise en question. L'écrivaine peut être forcée à se taire, mais une fois seule, les mots qu'elle ne peut dire s'écrivent, prennent formes tangibles sur la page blanche et percutent l'esprit de ceux qui les reçoivent. Oui, heureuse ne pas m'être laissée berner par ... mes a priori !

Masse critique Québec - automne 2021

Commenter  J’apprécie          121

Intéressée par le thème annoncé du roman - la violence faite aux femmes dans la sphère publique –, c'est dérangée que je referme L'Apparition du chevreuil, roman dont je n'avais pas entendu parler au moment de sa sortie, et qui vient de recevoir le Prix Ringuet 2020. La narratrice, harcelée sur les réseaux sociaux, s'isole dans un chalet par crainte pour sa sécurité. Elle s'y remémore des événements s'étant passés dans sa famille, en lien avec la relation de couple de sa soeur avec un homme sinistre et dominant, et les réactions négatives qu'elle s'est attirée lorsqu'elle a dénoncé des comportements qu'elle jugeait inacceptables. Un très désagréable et presque insoutenable sentiment d'oppression m'a accompagné tout au long de son récit, que je n'aurais peut-être pas poursuivi s'il avait été plus long. C'est la grande force du roman, je crois, porté par une écriture fluide et poétique, de nous faire ressentir l'impuissance des victimes, la colère, la peur... « Personne ne peut me protéger du monde dans lequel je vis. » Voilà qui n'est guère rassurant. Heureusement, après nous avoir fait un état des lieux du monde, l'auteure nous réconcilie avec lui.

Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec
02 décembre 2019
La prise de parole créée par le mouvement MoiAussi n’est pas en voie d’essoufflement, et Élise Turcotte, déjà riche d’une œuvre poétique et romanesque considérable, y contribue à son tour, faisant se fondre affrontement physique et thriller psychologique.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse
28 octobre 2019
Élise Turcotte nous plonge, avec L’apparition du chevreuil, au cœur d’une tempête où une femme lutte contre sa propre parole, refusant les dictats afin d’en faire surgir une forme de vérité. Entre féminisme et masculinisme, sphères sociale et domestique, la romancière ausculte avec son regard perçant notre époque et les mouvements souterrains qui la mettent en tension.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation

Raconter, expliquer, et être crue tout à fait. C’était un élément banal dans ma petite vie sans drame, mais j’ai enfin compris que c’était impossible. Toute l’actualité du monde me le disait pourtant. Un doute persiste toujours, et c’est pourquoi on continue de répéter la même histoire. Ou pas.

Commenter  J’apprécie          30

Il existe un récit narré par la famille. Celui-ci tend à recouvrir la réalité d’un voile à la fois transparent et opaque. D’abord on voit au travers, ensuite on dénigre son propre savoir. Mais si je continue, c’est pour m’épanouir dans l’autre partie du réel. Dans le cimetière où je déterre les mots contre l’oubli.

Commenter  J’apprécie          10

La neige continue de tomber. Je ne pensais pas que c’était encore possible. Enfant, je glissais parfois en ski de fond dans les rues et les igloos que nous construisions avaient de longs couloirs dans lesquels on pouvait mourir étouffés. Le danger existait, la beauté aussi, et j’étais protégée.

Commenter  J’apprécie          10

Son rire de mépris a vite fait de changer tout l'air du salon, comme est changé le sang dans le corps d'un malade par des manoeuvres secrètes.

Commenter  J’apprécie          30

Certains cessent de raconter, dit-elle, parce que les autres n’entendent pas.

Ils ne comprennent pas ?

Ils n’ont jamais vraiment entendu. Sinon, pourquoi faudrait-il toujours redire l’événement ?

C’est pourquoi je patauge si souvent dans le vide, entre le silence et les mots.

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Élise Turcotte (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Élise Turcotte
Hotel Éternité (suite poétique), dit par Élise Turcotte
autres livres classés : harcèlementVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
451 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre