AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782072803345
160 pages
Gallimard (17/01/2019)
3.36/5   21 notes
Résumé :
«Le soir venu, le peintre était toujours absorbé par son art retrouvé lorsqu'il sentit une présence silencieuse à l'entrée de la chambre. Dans la lumière déclinante, il distinguait mal la silhouette qui se tenait sur le seuil de l'étroit vestibule. Il perçut pourtant de lourds vêtements, le reflet de broderies de fils d'or et comprit aussitôt qu'il n'avait pas affaire à une servante.»

Au début du XIXe siècle, un peintre parisien s'égare dans les conf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Gribouille_idf
  05 mars 2019
Quand l'Occident s'invite en Orient, il est devenu commun de s'attendre à des tensions politiques et meurtrières, à un choc des civilisations comme aurait pu le dire Samuel Hutington.
Dans le dernier roman de Sophie van der Linden, il n'est pas question de choc (si ce n'est esthétique et sensible), même si on ressent ces tensions, il n'est nullement question de meurtres, d'égorgements ou de sauvageries.
Le roman est court et se passe au 19ème siècle au coeur de l'empire Ottaman. Un peintre français, venu en Orient pour récupérer des fustanelles, et une Sultante tissent des liens complexes qui nous dépassent, un peu comme ceux entre l'Occident et l'Orient. Le premier est assigné à résidence jusqu'à la production d'oeuvres exigées par cette dernière. Malgré ses efforts et la multitude de scènes qui s'offrent à lui, l'artiste ne trouve pas l'inspiration. Il faudra toute la sensualité de l'énigmatique Sultane pour qu'elle se libère et dévoile chez le peintre tout son être.
Avec ce roman, nous sommes très éloignés de la représentation violente que les médias, attisés par certains politiques et intellectuels réactionnaires, donnent de l'Orient. Sophie Van der Linden, grâce à son écriture poétique et envoûtante, nous propose de découvrir un Orient sensible à travers une histoire faite de méfiance et d'attirance. C'est l'apprentissage d'un lieu, d'une époque et d'une culture, sans jugement et avec une très grande intelligence d'approche. En résumé, un très beau livre !
Mes remerciements vont à l'équipe du site Babelio et aux éditions Gallimard pour m'avoir permis de découvrir la sensibilité de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fifibrinda
  06 mars 2019
Des mots pour décrire un tableau ... Puis un peintre devient héros du récit, chevauchant à travers poussière, lumière et couleurs, quittant Constantinople pour une mystérieuse fabrique de fustanelles particulièrement réputées, aux confins balkaniques de l'Empire Ottoman. Arrivé au Domaine, peu de mots, un paysage fermé, confiné, des murs vides ... La Sultane, maîtresse des lieux, lui demande de peindre les panneaux des salles de réception, en échange des fustanelles. Habitué à peindre les corps et les étoffes, il pense se plier à des conventions religieuses en ne peignant que des motifs végétaux ... Mais ce n'est pas ce que l'on attend de lui ... Il évoque ensuite des paysages, mais pourquoi peindre ce qu'encadrent les fenêtres ? Il accompagne alors une chasse et y trouve ce que l'on espérait de lui ... Car, tout au long du roman, le peintre voit et regarde "en peintre" : il voit des couleurs, des motifs, des drapés, des clairs-obscurs, des scènes orientalistes plus qu'orientales ... La Sultane, par ses refus successifs de peintures censées lui plaire, et par son étonnante liberté, le conduira à une véritable création, à un vrai regard, dépouillé du filtre des convenances ou des traditions picturales. Et l'écriture de Sophie van der Linden participe de ce regard à la fois neuf et nourri de peinture : pour reprendre la très pertinente expression de Nathalie Dutier (Encres vagabondes), "il y a un continuum entre le velouté de la langue de Sophie van der Linden et celui des paysages peints par Georges-Henri François".
Les images proposées par l'écriture ou par la peinture évoquée en suscitent tant d'autres dans l'imaginaire du lecteur que ce court roman au texte épuré mais raffiné évoque pour moi aussi bien de riches univers littéraires - comme celui de Mathias Enard avec "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" - que des oeuvres graphiques hors du commun comme celle de François Place et ses "Géographies d'Orbae" . La spécialiste de l'image quitte l'analyse du rapport texte/image dans l'album illustré pour le roman où le rapport texte/image existe aussi, suscité par l'écriture, par le pouvoir d'évocation des mots, par le rythme envoûtant du texte, par cet art de la peinture littéraire que Sophie van der Linden maîtrise avec grand talent.
Un mot de la collection Sygne, nouvelle venue chez Gallimard : elle se veut un "espace pour des voix neuves, venues d'autres disciplines". On la dirait créée pour ce texte et son auteure, qui réussit un roman orientaliste en malmenant les codes du genre, un roman pictural où les mots créent les images, une déambulation à la fois introspective et sensuelle à travers un ailleurs que nous connaissons mais regarderons autrement désormais.
Merci donc à Masse critique pour ce magnifique moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
19chantal
  17 mars 2022
Georges-Henri François, peintre, fait partie d'une mission en Orient. le voyage et le Caire le déçoivent. Il est fasciné par le plissage et le blanc des fustanelles. Aussi il va quitter ses compagnons pour en trouver dans un lieu éloigné. Après plusieurs jours de voyage, il arrive dans une fabrique. Ici règne "la sultane", une femme noire qui commande et dirige toute la communauté. le peintre va découvrir une autre facette de l'Orient, différente de l'idée que s'en font les Occidentaux du vingtième.
La fin est assez brusque sans réelles explications sinon les querelles intestines qui changent le cours des choses.
La lecture est agréable. A cette relecture, j'ai retrouvé les paysages vus par le peintre. Pour le reste, je crois que je suis restée en Occident avec la sensation de ne pas avoir tout compris.
Commenter  J’apprécie          60
zazy
  21 août 2020
Nous sommes au début du XIXème siècle. Un peintre parisien, à la veille de faire un « bon mariage » intègre une mission diplomatique qui l'amène en Orient où le Caire l'a fortement déçu.
« En compagnie d'autres artiste français qui participaient comme lui à une mission diplomatique, le peintre avait séjourné des semaines dans la capitale de l'Empire, au terme d'un voyage les ayant d'abord tous menés au Caire »
Le peintre aime peindre les tissus, l'art du pli, du tombé et se découvre une passion pour les fustanelles dont il n'arrive à rendre ni la blancheur, ni l'élégance des ombres. Sur un coup de tête, il décide d'aller à la fabrique et en ramener en France.
Après un voyage épique, le voici devant un bâtiment de pierre, dans un univers minéral où il rencontre une femme que l'on appelle la Sultane et son janissaire. Une étrange relation, un étrange ballet rythmé par les temps de fabrique où il n'est pas le bienvenu au début, s'installe. « Toute l'activité humaine du bâtiment s'y trouvait concentrée, dans la lumière ocre d'une multitude de chandelles attachées par de grossières ficelles à des machines en bois et en bronze. Ce n'était plus une activité artisanale, pas encore de l'industrie ; une effervescence très organisée ».
Le temps n'a plus la même valeur. le peintre est troublé par la personnalité de cette beauté noire. « La haute et solde stature, la richesse des habits, le maintien gracieux, ici, en ces terres reculées, auraient suffi à l'ébranler, mais la peau noire de la femme acheva de le plonger dans un trouble qu'il eut toutes les difficultés à dissimuler. » Ainsi, Après avoir regardé avec un intérêt certain ses croquis, lorsqu'elle lui demande, en paiement des fustanelles et de sa liberté de peindre des panneaux, il prend garde de ne faire figurer aucune représentation humaine, selon sa vision occidentale de l'art oriental. La sultane le pousse dans ses retranchements pour obtenir autre chose de lui et de sa peinture. le déclic se fait lorsqu'il participe à une chasse avec le janissaire.
Le séjour se termine en queue de poisson. La fabrique est abandonnée en deux temps trois mouvements. Il en va ainsi dans les Balkans et le peintre repart en France sans être certain d'avoir tout compris.
C'est un voyage initiatique vers l'art oriental pour le peintre réaliste sous la conduite de la sultane qui lui permet de découvrir, entre attirance et méfiance, un orient inconnu et véritable.
L'aventure, l'exotisme ou plutôt, l'orientalisme sont à toutes les pages de ce livre qui, tel un conte, raconte les aventures d' un peintre français dans les Balkans. Et, comme dans les contes, les personnages n'ont pas de noms mais sont désignés par leur fonction.
Sophie van der Linden raconte la sensibilité orientale dans une écriture poétique et descriptive entre rencontres et promenades. Les commentaires très réalistes des aquarelles de Georges-Henri François émaillent et illustrent le roman.
Une lecture qui m'a permis, avec un très grand plaisir, de m'envoler loin du confinement. L'islam n'est pas qu'une religion, c'est aussi une culture, différente de notre culture occidentale, mais pas moins belle, ni dense. Tel est pour moi, ce qui ressort de ce conte.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Carrevert
  25 avril 2020
Le livre nous plonge au coeur d'un épisode unique survenu au cours d'un voyage d'un peintre. Une petite aventure qui nous fait entrer dans la tête de ce peintre se sentant enfermé par un marché conclu par lui-même et son hôte de passage. Comme enfermé par lui-même à cause de son désir d'acquérir un bien qu'il juge inestimable. Nous n'avons qu'une brève indication de son parcours antérieur et aucune de son futur. Cela m'a frustré quelques secondes puis j'ai trouvé cela fin. En effet, le livre est comme un conte, une histoire à un moment donné dans un lieu précis. le récit survole la compréhension des cultures occidentale et orientale ainsi que leur confrontation. C'est un point que j'ai trouvé décevant. Plus positif, les descriptions de quelques paysages et peintures sont bien réalisés.
Au final, il y a (pour moi) du bon et du mauvais et mon avis reste mitigé.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (2)
LaLibreBelgique   06 juin 2019
Sophie Van der Linden signe, de sa plume raffinée, un conte oriental, sensuel et tendu.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   22 février 2019
Sophie Van der Linden invite à une envoûtante plongée dans une fabrique de tissus rares aux confins des Balkans.

Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Il reprit son coffret et s'absorba l'après-midi entière à épandre par des gestes amples les couleurs envoûtantes des paysages entrevus pendant sa chevauchée hypnotique, à cerner des jeux de lumière, créer des accidents de matière, recherches plastiques sans but, inhabituelles pour cet artiste de la précision.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Je n'ai pas besoin de vous pour reproduire ce que chacun voit très bien par lui-même en se tenant devant une fenêtre, j'ai besoin de vous pour nous divertir, ou, si vous préférez, pour nous instruire.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Il se rendait dans les mosquées, aux heures vides, pour y caresser du regard et de la main les faïences usées déclinant sa palette favorite.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Il ne voyait que le bleu, le bleu persan, toujours surprenant, toujours subtil, sur quelque support que ce soit, fresques, céramiques.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
A l'illusion fabuleuse ranimée, à la passion sidérante surgie d'un impensé, seul un départ précipité pouvait donner sa mesure.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sophie Van der Linden (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Van der Linden
Quatre livres et cinq auteurs pour découvrir La Partie, une nouvelle maison d'édition de livre illustrés née cet automne. Sophie van der Linden, critique spécialisée en littérature illustrée, échange avec : - Bastien Contraire sur son documentaire : Dinosaures - Ramona Badescu et Loren Capelli autour de leur album : Il faudra - Anne-Margot Ramstein sur son livre à quatre mains avec Matthias Arégui : La Perle - Beatrice Alemagna sur son dernier titre : Adieu Blanche-Neige.
autres livres classés : orientVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tête de Turc !

De quelle pièce de Molière cette réplique est-elle extraite ? Que diable allait-il faire dans cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc à tous les diables !

Le bourgeois gentilhomme
Monsieur de Pourceaugnac
Les Fourberies de Scapin
La jalousie du barbouillé

10 questions
54 lecteurs ont répondu
Thèmes : turquie , turc , littérature , cinema , humour , Appréciation , évocationCréer un quiz sur ce livre