AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848762136
Éditeur : Philippe Rey (23/08/2012)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Adolescent en Haïti dans les années 70 sous la dictature de Duvalier, tiraillé entre la crainte d’un père rigide et le désir d’explorer le nouveau continent de la sexualité, le jeune Carl Vausier décide de faire confiance à sa propre nature. Dans la maison familiale d’abord, là où la promiscuité interdit le moindre jardin secret, il se réfugie dans le saint des saints, la bibliothèque, pour assouvir ses fantasmes sous la muette approbation des livres… Puis à l’extér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
carre
  24 octobre 2012
Gary Victor signe un roman initiatique ou l'on suit Carl adolescent timide et introverti découvrant une sexualité tarifiée, puis sa rencontre avec une jeune fille de façon épistolaire puis réelle qui le poursuivra dans sa vie d'homme.
Ha ! la belle et fantasmée « Coeur qui saigne » en provoque des tourments au pauvre Carl qui ne cesse de la perdre pour la retrouver avec encore plus de désir et d'amour. Mais quand les raisons du coeur sont impuissantes, que faire ?
Mais au-delà de cet amour compliqué, l'auteur haïtien dresse un portrait sans concession d'un pays miné par la pauvreté, écrasé par une dictature impitoyable, sa colère et son ressentiment sont aussi au coeur du roman (comment peut-on mourir sur le sol d'un hôpital, abandonné à son funèbre sort ?), et tandis que la menace rode Carl tente de donner un sens à sa vie, même si comme il le dit «  Je n'ai aucune fierté d'être Haïtien. Mais je voudrais bien me battre pour l'être, pour que mes enfants le soient aussi ».
Et alors que le roman démarre sur un ton léger, s'installe peu à peu une angoisse sourde, une peur viscérale oppressante, une plongée insupportable vers les ténèbres.
Et grâce aux Editions Philippe Rey et à Babelio (que je remercie chaleureusement), rencontré un bien bel auteur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Gangoueus
  24 septembre 2012
Il y a peu, je commentais le roman Soro de Gary Victor paru aux éditions Mémoires d'encrier. Chaque lecture de cet auteur haïtien bouscule, étonne, offre une plongée chaque fois plus déroutante au coeur de ce pays des Caraïbes où Gary Victor réside.

Maudite éducation ne déroge pas à cet ancrage haïtien du propos de ce romancier. Seulement, de tous les ouvrages que j'ai pu lire de Gary Victor, il est celui où l'auteur semble se mettre le plus à nu. le personnage central est Carl Vausier. Il est adolescent quand débute ce roman. Aîné d'une fratrie de trois, son père est un intellectuel sous un régime totalitaire qu'on identifie comme celui du Dr Duvallier. Carl Vausier raconte son adolescence, celle d'un jeune homme banal, complexé, extrêmement timide appartenant à la bourgeoisie haïtienne mais, qui dans son incapacité à communiquer avec les filles de son âge, court les terrains vagues des bas-fonds de Port-au-Prince s'initier à une sexualité auprès de putains tristes qui lui content, pour certaines, leurs mémoires. Paradoxalement, ces excursions nocturnes sont l'occasion pour ce jeune homme d'être confronté à la fois à la misère du peuple délaissé de Nan Palmis, et autres bidonvilles, au fantastique haïtien qui le fascine dans un premier temps avant qu'au fil des pages son rationnalisme s'aiguise puis singularise son regard sur les choses dans un pays où l'imaginaire possède toujours une longueur d'avance sur le réel d'après le narrateur, la folie sur la lucidité.
En parallèle à ses virées noctures, le jeune Carl entretient dans le cadre d'un jeu, une correspondance avec Coeur qui saigne, une jeune fille traumatisée par le suicide de sa soeur. de cette correspondance, où le jeune maladroit dans le réel se crée un personnage charismatique sur mesure, nait sur la base d'un fiasco, une relation complexe, faite de nombreuses incompréhensions, de non-dits, de fantasmes entretenus ou pas.
Carl Vausier porte en même temps un regard particulier, attendrissant sur la figure paternelle, disparue trop tôt dans un hôpital dépourvue de service d'urgence, hôpital situé pourtant à 333 mètres du palais de la présidence. Cette image délirante et marquée par l'impuissance face à une direction de l'état totalement indifférente au sort de concitoyens, éclabousse l'esprit de Carl. C'est aussi tous les rendez-vous manqués entre un père et un fils, les silences, l'initiation forcée à la littérature, la mère, personnage apparemment secondaire dont la force se dessine discretement au fil des chapitres, celle qui lit tous les chapitres des romans de son fils.
Carl Vausier grandit. Hanté par le personnage de Coeur qui saigne qui a disparu à la suite du fiasco de leur première rencontre dans le monde réel.
Gary Victor offre là un roman intime, son éditeur le devine autobiographique, pour le fils d'un grand sociologue qu'il est. le voyeurisme du lecteur est tout de suite éveillé quand on évoque le caractère autobiographique d'un texte. C'est un roman sur la construction d'une personnalité. Peut-on dire qu'il s'agit d'une maudite éducation que subit Carl Vausier? Chacun se fera, en fonction de son background, son idée en découvrant ce roman magnifique. Personnellement, à côté de la magnifique et complexe romance entre Furet (son surnom de correspondant) et Coeur qui Saigne, je retiens énormément ce combat qui ressemble à celui d'un homme seul face à la dérive de son pays. Un homme qui chaque tente de déconstruire des systèmes de pensée ou de croyance pour faire triompher une forme de raison qui visiblement n'a pas droit de citer pour beaucoup.

Lien : http://gangoueus.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yv1
  25 août 2012
Roman très atypique dans la forme. Il y a cet homme qui raconte son adolescence, sa jeunesse, et puis cette relation difficile avec Coeur Qui Saigne et plus généralement, la vie en Haïti dans les années 70, la difficulté de vivre dans ce pays extrêmement pauvre, sous une dictature féroce. Carl Vausier n'a pas de chance, d'abord il n'est pas bien dans sa peau d'ado, ensuite il agit en dépit du bon sens parental au risque de se mettre à dos père et mère, et enfin, il ne peut pas dire ou faire ce qu'il veut au risque de se retrouver emprisonné voire pire par les tontons macoutes. On est toujours entre roman autobiographique (d'après l'éditeur), roman initiatique, roman d'un amour fou et livre de réflexions de l'auteur, mais aussi entre rêve et réalité, deux notions que Gary Victor aborde très souvent
J'aime beaucoup cette idée dont il parle que nos rêves sont personnels mais pas nos souvenirs, parfois même les deux peuvent parvenir à se confondre. Ne vous êtes-vous jamais posé la question de savoir si ce que vous pensiez être un souvenir n'est pas un rêve récurrent, qui serait entré en vous comme un événement vécu ? Une autre citation sur un thème similaire : "Flotter entre le réel et l'imaginaire met dans un état de doute permanent et de questionnement." (p.232) L'écriture de Gary Victor incite à passer du réel à l'imaginaire, du rêve à la réalité. Elle est simple, directe, belle et à la fois poétique. Je l'avais déjà remarquée dans son superbe roman le sang et la mer (à l'époque j'encourageais très volontairement à le lire, conseil -que vous devez suivre, vous ai-je déjà déçu ?- que je ne peux que réitérer)
Mais Gary Victor ne se contente pas d'égrener ses réflexions sur ces thèmes, il parle aussi de son pays. Son pays vendu aux dictateurs, à ses brutes qui représentent la face sombre des hommes (un peu comme le portrait de Dorian Gray cachait celle de son modèle)
Il est difficile d'y vivre sereinement, soit à cause de la pauvreté, soit à cause des ses opinions soit les deux en même temps. Carl est écrivain, journaliste et ne peut écrire n'importe quoi, il doit sans cesse composer avec son rédacteur en chef -le censeur- et le pouvoir. Malgré tout, il y reste, contrairement à beaucoup qui émigrent pour vivre mieux.
Et puis Gary Victor parle aussi d'amour. D'amour fou. D'amour passionnel, fusionel. D'amour physique aussi, certains passages sans être grossiers sont très explicites. de la difficulté de trouver le ou la partenaire fantasmé(e)(s).
Enfin, tout cela pour vous dire combien ce bouquin est excellent, beaucoup de phrases ont fait écho en moi, m'ont rappelé certains passages pas très faciles de mon adolescence (rassure-toi, maman, je ne suis pas allé dans les bas-quartiers nantais pour voir les prostituées, ni n'ai vécu dans un bidonville !). Comme quoi, même si les conditions de vie sont absolument incomparables, les tourments du corps et de l'esprit sont universels.
Précipitez-vous sur ce roman de le rentrée 2012 !
Lien : http://www.lyvres.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tracey11
  01 novembre 2012
Timide, introverti, sous la coupe d'un père qu'il craint et respecte, Carl Vausier, jeune adolescent haïtien élevé au sein d'une famille respectée, s'éveille à la sexualité dans la bibliothèque de son père, seul endroit dans la maison où il bénéficie d'un peu d'intimité. Surpris par lui dans cette intimité, la honte ne le quittera plus, et il poursuivra désormais son initiation dans les bras des prostituées des quartiers malfamés de la ville de Port-au-Prince. Certaines lui raconteront d'ailleurs leur histoire, où la réalité et le conte se confondent parfois...
L'existence de Carl prend un tournant décisif lors de sa rencontre avec Coeur qui saigne, de laquelle il est tombé amoureux par le biais d'une relation épistolaire. Elle a été douloureusement et dangereusement touchée par la mort de sa soeur. Lui s'est inventé un personnage qu'il n'assume pas lors de leur rencontre. Il la fuit alors, et ne retrouve Coeur qui saigne que quelques années plus tard. Carl va alors tout faire pour la sortir de la promesse qu'elle a faite à sa soeur défunte, et qui la tient en otage.
Cette nouvelle rencontre va bouleverser leurs existences.
C'était ma première lecture de cet auteur. Un peu laborieuse dans les débuts, parce que conduite par les pulsions sexuelles de Carl, son horizon s'élargit à partir de sa rencontre avec Coeur qui saigne. Avec elle Carl poursuit un but, celui de sauver celle qu'il aime, malgré les pressions exercées par le pouvoir en place. Leur amour impossible et leur quête de l'un et de l'autre s'entêtent contre les fantômes qui les hantent. Personnage public car journaliste reconnu, Carl se retrouve confronté au fiancé de Coeur qui saigne, qui est l'ex de sa soeur décédée mais également un des meneurs du pouvoir dictateur en place, qui terrorise et étouffe le pays.
Le récit respire au rythme des rencontres de Carl, avec son père, les prostituées, Coeur qui saigne et son monde, l'ex de sa soeur, et j'ai aimé le rythme de ses différentes aspirations. Cependant je suis restée plutôt en-dehors de l'émotion des différentes situations auxquelles sont confrontés les personnages, bien que le roman soit pour partie autobiographique. J'ai également trouvé dommage que la mère de Carl soit pour ainsi dire totalement absente de son récit, et qu'il ne lui accorde aucune place dans son cheminement.
Mais j'ai aimé le style de l'auteur, son écriture soignée, quoi que peut être un peu figée pour laisser passer les émotions qui m'ont manquées.
Lien : http://readviewed.skyrock.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tracey11
  01 novembre 2012
Timide, introverti, sous la coupe d'un père qu'il craint et respecte, Carl Vausier, jeune adolescent haïtien élevé au sein d'une famille respectée, s'éveille à la sexualité dans la bibliothèque de son père, seul endroit dans la maison où il bénéficie d'un peu d'intimité. Surpris par lui dans cette intimité, la honte ne le quittera plus, et il poursuivra désormais son initiation dans les bras des prostituées des quartiers malfamés de la ville de Port-au-Prince. Certaines lui raconteront d'ailleurs leur histoire, où la réalité et le conte se confondent parfois...
L'existence de Carl prend un tournant décisif lors de sa rencontre avec Coeur qui saigne, de laquelle il est tombé amoureux par le biais d'une relation épistolaire. Elle a été douloureusement et dangereusement touchée par la mort de sa soeur. Lui s'est inventé un personnage qu'il n'assume pas lors de leur rencontre. Il la fuit alors, et ne retrouve Coeur qui saigne que quelques années plus tard. Carl va alors tout faire pour la sortir de la promesse qu'elle a faite à sa soeur défunte, et qui la tient en otage.
Cette nouvelle rencontre va bouleverser leurs existences.
C'était ma première lecture de cet auteur. Un peu laborieuse dans les débuts, parce que conduite par les pulsions sexuelles de Carl, son horizon s'élargit à partir de sa rencontre avec Coeur qui saigne. Avec elle Carl poursuit un but, celui de sauver celle qu'il aime, malgré les pressions exercées par le pouvoir en place. Leur amour impossible et leur quête de l'un et de l'autre s'entêtent contre les fantômes qui les hantent. Personnage public car journaliste reconnu, Carl se retrouve confronté au fiancé de Coeur qui saigne, qui est l'ex de sa soeur décédée mais également un des meneurs du pouvoir dictateur en place, qui terrorise et étouffe le pays.
Le récit respire au rythme des rencontres de Carl, avec son père, les prostituées, Coeur qui saigne et son monde, l'ex de sa soeur, et j'ai aimé le rythme de ses différentes aspirations. Cependant je suis restée plutôt en-dehors de l'émotion des différentes situations auxquelles sont confrontés les personnages, bien que le roman soit pour partie autobiographique. J'ai également trouvé dommage que la mère de Carl soit pour ainsi dire totalement absente de son récit, et qu'il ne lui accorde aucune place dans son cheminement.
Mais j'ai aimé le style de l'auteur, son écriture soignée, quoi que peut être un peu figée pour laisser passer les émotions qui m'ont manquées.
Lien : http://readviewed.skyrock.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Lhumanite   24 septembre 2012
C’est [...] le livre d’un jeune révolté, devenu journaliste et qui ose passer au peigne fin les travers d’une population soumise au pire.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   22 octobre 2012
Je n'ai aucune fierté d'être Haîtien.Mais je voudrais bien me battre pour l'être, pour que mes enfants le soient aussi.C'est ce que je fais avec mes mots.
Commenter  J’apprécie          510
GangoueusGangoueus   24 septembre 2012
Chaque fois que je me retrouve dans une impasse de ma vie, chaque fois que cette terre risque de m'engloutir dans ses mythes et ses impostures, je vais mesurer la distance entre les bâtiments de cet hôpital et le Palais national. Cela me ramène à la mémoire les circonstances de la mort de mon père. Cela ravive mon ressentiment pour ce pays. Pas pour ce pays qui m'a vu naître. Cette terre, elle n'y est pour rien. On l'a abreuvée de sang. Mais pour cette société de menteurs et de flibustiers qui se drapent depuis deux siècles dans des radotages stériles sur la fondation d'une nation, d'un Etat qui a condamné dès le départ des centaines de milliers d'être humains aux conditions de vies les plus abjectes.

Je n'ai aucune fierté d'être Haïtien. Mais je voudrais bien me battre pour l'être, pour que mes enfants le soient aussi.

page 209 - Editions Philippe Rey
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
carrecarre   21 octobre 2012
Tu seras un écrivain, mon fils. Mais dans cette chose ou nous sommes, apprends quand même un métier qui peut mettre de la nourriture sur la table.
Commenter  J’apprécie          420
carrecarre   20 octobre 2012
Aujourd'hui encore, je constate le fossé qui se creuse entre nous, parents, et nos enfants. Sans qu'on s'en rende compte, ces derniers créent, à notre insu, leur univers, vivent leurs propres expériences et n'en partagent avec nous qu'une infime partie.
Commenter  J’apprécie          220
yv1yv1   25 août 2012
Le Président Éternel, qu'on dit être aussi méchant, aussi inhumain -rappelle-toi qu'il a fait fusiller sans sourciller dix-neuf officiers-, n'est que le miroir qui reflète la bêtise, la violence, le mépris de la personne humaine qu'on cultive tant dans notre société. Il est la quintessence de ce que, malheureusement, nous sommes, notre être véritable, notre pur produit. (p.67)
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Gary Victor (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gary Victor
Grandes Voix Francophones présente Gary Victor
autres livres classés : littérature haïtienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
770 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre