AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246799603
249 pages
Éditeur : Grasset (10/09/2014)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 138 notes)
Résumé :
La nonchalance est une affaire de connaisseur. « J'étais devenu un spécialiste mondial de la sieste », révèle Dany Laferrière dès le début de son livre. Cela n'interdit pas de lire et de réfléchir – la sieste y est, au contraire, propice. Elle permet aux pensées de jaillir, s'attachant aux petites et aux grandes choses, aux rêves et aux lectures. Dany Laferrière nous parle d'Obama et de l'Histoire, de ses premières amours nimbées d'un parfum d'ilang-ilang, de Saling... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Piatka
  22 novembre 2015
En parallèle à un roman ou un essai, j’apprécie toujours d’avoir sous la main un « livre fourre-tout » où réflexions, émotions, coups de gueule ou de tendresse alternent sans structure apparente si ce n’est l’envie de l’auteur de partager sans retenue en dehors du cadre d’une fiction, partager son expérience au fil de sa plume et de son inspiration sur un mode plus personnel.
La lecture peut devenir vagabonde, libérée de l’ordonnancement des pages, et je pioche alors totalement au hasard une bribe de lecture, un extrait de prose, une respiration inattendue, capture un poème au titre prometteur comme dans cet ouvrage l’art du futile, l’art de parler à un inconnu, ou encore plus joyeux l’art de danser sa vie.
« En tout cas, j’essaie de brasser ensemble mes réflexions, mes émotions, mes sensations comme mes rires et mes délires, car je n’ai pas l’impression qu’on arrête de vivre parce qu’on est en train de penser. »
Bien vu Dany Laferrière ! Une chose est sûre : le brassage est réussi, fort bien écrit, pimenté souvent d’une pointe d’ironie et même si je ne partage pas forcément tous ses points de vue, il oxygène les neurones.
Bref, ce livre iconoclaste fait du bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Myriam3
  10 septembre 2016
On pourrait supposer, à la lecture de ce livre, qu'après avoir été élu pour siéger à l'illustre Académie Française et devenir du même coup un Immortel, qu'après être officiellement reconnu comme un grand écrivain dans tous les pays francophones et même traduit en coréen, Laferrière, après des années à essayer de se faire publier et connaître, ait pris enfin le temps de se poser un instant dans un hamac ou sa fameuse baignoire et laissé libre cours à ses pensées, parfois à peine réorganisées. C'est à ça que ressemble ce recueil de réflexions sur tout, sur rien, sur tout ce qui l'a préoccupé à un instant de sa vie actuelle. On suit souvent le cours de sa pensée qui s'allume comme une petite flamme primordiale, mais ensuite virevolte, revient en arrière, s'égare et s'éteint dans une sorte de confusion... et à côté de ça, il y a des textes très travaillés, des essais sur ses auteurs de prédilection rédigés avec soin, de vrais articles spécialisés.
Bien sûr j'adore retrouver l'un de mes auteurs contemporains favoris avec son blabla, ses rires sans gêne, sa fantaisie et cette voix qui se fait grave de manière soudaine. Mais... j'ai trouvé qu'il y avait parfois un peu trop de laisser aller dans certains textes. Est-ce volontaire? Possible, le tout allant avec cette idée de paresse, de flegme.
Pas du meilleur Laferrière pour moi, même s'il mérite de rester pas trop éloigné de la table de chevet pour des relectures inopinées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
nath45
  27 juillet 2018
Ce recueil est une invitation à regarder le monde, à prendre son temps, à vagabonder en même temps que l'auteur au gré de ses pensées, de ses souvenirs, l'écouter parler de ses lectures entre autre.
Il commence chaque chroniques par un art de vivre par exemple l'art de rester immobile, l'art de lire de la poesie, l'art de la sieste, l'art de manger une mangue...ce qui lui permet ensuite de nous parler non sans humour, ironie, roublardise parfois de son expérience tout en y abordant un thème précis.
Un livre apaisant, un livre que l'on garde près de soi pour se replonger selon ses humeurs, tout de suite maintenant j'opte pour l'art de dormir dans un hamac et je vous laisse avec Dany Laferrière : "Il ne suffit pas de s'y glisser pour trouver le sommeil. le corps doit vouloir épouser les formes du hamac. Et l'esprit doit pouvoir se détendre. Dans un hamac : on ne pense pas, on ne médite pas, on reste simplement là. Devenir aussi léger qu'une feuille insouciante qui danse dans l'air. le doigt traçant des signes dans la poussière. Sous nos yeux : les fourmis, les vers de terre, tout ce monde d'en bas. Au-dessus de nos têtes : le vent dans les grandes feuille de bananier, les nuages nomades, le vaste ciel et le soleil qu'il faut éviter de regarder trop longtemps. On entend les voix des enfants jouant dans la rivière de l'autre côté du champ de maïs. Et c'est cette musique dont on ne sait la source qui vous endort plus profondément que ne peut le faire la mort."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
BillDOE
  23 octobre 2014
Je suis sur une île tropicale, perchée sur le toit du monde. L'horloge du temps qui passe s'est arrêté. A l'ombre d'un manguier, j'écoute Dany Laferrière me commenter la vie fourmillante qui s'active à nos pieds, le monde du dehors, celui qui est resté dans la course inaltérable du temps.
Ponctué par "l'art de dormir dans un hamac" ou "l'art de regarder ailleurs", Dany me livre ses réflexions sur la société et les gens qui l'animent.
J'attends moi aussi qu'une mangue chute de l'arbre pour que j'en puisse gouter les saveurs.
Dany Laferrière poursuit ...
Commenter  J’apprécie          170
LaMoun
  03 décembre 2015
Un livre fourre-tout qui "fait du bien" qui aide à la réflexion et à la méditation, "choses" que nous ne prenons plus le temps de faire ! Les chapitres sont pour moi inégaux dans leur intérêt et leur qualité ... mais je pense que chacun peut y trouver son compte en fonction de sa vie , de sa personnalité, de ses intérêts ...
Commenter  J’apprécie          180


critiques presse (3)
NonFiction   04 décembre 2014
Dans son essai, Dany Laferrière parle de « choses minuscules » pour faire l’éloge de l’oisiveté dans un monde qui s’y oppose et affirmer le pouvoir de la littérature et de la culture.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Lexpress   02 octobre 2014
Le dernier ouvrage de Dany Laferrière est conçu pour être butiné au fil des jours. On y pioche de jolie descriptions, des pensées existentielles et des morceaux biographiques. En prenant son temps.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaPresse   07 novembre 2011
Dans L'art presque perdu de ne rien faire, Dany Laferrière nous entraîne dans les dédales de sa pensée et de ses rêveries. Il qualifie ce nouveau livre de «roman de ses idées», qui donne à voir son cerveau.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (100) Voir plus Ajouter une citation
KickouKickou   10 août 2020
Il y a au moins deux temps en nous : un temps intime qui s’oppose parfois au temps général. Ce temps collectif qui exerce une pression constante sur la vie des gens, c’est le temps du travail et des rendez-vous chez le dentiste. On garde l’impression que tout dans la vie conspire à gruger notre temps individuel au point qu’il ne reste plus d’espace pour le rêve. Mais il y a un autre temps, plus libre, dont je dois taire l’adresse pour éviter qu’on ne le convertisse en marchandise (...) Je crois plutôt que notre véritable secret, d’autant plus secret qu’il n’intéresse que nous, est ce temps fluide fait d’émerveillements de la vie ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PiatkaPiatka   30 octobre 2015
L'ART DE LIRE LA POÉSIE

Voilà une chose dont on ne parle
presque jamais et qui devrait faire
partie de notre mode de vie urbain :
la lecture de la poésie.
Depuis qu'on a quitté la campagne
pour cette vie accélérée la lecture
de la poésie est devenue aussi
essentielle que l'oxygène.
Les médecins auraient dû prescrire la poésie
comme traitement contre le stress.
Si les poètes semblent si angoissés c'est
pour que leurs lecteurs puissent mieux
respirer. D'abord un conseil : ça ne se lit
pas comme un roman. Chaque poème
est autonome. Prenez deux poèmes par jour :
un le matin et un autre le soir.
Trouvez un vers qui vous plaît et
ruminez-le durant toute la journée
jusqu'à ce qu'il s'incruste dans votre chair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          635
PiatkaPiatka   18 octobre 2015
L’ART DE PARLER À UN INCONNU

C’est difficile de converser avec quelqu’un
qui vous connait autant
sans qu’il ne se mette à vous abreuver
de ces lourds conseils d’ami.
On a l’impression d’être pour lui
un vieux livre annoté. La vie serait bien
triste s’il n’y avait pas de ces rencontres
spontanées qui arrivent n’importe où
sans crier gare durant un souper
chez des amis. Sur le quai d’une gare.
Au coin de la rue.
Et cela peut débuter par un sourire
comme par un malentendu.
On se croit, un bref moment, adversaires
pour se découvrir, pas longtemps après,
une sensibilité toute proche.
On se met à causer alors d’égal à égal.
Ce genre de rencontre ne commence
jamais par bonjour. On garde l’impression
d’une conversation qui a débuté bien
avant ce moment-là. On trouve un endroit
discret pour se raconter des choses qu’on a
toujours gardées secrètes pour la famille
comme pour les amis.
Puis on se quitte sans se dire au revoir.
Et c’est toujours mieux ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
PiatkaPiatka   20 novembre 2015
L'ART DE CHANGER DE CAFÉ

Dès qu'on s'installe dans un café, tout le reste
de la ville s'efface.
On passe du nous bruyant au je en sourdine.
Ce n'est pas un salon c'est un roman
dont on devient instantanément
un des personnages secondaires.
Ce qui nous permet d'entrer dans le café
et d'en sortir sans toucher à la trame du récit.
Tout ici ne se déroule pas toujours
de manière harmonieuse
mais nous sommes des animaux capables
d'endurer les situations les plus inconfortables.
J'ai vu des gens subir sans broncher
le mépris de serveurs maussades
ou l'indifférence de leurs voisins de table
alors qu'il suffisait de traverser la rue
pour se rendre au café d'en face et changer
ainsi de roman ou de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
ErveineErveine   17 décembre 2019
Tout au fond un homme sous une lampe allumée. Si concentré que je l'imagine sur une île déserte. Je m'avançai vers lui pour découvrir qu'il était en train de lire. Il leva lentement les yeux vers moi. J'avais en face de moi un animal en voie d'extinction. Le libraire qui ne cherche pas à vous satisfaire malgré vous. C'est ici que j'aimerais que mes livres finissent leurs jours. Chez cet homme presque grincheux qui les défendra contre ces butors qui ignorent qu'un livre est une somme de passions. P.162.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Videos de Dany Laferrière (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dany Laferrière
Dany Laferriere, "L'exil vaut le voyage". La chronique d'Alexandra Lemasson sur desmotsdeminuit.fr
Vous pouvez vous abonner à notre chaîne et activer la petite cloche pour ne rater aucune vidéo !
A B O N N E Z V O U S : https://culturebox.francetvinfo.fr/des-mots-de-minuit/ F A C E B O O K : https://www.facebook.com/desmotsdeminuit.fr/ T W I T T E R : @desmotsdeminuit
autres livres classés : littérature haïtienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tu connais Dany Laferriere ?

son premier roman s'intitule?

l'enigme du retour
l'odeur du café
comment faire l'amour avec un negre sans se fatiguer
le gout des jeunes filles

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Dany LaferrièreCréer un quiz sur ce livre

.. ..