AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782262026837
400 pages
Perrin (26/08/2015)
3.89/5   14 notes
Résumé :
Auteur d'une biographie incontournable du maréchal Pétain, Bénédicte Vergez-Chaignon, à travers 13 thèmes porteurs, raconte à tous l'histoire cachée des années noires. Qu'ils s'agissent des hommes de Vichy et de leur action, à commencer par celles de Pétain et de Laval, de l'organisation quotidienne, de la Milice, des coups bas au sein de la nébuleuse vichyste ou des relations complexes avec l'occupant, chaque chapitre est saisissant. Fondée sur des archives neuves ... >Voir plus
Que lire après Les secrets de VichyVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
e livre se lit très facilement et pourtant il plonge dans de nombreux aspects du gouvernement de Vichy. le travail de cette historienne est remarquable et elle sait le rendre accessible à un grand public. Au lieu de suivre l'histoire de cette période de façon chronologique, en 12 chapitres, elle cerne au plus près ce que fut ce gouvernement. D'abord le choix très bizarre de Vichy . Pour l'anecdote cette ville avait des hôtels qui n'étaient pas chauffés car normalement fermés l'hiver. Dans le deuxième chapitre, on voit à quel point le vieux maréchal avait du mal à rédiger lui-même ses discours. Mais dans le troisième, elle attribue à Pétain le statut des juifs et on voit à quel point cela était important pour Pétain de débarrasser l'état français de l'influence juive. Il distinguera les juifs français des juifs étrangers mais en aucun cas on ne peut penser qu'il a voulu sauver des juifs. Dans le chapitre quatre on sourit aux difficultés du retour des cendres de l'aiglon envisagé comme une grande largesse d'Hitler à la France.

C'est dans le huitième chapitre qu'elle cerne le rôle de Vichy dans la solution finale, on le sait maintenant sans la collaboration active des français les Allemands auraient eu plus de mal à déporter les juifs même si, il est vrai, que c'était plus leur volonté que celle du Maréchal Pétain. Personne à Vichy ne s'y est opposé, pire ils ont même beaucoup aidé les occupants, à l'image de Bousquet dont le tardif engagement dans la résistance ne saurait occulté le rôle qu'i a joué dans l'arrestation et la déportation de très nombreux juifs. L'auteure s'intéresse aussi à la milice, aux difficultés de de Gaulle pour s'imposer à Alger, à l'assassinat d'Henriot, la vengeance de la milice, la personnalité étrange de leur chef Darnand, et cela termine par le procès de Pierre Laval.

Cette plongée dans cette période est fascinante, Vichy et sa clique de politiciens semblent tellement ridicule, c'st un véritable panier de crabes, tous les protagonistes sont prêts à s'entretuer, et se méprisent mutuellement. Ce ne serait pas si grave si, en même temps, pour plaire à l'occupant, ils n'avaient pas devancer le moindre de leurs désirs. C'est grâce à eux que les enfants juifs ont été déportés, grâce à eux que les étrangers ont été mis dans des camps en zone libre puis livrés aux Allemands. Ils pensaient sauver un peu d'autonomie de la France alors que les Nazis ne leur ont jamais laissé une parcelle de pouvoir. Sauf le pouvoir de donner une liste de noms pour que ceux ci aient leurs 300 otages à fusiller contre l'attentat qui avait coûter la vie à un de leur officier.

Ce qui est incroyable dans le procès de Laval c'est de voir à quel point celui-ci croira jusqu'à s amort qu'il a oeuvré pour le « bien » de la France. Et sa fille créera une fondation pour réhabiliter la mémoire de son père !

J'ai lu un article où on voit qu'il y avait chez elle au moins un tableau volé à une famille juive, l'amitié de son père avec les autorités nazies étaient bien récompensées.
Ce qui est certain c'est que les procès de Pétain et de Laval , n'ont pas vraiment fait la lumière sur toutes les conséquences des lois raciales française écrites par eux. La Shoa n'était pas du tout au coeur des débats à l'époque.

Un livre à lire pour tous ceux et toutes celles qui souhaitent une information claire et précise ou qui ne veulent pas oublier un passé qui fait mal à la France.
Lien : https://luocine.fr/?p=15908
Commenter  J’apprécie          10
Bénédicte Vergez-Chaignon est une excellente historienne et surtout une très bonne conteuse . Dans ce livre rien de bien nouveau pour qui s'intéresse à la seconde guerre mondiale mais c'est raconté d'une telle manière que même en connaissant les tenants et les aboutissants on est captivité par son récit . Ce livre est l'entrée parfaite pour pénétrer l'univers de Vichy . Je recommande également son "Pétain" qui est probablement la biographie de personnage la plus complète que j'ai lu .
Commenter  J’apprécie          60
Ce livre est salutaire. Il anéantit tous les trucages, tripatouillages et manipulations historiques des nostalgiques qui souhaitent dédouaner Pétain de ses responsabilités.
Bénédicte Vergez-Chaignon ne fait pas de nouvelles révélations. Mais elle a compulsé des documents inédits ou peux exploités.
Au début de l'ouvrage, nous découvrons les mesquineries du personnel politique de Vichy se chamaillant, déplorant une stratégie pour obtenir telle chambre ou telle suite pour installer bureaux et services des ministères.
L'auteur démonte toute la propagande de Vichy qui présente Pétain comme un travailleur acharné. Pétain était un vieillard incapable de se concentrer des heures durant.
Seule son image lui importait d'où le temps qu'il mettait à peaufiner ses discours....
Pétain vivait dans un monde artificiel, bien loin des réalités vécues par les Français.
Lui et Laval portent la responsabilité des malheurs subis par la communauté juive de France. le statut des Juifs est édicté par Vichy.....avant toute demande allemande. Et ce n'est pas Laval, seul, qui a permis d'organiser les rafles.
Bref, un livre majeur sur la période.
Commenter  J’apprécie          20
Voilà un ouvrage sur Vichy, instructif, passionnant de bout en bout et facile d'accès. J'étais un peu inquiet car j'avais lu Les Vichysso Résistants de la même autrice, et ce fut une lecture beaucoup plus complexe.
On retrouve dans ce livre la volonté de tous ces acteurs du régime de masquer leur turpitudes et leur idéologies , souvent mouvantes d'ailleurs, sous un vernis de patriotisme, d'anticommunisme et autres Révolution Nationale....On retrouve une lute pathétique entre les différents acteurs pour un pouvoir qui n'existe pas ( ce sont les allemands qui pilotent) et toute les compromissions les plus abjectes pour en ramasser les miettes.
Petain quand à lui, il navigue entre tous ces personnages, distribuant les bons et les mauvais points ( comme si il en avait le pouvoir....) et pour lui aussi sauver les apparences. Car si il y a une chose particulièrement bien décrite ce livre c'est la mise en scène permanente du régime de Vichy et de la collaboration avec les allemands.
Un livre à lire et à faire lire .
Commenter  J’apprécie          10
Excellent et instructif !
Comme toujours avec Bénédicte Vergez-Chaignon, les faits sont implacables, impeccablement documentés, laissant très peu de place à la controverse ou la polémique.
Ce récit de "quelques épisodes curieux, significatifs, polémiques ou tragiques" de l'État français entre 1940 et 1945 montre à quel point le culte de la personnalité pour un vieillard autrefois glorieux, les ambitions de politiciens sans foi ni loi, ont menés la France au bord de l'abîme et de la disparition.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
La xénophobie assumée de Pétain a livré à l’arbitraire policiers des personnes particulièrement vulnérables et dépourvues d’autres protection que celle qu’elles pouvaient espérer de la France. Et elles ont contribué à faire porter à l’État français une part de responsabilité dans la perpétration de la Solution finale. C’est contre le Maréchal et contre son gouvernement que des Français, que des fonctionnaires, que la hiérarchie de l’église catholique ont agi à leurs risques et périls, pour protester contre les persécutions et porter secours aux persécutés. Vichy s’est laissé entraîner par idéologie et par vanité, dans la logique qui consiste à obliger des complices, des témoins et parfois des victimes a participé au crime. Mais choisir l’ordre des mises a mort ou les justifier par le sacrifice de l’intérêt supérieur de la patrie, ce n’est pas le sens communément admis du verbe « sauver ».
Commenter  J’apprécie          10
Même si les Allemands ne sont pas demandeurs d’une législation antisémite française, Pétain et Laval anticipent la bonne impression qu’il pourrait créer en s’inscrivant volontairement dans cette antisémitisme qui sera, à n’en pas douter l’un des marqueurs de l’identité de la nouvelle Europe sous domination nazie.
L’idée d’un statut des juifs est donc bien dans les esprits, statut dans la préparation doit logiquement être dévolue au ministre de la justice Raphaël Alibert. Ce qui explique la phrase à la fois ridicule et choquante que rapporte le ministre du travail Charles Pomaret, phrase dans laquelle Alibert se serait vanté d’être en train avec son chef de cabinet de « préparer un texte aux petits oignons ».
Commenter  J’apprécie          00
Les conditions matérielles, passables en été, deviennent inutilement pénibles en hiver puisque les hôtels, généralement fermés hors saison, n’ont pas de chauffage. Le secrétaire général au ministère des colonies qui avait été le premier a évoqué les attributions de charbon s’était fait éconduire au motif qu’on aurait quitté Vichy avant les premiers frimas. On fut fort dépourvu quand la bise fut venue. Dans la nuit du 16 au 17 janvier 1941, le thermomètre tombe à moins 23°C.
L » allier charrie des glaçons. Durant l’hiver 1941 – 1942 c’est une tempête de neige qui isole la ville. Le 9 janvier il fait moins 23° C.
Commenter  J’apprécie          00
Il pensa donc, à tord, qu'il avait toujours l'oreille des français.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bénédicte Vergez-Chaignon (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bénédicte Vergez-Chaignon
Echange entre Bénédicte Vergez-Chaignon, historienne, spécialiste de la Seconde guerre mondiale et de l’Occupation et Xavier Fos, président de stratégies françaises. L’historienne répond à de nombreuses questions sur Jean Moulin, dans un grand entretien. Bénédicte Vergez-Chaignon raconte le rôle qu’a joué le personnage de Jean Moulin dans sa carrière d’historienne. La spécialiste de l’Occupation a accepté de répondre à nos questions. Quelle est la part d’ambiguïté dans le parcours de Jean Moulin ? Comment sa jeunesse à Béziers, ses parents, forgent son parcours professionnel ? Quel est le rapport aux femmes de Jean Moulin ? Xavier Fos interroge Bénédicte Vergez-Chaignon. L’historienne revient sur l’engagement de Jean Moulin, auprès de Pierre Cot, contre le régime de Vichy. Xavier Fos, président de stratégies françaises fait l’interview de Bénédicte Vergez-Chaignon. L’historienne revient sur le rôle du chef de la Résistance en France auprès d’Astier de la Vigerie, de Frenay et de Jean-Pierre Lévy. Bénédicte Vergez-Chaignon partage son analyse sur le sujet de l’attentat du DC10 au-dessus du Ténéré en 1989. L’agent secret rencontre le club stratégies françaises. Bénédicte Vergez-Chaignon explique comment s’est passée l’arrestation de Jean Moulin à Caluire et le rôle de Hardy. Elle évoque la figure de Romanin, le Jean Moulin artiste, dessinateur et galeriste. La spécialiste de l’Occupation nous explique les dessous de l’image iconique de Jean Moulin. Bénédicte Vergez-Chaignon revient sur son parcours auprès de Daniel Cordier, l’écrivain de Alias Caracalla. Elle rappelle quelques éléments sur sa biographie de Philippe Pétain, antisémite.
+ Lire la suite
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (37) Voir plus



Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1132 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..