AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072803345
160 pages
Éditeur : Gallimard (17/01/2019)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 15 notes)
Résumé :
«Le soir venu, le peintre était toujours absorbé par son art retrouvé lorsqu'il sentit une présence silencieuse à l'entrée de la chambre. Dans la lumière déclinante, il distinguait mal la silhouette qui se tenait sur le seuil de l'étroit vestibule. Il perçut pourtant de lourds vêtements, le reflet de broderies de fils d'or et comprit aussitôt qu'il n'avait pas affaire à une servante.»

Au début du XIXe siècle, un peintre parisien s'égare dans les conf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Gribouille_idf
  05 mars 2019
Quand l'Occident s'invite en Orient, il est devenu commun de s'attendre à des tensions politiques et meurtrières, à un choc des civilisations comme aurait pu le dire Samuel Hutington.
Dans le dernier roman de Sophie van der Linden, il n'est pas question de choc (si ce n'est esthétique et sensible), même si on ressent ces tensions, il n'est nullement question de meurtres, d'égorgements ou de sauvageries.
Le roman est court et se passe au 19ème siècle au coeur de l'empire Ottaman. Un peintre français, venu en Orient pour récupérer des fustanelles, et une Sultante tissent des liens complexes qui nous dépassent, un peu comme ceux entre l'Occident et l'Orient. Le premier est assigné à résidence jusqu'à la production d'oeuvres exigées par cette dernière. Malgré ses efforts et la multitude de scènes qui s'offrent à lui, l'artiste ne trouve pas l'inspiration. Il faudra toute la sensualité de l'énigmatique Sultane pour qu'elle se libère et dévoile chez le peintre tout son être.
Avec ce roman, nous sommes très éloignés de la représentation violente que les médias, attisés par certains politiques et intellectuels réactionnaires, donnent de l'Orient. Sophie Van der Linden, grâce à son écriture poétique et envoûtante, nous propose de découvrir un Orient sensible à travers une histoire faite de méfiance et d'attirance. C'est l'apprentissage d'un lieu, d'une époque et d'une culture, sans jugement et avec une très grande intelligence d'approche. En résumé, un très beau livre !
Mes remerciements vont à l'équipe du site Babelio et aux éditions Gallimard pour m'avoir permis de découvrir la sensibilité de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fifibrinda
  06 mars 2019
Des mots pour décrire un tableau ... Puis un peintre devient héros du récit, chevauchant à travers poussière, lumière et couleurs, quittant Constantinople pour une mystérieuse fabrique de fustanelles particulièrement réputées, aux confins balkaniques de l'Empire Ottoman. Arrivé au Domaine, peu de mots, un paysage fermé, confiné, des murs vides ... La Sultane, maîtresse des lieux, lui demande de peindre les panneaux des salles de réception, en échange des fustanelles. Habitué à peindre les corps et les étoffes, il pense se plier à des conventions religieuses en ne peignant que des motifs végétaux ... Mais ce n'est pas ce que l'on attend de lui ... Il évoque ensuite des paysages, mais pourquoi peindre ce qu'encadrent les fenêtres ? Il accompagne alors une chasse et y trouve ce que l'on espérait de lui ... Car, tout au long du roman, le peintre voit et regarde "en peintre" : il voit des couleurs, des motifs, des drapés, des clairs-obscurs, des scènes orientalistes plus qu'orientales ... La Sultane, par ses refus successifs de peintures censées lui plaire, et par son étonnante liberté, le conduira à une véritable création, à un vrai regard, dépouillé du filtre des convenances ou des traditions picturales. Et l'écriture de Sophie van der Linden participe de ce regard à la fois neuf et nourri de peinture : pour reprendre la très pertinente expression de Nathalie Dutier (Encres vagabondes), "il y a un continuum entre le velouté de la langue de Sophie van der Linden et celui des paysages peints par Georges-Henri François".
Les images proposées par l'écriture ou par la peinture évoquée en suscitent tant d'autres dans l'imaginaire du lecteur que ce court roman au texte épuré mais raffiné évoque pour moi aussi bien de riches univers littéraires - comme celui de Mathias Enard avec "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" - que des oeuvres graphiques hors du commun comme celle de François Place et ses "Géographies d'Orbae" . La spécialiste de l'image quitte l'analyse du rapport texte/image dans l'album illustré pour le roman où le rapport texte/image existe aussi, suscité par l'écriture, par le pouvoir d'évocation des mots, par le rythme envoûtant du texte, par cet art de la peinture littéraire que Sophie van der Linden maîtrise avec grand talent.
Un mot de la collection Sygne, nouvelle venue chez Gallimard : elle se veut un "espace pour des voix neuves, venues d'autres disciplines". On la dirait créée pour ce texte et son auteure, qui réussit un roman orientaliste en malmenant les codes du genre, un roman pictural où les mots créent les images, une déambulation à la fois introspective et sensuelle à travers un ailleurs que nous connaissons mais regarderons autrement désormais.
Merci donc à Masse critique pour ce magnifique moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Carrevert
  25 avril 2020
Le livre nous plonge au coeur d'un épisode unique survenu au cours d'un voyage d'un peintre. Une petite aventure qui nous fait entrer dans la tête de ce peintre se sentant enfermé par un marché conclu par lui-même et son hôte de passage. Comme enfermé par lui-même à cause de son désir d'acquérir un bien qu'il juge inestimable. Nous n'avons qu'une brève indication de son parcours antérieur et aucune de son futur. Cela m'a frustré quelques secondes puis j'ai trouvé cela fin. En effet, le livre est comme un conte, une histoire à un moment donné dans un lieu précis. le récit survole la compréhension des cultures occidentale et orientale ainsi que leur confrontation. C'est un point que j'ai trouvé décevant. Plus positif, les descriptions de quelques paysages et peintures sont bien réalisés.
Au final, il y a (pour moi) du bon et du mauvais et mon avis reste mitigé.
Commenter  J’apprécie          20
Heleniah
  15 mars 2019
Un peintre, au XIXème siècle est envoyé à Constantinople. Alors qu'il devait rentrer chez lui avec ses compagnons, il décide de faire un détour pour acheter des fustanelles, une sorte de jupe blanche incroyablement plissée qui fascine le peintre par ses ombres et reliefs. Il arrive dans un grand domaine, coupé du monde, dirigé par une femme qui se fait appeler Sultane et qui lui demande des peintures en échange des fustanelles.
Ce roman très court, 150 pages à peine, nous plonge dans les mystères de l'Orient. La peinture est partout, dans les yeux du peintre comme dans les paysages qu'il voit et ses réflexions. Il y a également tout un autre pan du roman, plus politique, mais qui est plus sous-entendu qu'explicite. Ça ne facilite donc pas la lecture, vu que le roman est très court et que le contexte socio-politico-historique est très peu clair.
L'écriture est donc soignée et poétique, mais au final, le roman se perd dans certains passages concernant la peinture et n'est peut-être pas assez précis sur le côté historique et politique.
Un roman qui plaira plus aux passionnés de peinture qu'à ceux qui ont envie d'évasion !
Lien : https://girlkissedbyfire.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesPapotisdeSophie
  15 avril 2019
Un peintre voyage dans l'empire Ottoman, début 19ème, avant de revenir à Paris se marier. Il tombe amoureux de la fustanelle, jupe masculine de coton blanc. Il décide alors de trouver la fabrique pour en acquérir une et pouvoir la peindre. Ce voyage va l'amener dans un territoire sauvage, il rencontre une sultane et devra lutter contre ses habitudes d'artistes pour retrouver une liberté de création.
Sophie van der Linden offre une oeuvre poétique, à l'écriture ciselée. Un voyage hors du temps, un regard sur la création, l'art. Un petit bijou qui nous transporte le temps de la lecture.

Lien : http://lespapotisdesophie.ha..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LaLibreBelgique   06 juin 2019
Sophie Van der Linden signe, de sa plume raffinée, un conte oriental, sensuel et tendu.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   22 février 2019
Sophie Van der Linden invite à une envoûtante plongée dans une fabrique de tissus rares aux confins des Balkans.

Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Il reprit son coffret et s'absorba l'après-midi entière à épandre par des gestes amples les couleurs envoûtantes des paysages entrevus pendant sa chevauchée hypnotique, à cerner des jeux de lumière, créer des accidents de matière, recherches plastiques sans but, inhabituelles pour cet artiste de la précision.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Je n'ai pas besoin de vous pour reproduire ce que chacun voit très bien par lui-même en se tenant devant une fenêtre, j'ai besoin de vous pour nous divertir, ou, si vous préférez, pour nous instruire.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Il se rendait dans les mosquées, aux heures vides, pour y caresser du regard et de la main les faïences usées déclinant sa palette favorite.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
Il ne voyait que le bleu, le bleu persan, toujours surprenant, toujours subtil, sur quelque support que ce soit, fresques, céramiques.
Commenter  J’apprécie          10
Gribouille_idfGribouille_idf   06 mars 2019
A l'illusion fabuleuse ranimée, à la passion sidérante surgie d'un impensé, seul un départ précipité pouvait donner sa mesure.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sophie Van der Linden (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Van der Linden
Présentation par Sophie van der Linden, critique littéraire, romancière et spécialiste de l'album jeunesse
autres livres classés : orientVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
629 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre