AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Martine Desbureaux (Traducteur)
ISBN : 9782709635202
Éditeur : J.-C. Lattès (01/01/2011)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Hercule Barfuss est né en 1813 dans une maison close de la ville de Königsberg. Nain monstrueux et sourd, il possède le don de lire dans les pensées. Ce don lui vaut un destin marqué par le drame, peuplé d’ennemis, alors que le héros court le monde à la recherche de sa bien-aimée née le même jour dans le même bordel. Une histoire d’amour à travers l’Europe du XIXe siècle
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  23 novembre 2014
Un curieux et fascinant roman qui ne peut laisser indifférent ! Tout lecteur y trouvera une accroche selon son tempérament : Les aventures fantastiques d'Hercule Barfuss, c'est d'abord la triste histoire d'un être difforme, enfant d'une prostituée, coupé du monde pas sa surdité, sans mains, risquant à tout moment d'être exposé comme monstre, ou exclu comme s'il était le diable, traqué par l'église.
C'est ensuite l'histoire (fantastique), d'un être qui possédant un don de s'immiscer dans les pensées les plus profondes de chacun, va utiliser ce don avec une intelligence inouïe !
Et surtout, c'est ce que j'en retiens, c'est une magnifique histoire d'amour, un amour pur difficile à vivre pour Henriette et Hercule, qui ont grandi ensemble, qui sont séparés, et dont les retrouvailles paraissent impossibles.
Carl-Johan Valgreen livre à travers ce roman, une critique de la société de l'époque (nous sommes dans la période se situant entre 1813 et 1913), de l'Eglise, du comportement humain.
Très bon roman auquel j'ajouterais quelques bémols : parfois un peu de confusion, les personnages entrant en scène dans le roman sont amenés par des descriptions très progressives, et cela peut prendre un certain temps au lecteur, pour dégager le rapport avec l'histoire, d'autres personnage sont nommés soudainement et, personnellement, j'ai été amené à consulter des pages antérieures pour savoir qui étaient un ou deux personnages pour constater qu'ils n'avaient pas été introduits et J'ai été amenée à déduire l'identité de ces personnages au fil de la lecture, pas très confortable.
Si la lecture de la première partie est rapide et accroche le lecteur, j'ai trouvé que la deuxième partie s'éternise parfois voire se montre répétitive même si elle demeure toujours très intéressante.
Malgré cela, c'est une lecture que je conseille à tous car chacun peut trouver son bonheur dans cette histoire aux facettes multiples.
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Kittiwake
  30 juin 2012
Le sort me gâte actuellement (et en l'occurrence Livre de Poche Sélection 2012) car voilà encore un excellent roman d'aventures avec une portée morale et philosophique non négligeable.
Hercule Barfuss n'est pas né sous une bonne étoile : sa tête est tellement grosse que sa naissance entraine la mort de sa mère, et les cris d'effroi des médecins, prêtre, prostituées présentes (eh oui on est dans un bordel) : le bébé est monstrueux, difforme, dépourvu de bras, sans oreilles, affublé d'un bec de lièvre béant, et recouvert d'une toison épaisse qui cache ses malformations. Contrairement aux prédictions, il survit. Et il est même capable de lire dans les pensées, d'y répondre par la même voie et d'influencer les personnes avec qui il entre en communication.
Son destin est scellé : sa vie va osciller entre Eros et Thanatos : fou d'amour pour la jeune femme née en même temps que lui, séparé d'elle par un pervers malfaisant, il consacre sa vie à la retrouver et à poursuivre tous ceux qui l'ont un jour maltraité.

C'est une magnifique aventure, avec en filigrane le regard porté sur la différence et les aberrations que la crainte surgie de la différence ont pour conséquences.
On y apprend aussi beaucoup sur la communication non verbale, sur la genèse du langage des signes.
L'histoire se passe au début du XIXè siècle : l'Inquisition sévit encore au Vatican. Les allégations démoniaques vont ajouter aux difficultés que rencontre Hercule
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
okada
  09 juin 2018
On pense au « Parfum » de Patrick Süskind pour l'anti-héros hors-norme de ce roman historico-fantastique, mi thriller, mi romance ! Oui, ce roman est difficilement classable car il est baroque, enfiévré, romantique et noir ! Hercule Barfuus est le rejeton d'une prostituée et d'un inconnu. Né et élevé à l'abri des murs d'une maison close, sa monstruosité ne lui ai révélé que sur la tard : manchot, nain, difforme, sourd-muet, il accumule les différences. Mais il a un don qui est tout autant une malédiction dans un monde où l'inquisition frappe encore : il peut lire et contrôler les pensées d'autrui. Ce don va l'entraîner dans une suite d'aventures et de rencontres étonnantes et rocambolesque à la poursuite de la femme qui l'aime et qu'il aime…
Le romancier fait un travail historique fort intéressant sur le poids de l'église, sur la position des sourds-muets dans la société du dix-neuvième siècle, et crée une galerie de personnages toujours surprenants. le niveau de lecture est simple, on est dans du bon roman populaire. La construction surprendra cependant les lecteurs habitués à la linéarité. L'auteur procède en effet par bonds successifs, n'hésitant pas à faire de larges digressions pour faire progresser l'histoire et maintenir notre attention. Mais cela se fait parfois au détriment de la continuité dramatique et donne l'impression de lire un recueil de nouvelles autour du personnage plutôt qu'un roman.
Malgré tout, ce roman foisonnant est plaisant et se lit avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SuzyBess
  29 mai 2015
Carl-Johan Vallgren est un artiste à plusieurs facettes: cet écrivain est également acteur et chanteur (par curiosité je suis allée sur Youtube écouter quelques-uns de ses morceaux: ce n'est pas du tout mon style musical ! Mais si ça en intéresse certains, voici le lien de l'une de ses chansons => ***). Ce qui est bien avec cette dernière catégorie d'artistes c'est qu'ils savent transformer une phrase en poème. Vallgren ne déroge pas à la règle: il manie les mots avec une bien belle dextérité. Ce roman est beau, juste et puissant. Son passage sur l'emploi des mots et des langages - p.14 à p.16 - m'a étonnamment donnée envie de m'exprimer par tous les moyens à ma portée. Il a libéré en moi une fascination étrange et, chose que je fais rarement: je lisais à voix haute afin que ma mère qui se trouvait à mes côtés à ce moment puisse entendre ces fabuleuses phrases et informations que je découvrais. Je me suis ensuite levée, suis allée prendre mon carnet de chroniques et ai commencé à écrire ces premières lignes.
Puis, après l'émerveillement du prologue, je suis entrée dans cette histoire hors du commun, celle d'Hercule Barfuss (beaucoup) et d'Henriette Vogel (moins). Mon excitation est vite retombée mais la poésie est restée et m'a charmée. J'ai découvert l'histoire d'un amour puissant que de terribles épreuves n'ont pas fait faiblir mais, au contraire, renforcé; l'histoire aussi d'un destin tragique et d'une quête continuelle. L'espoir et son contraire se côtoient étroitement au travers des lignes, il en découle une aventure déstabilisante et triste. L'on se rend compte, dans certains passages emplis de haine et d'amertume, de l'ampleur du pouvoir que possède le malheureux Hercule. C'est une puissance dévastatrice. Finalement, ce roman est empreint de mélancolie. Il ne faut pas se fier au titre, les aventures que vit Hercule sont des épreuves, et elles sont dures et terribles à affronter, il peine à vivre mais il affronte son existence avec courage.
C'est le premier roman de Carl-Johan Vallgren qui est traduit en français, ça a été une jolie découverte: il a une plume puissante, ce roman m'a fait penser à "Roméo et Juliette" de Shakespeare. Je pense que c'est vraiment le mot à retenir, celui qui représente bien l'expérience de lecture que j'ai vécue: la puissance. Un second de ses romans est parut ce mois-ci: "L'homme-sirène". Je pense que je vais me le procurer, c'est un auteur que j'ai apprécié et que j'aimerais continuer à découvrir.
Lien : http://letoucherdespages.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lavieestunlongfleuvetranquille
  17 mars 2014
Ce roman de Vallgren est pour le moins difficile à classer. Cela provient-il de sa structure, peu courante (ou mal agencée) ? Entendez par cette critique négative les différences de ton dans la narration, les allusions aux différents "passés" et les retours au présent, le passage à la correspondance épistolaire, bref, de quoi parfois déstabiliser un lecteur, même pris dans le noeud de l'histoire, peu banale de ce nain difforme et télépathe.
Vous l'aurez compris, car malgré la négativité de ce premier paragraphe critique, ce roman est une belle découverte et son histoire d'amour est digne des meilleurs écrits à ce-jour dans ce domaine.
Rien ne prédestinait ce nain hideux à avoir un amour époustouflant, himalayesque et surtout réciproque avec la plus que ravissante Henriette. Rien ? Pas tant que cela, en fait. Mais je vous laisse le découvrir et saisir le sens caché de ce conte moderne, qui lutte contre l'indifférence et la normalité.
J'ai aimé ce roman très "scandinave" (on se replonge, parfois dans le monde de Selma Lagerlöf) car les références historiques sont nombreuses, les incursions dans le monde religieux et l'émergence de certains ordres passionnantes et surtout parce qu'une belle histoire d'amour se doit d'être lue et aimée.
Un bon roman de week-end, à lire lors d'une escapade en campagne ou au bord de sa piscine, sans prise de tête. Un réel divertissement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
LaPresse   14 juin 2011
Même si les sauts dans le temps à chaque chapitre deviennent agaçants, la traduction du suédois n'a pas nui à la qualité de l'écriture, marquée par quelques très beaux moments.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
PtitgateauPtitgateau   02 août 2014
"Publié à Bologne en 1661" déchiffra-t-il. Des plans d'automates et de machines qui, espérons-le, ne verront jamais le jour. "
Sur la page, une figure représentait une sorte d'insecte couronné de pales rotatives métalliques en forme de trèfle à quatre feuilles.
"Hélixptéron ou machine volante", laissa tomber Rivero sur un ton de mépris. J'aimerais bien pouvoir attribuer cet élan de verticalité à un désir du royaume des cieux, mais c'est plutôt l'inverse : on veut ici se mettre à la place de Dieu, on veut l'égaler plutôt que d'être son serviteur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PtitgateauPtitgateau   15 juillet 2014
En tout cas une chose est certaine, un sourd privé de la possibilité d'apprendre une langue, quelle qu'elle soit, demeure dans les limbes. Ni les personnes, ni les objets n'ont de nom, l'existence est un chaos dénué de chronologie. Le concept question-réponse n'a pas de sens, l'abstraction est inconnue, et les facultés intellectuelles d'un tel individu restent au niveau de celles d'un enfant de deux ans. Car c'est le langage qui fait accéder l'enfant à la sphère symbolique du passé et de l'avenir, c'est à travers ce langage qu'il acquiert l'habitude de la conceptualisation et la classification.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
PtitgateauPtitgateau   13 novembre 2014
Hercule ouvre la porte et sort dans le couloir pour voir si la bête s'y trouve. Rien ne bouge hormis l'ombre chinoise d'un bouquet d'arbres agités par le vent à la lueur de la lune.
Commenter  J’apprécie          110
Aurelie3594Aurelie3594   08 juillet 2012
Mais sa haine n'était pas quantifiable. Pour elle, tous les objets se valaient, avait-il remarqué, et cela le troublait. Il ne haïssait pas cet homme plus qu'il n'avait haï les autres. Il les haïssait tous autant - mais d'une haine sans bornes. La haine ne connaissait nulle chronologie. Elle s'étendait à l'infini dans toutes les directions. Elle avait toujours existé et existerait toujours, car il était impossible de se figurer la haine dans une autre perspective qu'éternelle. Elle faisait table rase de toute notion de temps: elle était l'être même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LavieestunlongfleuvetranquilleLavieestunlongfleuvetranquille   16 mars 2014
Voyons donc, jeune homme, disait en lui la voix, de quoi as-tu peur ? C'est bien ce que tu fais toi-même du matin au soir, n'est-ce pas ? T'introduire sans vergogne dans le for intérieur des gens, épier leurs pensées les plus secrètes, le noeud de serpent de leurs remords, leurs peines de coeur enfouies, leurs flambées de mégalomanie, le roncier de leurs doutes de soi, leurs incertitudes sur la prétendue rotondité de la Terre alors que jusqu'à l'horizon elle paraît aussi plate qu'une poêle à frire, leur pléthore de petitesses congénitales…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : laideurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3637 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre